Mon AlloCiné
Ran
note moyenne
4,0
1247 notes dont 110 critiques
39% (43 critiques)
34% (37 critiques)
13% (14 critiques)
6% (7 critiques)
4% (4 critiques)
5% (5 critiques)
Votre avis sur Ran ?

110 critiques spectateurs

chrischambers86

Suivre son activité 1038 abonnés Lire ses 9 993 critiques

4,0Très bien
Publiée le 21/10/2009

Epopèe violente, cruelle et majestueuse, Akira Kurosawa èlève les scènes de combat à une perfection chorègraphique absolue! Dès 1975, le rèalisateur entreprend l'ècriture du scènario de "Ran" qu'il rèalisera...dix ans plus tard! Entre-temps, le cinèaste tourne "Kagemuscha", qui obtient la Palme d'or au festival de Cannes en 1980! Ce film apparaît comme une rèpètition gènèrale de "Ran" dont le scènario est entièrement rèècrit! Enfin, Kurosawa rencontre Serge Silberman, un producteur français prêt à partager sa folie! il lutte pendant trois ans pour apporter à Kurosawa les moyens de concrètiser son ambition avec le budget le plus important de l'histoire du cinèma japonais! Cette fresque trouve ses sources dans l'histoire du Japon et dans « Le Roi Lear », de Shakespeare! Au XVIe siècle, Motonari Mori ètait le chef d'un des plus importants domaines du Japon! Kurosawa imagine que, avant sa mort, ce seigneur partage ses biens, non pas entre ses trois filles, comme dans « Le Roi Lear », mais entre ses trois fils! Une dècision qui conduit au chaos ("Ran" en japonais). Neuf mois de tournage èpuisant: Kurosawa, 75 ans, fait travailler son èquipe du lever au coucher du soleil! Deux journèes complètes de rèpètition prècèdent pour la petite histoire chaque journèe de tournage! Au pied du Mont Fuji, deux châteaux ont ètè entièrement construit, pour être ensuite incendiès! L'exactitude est essentielle pour Kurosawa qui dit toujours à ses collaborateurs que la moindre de leurs rèalisations doit supporter l'èpreuve du gros plan! En 1985, lorsque "Ran" sort dans les salles, le cinèaste japonais reçoit du festival de Cannes un trophèe pour l'ensemble de son oeuvre! Et ce film testament apparaît d'emblèe comme une crèation majeure du cinèma mondial...

ghyom

Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 149 critiques

3,5Bien
Publiée le 25/05/2014

Ran de Kurosawa reprend la trame du Roi Lear de Shakespeare. C’est une adaptation très libre mais qui garde intact l’articulation de l’histoire et les thèmes de la corruption par le pouvoir, de la vengeance, de la folie. Ici c’est donc un seigneur japonais : Hidetora qui divise le pouvoir entre ses 3 fils. Son benjamin prédisant les malheurs d’une telle division se verra répudié pour son honnêteté et la remise en cause des choix de son père. L’aîné, devenu chef du clan, ne tarde pas à vouloir affermir son statut. Ce père, toujours en vie, est une gêne. Bien aidé par une épouse manipulatrice, il finira par bannir son père. Cherchant refuge chez son 2è fils, le seigneur Hidetora se verra à nouveau rejeté et errera en compagnie de son fou et d’un guerrier resté fidèle. Esthétiquement Ran est tout simplement magnifique. Les vastes paysages s’animent des couleurs des différents clans. Les scènes de batailles sont extrêmement prenantes et j’ai particulièrement apprécié celle du château sur fond musical sans aucun son diégétique et ces plans d’un Hidetora catatonique alors que des flèches enflammées traversent l’écran. Néanmoins, sur le fond, Ran manque un peu de sentiment. Le sur-jeu des acteurs, fortement influencé par la tradition théâtrale japonaise, en est peut-être la cause. Je n’ai pas eu ce problème dans Rashomon mais c’est une fable philosophique, l’attachement au personnage n’est pas essentiel, ni dans Les 7 Samouraïs grâce à l’humour de Toshiro Mifune ou encore dans Dersou Ouzala car le jeu est plus « classique », mais ici ce sur-jeu m’a parfois dérangé. Ran reste malgré tout un bon film esthétiquement bluffant.

christophe t.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 156 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 29/08/2010

Fresque historique sombre, "Ran" est une œuvre à l'esthétique indéniable. Photographie, couleurs, décors, costumes, le film de Kurosawa est visuellement magnifique. Plongé dans le Japon médiéval, le scénario fourni une histoire intéressante, ponctué de trahisons, meurtres et soif de pouvoir. Là ou Kurosawa flatte son talent, c’est dans la réalisation des deux scènes de batailles, avec une mention à la première. L’horreur, le chao découlant des diverses trahisons, y est à merveille retranscris à travers une violence parfois crue. Cependant le jeu des acteurs, sur-jouant en permanence notamment Mieko Harada, agace. De même, une réserve est à poser au niveau du rythme. Car si en soit un rythme lent comme c’est ici le cas, n’a rien de négatif, ici cette lenteur est utilisé même lorsqu’elle ne devrait pas l’être (une pensée à certaines scènes aux dialogues fastidieux et non essentiels). Subjectivement, si « Ran » n’est peut être pas un grand film, si il est surement plus beau que bon, le film de Kurosawa se révèle appréciable.

Moorhuhn

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 569 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 25/05/2010

Démarrant plutôt bien, posant les bases d'un drame familial s'annonçant assez rude, Ran ne conserve hélas pas cette constance dans l'intérêt. En effet, passé par la première heure plutôt bonne, on ne peut s'empêcher de ressentir de l'ennui. Le véritable problème de Ran est le fait que peu d'émotions transitent, les personnages ( mis à part le vieux père) se révèlent plats et inintéressants. Dommage ça partait pourtant bien, au final le film est moyen et plutôt fade. L'esthétique aurait pu changer la donne mais n'est finalement pas extraordinaire. Certainement pas le meilleur Kurosawa.

DanielOceanAndCo

Suivre son activité 285 abonnés Lire ses 3 365 critiques

4,0Très bien
Publiée le 22/04/2009

La seule chose qui m'empêche de qualifier "Ran" de chef d'oeuvre est son rythme qui faiblit parfois, principalement en fin de film. A part ça, il faut reconnaître que la grâce de la mise en scène et la profondeur de la tragédie vécue par les personnages, et accessoirement inspirée du "Roi Lear" de Shakespeare, rendent ce film d'Akira Kurosawa purement et simplement indispensable. "Ran" est donc beaucoup plus abouti que son prédécesseur "Kagemusha" sorti cinq ans auparavant et est un vrai régal pour les yeux tant les plans ressemblent à des tableaux de maîtres. Malgré quelques réserves liées au rythme, il serait dommage de passer à côté de ce grand film mis en scène par un grand monsieur du cinéma japonais et mondial!!

Yves G.

Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 1 236 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 05/03/2013

Voilà au moins 41 ans et demi que je voulais voir le chef d'oeuvre de Kurosawa ! Le Grand Action le rediffusait hier dans le cadre d'un cycle "Shakespeare au cinéma" terriblement stimulant. La déception a été à la hauteur de l'attente. Je ne suis pas entré dans cette adaptation du roi Lear au temps des samourais. Sans doute les batailles filmées comme des ballets de couleurs en longs plans séquences sont-elles un ravissement pour l'oeil. Mais le film interminable (2h40) est écrasé par son statut de chef d'oeuvre, comme si chaque scène, chaque plan devait surpasser le précédent par sa beauté. Tant de génie finit par lasser. Et on pousse un soupir de soulagement quand le roi et le dernier de ses trois fils trouvent enfin la mort.

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 1 117 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 14/01/2014

Un film sur la fracture entre un père et ses fils, sur le pouvoir et la veangance. Situé dans le Japon du XVIème siècle, cette histoire se distingue d'abord par sa grande modernité, comme souvent chez Kurosawa. Mais cette merveille du septième art ne s'arrête pas à l'évocation de thèmes aussi passionnants que traités avec une profondeur inouïe. La grandeur du film réside aussi dans sa beauté formelle, avec des images semblables à des tableaux, et un travail remarquable sur la sang qui a rarement été aussi rouge, et sur le cadrage des champs qui participe à l'effet de réel. Et si le réalisme tient une place importante, que dire alors de la dimension mystique! Celle-ci s'incarne dans la folie de Hidetora Ichimonji, et se révèle aussi inquiétante que fascinante. L'esprit de Ichimonji semble se partager entre la Terre et un au-delà indéfini, et propose alors une abstraction nouvelle dans le cinéma de Kurosawa. Une oeuvre d'une immense richesse, tant d'un point de vue formel que thématique, et par conséquent, importantissime pour le cinéma.

Misoramengasuki

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 507 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 30/03/2003

C'est entendu, Kurosawa est un grand metteur en scène. Certains moments du film (la scène dans la cabane de Tetsumaru, l'exil du père, la scène de la tête de renard...) sont remarquables par leur force, leur esthétisme ou leur humour. Certains personnages sont mémorables: l'aveugle Tetsumaru, tout droit sorti d'un pièce de théâtre nô, ou le fou du roi, d'inspiration shakespearienne. Et cette histoire où chacun est tour à tour bourreau et victime est dans l'ensemble passionnante. Restent quand même pas mal de réserves. Quelques lourdeurs et longueurs (la tirade finale sur les hommes qui se battent tout le temps...) rappellent que Kurosawa n'est pas le cinéaste le plus sobre de l'Histoire. Nakadai, dans le rôle du père trahi, manque de charisme et donne dans l'histrionisme un peu vain. Que n'a-t-on offert le rôle à Mifune Toshirô, l'acteur fétiche de Kurosawa! De façon générale, les acteurs sont assez ternes, à part Harada Mieko, géniale dans son rôle d'épouse assoiffée de vengeance. Les scènes de bataille sont aseptisées et pas vraiment convaincantes. Et bon nombre de scènes sont reprises presque telles quelles d'anciens films de Kurosawa, comme le Chateau de l'araignée. Il y a pire comme source d'inspiration... mais ça donne au film un côté de déjà vu qui en gomme un peu l'intérêt.

fandecaoch

Suivre son activité 352 abonnés Lire ses 2 229 critiques

3,5Bien
Publiée le 18/05/2014

Ran : Directement inspirée d’une œuvre de Shakespeare (Roi Lear) est cela ce sent même si ils ont fait ça a la sauce japonaise. Mais on y voit les différents thèmes chers à Shakespeare : l’amour, la trahison, la guerre entre des familles et surtout la fin qui est très tragique comme d’habitude chez Shakespeare. Donc, cela donne une fresque assez bien foutu avec une drôle dose d’humour grâce a certains situations et personnages, surtout le vieux père. Car, c’est un veille homme qui va bientôt mourir et qui doit donner son empire a l’un de ses trois fils : qu’il est le plus méritant. Donc, on va avoir le droit à une dispute de pouvoir. Mais malgré ce bon scénario, le film est assez mal rythmé avec pas mal de longueur. Normalement, le film de plus de 2H30 devrait être irréprochable et prenant mais pas la, dommage que on s’ennuie un peu. Sinon, la réalisation est assez majestueuse. C'est-à-dire, les décors naturelles et l’ambiance japonaise est vraiment unique. Donc voila, un Akira Kurosawa long mais cela vaut le coup d’œil.

Tedy

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 2 471 critiques

0,5Nul
Publiée le 08/09/2008

Les films de Kurosawa ne sont généralement pas très dynamiques et d'un rythme lent. Mais "Ran" bat tous les records de lenteur, même les rares scènes d'action ne parviennent pas accrocher un spectateur déjà endormi par des scènes de dialogues interminables.

Top of the World

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 140 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 01/11/2016

"Ran" signifie "chaos" en japonais. De chaos, il en est évidemment question ici, tout comme de son corollaire, la désolation. Chaos et désolation de fin du monde (ou au moins d'un monde, à savoir le Japon féodal) où l'amour et la loyauté ne résistent pas à l'ambition, à la cruauté et à la haine, où l'hybris des hommes les mène à leur perte, sans que l'on puisse décider si leur mort est voulue des dieux ou si ces derniers la déplorent (voir la plainte finale de Kyoami et de Tango, celui-ci se faisant l'incarnation du coryphée). Le tour de force du film est néanmoins de faire sourdre de cet univers verrouillé un élan de lyrisme et de flottement au bord de l'abstraction quand Hidetora, proche de basculer dans la folie dans la seconde partie du film, erre dans une nature sauvage d'où la violence paraît tenue à l'écart. C'est évidemment un leurre, le personnage se remémorant les horreurs dont il fut lui-même coupable: personne ici ne peut faire le mal sans en payer les conséquences. Mis en scène avec la rigueur et l'assurance d'un vieux maître au sommet de son art, "Ran" est une splendeur esthétique traversée de fulgurances sidérantes (inoubliable gerbe de sang qui gicle pour signifier la mort de Kaede) doublée d'une vision au scalpel, dure mais sans complaisance, de la folie des hommes quand il est question de pouvoir : un chef-d'oeuvre impressionnant de sécheresse.

tuco-ramirez

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 1 025 critiques

2,5Moyen
Publiée le 16/05/2016

Japon 16ème siècle, un seigneur vieillissant décide d’organiser sa succession. Il choisit parmi ses 3 fils celui qui prendra la suite. Mais les 3 fils vont se déchirer autour de cette décision. Considéré comme un chef d’œuvre du cinéma mondial et le grand film de Kurosawa, l’indifférence est le sentiment qui prime chez moi après plus de 2h30 longuette, parfois pesante… mais heureusement éclairées par des fulgurances esthétiques et scénaristiques. Kurosawa, très Shakespearien ici, adapte dans l’univers des samouraïs le fameux « Roi Lear ». Et il parvient très bien à traduire en tragédie sa fresque médiévale pour en faire un vrai opéra du chaos (« Ran » en japonais). Peut-être ai-je été totalement hermétique à tous les codes de l’opéra ? Longs dialogues lyriques épuisants, sur jeu des acteurs dont en tête le vieux Hidetora et la femme vampire Kaede, scénographie très composée voire ampoulée, ouverture et fermeture de portes comme un rideau symbolisant les actes d’une pièce,… Ensuite, le scénario avait pourtant tout pour être passionnant. Pour moi, ce film tient ses promesses uniquement pour son esthétisme : les batailles filmées comme des ballets très colorés et hyper chorégraphiés, photographie, décors (les châteaux incendiés ont été construits au pied du Mont Fuji pour l’occasion), les costumes (même si le costume immaculé du vieux Hidetora reste blanc comme neige malgré ses errances en pleine nature sauvage !!!). Un projet démesuré plus beau que bon.

JimBo Lebowski

Suivre son activité 199 abonnés Lire ses 868 critiques

3,5Bien
Publiée le 26/04/2016

Esthétiquement parfait, rien à redire à ce niveau, on peut screenshoter 90% les plans et les afficher sur les murs à la maison, la mise en scène est une nouvelle fois à la hauteur de l’ambition de la réadaptation de l’oeuvre de Shakespeare, tout comme la reconstitution qui se jumelle admirablement aux décors, franchement on y est, il n’y a aucun doute. Ce qui m’a principalement intéressé c’est le personnage du seigneur Hidetora (interprété par le très expressif et non moins excellent Tatsuya Nakadai), de voir cet homme trahis et destitué par la rapacité de sa propre descendance, tout ce qui tourne autour de lui jusqu’à la fin est génial, la scène de l’assaut où il ressort du temple en feu est extraordinaire. Le passage que j’ai vraiment adoré et qui me restera principalement en mémoire c’est lorsqu’il trouve refuge dans cette hutte miteuse et que l’aveugle lui joue un air de flute, et là on perçoit dans son regard que c’est la fin, qu’il est au fond du trou et voit sa vie défiler devant ses yeux, au point de limite en faire un AVC ensuite, c’est tellement beau et fort. J’ai aussi beaucoup aimé les batailles en dur, les cadres élargis, l’aspect grandiose des déploiements de forces, Kurosawa ne triche pas avec sa mise en scène et tout est coordonné au millimètre. Ce qui m’a par contre moins séduit ce sont les enjeux militaires et cette conspiration du personnage féminin que je trouve sans réel machiavélisme, ça se joue en sourdine, on est un peu loin du "Château de l’Araignée" à ce niveau là, de même pour ce souffle de magie qui manque cruellement, l’ambiance est moyenne, où paradoxalement la picturalité est folle et la bande son souvent très bonne, c’est presque frustrant, il y a cependant des petits moments de grâce, mais qui viennent toujours du personnage de Hidetora, toujours. PS : Un des thèmes musicaux me rappelle beaucoup un de ceux de John Williams sur "Jurassic Park".

thiolg

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 11 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 23/04/2016

Hé bien il ne se passe pas grand-chose de palpitant. Le suspense ne prend pas, et surtout pas dans les batailles. Les trahisons se succèdent mais le drame se déroule sans rebondissements. Trois heures de belles images qui sont toujours les mêmes, c'est long.

Art_Cinéma

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 48 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 20/11/2015

Kurosawa s'impose en maître du Japon à travers Ran. Une fresque majestueuse où les échos dramatiques et amoureux ne cessent de s'échanger aux rythmes des coups de sabres.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top