Notez des films
Mon AlloCiné
    Sin City : j'ai tué pour elle
    note moyenne
    3,5
    6643 notes dont 484 critiques
    répartition des 484 critiques par note
    21 critiques
    126 critiques
    187 critiques
    117 critiques
    23 critiques
    10 critiques
    Votre avis sur Sin City : j'ai tué pour elle ?

    484 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2658 abonnés Lire ses 1 411 critiques

    3,5
    Publiée le 20 septembre 2014
    "Sin City : j'ai tué pour elle" a été pour moi une heureuse découverte et donc un moment très agréable, ne serait-ce déjà par l'univers surprenant qui nous plonge dans un monde graphique, où le dessin noir et blanc supporte comme par magie, les individus bien réels et pourtant en même temps, presque identifiables à des personnages de film d'animation ! D'où cette ambiance étrange et détachée d'une réalité où une extrême violence règne en maître. En effet, ainsi mis en scène, les réactions, les agissements de tous ces individus, perdent en fait une grande part de cruauté, par la grande dérision qui les accompagne tout au long de leurs histoires personnelles... Si bien, que ce soit le scénario, les enjeux, les règlements de compte et même les comportements invraisemblables, tout semble passer au second plan comme si le seul plaisir d'être dans l'ambiance et l'univers de la BD comptait uniquement ! Et le plus drôle, c'est que tout devient donc loufoque et déjanté, des situations inénarrables aux dialogues sortis de nulle-part pour mieux nous amuser dans cette tourmente... Le casting est pour cet effet, à la hauteur avec quelques acteurs bien trempés de Mickey Rourke à Bruce Willis, Josh Brolin en passant par John Gordon-Levitt dont la présence surprenante apporte beaucoup ! Quant à Eva Green, sa composition sulfureuse est épatante dans l'art de séduire et de manipuler les uns et les autres, où tout un chacun est pris inévitablement dans ses griffes ! Sans avoir vu le précédent opus, ni avoir lu la BD inspiratrice du film, mon sentiment est donc dénué d'apriori quelconque au contraire des "connaisseurs" plus mitigés... Mais franchement, à mon avis une expérience intéressante et très plaisante que de découvrir ce cinéma de Robert Rodriguez inspiré du monde graphique et riche de Frank Miller dont rien que l'affiche, est un régal et tout un programme !
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 753 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    3,0
    Publiée le 30 septembre 2014
    9 ans après le fabuleux Sin City, les réalisateurs Robert Rodriguez et Frank Miller reviennent mais cette fois-ci sans Quentin Tarantino, et cela se ressent... Attention, je ne dis pas que c'est mauvais mais par rapport au premier film, les mêmes stratagèmes et les mêmes touches de couleur sont présentes. Sin City 2 a encore du style, cependant avec, comme le précédent volet plusieurs histoires. Cette suite est moins passionnante, moins émouvante et surtout moins d'humour noir à mon gout. Pas la faute aux interprètes, qui sont tous incroyables dans leurs performances. Quelques répliques amusantes basant sur un humour noir particulier pourtant, il en manquait. Sin City: A Dame to Kill For est assez long alors que comparer à son prédécesseur, il prenait le temps de mettre des enjeux. Des histoires toutes aussi sanglantes que les unes que les autres, malheureusement elles sont moins inspirantes. Par contre, le casting est merveilleux avec Joseph Gordon Levitt en interprétant un jeune joueur provocateur, très crédible et crève l'écran. Jessica Alba, un personnage à part spoiler: mais heureusement qu'on la retrouve bien vers la fin du récit. Mickey Rourke est, comme toujours convaincant et Josh Brolin remplace Clive Owen, tous aussi charismatique de ce dernier. Et n'oublions pas, la sublime Eva Green qui tire son épingle du jeu comme dans le second 300, perverse et sexy. Des scènes de combats nombreuses mais certaines sont convenues. Il est évident que le premier volet était une claque visuelle en 2005 mais l'est tout aussi autant que celui-ci. Sin City : j'ai tué pour elle est un divertissement convenable. Un film d'ultra violence habile, sans pour autant être transcendant. Espérons que le troisième épisode sera meilleur ou égal au premier. Malgré tout, il a du style !
    Puce6386
    Puce6386

    Suivre son activité 450 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    2,5
    Publiée le 4 octobre 2014
    Un thriller de Robert Rodriguez dans lequel on retrouve, pour la seconde fois à l’écran, l’univers de la bande-dessinée de Frank Miller, nous plongeant dans la ville sombre et poisseuse de Sin City. Un film qui ne surprend pas, reprenant le concept graphique et scénaristique de la première réalisation. De plus, l’histoire s'avère ici beaucoup moins prenante et dynamique et révèle des personnages peu attachants. Entre une confusion générale, un manque de rythme et des effets visuels lassants, le film parait rapidement long, bavard et passablement ennuyeux. Un deuxième volet sans âme !
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 158 abonnés Lire ses 1 924 critiques

    4,0
    Publiée le 24 octobre 2014
    L'action démarre immédiatement. Le rythme est soutenu , l'ambiance est noire et étouffante. Aucun temps mort, les combats sanglants s'enchainent dans des paysages nocturnes avec fonds de décor de bandes dessinées. Une voix Off décrit les intentions et les réflexions des différents protagonistes. Les personnages sont tous très typés et magnifiquement interprétés : Dwight (excellent Josh Brolin) surveille Sin City , la ville ou tout est possible. La ville ou le sénateur Roark (Powers Boothe ) exerce sa puissance. Marv (Mickey Rourke): colosse dont le maquillage est vraiment impressionnant; Manute (Dennis Haysbert) le frappeur plus que convaincant; La belle Nancy, érotique mais explosive (Jessica Alba); Ava (Eva Green), mi déesse mi sorcière immortelle. Le jeu de couleurs souligne bien le vert des jolis yeux de cette prédatrice. Un scénario très orienté Marvel, dans lequel un habile jeux d'ombres chinoises masque les scènes les plus violentes. Frank Miller et Robert Rodriguez nous proposent une réalisation audacieuse et très brillante, au casting exceptionnel, pour ce thriller noir et blanc ou la couleur très peu présente est génialement utilisée.
    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 230 abonnés Lire ses 883 critiques

    3,0
    Publiée le 3 novembre 2014
    Cette suite très attendue gagne son pari sur le plan technique qui est irréprochable, grâce à une image épurée et la beauté de son noir et blanc parsemé d’éclairs de couleurs vives. Côté scénario, on est dans la continuité du premier opus, donc les dialogues standard du film noir et les très nombreux clichés ne volent pas très haut… seuls les amateurs de l’univers dépravé de Frank Miller seront comblés. Les autres n’ont pas l’effet de surprise réservé en général au premier épisode. Cette œuvre étrange exerce néanmoins une certaine fascination mais aussi une répulsion. En cela elle n’est pas vaine. Tout comme la présence d’Eva Green en femme fatale suscite un certain émoi.
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 830 abonnés Lire ses 1 168 critiques

    4,0
    Publiée le 20 octobre 2014
    "Sin City" premier du nom est un chef-d'oeuvre. Un authentique, un vrai, pas un rigolo, un novateur et un inédit, quelque chose d'unique et d'inoubliable. Sauf qu'il est sortit y'a déja neuf ans, et que pendant neuf ans, on a dût se le mater sans perdre l'idée qu'il y aurait, un jour, si Rodriguez et Miller le veulent, une suite. Et cette suite, on l'a attendu longtemps, très longtemps, trop longtemps. Sauf qu'au final, au ciné de mon quartier ( enfin, du terrain environnant ), il n'est resté que deux semaines. Deux foutues semaines. Deux semaines pendant lesquelles je n'ai pas pu aller le voir. Sauf que je ne pouvais pas laisser passer la chose. Et donc, tel un fifou de la life carrément survitaminé, j'ai réussi à trouver la salle qui le diffuserait dans la version que je le voulais. Et donc, qu'est-ce que j'ai pu en penser? Est-ce que c'est aussi bon que le premier? Non. Non, ça ne l'est pas, mais laissez moi vous expliquer quelque chose. Franchement, en soit, "A Dame to Kill For" est génial. Mais le problème, c'est qu'il n'a pas l'impact du premier. Bon, en même temps, pour l'avoir, fallait vraiment y aller. Je ne sais pas si c'est possible pour une suite, en fait. Alors forcément qu'à partir de là ce nouvel opus allait s'avérer décevant. Mais déçu, je ne l'ai pas été. Et je vais t'expliquer pourquoi. En fait, c'est surtout parce que j'ai retrouvé tout ce qui se trouvait dans le premier et m'avait plut, et que cela se trouvait à la puissance dix. C'est simple, tout ce qu'il y avait de bon dans le premier se retrouve ici rendu au centuple. L'esthétique globale, par exemple, a été revue à la hausse jusqu'à nous offrir un résultat aussi dingue qu'ahurissant. C'est franchement magnifique, avec des plans de caméra aussi dingues qu'originaux. Et là, je pense notamment à la scène de la piscine où l'on voit Eva Green plonger dans l'eau ( en fait son propre reflet, c'est impressionnant ), ou encore à celle où Dwight fonce comme un dératé sur un route montagneuse. Le visuel ajoute énormément à l'histoire, et même s'il est vrai que certains effets peuvent s'avérer plus ou moins gratuits, ils n'en demeurent pas moins efficaces et agréables à regarder. Beaucoup de plans sont à mes yeux devenus cultes ( celui du plongeon est juste... wouha! ), et il y a toujours ce petit côté virtuose de la chose, ce petit élément qui fait que je ne peux que succomber à ses charmes. La technique est vraiment dingue : et comme elle est poussée jusqu'à ses derniers retranchements, et que surtout c'est bien fait, il y a quelque chose qui me fait dire que c'est un poil plus abouti. Même si, bien sûr, certains plans sont, comme je l'ai déja écrit, gratuit, petit bémol comparé au premier épisode. Attends mec, ils arrivent quand même à rendre les scènes de meurtre et les fusillades carrément esthétiques! Ca fait encore plus comics, et ce pour mon plus grand plaisir. Visuellement, c'est un régal. On tient un bijou de beauté visuelle. C'est esthétique et magnifique, bref, c'est de l'art! Et sinon, y'a le casting, aussi! Et là, c'est une toute autre paire de manches. Je ne dirai pas qu'il n'est pas bon, parce que ce serait être injuste, mais franchement, il aurait pu être beaucoup mieux géré. Honnêtement, il est franchement excellent, mais ce qui gène, au final, c'est l'écriture des personnages, qui ne permet malheureusement pas l'épanouissement de la majeure partie des interprètes. Le personnage de Bruce Willis, par exemple, est tellement peu présent ( il doit être là un truc comme trois minutes, encore que c'est large, quand même ) que j'en viens même à me demander pourquoi ils l'ont fait figuré à une si bonne place dans le générique. Après vient Mickey Rourke. Lui, il n'a pas changé d'un poil depuis le premier, et c'est tant mieux pour nous, parce qu'il n'a rien perdu de la solidité de son interprétation. Rosario Dawson est toujours aussi bonne, de même pour Jessica Alba. Et niveau femme, il y en a une autre dont vous attendez surement que je parle : Eva Green. A dire vrai, je n'ai pas grand chose à dire sur sa prestation : il est vrai qu'elle joue plutôt bien, et se montre franchement correcte dans ce rôle de femme fatale, mais elle passe tellement de temps à poil ou la poitrine à l'air que je dois avouer avoir eu du mal à me concentrer sur ce qu'elle faisait. Non, je ne suis pas un pervers, c'est juste qu'Eva Green... enfin, c'est Eva Green, quoi! Sa tenue ( enfin non, son manque de tenue ) la caractérise, et cela nous apporte un personnage assez inédit, il faut bien l'admettre. Niveau remplaçants, je n'ai pas été conquis. D'un côté, t'as Josh Brolin. Pas de problème, le manque est un excellent acteur. Mais le problème, c'est qu'il passe juste après Clive Owen, et Clive Owen, dans le rôle, il était juste parfait. Ce mec, dans "Sin City", tu ne peux pas l'égaler! A moins de prendre Michael Fassbender, mais il n'a pas le même physique. Exactement la même chose pour Dennis Haysbert qui peine à tenir tête au monstrueux Michael Clarke Duncan. Ce n'est pas un mauvais acteur, mais niveau charisme, ressemblance et physique, il ne fait pas le poids. Le seul qui s'en sort réellement, c'est Joseph Gordon-Levitt. Alors lui... Non mais alors lui... Lui, là, ce petit nouveau, je l'attends de pied ferme pour un nouveau rôle de la sorte! Ca lui va si bien, lui colle à tel point dans la peau que j'en suis venu à regretter l'instant où il a quitté l'histoire principale ( deux d'entre elles n'en font qu'une, dont la sienne, à la fin beaucoup trop rapide et inattendue, carrément décevante; quand t'as un tel acteur sur un tel personnage, t'évite de faire ça avec lui quoi! ). Lui, je l'ai découvert dans "Don Jon", et dans ce nouveau "Sin City", je me rends compte de toute l'étendue de son talent. Il est charismatique, et à de la gueule, une vraie gueule, pas une gueule de rigolo! L'acteur du film, y'a pas de doute là dessus, tout comme l'était Clive Owen pour le précédent épisode. Le caméo de Christopher Lloyd est franchement amusant, et celui de Ray Liotta est trop rapide et banal pour que je vous en parle réellement. Un régal que ce nouvel épisode, qui m'a fourni plus que mon lot de sensations fortes. Un grand cru, bien qu'un poil moins bon que le précédent. A voir en V.O., c'est impératif. Terriblement classe.
    Flaw 70
    Flaw 70

    Suivre son activité 234 abonnés Lire ses 422 critiques

    2,0
    Publiée le 20 septembre 2014
    Il aura fallu 9 ans pour avoir le droit à la suite de Sin City, film révolutionnaire d'avant garde qui promettait un tout nouveau cinéma. Le film était un bon hommage de films noirs qui souffrait néanmoins d'un déséquilibre dans les histoires, d'une écriture parfois pataude et de mauvais goût de mise en scène mais tous cela était compensé par une esthétique irréprochable, une technique révolutionnaire et un casting de grande classe. D'ailleurs le film était aussi plus mesurer sur la violence graphique et sur la misogynie présentant les femmes comme des nymphes sensuelles, fortes et intelligentes sans tomber dans la vulgarité. Dans cette suite, Robert Rodriguez et Frank Miller sont de retours derrière le film pour nous livrer un remake de ce qu'ils avaient fait il y a 9 ans, la magie et la découverte en moins ce qui handicap grandement le charme que peut avoir le film. Mais le pire c'est qu'ici ils reprennent tous ce qui n'allait pas dans le premier film et ils le multiplie par deux comme si ils n'avaient pas compris ce qui avait autant plu dans le premier opus. Ici ils se contentent de faire un film de beauf avec succession de femmes nues sans que cela ne soit justifiés, de violence gratuite ( l'intro avec Marv était inutile ) et de répliques voulu badass pour plaire au public. Tout cela sent la beaufitude et la complaisance à plein nez, alors que le premier film était un film aux ambitions artistiques, ici on en en face d'un produit cynique qui n'a que des ambitions économiques. Pour ce qui est du scénario ( ou parfois de son absence ) on a le droit à l'adaptation du comics A Dame to Kill For ainsi que deux petites histoires originales spécialement écrites pour le film, je ne vais pas trop m'étendre sur l'histoire du comics qui bénéficie de celui-ci pour être correct dans son ensemble mais vu que l'on sait ce qui adviendra des personnages, il est difficile de s'y intéressé outre mesure, pas de suspense s'en dégage et on suit l'ensemble sans s'ennuyer mais sans se passionner non plus. Pour ce qui est du segment sur Nancy, qui est incontestablement le plus faible du film, c'est une véritable catastrophe d'écriture, facilités scénaristiques à tour de bras spoiler: ( le coup des motards et le retour fantomatique d'Hartigan ) , dialogues risibles, fainéantise de la mise en scène spoiler: ( Roark ne possède que des photos de son fils défigurés et toujours dans la même position ) et même incohérences par rapport au premier film spoiler: ( ici Nancy fini folle et défigurée alors que dans le segment de Marv du premier film, qui se passe après, elle est parfaitement saine et n'a aucune séquelle ) . Ce qui montre l'inutilité de ce passage qui vient piètrement conclure le film et dont la moralité ne correspond absolument pas à l'univers de Sin City. Le segment de Johnny sera quant à lui bien plus intéressant et c'est pour moi le meilleur du film déjà parce qu'il est dominé par le charisme de Gordon-Levitt mais aussi car le film ne tombe pas dans la misogynie, ni la violence gratuite. On retrouve un peu la pudeur et la grâce dont s'avait parfois faire le premier film ainsi qu'on à le droit à une moralité et une quête plus intéressante. Cette quête est certes déstabilisante car généralement on nous conte des histoires de vengeance alors qu'ici on n'est plus dans une quête identitaire avec un peu de revanche dedans mais ce n'est clairement pas ce qui prime. La fin de ce segment ainsi que sa moralité se montrent donc bien plus intéressantes que prévu et relèvent graduellement le niveau du film. Malheureusement la répartition des histoires est inégale et alourdit parfois l'ensemble en raison d'un montage catastrophique, on n'a pas le temps de s'impliquer dans une histoire que l'on est déjà passer à une autre ce qui handicap les bonnes idées du films qui n'ont pas le temps de se développer comme pour l'histoire de Johnny qui se construit sur les non-dits et qui aurait mérité à être plus expliciter car elle propose des choses intéressantes et pertinentes dans cette univers. A contrario de l'histoire de Nancy qui a faux sur toute la ligne. Pour ce qui est du casting celui-ci est dantesque mais en raison de cela il favorise la sous exploitation de talent comme Ray Liotta, Juno Temple, Christopher Lloyd et Christopher Meloni qui ne sont là que pour faire de la figuration. Certains sont égal à eux-même et font le job sans trop s'impliquer comme Josh Brolin, Mickey Rourke et Jessica Alba tandis que d'autres vont du on s'éclate comme des petits fous ( Rosario Dawson par exemple ) à je sais pas ce que je fous ici donner moi mon chèque ( Bruce Willis par exemple ). Les deux seuls qui offre des prestations dignes de ce nom et qui mérite notre attention sont Joseph Gordon-Levitt qui est excellent comme à son habitude et qui incarne son personnage avec classe ainsi qu'Eva Green qui est parfaite dans son rôle. Elle a l'habitude de jouer des femmes fatales et j'aimerais bien la voir dans un autre registre pour changer mais il faut reconnaître qu'elle excelle dans ce rôle. Il est juste dommage que Rodriguez et Miller semble plus intéressé par filmer son corps nue sous toutes les coutures plutôt que de s'intéressé à son jeu d'actrice. Son corps est certes magnifiques mais c'est clairement une actrice talentueuse qui a plus à offrir que ça et la cantonner à cela est selon moi honteux et réducteur. Pour ce qui est de la réalisation, l'esthétique est superbe comme pour le premier film et la claque visuelle est totale. Mais bizarrement le film fait plus factice que jamais, la technique à atteint une telle perfection que l'on n'y crois plus et le premier même si imparfait avait plus de charme et plus d'authenticité, ici c'est trop propre et trop lisse pour que l'on y croit. Surtout que maintenant la mise en scène à un coté statique désagréable dans ses scènes d'actions qui sont plus molles que jamais. Sinon pour ce qui est de la mise en scène on va de l'excellent avec le segment A Dame to Kill For vu que Rodriguez et Miller peuvent s'appuyer sur le comics, au très bon avec le segment de Johnny qui est moins inventif mais qui reste très maîtrisé et au tout juste passable avec le segment de Nancy qui est très pataud dans son exécution et qui fait très mécanique comme si les réalisateurs étaient en mode automatique et qu'ils cédaient à la fainéantise. De plus les jeux de couleurs sont moins maîtrisé que pour le premier qui utilisait la couleur pour donner du sens a certains éléments, ici la couleur n'est employé que pour l'esthétisme ce qui lui enlève de l'intérêt. En conclusion Sin City A Dame to Kill For est une suite raté que ce soit dans ses intentions ou dans son exécution. Le film à clairement été fait pour de mauvaise raison et Rodriguez et Miller on voulu miser sur les aspects les plus rebutants du premier film pour réalisé cette suite. C'est relativement dommage surtout que le film propose parfois des choses vraiment intéressantes mais qui sont constamment noyer sous une exploitation maladroite et aléatoire comme si les réalisateurs ne savait plus quoi faire de leurs univers. On retiendra donc qu'un film pas terrible mais habité par une esthétique irréprochable, un segment plutôt intéressant qui renvoie à la qualité du premier film ainsi que quelques fulgurances du casting même si il est rarement utilisé à bon escient.
    Wolverine1992
    Wolverine1992

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 405 critiques

    4,5
    Publiée le 7 septembre 2015
    Une excellente suite ! C'est un peu moins violent et moins innovant que le premier volet, mais le noir et blanc est vraiment toujours bien adapté à la noirceur des films et de leurs personnages. On retrouve quelques acteurs du premier film dont : Mickey Rourke qui incarne toujours à la perfection, Marv le colosse aussi brutal que sensible ainsi que Jessica Alba qui joue à merveille Nancy, la fragile strip-teaseuse profondément marquée par la mort de John Hartigan, campé par l'excellent Bruce Willis. On croise également de nouvelles têtes comme Joseph Gordon-Levitt, Eva Green, Ray Liotta et Josh Brolin qui remplace Clive Owen dans le rôle de Dwight. "Sin City : J'ai tué pour elle" est à la fois une suite et un préquel car quasiment la totalité du film ce déroule avant les événements du premier, mais c'est très bien raccordé et les différentes histoires sont toujours aussi passionnantes. Un pur divertissement tout à fait maîtrisé !
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 522 abonnés Lire ses 3 421 critiques

    2,0
    Publiée le 21 septembre 2014
    Le premier opus fonctionnait en raison de l'originalité de son concept et de son découpage où plusieurs récits finissaient par se souder et on en oubliait la vacuité du propos. Ici on nous ressert exactement la même sauce dans un récit déstructuré qui n'arrive jamais à passionner et où les scènes deviennent répétitives (les types qui traversent les fenêtres et qui s'écrasent dans le verre brisé, ça va bien cinq minutes). La seule valeur ajoutée est la présence sulfureuse d'Eva Green, mais quand elle quitte le film, l'ennui s'installe dans un final aussi prévisible qu'inintéressant.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 604 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    1,5
    Publiée le 4 octobre 2014
    Sans Quentin Tarantino pour les épauler dans cette suite à la claque qu’était Sin City en 2005, Robert Rodriguez et Frank Miller peinent à adapter le roman graphique de ce dernier et signent un long-métrage qui ne donne au final moins l'impression d'être une suite que d'être simple fan-film du premier. Retrouver l’univers visuel très sombre, réalisé grâce à des tournages sur fonds verts, n’étant plus une surprise et pouvant même être jugé un peu dépassé, le défi pour rendre ce second opus aussi enthousiasmant que le précédent se devait de passer par la joie de retrouver ses personnages dans de nouvelles aventures et par un usage ingénieux de la 3D. Le comble vient justement que, même en 3D, les images ont moins de profondeur de champ que celles du premier film en 2D. De plus, les deux coréalisateurs semblent incapables, d’une part, de rendre leurs héros attachants, et d’autre part, à donner une quelconque cohérence à leur scénario. Allant jusqu'à mélanger de façon confuse des éléments antérieurs et postérieurs aux événements du premier film, ils n'arrivent pas à chapitrer clairement leur récit mais créent au contraire un méli-mélo narratif dans le seul point d'ancrage semble être le personnage d'Eva Green et son pouvoir d'attraction sur les hommes qui l'entourent. Mais, sans jamais donner d’enjeux plus intéressants que cette obsession sexuelle ni de profondeur aux ambitions de ses protagonistes, l’absurdité avec laquelle Miller imagine cette ville aux antipodes de ses propres idéaux ultra-conservateurs devient d’autant plus pesant que, comme à son habitude, Rodriguez semble s’en amuser pour nous servir un nouveau cartoon aussi creux que faussement subversif.
    Nicolas F.
    Nicolas F.

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 59 critiques

    1,0
    Publiée le 18 septembre 2014
    Que dire.... C'est un attentat aux fan du premier volet Le scénario est juste inexistant et on peine a croire un seul instant a ce qui se passe Le visuel ne suffit plus pour nous transporter dans cette ville sans loi (qui d'ailleurs a perdu grandement en saveur.... Il est certes divertissant pour ceux n'ayant pas vu le premier mais les fans de la première heure ne pourront qu'être décu autrement dit, à banir
    AMANO JAKU
    AMANO JAKU

    Suivre son activité 230 abonnés Lire ses 756 critiques

    4,0
    Publiée le 18 septembre 2014
    Neuf ans, neuf ans qu’on trépignait d’impatience de pouvoir enfin voir la suite du formidable polar hyper stylisé de Robert Rodriguez et Franck Miller ! Et je dois reconnaître que ça valait tout de même le coup car les deux compères ont décidé de continuer à rendre un hommage quasi parfait à ce formidable comic. On retrouve donc avec joie cette foutue ville de Basin City, royaume des pourritures et des gueules cassées en tout genre, ainsi que certains protagonistes que l’on a suivit dans le premier opus (Marv, Nancy, Dwight, Roark). Nos petites mirettes se voient à nouveau comblées par le magnifique visuel instauré par la saga : la surprenante alliance de la sophistication numérique la plus high-tech et du dessin le plus classique donne naissance à de magnifiques images flamboyantes où le noir et blanc profond se retrouve parfois éclaboussé de rouge sang, tels des kaléidoscopes abstraits. Cela donne l’impression d’une réalité quasi surnaturelle, exactement comme le comic le faisait sur papier. Côté histoire, nous avons droit au prolongement de l’une du premier volet ainsi qu’à deux nouveaux récits, dont un totalement inédit n’apparaissant pas dans le comic original. Un choix plutôt osé compte tenu de l’importante communauté de fans qui attendait le film ; mais qui se révèle finalement payante tant l’histoire du petit nouveau, Johnny, est très sympathique et colle parfaitement au matériau de base (et en plus, le perso est super charismatique, que demande le peuple ?) Bien entendu, vu que c’est le titre du film, le script se concentre sur le comic « J’ai Tué Pour Elle » qui se révèle être un récit très sombre et permet de mieux développer le passé trouble de Dwight qui avait été à peine esquissé dans le premier film. Chose intéressante : si le premier "Sin City" avait concentré son récit sur les protagonistes masculins, cette suite donne le pouvoir aux femmes et nous prouve qu’elles ne sont pas que des faire-valoir pour les mecs et qu’elles sont elles aussi capables de tout et de prendre les armes pour prendre leur destin en main (et quand je pense qu’il y en a encore qui disent que le travail de Miller est misogyne !!) Niveau casting, nous retrouvons ceux qui ont fait le succès de "Sin City" (Mickey Rourke, Jessica Alba, Bruce Willis, Powers Boothe, Rosario Dawson) et nous avons aussi deux changements : Dennis Haysbert reprend le rôle de Manute qui été interprété par le regretté Michael Clarke Duncan , et Devon Aoki laisse son rôle de Miho à Jamie Chung pour cause de grossesse (et là, on y perd énormément : adieu la beauté glaciale et terrifiante de Devon et bonjour le joli petit minois de Jamie…la magnifique « mortelle petite Miho » est devenue la quelconque « super kawaï petite Miho »…au secours !!). Par contre, c’est au niveau des nouveau venu que l’on a les plus belles surprises : Josh Brolin reprend le rôle de Dwight (et si vous trouvez ça incohérent vis-à-vis de Clive Owen, regardez à nouveau le premier "Sin City" : la réponse y est clairement prononcée !) et s’avoue être convaincant, surtout lorsqu’il faut faire équipe avec Marv ; Eva Green est monstrueuse en Ava et s’avère être un excellent choix après le désistement d’Angelina Jolie (même si je me demanderais toujours ce qu’aurais pu faire Mme Pitt dans ce rôle !) tant elle joue énormément sur son statut de femme fatale pour donner corps et âme à son personnage ; même si leur rôle est très succinct à l’écran, il faut noter les sympathiques apparitions de Christopher Meloni, Ray Liotta et Juno Temple ; Mais la grande révélation du film, c’est Joseph Gordon-Lewitt qui s’éclate à incarner un Johnny très charismatique (exploit d’autant plus grand que ce personnage n’existe pas dans le comic d’origine : il fallait le faire accepter aux fans, donc ne pas le foirer !!). Pour finir, je noterais la présence de Stacy Keach en Wallenquist totalement méconnaissable (un grand bravo aux maquilleurs et prothésistes pour cet incroyable résultat !) et par le caméo aussi inattendu que sympathique de Lady Gaga (l’effet "Machete Kills" ?!) C’est bien gentil d’énoncer les points positifs d’un film, mais il faut aussi s’attarder sur ces points négatifs car, malgré le fait que je sois un énorme fan du comic et du premier film, "Sin City 2" est une séquelle imparfaite et ce pour deux points : 01) son rythme irrégulier : le fait d’avoir cherché à enchaîner les histoires les unes après les autres n’est pas très subtil car l’histoire de Dwight et Ava prend trop de la place. Imbriquer les récits les un dans les autres aurait été plus judicieux, d’autant plus que le public est désormais habitué à ce genre de narration déstructurée. 02) La violence atténuée : je ne sais pas si c’est encore un problème dû à des producteurs désireux de faire du pognon, mais la violence de "Sin City 2" a été revue à la baisse vis-à-vis de son prédécesseur. Non pas qu’elle n’existe plus (il y a toujours des fulgurances spoiler: comme l’œil de Manute ou la défiguration de Dwight ), mais elle est moins brutale, un peu plus cartoonesque (un peu comme cette scène où Miho sort d’un vasistas pour décapiter quatre vilains dans un mouvement tout droit sorti d’une chorégraphie de natation synchronisée !)…ce qui est assez paradoxal avec l’univers froid, cruel et sans merci de Basin City. "Sin City 2" est une très bonne bonne adaptation des comics de Miller et une séquelle honnête de son prédécesseur, même si elle n’arrive pas à garder son niveau d’excellence. Un bon polar dont l’esthétique très darky est totalement envoûtante. Miller et Rodriguez travaillent déjà sur un troisième film (et cela n’est pas étonnant du tout vu que trois comics de la saga n’ont toujours pas été traités : « Des Filles et des Flingues », « Valeurs Familiales » et « L’Enfer en Retour »), et j’espère sincèrement qu’ils reviendront au côté sombre absolu du premier volet.
    François G.
    François G.

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 388 critiques

    4,0
    Publiée le 25 août 2015
    J'attendais plus qu'impatiemment ce "Sin City". C'était même LE film que je voulais voir en 2014 tellement mes attentes étaient grandes. Après plusieurs revisionnages, je peux enfin dire que "Sin City A Dame To Kill For" est grandiose. Le premier était une véritable claque, un film coup de poing qui nous avait marqué par son esthétisme éblouissant. Ce second met la barre plus haute en utilisant la 3D relief à ses fins. Celle-ci est absolument parfaite. La plongée des plans se fait parfaitement ressentir, de même pour les projections. Le contraste Noir et Blanc, ainsi que les scènes en bandes dessinées accentuent cet effet splendide. Les légères couleurs se font quant à elles plus rares et discrètes mais mettent cependant brillamment en valeur certains passages. Les décors sont très bien faits, et les effets numériques sont une nouvelle fois magistralement exploités. Frank Miller ("The Spirit") et Robert Rodriguez ("Une Nuit En Enfer") ont sublimement orchestrés ce long-métrage. Leur réalisation est aux petits oignons, parfaitement aboutie et rythmée. Les plans séquences sont sublimes, fluides et énergiques, tout comme les plans accélérés ainsi que les contres-plongées. Donc au niveau du visuel, cette œuvre est une bombe. Au niveau du scénario, la qualité d'écriture est assez bancale. Le film nous présente quatre histoires : la première met en scène Marv qui est victime d'une amnésie. Cette histoire pouvait laisser prendre à quelque chose de noir et sombre mais malheureusement, elle est inachevée. La seconde nous fait prendre connaissance avec Johnny, habile et attachant jeune homme qui va défier le Sénateur Roark lors d'une partie de poker. Cette mésaventure-ci est très bien recherchée mais la fin est trop vite expédiée. Puis vient la troisième, la plus fournie et travaillée du film. Celle-ci nous présente Dwight McCarthy avant sa chirurgie esthétique et sa liaison avec Ava Lord, prédatrice et femme fatale. Violente, subtile et intelligente, cette partie est une perle visuelle et scénaristique. Enfin, vient la dernière où Nancy Callahan souhaite venger la mort de John Hartigan. Aussi vite expédiée que la seconde partie mais plus violente, cette quatrième histoire se révèle décevante par son final. Le rythme du film est cependant énergique, rapide et le montage très efficace. La bande sonore est quant à elle bonne et accompagne parfaitement l'ensemble mais elle passe majoritairement inaperçue. Certains thèmes restent pourtant en tête et sont respectifs à l'ambiance du film ainsi qu'au caractère des personnages. Chaque protagoniste de cette fresque noire est brillamment et respectivement incarnés par de bons acteurs. La parfaite Jessica Alba ("Machete"), l'imposant Mickey Rourke ("Iron Man 2"), les âgés Bruce Willis ("Die Hard") et Powers Boothe ("MacGruber") ainsi que la belle Rosario Dawson ("Captives") sont de retour dans leurs rôles, et sont accompagnés par toute une ribambelle d'acteurs. Joseph Gordon-Levitt ("Don Jon"), Eva Green ("300 : Rise of an Empire"), Jamie Chung ("Sucker Punch"), Josh Brolin ("Everest"), Juno Temple ("Killer Joe"), Lady Gaga ("Machete Kills"), Jeremy Piven ("Manny"), Christoper Meloni ("Surviving Jack"), Dennis Haysbert ("Ted 2"), Stacy Keach ("Si Je Reste"), Marton Csokas ("The Equalizer") et Ray Liotta ("Hannibal") ainsi que le resplendissant caméo de Christopher Lloyd ("Piranha 3D") ! Tous sont excellents dans leurs rôles. Certes certains sont peu présent à l'écran, mais le réjouissement final est toujours aussi bon. Plus fun mais moins sombre, aussi violent et barge, "Sin City J'ai Tué pour Elle" est une nouvelle claque et j'espère vraiment qu'une suite aura lieu d'être !
    Lyon W.
    Lyon W.

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 67 critiques

    1,5
    Publiée le 18 septembre 2014
    En dépit d'un visuel toujours aussi travaillé, le film pâtit d'un scénario faible sur le plan des situations, creux sur les personnages, et tenant de la logorrhée sur les dialogues. Tous les comédiens ne s'en sortent pas très bien d'ailleurs. Les actions ne décollent jamais vraiment et le film ne prend jamais le pas sur la vignette de BD.
    Alex*56*
    Alex*56*

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 314 critiques

    3,0
    Publiée le 20 septembre 2014
    Franck Miller et Robert Rodriguez ont attendus quasiment dix ans pour passer la deuxième vitesse, une deuxième vitesse qui était censée améliorée la qualité technique du film, c'est d'ailleurs pour cette raison que l'attente a été longue, pour les potentiels nouvelles technologies qui auraient permis une amélioration visuelle. Raté... Les deux comparses se perdent dans leur concept original, ça en devient trop souvent kitsch, surtout au début du film, avec les scènes de courses poursuites et de mises en avant de couleurs (qui faisait l'originalité du premier avec son "monstre" jaune, qui mettaient sur le premier plan des détails importants, pas là, c'est utilisé à outrance) qui font plus cartoon qu'autre chose. Mais ça s'améliore légèrement dans la seconde partie du film. Il n'y a pas que sur le visu' que le bât blesse (même si je ne l'ai pas dis, le visu est quand même agréable à regarder, et très bien fait, mais c'est excessif et on perd trop souvent le côté jouissif qui devrait accompagner la mise en scène), car Franck Miller, le fameux scénariste, n'a pas su contrôler son histoire, c'est pas mal foutraque, et l'utilisation des histoires parallèles (à la Game Of Thrones un peu) est bordélique et ne se concentre pas assez sur l'essentiel. Il aurait fallut peut être supprimer une histoire pour se focaliser sur deux ou trois personnages principaux. J'ai bien aimé l'histoire de Johnny (Gordon-Levitt) et celle de Dwight et Ava (Brolin et Eva Green). Malgré les quelques défauts de mise en scène. Il manque la classe d'une mise en scène non-linéaire à la Tarantino, comme dans Pulp Fiction ou Kill Bill. Malgré tout, c'est surement le film qui réunis le plus de grand noms cette année (avec Expendables 3 peut être, même si pour moi le casting de Sin City est plus dans l'air du temps, comparé aux vieux briscards qui eux font aujourd'hui beaucoup de navets pour être honnête). Ça transpire le charisme, la sensuelle et manipulatrice (à l'image d'une Catherine Tramell) Eva Green qui est excellente, même si j'ai trouvé dommage qu'elle soit plus souvent nue qu'habillée. Un Josh Brolin avec une "gueule", à contre emploi part rapport au dernier film que j'ai vu avec lui, Last Days of Summer. Un acteur multi-fonction. Puis il y a Joseph Gordon-Levitt que je vois d'un autre œil, j'ai pas trop suivis sa filmographie mais il a lui aussi un "physique" et un regard pénétrant. Et un Mickey Rourke qui s'approprie son personnage. Après il y a Jessica Alba, Bruce Willis, Ray Liotta, Rosario Dawson, Juno Temple.. .C'est bien bad ass tout de même, ça cogne dure. Mickey Rourke est le personnage masculin qui nous divertit le plus, il a une présence, et son aspect (comme son physique) bestial entraîne plusieurs moments de défouloirs. La violence est d'ailleurs toujours présente, mais je trouve que l'esthétisme de la marque "Sin City" casse carrément l'effet sérieux, trop cartoonesque comme je le disais plus haut dans la critique. Pour revenir à la 3D c'est vrai qu'elle donne de la profondeur à l'image, surtout au début, mais globalement on ne paye pas la majoration pour rien. Une BO sympa accompagne nos protagonistes, même si il manque une combinaison bo/action épique qui nous emporterait. En bref ce deuxième opus n'arrive pas à la cheville du premier, Rodriguez et Miller ce perdent dans leur concept. Une overdose d'originalité dans tous les domaines, le visuel, l'esthétisme, les effets "couleurs" etc. Mais ça reste très léché, la présence de grosses pointures du cinéma valent le détour. Ça a de la gueule, mais il faudra refroidir ses ardeurs pour le troisième volet. Moyen, malgré le fantasmagorique de la saga.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top