Mon AlloCiné
    Cette femme-là
    note moyenne
    2,5
    268 notes dont 53 critiques
    17% (9 critiques)
    21% (11 critiques)
    13% (7 critiques)
    26% (14 critiques)
    19% (10 critiques)
    4% (2 critiques)
    Votre avis sur Cette femme-là ?

    53 critiques spectateurs

    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 790 abonnés Lire ses 5 023 critiques

    3,0
    Publiée le 4 octobre 2010
    Très estimable, mais on pouvait attendre encore mieux de ce film. En effet, la mise en scène de Nicloux était très bonne, et on suivait ce polar avec beaucoup d'intérêt, d'autant que l'atmosphère était vraiment excellente. Malheureusement, la grosse faute est du au scénario, déja assez délicat durant tout le film, mais qui devient carrément incompréhensible a la fin. Dommage, surtout que Balasko était impressionnante dans ce role a contre-emploi.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    1,0
    Publiée le 17 septembre 2009
    Un autre polar poissard de Guillaume Nicloux,véritable défenseur acharné de ce type de films.Ambiance délétère,forêt ombrageuse,visages opérés du sourire.Nicloux connaît par coeur la recette du pessimisme,quite à abuser de gimmicks de mise en scène(un élément suspect à l'arrière-plan)."Cette femme-là" est le 2ème volet de sa trilogie policière,constitué également d'"Une affaire privée" et de"La clef",avec certains personnages récurrents comme ici le détective privé Maneri(Thierry Lhermitte).Son visionnage vaut intégralement pour la prestation à contre-emploi de Josiane Balasko.Livide,ayant des visions cauchemardesques et n'arrivant pas à faire le deuil de son fils,elle joue un capitaine Varin,qui n'attend rien de la vie,si ce n'est la résolution d'enquêtes les plus opaques.Elle est l'atout-maître d'un Nicloux,qui en dehors de ce beau portrait de femme funeste,se perd dans les dédales inintéressants d'un suicide irrésolu.Et plutôt que d'aller au bout de sa mélancolie aiguë,il préfère faire sombrer sa série noire dans l'excitation sanglante.Tout le travail de sape sur l'atmosphère nébuleuse s'en trouve réduit à néant.Parfois,certains mystères doivent le rester.
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 856 critiques

    3,5
    Publiée le 25 février 2017
    Comme souvent chez Guillaume Nicloux, l'ambiance est aussi sombre qu'étrange, et comme souvent, il réalise un polar bien foutu.
    mijoma
    mijoma

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 270 critiques

    2,5
    Publiée le 27 décembre 2010
    Une ambiance lourde et efficace . Une énigme qui se dévoile très bien au final . Par contre le film manque de consistance dans son déroulement .
    christonico45
    christonico45

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 158 critiques

    2,5
    Publiée le 21 juin 2007
    Un polar...pas trop mal... Le seul véritable intérêt est de voir Josiane Balasko dans un rôle bien différent de ceux qu'elle interprête habituellement...et qui lui va parfaitement
    stephanevocel
    stephanevocel

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 20 critiques

    0,5
    Publiée le 3 février 2009
    Le contre-emploi d'une des actrices (voire de l'actrice) les plus insupportables du cinéma français. Elle fait la gueule (vite, un césar pour la dame) , fait plein de cauchemars à hurler de rire et se réveille en refaisant la gueule. Pour ce qui est du scénario, il faudrait peut-être que les studios fassent appel à des flics pour un minimum de crédibilité parce qu'on a pas fait de bons films policiers en france depuis un quart de siècle au moins.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1562 abonnés Lire ses 8 726 critiques

    2,5
    Publiée le 7 octobre 2019
    Cinquième long-mètrage de Guillaume Nicloux! Un polar magnètique et sombre à l'ambiance cafardeuse, avec une actrice qui fait dans le contre-emploi. "Cette femme-là', c'est Josiane Balasko, totalement mèconnaissable, qui n'hèsite pas à casser son image pour incarner une femme-flic brisèe à la dèrive! Un peu comme Thierry Lhermitte dans "Une affaire privèe" du même rèalisateur! Comme toujours chez Nicloux, il y a des choses qui motivent les personnages dans ses films! Des finalitès comme la mort, les deux facettes d'une mèdaille dont Michèle Varin est prisonnière! C'est parfois confus mais l'angoisse est bel et bien là dans cette enquête! Attention une scène choc est à relever...
    Rod-inou
    Rod-inou

    Suivre son activité 212 abonnés Lire ses 162 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un film au scénario parfois bancal, pour ne pas dire recousu. Mais la magie du film ne repose pas là. Le film EST Balasko. Comment peut-on passer du boudin de service dans Les bronzés font du ski à ce film aussi morbide, sombre et lugubre ? Hormis Jugnot qui avait reussi un exploit similaire, mais sans être aussi profondément inquietant dans Une époque formidable, Balasko cloue tout le monde au pied du mur en montrant tout son talent. Et rien que pour cette prestation hallucinante, vous DEVEZ voir ce film, qu'il vous plaise ou non. Vous serez convaincu qu'en France, il existe des actrices, des vraies.
    elisa2102
    elisa2102

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 1 486 critiques

    3,0
    Publiée le 21 avril 2010
    Sûrement l'une des meilleures interprétations de Josiane Balasko.
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 994 critiques

    3,5
    Publiée le 10 septembre 2013
    Sombre et pluvieux comme Seven, plombé et comateux comme Insomnia, ce polar/thriller de Guillaume Nicloux est une bonne surprise. À force de mouvements lents de caméra, d'éclairages glauques, il distille une ambiance poisseuse assez captivante. Au-delà de la maîtrise technique et de la précision de la mise en scène, le réalisateur a réussi deux paris : tenir jusqu'au bout une intrigue très noire, hantée par le suicide, la mort, avec quelques visions cauchemardesques ; brosser un portrait de femme peu commun : laide, abattue, torturée. Étonnant contre-emploi pour Balasko, très sobre, incarnant un personnage qui est là sans être là, un fantôme poursuivi par ses fantômes. Des détails insolites (les séances de yoga, la passion pour le puzzle, le lapin domestique), ainsi que des personnages au physique singulier (le petit Léo, notamment) ajoutent à l'étrangeté de ce bon film de genre.
    John Henry
    John Henry

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 463 critiques

    1,0
    Publiée le 15 juin 2007
    Après s'être fixé un objectif de départ, Nicloux donne l'impression de se perdre au fur et à mesure que l'histoire se conte dans ses pensées et s'emmêle dans son scénario. Cette femme là ne fait jamais qu'effleurer ses propres sentiments, sa propre vérité, ça reste trop superficiel pour avoir un véritable impact.
    JamesDomb
    JamesDomb

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 1 061 critiques

    1,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Deception. Josiane Balasko est certes métamorphosée et credible dans le role de cette femme flic paumée et depressive, la photo de Pierre-William Glenn belle et soignée...mais la réalisation de Guillaume Nicloux fait dans l'excès, les mouvements de caméra sont aussi inutiles que tape-à-l'oeil. Voulant instaurer une atmosphère lugubre et sombre, Nicloux ne parvient qu'à creer une atmosphère artificielle, poussive et possède le meme défaut que dans 36,Quai des Orfèvres de Marchal, l'omniprésence de la musique dans les scènes dramatiques et de dialogues. Scénario partant dans tous les sens pour arriver à rien, Cette Femme-là est un film trop léché, au rythme lent, maladroit et aux scènes souvent risibles (les scènes de cauchemars font sourire malgré elles). Interprétation et dialogues decevants, Cette Femme-là est un film raté.
    stillpop
    stillpop

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 444 critiques

    2,0
    Publiée le 25 juillet 2011
    Si vous n'aimez pas Josiane Balasko et les abats jours seventies, passez votre chemin ! Une ambiance sombre, limite étouffante, long, pas beaucoup d'action, moins drôle et moins sexy que son précédent film. Bref, pas une réussite, à part la peinture d'une femme au bout du rouleau sans fausses notes et assez intense.
    Incertitudes
    Incertitudes

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 701 critiques

    4,0
    Publiée le 2 janvier 2009
    Cette femme-là fait partie du deuxième volet qu'a consacré Guillaume Nicloux au polar. Sorti en 2003, il est la suite de Une affaire privée avec Thierry Lhermitte que l'on retrouve à travers une scène. Cette fois-ci, c'est un autre Bronzé qui subit le traitement niclouxien, qui prend plaisir à malmener ses interprètes principaux. Lhermitte dans Une affaire privée, Balasko ici dans Cette femme-là et Monica Bellucci dans Le concile de Pierre. Josiane Balasko est Michelle Varin, capitaine de police traumatisée par la mort de son fils. Solitaire, elle préfère désormais faire des puzzles avec un lapin comme compagnie. Son travail l'amènera à enquêter sur une femme retrouvée pendue en pleine forêt. Ce qu'il faut souligner dans ce film policier, c'est son atmosphère extrêmement noire et glauque. La photographie signée Pierre-William Glenn, le chef opérateur de Pialat et des films de Corneau au début des années 80, y est peut-être pour quelque chose. Certains plans-séquences sont de toute beauté et renforcent cette atmosphère étouffante et tortueuse, avec la forêt, la nuit sous la pluie et un chemin enneigé, qui font penser à David Lynch ou Alfred Hitchcock. La pauvre Josiane Balasko n'est pas épargnée dans tout ça. Outre des cauchemars récurrents et terrifiants, de plus en plus réels, elle se prend de la terre, de l'urine, sans compter les trombes d'eau dues à la météo. Il est dommage que ce film fut un échec lors de sa sortie en salles. Il faut à tout prix le redécouvrir pour une Josiane Balasko impressionnante dans un rôle inhabituel et une ambiance que ne renierait pas David Lynch.
    Val_Cancun
    Val_Cancun

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 560 critiques

    2,5
    Publiée le 1 juin 2014
    J'avais été vraiment séduit par "Une affaire privée" du même réalisateur, dont "Cette femme-là" (2003) est un lointain cousin, en plus d'être sa "suite" dans la trilogie policière de Guillaume Nicloux. Même héros de comédie en contre-emploi (ici Balasko, là Lhermitte), même ambiance sombre et mystérieuse, même galerie de personnages douteux, même indices (ou fausses pistes) dispersés... C'est une recette scénaristique que j'affectionne. Seulement, là où le premier était un vrai polar en bonne et dûe forme, ici "Cette femme-là" lorgne du côté du fantastique et de l'épouvante. Pourquoi pas? Mais, hasard ou coïncidence, le film est beaucoup moins réussi à mon sens : trop de clichés, de scènes redondantes, et surtout un scénario qui s'effiloche et devient vraiment confus. Dommage car Nicloux possède indéniablement un style, il fait émerger un univers assez personnel ; d'ailleurs l'idée de faire resurgir ses personnages d'un film à l'autre est assez fameuse (à la façon d'Harlan Coben dans ses romans). Surtout que la séquence en question nous offre un pur clin d'œil, en forme de face à face entre ex du Splendid, d'autant que le sort d'un Lhermitte toujours fumant est d'une cocasserie monstrueuse!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top