Mon AlloCiné
Serpico
note moyenne
4,1
2910 notes dont 245 critiques
27% (65 critiques)
42% (102 critiques)
17% (41 critiques)
10% (24 critiques)
5% (12 critiques)
0% (1 critique)
Votre avis sur Serpico ?

245 critiques spectateurs

Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 305 abonnés Lire ses 1 898 critiques

4,0
Publiée le 09/03/2014
Le film s'ouvre sur un homme, un flic barbu, cheveux long et ensanglanté, laissé pour mort, il est dans une voiture, on apprend vite qu'il s'appelle Serpico et ses supérieurs en apprenant la nouvelle se demande si il a été tué par des flics ou non. Voilà le point de débat de « Serpico » de Sidney Lumet qui aborde le thème du flic solitaire combattant la corruption où on suit donc ce policier trop intègre et incorruptible qui passe onze années de sa vie pour découvrir la gangrène de la police new-yorkaise et essayer de dénoncer un système pourri. Le parcours de Serpico est bien fait, où l’on voir d’abord ses rêves, ses envies puis peu à peu la désillusion et l’influence de son boulot sur sa vie privée. Le scénario est très bien écrit, construit et intelligent, il nous fait suivre la vie du flic, ses amis, ses idéaux, sa femme et on a aucun mal à s’attacher et à être captivé par le personnage. Le thème est pleinement exploité par Lumet, qui au final ne tombe pas dans le cliché et la caricature notamment grâce au personnage brillamment interprété par Al Pacino, qui deviendra un martyr aigri car il veut faire respecter la loi. La réalisation de Lumet est impeccable, il capte magnifiquement New York, c’est fluide, rythmé et nerveux et la tension se fait de plus en plus ressentir. Un très bon film, magistralement filmé et brillamment interprété par un Al Pacino qui nous montre une fois de plus son talent et toutes les facettes de son jeu.
L'homme le plus classe du monde
L'homme le plus classe du monde

Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 449 critiques

4,0
Publiée le 09/10/2013
Un pur film des 70ies. Froid, réaliste et militant porté par un Al Pacino, qui du haut de ses 1m70, n'a jamais été aussi grand. Je classe sans hésiter Frank Serpico au top de ma "liste des barbus préféré". Loin devant Carlos et Jésus Christ). D'ailleurs, si on remplaçait les "Jésus" par des "Serpico" sur les murs des églises, la religion catholique serait un plus badass.
Mad Gump 10
Mad Gump 10

Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 716 critiques

3,5
Publiée le 01/03/2015
Allez un petit Sydney Lumet pour la route. Serpivo raconte l'histoire vraie d'un flic intègre confronté à la corruption de ses collègues qui va la dénoncer. Je commence par les points négatifs du film : quelques longueurs, une tendance à légèrement tourner en rond dans le scénario et des fusillades trop peu nombreuses. Mais le film est aussi bourré de qualités : le personnage de Sermico est très bien développé et il est très attachant. On suit son combat et l'impact de celui-ci sur sa vie privée. Al Pacino diversifie son jeu en nous offrant ce rôle de flic atypique (il aura plus tard un autre rôle de flic, dans Heat cette fois-ci), la mise en scène est excellente et au final plusieurs passages sont très émouvants. Un très bon film, mais qui ne plaira pas à tous les publics (pas à ceux qui regardent un film pour l'action).
Alain D.
Alain D.

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 1 679 critiques

4,0
Publiée le 04/11/2014
Frank Serpico , jeune New-yorkais d'origines italiennes, s'engage dans la police. La jeune recrue apprend le métier. Sur de belles images de New York des années 70, Frank fréquente les milieux étudiants et rencontre Leslie, fan de théâtre et de danse. Belles scènes de ses années de bohème sur fond de musique italienne (Giuseppe Di Stefano). Tout se passe bien dans sa vie affective mais dans son milieu professionnel Frank se démarque déjà de ses collègues par sa pugnacité, son volontarisme et... son honnêteté. Après 2 ans passées à l'identité judiciaire ou il s'ennuie quelque peu, le jeune officier de police demande une mutation à la 7eme division , brigade des stups, ou il découvre très vite l'immoralité de ses collègues corrompus. Frank Serpico, interprété par un magistral Al Pacino, va essayer d'alerter un procureur un peu sourd, puis être aidé par son ami Bob (très bonne prestation de Tommy Roberts) pour dénoncer la corruption auprès du maire et de la presse. Sa démarche va être peu appréciée par ses collègues. Sa loyauté, sa tendance à l'auto désappointement et l'autodestruction vont mettre l'homme intègre dans une "mauvaise position". Avec un scénario magnifique nous contant une histoire vraie et émouvante, Sydney Lumet signe ici un brillante réalisation.
Cathedrale
Cathedrale

Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 170 critiques

4,5
Publiée le 25/09/2012
La corruption, minuscule virus pernicieux, s'aventure où bon lui semble, n'hésitant pas à passer les portes des commissariats, s'immisçant dans les uniformes, infectant les belles plaques scintillantes, poussant le vice jusqu'aux abords d'institutions plus vastes. Toute la clique est gangrénée. Du simple flic en uniforme au maire grassouillet de la ville, pas un pour rattraper l'autre sauf, tiens donc, l'homme aux moustaches anarchiques, le type à la dégaine clocho-décontractée, Serpico, celui par qui la Vertu s'embrase. Flic atypique et extrêmement doué, un poil grognon, bourreau des cœurs, Lumet nous dresse avec ferveur un portrait des plus passionnants, à grand renforts de plans rapprochés bouillonnants et de mimiques, Al Pacino, irréprochable. Messie d'une droiture presque oubliée, Serpico, ne s'ouvrant pratiquement jamais aux femmes qui lui sont dévouées, compliquera sa tâche en jouant la carte de l'être impénétrable un peu trop souvent. Machoires brisées, accès de folie grandioses, face à face terrifiants, jeux de regards avec la Mort, Serpico/Lumet repoussent à maintes reprises les frontières, les franchissant sans hésiter. Au diable la prudence, à mort la corruption, buvons à l'innocence, au retour de la Raison - Yeah Man, c'te délivrance, l'honnêteté réintègre la maison.
Espace-Critique.fr
Espace-Critique.fr

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 245 critiques

3,5
Publiée le 29/07/2018
Je ne sais pas si c’est un problème d’adaptation du roman, mais toute l’exposition souffre d’un problème de rythme. Même pour un film du Nouvel Hollywood (donc plus libre dans la narration), ces ellipses à géométrie variable (de quelques jours à plus d’un an) qui s’enchaînent pendant 3/4 d’heure empêchent de bien rentrer dans le film. La suite est plus classique, donc plus efficace et permet enfin de faire exister le personnage autrement que par la taille de sa barbe. Très bonne mise en scène et Al Pacino est au top en Robinson Crusoe perdu dans la corruption de la police new-yorkaise, seul avec son chien, sa souris et son perroquet. Petit regret: comme souvent, les rôles féminins sont purement décoratifs.
Carlos Stins
Carlos Stins

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 657 critiques

4,0
Publiée le 14/09/2017
Parmi les classiques que nous a offert Sidney Lumet on trouve "Serpico", film noir qui s'intéresse à Serpico, un flic intègre qui lutte contre la corruption. Si j'ai trouvé que le film manquait de fluidité sur la plan scénaristique et de rythme, le film se rattrape grâce à une mise en scène inspirée. Sidney Lumet crée une ambiance noir qui fait ressortir toute la contradiction d'un New-York sombre, inquiétant mais néanmoins fascinant. L’interprétation de Al Pacino est magistral, il est véritablement Serpico et fait évoluer son personnage à merveille, le rendant attachant et touchant. Je considère "Serpico" comme l'une des oeuvres les plus abouties de Sidney Lumet, un film âpre et beau malgré la simplicité de son propos.
Black-Night
Black-Night

Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 420 critiques

4,0
Publiée le 18/03/2015
Serpico est un très bon film. Il s'agit aussi d'un très bon polar qui en même temps fait office de biopic car racontant l'histoire vraie de Frank Serpico policier intègre détesté de tous luttant contre la corruption au sein de la police new-yorkaise. Très clairement, il mérite qu'on s'y intéresse pour l'un des rôles les plus marquants dans la carrière de l'acteur Al Pacino car ici il incarne de façon magistrale le personnage principal. Les différents looks de l'acteur dans le courant du métrage y sont juste extra, et la barbe lui va tellement bien. Tous ses looks se justifie car dans l'histoire, ce flic s'habillera en civil en adoptant un style vestimentaire classique dans ses fonctions qui lui permettra de se fondre dans la population pour mieux surveiller et enquêter. Cependant le métrage a pris un léger coup de vieux, et il n'est pas passionnant de bout en bout car dans la deuxième partie du film, l'ennui fait face à certaines longueurs dû à un manque de rythme. Qu'importe puisque l'ensemble fonctionne, l'histoire est intéressante et le jeu de l'acteur principal emporte le tout pour nous faire passer un bon moment. La réalisation y sera très bonne aussi dans son ensemble et la bande son incorporé au métrage y sera bonne également avec un style correspondant bien au genre. Les autres acteurs qui l'accompagnent sont bons avec : John Randolph, Jack Kehoe, Biff McGuire. Un classique à voir. Ma note : 8/10 !
Akamaru
Akamaru

Suivre son activité 516 abonnés Lire ses 4 334 critiques

2,0
Publiée le 28/06/2010
"Serpico" fut un des premiers films à traiter frontalement de la corruption généralisée de la police de New York.Tourné en décors naturels(pour renflouer les caisses de la municipalité),le film de Sidney Lumet filme avec une précision documentaire la dure loi des flics de la rue.Frank Serpico est un personnage fascinant.D'une droiture extrême,il ne tolère pas les travers de ses collègues,et se met en opposition à un système ancestral.Son sort étant scellé d'avançe,il se bat contre des moulins à vent,avec une rage extériorisée et une volonté inégalée.Al Pacino,fiévreux,inarrétable,livre une composition géniale.On sent son investissement dans ce film,ne serait-ce que par cette fameuse barbe touffue(qui contraint à tourner à l'inverse de l'ordre chronologique).New York est montré comme une ville interlope,crasseuse,où flics comme racailles sont pourris jusqu'à l'os.C'est un sujet très fort,un parcours individuel écrasé par les contraintes,par l'idéalisme.Dès lors,il est dommage de constater un tel problème de rythme,qui ne convient pas à cette histoire tragique.Le montage,problème récurrent des polars des seventies est également à pointé du doigt.Des défauts qui m'ont empêché de tout apprécier pleinement,bien qu'à lui seul,Pacino vaille le détour.
ER9395
ER9395

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 337 critiques

4,0
Publiée le 25/04/2013
Al pacino est immense , mais ça on le savait déjà , certes le film à forcement vieilli , mais il est très représentatif des 70's et mérite largement le détour .
Caine78
Caine78

Suivre son activité 699 abonnés Lire ses 7 187 critiques

4,0
Publiée le 06/02/2007
Avec Un après-midi de chien, Serpico est une des oeuvres maitresses de Lumet. Cette est époustouflante de bout en bout, passionnante au possible. Elle nous offre un magnifique portrait, celui d'un policier intègre, bon, près du peuple, que l'on va pousser dans ses derniers retranchements, jusqu'à le faire tomber presque définitivement. C'est également l'image de tout un système que Lumet décrit, celui d'une police pourrie jusqu'à la moelle et prête à tout pour continuer ses activités illégales. Mais Lumet n'en oublie pas pour autant de nous raconter une histoire, celle d'une relation également, qui se terminera mal pour Serpico et celle qui l'aime, mais que j'ai trouvé en tout cas d'une grande sobriété et très touchante. Al Pacino est bien sur immense. Tout simplement formidable.
Lebruitdupopcornmerendfou
Lebruitdupopcornmerendfou

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 150 critiques

0,5
Publiée le 04/02/2017
J'adore Al Pacino comme acteur. Pourtant, je trouve ce film invraisemblable, mou. Il est bourré de vieux clichés véhiculés par les anti-flics. Le personnage de Serpico est ridicule. On le voit offrir un café à un mec qui a participé à un viol (tout cela pour dénoncer des méthodes de passage à tabac dont ce dernier a été victime juste avant). Tout cela n'avance pas, n'est pas cohérent et est très lent. Quitte à regarder, un autre film de flic peu cohérent aussi avec Al Pacino. Autant regarder la chasse. Ce film a au moins l'avantage d'avoir une trame, un suspense et un personnage de flic infiltré dans le milieu gay qui est intéressant. Serpico a donné un look à son personnage avec sa collection de bobs ou bonnets ridicules, c'est l'unique originalité de ce film.
Florian Malnoe
Florian Malnoe

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 528 critiques

4,0
Publiée le 18/03/2015
Un véritable réquisitoire de l'institution américaine et de ses forces de l'ordre âpre, amère et réaliste porté par un Al Pacino au sommet de son art. Tirée d'une histoire authentique la mise en scène comporte en revanche quelques longueurs parfois et je n'ai pas spécialement réussi à m'attacher au personnage de "Serpico" malgré son jeu frôlant la perfection; c'est pourquoi ce film ne m'a pas forcément entièrement passionné et que j'ai eu quelques difficultés à bien rentrer dans les états d'âme de ce flic. Mais on ne peut quand même que saluer l'objectivité et la force du propos souligné.
vinetodelveccio
vinetodelveccio

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 798 critiques

4,0
Publiée le 16/03/2015
Un polar génial dans la plus pure tradition des 70's, servi par un Al Pacino au sommet de son art. Sidney Lumet, comme d'habitude, nous offre une histoire magistrale une histoire de courage, l'histoire d'un homme seul contre tous, une histoire racontée avec force et violence. C'est filmé avec beaucoup de vérité et si Pacino est de tous les plans, c'est pour mieux souligner sa solitude, sa rage, ses désillusions face à la gangrène qui ronge la police New Yorkaise de l'époque. Le scénario ne nous lâche pas, on est tout de suite happé par ce parcours singulier et par la tension qui monte peu à peu. Al Pacino quant à lui est véritablement habité et incarne totalement le personnage. On y croit toujours, et on ne voit plus l'acteur mais uniquement Serpico, luttant pour la probité de sa profession et donc de sa vie. Excellent.
soniadidierkmurgia
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 3 112 critiques

4,0
Publiée le 23/10/2014
La rencontre entre Sidney Lumet et Al Pacino tombe au meilleur moment pour les deux hommes. Lumet qui sort tout juste de la réalisation de « The offence », film très troublant sur la lente destruction mentale qui peut résulter de l’exercice du métier de flic, profite de « Serpico » pour creuser le même sillon un peu plus profondément avec cette fois-ci une dénonciation en règle de la corruption qui gangrène la police dans les grandes mégapoles. De son côté Al Pacino qui a accédé brutalement à la célébrité en seulement trois films sous les directions successives de Jerry Schatzberg (« Panique à Needle Park » en 1971 et « L’épouvantail » en 1973) et de Francis Ford Coppola (« Le parrain » en 1973) saute sur ce nouveau rôle à très forte intensité dramatique qui lui permettra d'asseoir encore un peu plus sa réputation d'acteur de la "méthode" rénovée. Il parait évident avec le recul que ces deux là devaient se rencontrer. Le sujet offert par la fabuleuse aventure de Frank Serpico est de premier choix et tout brûlant d’actualité, l’ancien inspecteur de la police new yorkaise ayant témoigné seulement deux ans plus tôt devant la commission Knapp mise en place par le maire de l’époque John Lindsay pour éradiquer la corruption généralisée au sein du NYPD. La maîtrise technique de Sidney Lumet rodée depuis les années 1950 où il fit ses premiers pas à la télévision et la modernité du jeu de Pacino s’accordent harmonieusement pour montrer comment la corruption gagne progressivement tout un système, instaurant des règles très strictes qui finissent par se substituer à celles qui régissent normalement l’institution. Tout ceci avec la parfaite complicité de la plus haute hiérarchie qui tout à la fois par duplicité, laxisme et impuissance encourage la structuration d’une hiérarchie parallèle des priorités censée pallier les salaires insuffisants tout en garantissant une certaine efficacité contre les délits les plus graves. Ce pacte non écrit pouvant paraître un pis-aller porte en lui l’auto destruction programmée du système par l’inévitable surenchère consubstantielle à l’appât du gain facile. Il est évident que la pieuvre installée, tout corps étranger doit se laisser prendre dans ses tentacules ou être rejeté. Frank Serpico flic iconoclaste au look décalé et aux méthodes musclées mais aussi pétri d’idéal va devenir rapidement un caillou dans la chaussure des principaux acteurs du système mafieux mis en place. Muté de poste en poste, il va pouvoir constater qu’aucun quartier n’est épargné, le niveau de sophistication et l’ampleur des gains s’amplifiant là où règne la prospérité économique. On peut juste s’étonner à la vision du film qu’une solution radicale n’ait pas été dictée avant par quelque ponte impatient pour arrêter l'empêcheur de tourner en rond. Al Pacino est bien sûr complètement impliqué dans l’identification à son rôle, copiant jusqu’à la démarche claudicante de Serpico. Sidney Lumet qui n’est jamais autant à l’aise qu’en milieu urbain filme avec maestria les rues enfumées de New York aidé par l’opérateur confirmé Arthur J. Ornitz. Si Pacino est souvent filmé en action, Lumet n’omet pas de dévoiler la face privée du personnage dont l’intransigeance et l’obstination mise dans le combat qu’il a entrepris lui ferme progressivement les portes d’une vie sentimentale épanouie. Témoin d'une époque et suspense haletant "Serio" s'il ne constitue pas le plus grand chef d'œuvre de son auteur figure assurément dans le quinté de tête de sa filmographie. Quarante ans après on reste sidéré par la force de conviction du jeu de Pacino peut-être par moment trop enfiévré. Les deux hommes convaincus par leur première collaboration enchaînerons deux ans plus tard avec le survolté "Dog day afternoon". Serpico quant à lui devenu un paria devra choisir l'exil en Suisse. Le dernier plan montrant Pacino assis avec son chien le paquebot France à quai derrière lui, est sans équivoque sur l'amertume ressentie par Lumet. Un très joli Blu-Ray édite par Studio Canal respectant l'aspect crasseux du New York de l'époque, agrémenté de deux reportages instructifs sur Lumet et Pacino par Dominique Maillet vous permettra d'apprécier toute la force d'engagement de ce film.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top