Mon AlloCiné
L'Assassin habite au 21
note moyenne
4,0
803 notes dont 95 critiques
25% (24 critiques)
45% (43 critiques)
21% (20 critiques)
7% (7 critiques)
1% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur L'Assassin habite au 21 ?

95 critiques spectateurs

chrischambers86

Suivre son activité 1215 abonnés Lire ses 9 996 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 01/06/2014

Premier long-mètrage d'Henri-Georges Clouzot et premier chef d'oeuvre, dèjà, dans le même registre que "Le Dernier des six" de Georges Lacombe, mais en beaucoup mieux! D'où vient alors la disparitè que l'on peut constater entre les deux films ? Autant "Le dernier des six" est un excellent policier qui savait maintenir l'intèrêt pendant 90 minutes, autant "L'assassin habite au 21" est un petit bijou du cinèma français qui vous laisse sous le charme grâce à son ètonnante astuce de scènario! Immense spècialiste du suspense policier, parfois inquiet et trouble, Clouzot s'impose d'emblée avec cette oeuvre particulièrement maîtrisèe qu'il signe en pleine Seconde Guerre Mondiale, et en pleine Occupation! Eblouissant à plus d'un titre, Pierre Fresnay est un inoubliable commissaire Wens qui se pose des questions mais exige des rèponses! A ses côtès, Suzy Delair fait des ètincelles en jouant l'empoisonnante Mila-Malou et le trio Jean Tissier (en fakir), Pierre Larquey (en fabriquant de jouets) et Noël Roquevert (en sous-officier en retraite) se montre prodigieux dans ses grands moments! Mais au delà d'une intrigue policière parfaite dont on ne voudrait rien changer, il y a une vraie atmosphère de suspicion avec une pension des Mimosas du 21 qui restera à tout jamais figèe dans nos mèmoires...

Docteur Jivago

Suivre son activité 276 abonnés Lire ses 1 826 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/04/2014

Pour son premier film "L'Assassin habite au 21", Henri-Georges Clouzot adapte le livre du même nom publié en 1939 et écrit par Stanislas-André Steeman qui nous fait suivre une enquête policière suite à une série de crimes signé d'une même carte de visite. Comme souvent avec Clouzot, l'écriture est de très bonne qualité, tout d'abord au niveau du scénario où le suspense tient de bout en bout et le déroulement de l'histoire est très bien écrit et inattendus. A l'image de ses prochains films, il étudie la noirceur de la nature humaine, notamment lorsque l'enquête les emmène anonymement dans une pension pensant que le coupable s'y trouve et observant tout une galerie de personnages où se cache vanité, mensonge, allumeuses, cynisme ou encore criminel. Ce bal des suspects est superbement orchestré et en devient passionnant. D'excellents dialogues, parfois à double sens viennent compléter cette belle écriture. Comme souvent, Clouzot fait preuve d'une belle maitrise technique, il utilise à merveille le noir et blanc et sa superbe mise en scène est adéquat à son récit, capable de créer la tension au bon moment ainsi qu'une atmosphère sombre et éprouvante. Certaines scènes particulièrement mémorable relève du génie de Clouzot. Le reconstitution et les décors sont impeccable. Il n'oublie par non plus des petites touches d'humours. Sa direction d'acteurs est impeccable et ces derniers le lui rendent bien, que ce soit le couple Pierre Fresnay/Suzy Delair ou encore les différents suspects tels que Pierre Larquey, Noël Roquevert ou encore Jean Tissier. Un premier film brillant où Clouzot nous montre déjà tout son génie que ce soit technique ou pour maintenir le suspense de bout en bout et créer des atmosphères sombre et éprouvante et prémices de son futur chef d'oeuvre "Le Corbeau".

Mad Gump 10

Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 716 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/03/2016

Premier film d'Henry George Clouzot, et déjà une réussite. Alors certes, ce n'est pas le meilleur film du réal, mais c'est quand-même très bon : le suspens est parfaitement géré, on a un film qui se construit comme une enquête à la Agatha Christie (avec Pierre Fresnay dans le rôle de l'inspecteur charismatique), et qui du coup tient en haleine, mais en plus use pas mal de second degré vraiment sympa. Un policier somme toute réussi.

ServalReturns

Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 242 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 11/10/2015

Troisième Clouzot pour moi, premier film pour lui, L’assassin habite au 21 est une réussite. On n’est pas encore au niveau des Diaboliques ou de La Vérité, mais le film témoigne déjà d’un talent certain. Sur le papier, L’assassin habite au 21 n’est pourtant rien de plus qu’une banale enquête policière, comme on en trouve à la pelle. En gros : un tueur en série laisse une carte de visite sur le corps de ses victimes, et le héros va enquêter au sein de la pension dans laquelle il sait que se trouve le tueur. Voilà pour le pitch. On sera tous d’accord pour dire que c’est digne d’un épisode télé de Maigret (et j’ai rien contre Maigret). Bon, je dis ça, mais je suis pas arrivé à deviner qui était l’assassin, évidemment… C’était logique, pourtant. Raaa, mais pourquoi j’y ai pas pensé ?! Comme quoi… l’enquête reste efficacement menée. Malheureusement, je pensais que toute l’intrigue se tiendrait dans la fameuse pension du 21, ce qui n’est pas le cas, ce qui m’a un peu déçu. Malgré tout, cette partie dans la pension est géniale, on a l’impression d’assister à un Cluedo grandeur nature. C’est très bien joué, très bien dialogué, très bien mis en scène… J’en prenais volontiers une demi-heure de plus. Si je devais quand même reprocher quelque chose au film, je dirais que la copine du héros (jouée par Suzy Delair) est vraiment tête à claques. J’avais juste envie de lui coller deux grandes baffes à chaque fois qu’elle l’ouvrait (et parfois même avant). M’enfin, c’est probablement voulu, et dans ce cas, c’est réussi. Enfin, rien de plus à signaler, c’est vraiment un petit film sympa. Après, il manque encore un petit quelque chose… Il manque cette cruauté et cette misanthropie qui faisaient la force des Diaboliques ou de la Vérité, et qui les rendaient vraiment inoubliables.

Estonius

Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 2 465 critiques

4,5Excellent
Publiée le 09/06/2014

Cet excellent film est victime d'un malentendu. On a tendance à le voir comme un film noir (voir par ex. les conneries sur la page wikipédia) alors qu'il s'agit à l'évidence d'une comédie policière. La réalisation est dynamique, les personnages sont bien campés, la distribution étant dominée par une Suzy Delair complètement déjantée dans son rôle de Mila Malou et par Jean Tissier toujours impeccable. Le ton est léger, les répliques souvent assassines et la musique de Maurice Yvain très efficace. Si l'intrigue policière est astucieuse (quoique un peu décevante comme souvent dans les polars à énigmes), il est juste dommage que le final soit lourd et : A noter pour l'anecdote que Fresnay joue le rôle du commissaire Wiens, mais c'est une abréviation, sur sa porte est indiqué "Wenceslas Vorobietchik" !

dougray

Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 1 861 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/03/2014

Pour son premier film, le réalisateur Henri-Georges Clouzot adapte Stanislas-André Steeman, auteur belge (un peu oublié aujourd’hui) dont l'univers n’est pas sans rappeler Agatha Christie. Ce choix n’a, d’ailleurs, rien d’étonnant quand on sait que Clouzot a, également, adapté deux autres romans de Steeman, à savoir "Six hommes morts" (qui donnera "Le dernier des six") et "Légitime défense" (qui donnera "Quai des orfèvres"). Il faut dire que les thèmes chers à Steeman colle parfaitement à l’univers noir du metteur en scène et son (dé)goût pour la nature humaine. Car, dès son premier film, Clouzot donne le ton de son cinéma, tant sur le fond (l’avilissement de l’homme guidé par ses plus bas instincts, les relations de couple comme préoccupation majeure…) que sur la forme (l’influence majeure de l’expressionnisme, les jeux d’ombres et de lumières, le suspens jusqu’à la dernière minute, le soin de caractérisation de chacun des personnages…). Clouzot se montre même ambitieux dans sa mise en scène avec des plans en vue subjective payants et un sens du rythme épatant pour l’époque, qui servent parfaitement l’intrigue. A ce titre, l’enquête s’avère étonnement intéressante (et fait immanquablement penser aux meilleures romans d’Agatha Christie) et, surtout, surprenante dans sa résolution. Le talent de Clouzot permet, cependant, de transcender l’intrigue, en refusant de se cantonner à la seule résolution de l’enquête pour s’intéresser aux suspects de cette pension, dont les rôles ont été confiés à des acteurs, pour la plupart peu connus mais extraordinaires dans leur interprétation. Ainsi, autour d’un Pierre Fresnay impeccable avec son physique passe-partout (ce qui était, également, sa limite et l’a empêché, sans doute, de marquer son époque tel un Gabin, un Jouvet ou même un Blier) et d’une Suzy Delair pleine de fantaisie (mais dont on peut déplorer la volonté du réalisateur de la faire chanter à tout prix), on retrouve une pléiade de seconds rôles magnifiques dont les excellents Pierre Larquey, Noël Roquevert et Jean Tissier, qui campent un trio d’assassins peu scrupuleux tous simplement savoureux. Enfin, Clouzot se permet, dans cette ambiance délicieusement macabre (le mystérieux assassin sans visage qui laisse sa carte de visite sur ses victimes, la psychose l’entourant… tout un programme), de distiller des touches du pure comédie, voire de décalage ahurissant pour l’époque. A ce titre, la scène finale, où le flic fait face, sans jamais rien perdre de son flegme, aux assassins qui se disputent la paternité de leur plan, est une véritable merveille. Que dire de plus sur "L’assassin habite au 21", si ce n’est qu’il ne nous épargne pas quelques ficelles scénaristiques un peu grosses (à commencer par le coup des cartes de visite du fameux Monsieur Durand, retrouvées dans une commode) ? C’est tout de même bien peu pour empêcher le film d’être un petit bijou comme on n’en fait plus… et qui mériterait d’être redécouvert.

Truman.

Suivre son activité 126 abonnés Lire ses 1 348 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/02/2014

Premier long métrage d'Henri-Georges Clouzot et premier coup de maitre . L'assassin habite au 21 est une enquête simple sur un tueur en série qui se nomme "Monsieur Durand" . Il signe ses meurtres avec une petite carte de visite . Puis un jour c'est le meurtre de trop il faut impérativement l'attraper ! Le commissaire Wens est alors sur le coup pour trouver le meurtrier et ceci grâce a une indication comme quoi il habiterait dans une pension au 21 . De cette idée très simple le film nous amène dans une excellente intrigue, une intrigue bien menée de bout en bout, prenante, et aussi surprenante . Le récit baigne alors dans un brin d'humour histoire d'alléger le tout, un humour qui fait mouche et offre des dialogues finement ciselés . Les acteurs sont bons, la caméra est bonne bien qu'il n'y ai pas de plans incroyable ou un noir et blanc magnifique c'est bon mais pas exceptionnel de ce coté ci . Autre réussite dans ce film c'est sa durée, 1h20, c'est court et c'est aussi bien rythmé, pas le temps de s'ennuyer dans cette enquête . L'assassin habite au 21 est un excellent film policier avec une touche humoristique qui ne devient jamais lourde, un classique du cinéma Français .

Cellan

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 3 critiques

3,5Bien
Publiée le 24/06/2013

De ce film j'aime beaucoup l'atmosphère, l'humour, l'image sombre, la musique de Maurice Yvain. la gouaille de Suzy Delair, l'assurance de Pierre Fresnay , les dialogues soignés, la peinture d'une pension de famille, les rôles secondaires, la vraie jeune fille, le couplet "quand il fut sur le trône" chanté en haut d'un réverbère, l'accent un peu théâtral etc... L'intrigue et le dénouement sont quand même un peu attendus, surtout la scène finale où Fresnay cabotine sans nuances. En ce sens, le film a vieilli, car il manque de finesse.

phclavel

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 481 critiques

4,5Excellent
Publiée le 21/10/2012

Ce film est un petit bijou qui a très bien vieilli. Certes la voix aigüe de Suzy Delair, n'est plus de saison, mais le jeu des acteurs ( superbe PIerre Fresnay !) est excellent, les dialogues superbement ciselés et les scènes dans la pension de famille forment une galerie de portraits truculents. L'intrigue, assez légère et la fin (un peu tirée par les cheveux qund même) ne sont que des prétextes (on est très loin de ce que Clouzot fera en termes de suspens avec les diaboliques). Beaucoup de finesse et beaucoup d'humour.

Caine78

Suivre son activité 672 abonnés Lire ses 6 704 critiques

4,0Très bien
Publiée le 21/04/2006

Sans être le chef d'oeuvre de Clouzot, ce film est un très bon polar, avec un scénario habile et intelligent, aunsi qu'une amosphère bien rendue. Interprétation haut de gamme de Fresnay, Larquey, Tissier et Roquevert. C'est tout de même un classique.

Yannickcinéphile

Suivre son activité 173 abonnés Lire ses 3 951 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/03/2017

Bon, ben pas grand-chose à redire sur ce Clouzot, film que je ne connaissais pas et dont la découverte a été une révélation ! Le réalisateur m’inspirait déjà le mieux avec des films comme Les Diaboliques, mais je dois dire qu’ici il confirme tout son talent, et dès ses débuts. Le métrage frappe surtout par sa très grande modernité. Appuyé par des dialogues très affutés (excellente réplique des cuisses !), il peut volontiers se montrer vulgaire, provoquant, sexy, et on peine à se croire dans les années 40 en pleine Seconde Guerre ! L’intrigue est excellente, toujours teintée de burlesque, de comédie, de noirceur, et en tous les cas Clouzot ne s’encombre pas de superflu. Il va à l’essentiel, et c’est tant mieux, il en résulte un film rapide, fluide, d’une grande subtilité, dont la révélation peut-être est un poil brusque. Mais cela n’entache guère l’originalité et l’audace de ce film, qui nous trimballe de surprise en surprise pour notre plus grand plaisir ! Le casting est à la hauteur de l’enjeu. Emmené par un Pierre Fresnay malicieux, le film est surtout emporté par des tourbillons de seconds rôles. Suzy Delair déploie une énergie comique rare, et alors qu’on peut facilement la trouver en surjeu, cabotine à l’excès, et bien elle arrive toujours, mystérieusement, à faire passer son personnage ! Elle est aussi adorable que détestable, mais soyons franc, son sourire mutin et ses formes généreuses finissent toujours par la rendre plus adorable ! Autour d’elle, des « gueules » du cinéma, et des interprètes cocasses de personnages cocasses. Noël Roquevert, Jean Tissier, Pierre Larquey, autant de « tronches » du cinéma, au service de rôles excentriques rigoureusement campés. Très drôle. Sur la forme Clouzot nous sert un film très sobre. Extérieurs studio évident, quelques intérieurs, il fait dans le minimalisme, et cela lui va bien. Les extérieurs studios font vraiment penser à une comédie policière, à l’instar de certaines séquences du film Top Secret des ZAZ, ou de la saga Police Squad du même acabit. Le film ne se veut pas « réel », et du coup le choix de l’artificialité était judicieux, au même titre d’ailleurs que l’orientation théâtrale du film. Il en résulte un côté Cluedo aussi ludique que malin. En tous les cas, le film réussit à transcender ses maigres moyens, et c’est assez rare pour être souligné. Chef-d’œuvre comique des années 40, L’Assassin habite au 21 est une des pépites de Clouzot, et un incontournable si vous voulez rire de bon cœur devant une comédie à l’humour noir qui n’a pas vieilli. C’est une grande réussite. 5

gimliamideselfes

Suivre son activité 819 abonnés Lire ses 3 560 critiques

3,5Bien
Publiée le 20/09/2015

Un film qui aurait pu être un grand film mais qui perd un peu en intérêt sur la fin... alors pas que ça soit chiant ou autre, mais disons que le début laisse présager quelque chose de beaucoup mieux, quelque chose de beaucoup plus intelligent que cette fin un peu facile. Si ce n'est pas l'identité de l'assassin qui me pose problème, c'est vraiment le dénouement qui fait plus "farce" qu'autre chose. Alors c'est très bien dialogué, ça donne un ton plus drôle au film, mais ça aurait mérité un traitement peut-être un plus premier degré. Le fait que le commissaire prenne le tout un peu trop facilement à la farce enlève tout le côté inquiétant de Monsieur Durand. Aussi je suis déçu que le film abandonne le huis clos, car Dieu sait qu'un huis clos bien mené et superbement bien réalisé (forcément ça aide), c'est un peu le truc le plus bandant au cinéma. Quoi de mieux qu'une pension, avec des locataires étranges pour cela ? Alors oui le concept veut que l'on quitte le simple huis clos, mais le problème c'est que le film n'est jamais aussi brillant que lorsque l'on a cette discussion entre tous les occupants de la maison autour de Monsieur Durand. On est très loin d'un film ne serait-ce que banal, c'est vraiment bien, mais comme dit tout laissait présager à mieux et lorsqu'on comprend le pot aux roses (j'avoue y avoir pensé un peu avant le personnage principal, mais sans doute à cause de la façon avec laquelle c'est traité dans le film) ben ça me fait un peu l'effet d'un pétard mouillé. Je ne suis pas forcément surpris, exalté ou que sais-je. Alors je n'aime pas les twists débiles qui sortent de nulle part, donc d'un côté on évite ça, mais de l'autre ben je ne ressens aucune tension particulière. Mais bon c'est pour "chipoter" (enfin plus ou moins, je m'attendais vraiment à mieux), ça reste vraiment agréable à parcourir, et ça l'est d'autant plus que le film est vraiment court, ce qui permet de n'avoir aucune baisse de rythme et que chaque scène soit nécessaire. Le film est concentré au maximum. Bref c'est un bon film, avec tout ce qu'il faut, mais qui échoue à très peu à devenir un grand film.

fuck-les-modérateurs-allociné

Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 3 925 critiques

2,5Moyen
Publiée le 07/09/2008

Plutôt bon film avec quelques scènes excellentes mais Clouzot ne maitrise pas tout à fait l'intrigue et par moment on s'ennuie un peu.

Sonia K.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 140 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 24/11/2016

Ce film hésite entre la comédie gentillette et le policier, sans grand suspens ni génie; une bonne distribution un peu d'humour le sauve in extremis. On ne croit guère à cette intrigue au rythme mou et l' on s'y ennuie bien souvent. La fin relève plus de la farce que du policier.

zinv

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 692 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/03/2014

Première merveille d'Henri-Georges Clouzot, L'assassin habite au 21 est un modèle du genre, dont la chute reste l'une des meilleures des films policiers. Avec un mélange de malice et d'astuce, le commissaire qui mène l'enquête est incarné par un Pierre Fresnay très chaleureux qui sait immédiatement conquérir le spectateur. Dommage qu'il soit épaulé par l'insupportable Suzy Delair.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top