Mon AlloCiné
    Mensonges et trahisons et plus si affinités...
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Mensonges et trahisons et plus si affinités..." et de son tournage !

    De Hollywood à Studio

    Laurent Tirard évoque son parcours avant ce premier long-métrage : "Lorsque j'avais 16 ans, j'ai commencé par réaliser des courts-métrages en Super 8 puis, tout de suite après mon bac, je suis parti étudier le cinéma aux Etats-Unis. Une fois mon diplôme obtenu, j'ai fait comme la plupart des étudiants là-bas, je suis allé à Hollywood. Au bout de six mois, je suis devenu lecteur de scénarios chez Warner, d'abord pour Joel Silver puis pour Roland Joffé. C'est à mon retour que je suis entré à la rédaction de Studio Magazine. Je pensais que ce détour par le journalisme ne durerait qu'un an ou deux, mais j'y suis resté sept ans et je ne le regrette vraiment pas." Il signe ensuite deux courts-métrages, De source sûre avec Hélène De Fougerolles (1999) et Demain est un autre jour avec François Berléand (2001).

    Le choix des comédiens

    En écrivant le rôle de Raphaël, le cinéaste songait à des comédiens anglo-saxons tels que Hugh Grant ou Edward Norton - la voix off du film lui a d'ailleurs été inspirée par Fight club. D'autre part, c'est le directeur de casting qui lui a soufflé le nom de Marie-Josée Croze, quelques jours avant que la Canadienne n'obtienne le Prix d'interprétation pour son interprétation de junkie dans Les Invasions barbares.

    Les intentions du cinéaste

    "J'ai commencé par prendre des notes, faire des observations sur certaines choses dont j'avais envie de parler, des remarques comme "les hommes vivent dans le fantasme, les femmes dans la réalité". J'ai donc fait se rencontrer un homme qui vit particulièrement dans le fantasme puisque c'est même son métier, et une femme très ancrée dans la réalité. A la base, il y avait une envie confuse de parler de tas de choses de ma génération, et j'ai écrit une histoire me permettant de le faire. Il y est question de choix, de hasard, de regret, de chance, de tout ce qui nous rend malade sur le coup et qui nous fait tellement rire quelques années plus tard."

    Le rôle de sa vie ?

    A propos de sa ressemblance supposée avec le personnage qu'il interprète dans le film, le comédien Edouard Baer confie : "On va encore me dire que ce rôle a été écrit pour moi, que c'est mon portrait, et que je me suis contenté d'improviser. Je ne suis pas là pour prouver que j'ai travaillé dur, mais j'espère que ce sentiment erroné qui pourrait devenir assommant pour le public n'occultera pas le travail d'écriture, celui du metteur en scène et de toute l'équipe. J'espère que c'est le bon rôle dans un bon film, bien dialogué, avec des situations fortes, car je n'en ferai plus de semblable. Je voulais le faire bien une fois, et je pense que c'est le cas."

    France-Québec : et plus si affinités...

    Mensonges et trahisons... est le premier long métrage français dans lequel apparaît Marie-Josée Croze. L'actrice évoque ses liens anciens avec la culture hexagonale : "J'ai grandi au Québec, mais toutes mes influences sont françaises. J'ai toujours écouté de la musique française, vu des films français. J'essaie de prendre ce qu'il y a de mieux partout. En tant que québecoise, je ne me sens pas si différente des gens d'ici. Quand je suis avec des amis new-yorkais, je ne voix pas de différence non plus. Je me définirais plus par ce qui nous rapproche que par les différences. On retrouve partout les mêmes problèmes en amitié et en amour."

    Le sacre de Clovis

    Au moment du tournage de ce film, le prolifique Clovis Cornillac se déployait sur deux autres plateaux. Il se souvient : "J'ai joué Mensonges et trahisons au même moment que La Femme de Gilles de Frédéric Fonteyne et Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet. La veille, je me trouvais dans une tranchée sous une pluie d'obus, et le lendemain j'étais en train de pleurer parce que ma femme ne me comprenait pas ! Entre les deux, j'étais footballeur ! C'était sport, mais idéal !"

    Le premier film d'un journaliste

    Mensonges et trahisons... est le premier long-métrage réalisé par Laurent Tirard, qui fut journaliste à Studio Magazine. Avant lui, plusieurs rédacteurs de ce mensuel dédié au 7e art sont devenus metteurs en scène. Denis Parent réalise ainsi en 2002 Rien que du bonheur, dont le héros était justement un critique de cinéma. Par ailleurs, Marc Esposito, qui est déjà l'auteur en 1992 d'un documentaire sur Patrick Dewaere, signe en 2003 Le Coeur des hommes. Enfin, début 2004, on a pu voir Une vie à t'attendre, le drame sentimental de Thierry Klifa avec Patrick Bruel et Nathalie Baye.

    Un autre titre

    Initialement, le film avait pour titre Un autre que moi.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Once Upon a Time… in Hollywood (2019)
    • La Vie scolaire (2018)
    • Deux moi (2018)
    • Ça : Chapitre 2 (2019)
    • Wedding Nightmare (2019)
    • Inséparables (2018)
    • Roubaix, une lumière (2019)
    • Ad Astra (2019)
    • La Chute du président (2019)
    • C'est quoi cette mamie?! (2019)
    • Le Roi Lion (2019)
    • Une fille facile (2019)
    • Fête de famille (2019)
    • Fourmi (2018)
    • Fast & Furious : Hobbs & Shaw (2019)
    • Scary Stories (2019)
    • Les Hirondelles de Kaboul (2019)
    • Good Boys (2019)
    • Parasite (2019)
    • Frankie (2019)
    Back to Top