Mon AlloCiné
    Sonatine, mélodie mortelle
    note moyenne
    3,7
    958 notes dont 83 critiques
    25% (21 critiques)
    34% (28 critiques)
    22% (18 critiques)
    8% (7 critiques)
    8% (7 critiques)
    2% (2 critiques)
    Votre avis sur Sonatine, mélodie mortelle ?

    83 critiques spectateurs

    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 617 critiques

    4,5
    Publiée le 3 avril 2015
    Sonatine. Le mot désigne une sonate courte et légère, référant facilement à une pièce de musique écrite sans trop grande ambition, par un musicien débutant par exemple. C'est de ce mot-titre que s'arme Takeshi Kitano, autant pour profiter de sa poésie pleine de vivacité que pour se dédouaner, refuser une approche trop serrée, trop contraignante, devant trop aux habitudes cinématographiques, à un genre ou à un mouvement. Il a beau en être à son quatrième long-métrage à l'époque, Kitano ne s'en cache absolument pas ; lui l'animateur télé, l'humoriste, le peintre, le poète, n'est surtout pas un cinéaste. Il avoue ne pas connaître ses classiques, ni se préoccuper d'atteindre une quelconque plénitude formelle. Il préfère plutôt laisser guider sa main par ce qu'il sent l'animer, tourner un film à sa manière, et bordel, il en tire une incroyable pépite. Tout part en quelque sorte de cet aveu singulier de vouloir tracer sa propre voie, avec ces plans fixes répétés. Les cadrages ratent souvent les personnages au moment où ils parlent, tout a l'air hébété, excisé de ses capacités de réaction et de perception. Tout ça cadre directement avec ces yakuzas improbables, qui n'ont pas vraiment l'air de savoir ce qu'il font là, cherchent à peine à se protéger et regardent les leurs tomber avec un hiératisme confondant. Oui, le premier contact avec Sonatine est raide, mais on se sent d'emblée porté quelque part en s'accrochant à ces notes répétées à intervalles discrets mais qui évitent de figer le film et laissent présager d'une épaisseur supplémentaire. Dans ce premier acte, l'impression est déjà grande qu'on a ici affaire à des gosses, du premier sous-fifre jusqu'au boss yakuza, tant les personnages semblent en manque d'un guide pour leur apporter le sens qu'ils ne savent pas d'eux-mêmes accorder à la vie. La vision proposée pervertit tout, renversant les propositions jusqu'à créer des personnages amorphes à partir d'un milieu dont on nous montre d'ordinaire qu'on y survit pas bien longtemps sans une farouche détermination. D'ailleurs, il ne faut vraiment pas grand-chose pour que quelques yakuzas se détachent du Milieu pour éviter une guerre, et se retirent quelque temps au bord de la mer, se mettant alors à tuer le temps en s'amusant comme le feraient, là encore, des enfants. Là, la veine surréaliste se poursuit et se creuse, dans des scènes poétiques étonnantes. Et c'est là, vraiment, que se trouve tout le sel de ce film, c'est là qu'il trouve toute sa force, dans cette rêverie enlevée qui lui retire tout antipathie (au contraire de ce qu'aurait provoqué une vision froidement absurde) et aspire au contraire véritablement le spectateur à venir la rejoindre. Sublimant complètement ce qu'il raconte, Sonatine offre forcément des sommets assez vertigineux, faisant vivre des sensations neuves, profitant à fond du bord de mer, ce lieu si puissamment symbolique, qui porte en lui un infini mouvement de va-et-vient qui décrit si bien le dialogue entre vie et mort du long-métrage. Et Kitano, tranquillement, continue de dérouler son récit, laissant pénétrer doucement l'impression morbide que dégage Sonatine. Celle-ci, d'ailleurs, ne vient pas d'une violence surlignée comme on le fait si souvent à l'accoutumée. Parfois hors-champ, souvent imprévisible, subie par des personnages qui n'essaient même plus de s'en prémunir et semblent s'y être résignés, la violence de Sonatine semble y être comme chez elle. Elle n'est plus ce monstre par lequel les cinéastes cherchent souvent à horrifier, et qui viendrait hanter le monde des vivants. Elle est le seigneur sur son domaine, qui se balade sans subir de barrière. Sonatine est un lieu de mort, la mort que côtoient des yakuzas déjà damnés, qui vivent une sorte d'enfer terrestre que ne cessent pourtant de rendre habitable leurs enfantillages étonnants - et souvent incroyablement drôles, vu le contexte. D'ailleurs, l'arrivée possible d'une romance, d'un éclat de vie, ne se fait qu'au travers d'une jeune femme violée, elle-même déjà arrachée à la vie, quelque part. Alors je me suis laissé emporter par et dans ce poème morbide, appréciant sa fluidité et la sensation d'aboutissement qu'il dégage malgré sa mise en scène assez minimaliste. Jusqu'à ce que le final arrive spoiler: , et que le yakuza joué par Kitano se tire une balle dans la tête, préférant en finir plutôt que rejoindre la nouvelle vie qui semblait se promettre à lui . La seule scène de conclusion vient confirmer en le vidant d'un coup l'incroyable réservoir de vie maladroite et incomplètement structurée que possédaient encore ces personnages désincarnés (et que leurs gamineries laissaient supposer), images de l'homme mafieux qui a vendu son âme mais a gardé ce désir profond qui fait ce qu'est la vie. Et là, j'ai compris. Sonatine n'est pas la balade des morts. C'est la ballade des morts-vivants.
    Walter H
    Walter H

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 99 critiques

    2,5
    Publiée le 7 mai 2011
    je pensais trouver un film de Yakuza nerveux et bien écrit au lieu de sa je tombe sur un film plat et ennuyeux au possible.Quelque rares scènes d actions parsème le film mes rien n'y fais on s'y ennuie ferme.As éviter pour tous ce qui pense y trouver un film as la john Woo.Pas un mauvais film mes plutôt une histoire banal sans grand intérêt.As voir au moins une fois pour qui es fan de Takeshi Kitano sans plus .
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 358 abonnés Lire ses 5 436 critiques

    2,5
    Publiée le 22 octobre 2009
    Sonatine , Mélodie Mortelle (1993) est le quatrième long-métrage de Takeshi Kitano et traite une énième histoire de yakuzas (c‘est un thème récurrent dans sa filmographie). Une « comédie » policière totalement barrée et loufoque comme lui seul sait les faire, à la fois mélancolique et ultra violente. Une œuvre qui au final, ne marquera pas les esprits, sa filmographie étant en dent de scie, on lui préférera d’autres œuvres que celle-ci, bien que cette dernière soit tout à fait distrayante.
    Quentin E. V.
    Quentin E. V.

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 83 critiques

    3,5
    Publiée le 10 novembre 2016
    Sonatine parvient à nos oreilles sous la baguette du chef d'orchestre Takeshi Kitano, dans un film étonnant entre le What the fuck (?) et la maîtrise. Tout n'est pas parfait, mais on se laisse surprendre. J'ai trouvé le tout un peu vieillot aujourd'hui, mais encore bon. A découvrir pour la filmographie Kitano, sinon passez votre chemin !
    willydemon
    willydemon

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 342 critiques

    2,0
    Publiée le 14 juillet 2011
    Je n'ai peut-être pas compris toute la portée philosophique que peut avoir ce film. Mais je me suis bien ennuyé, entre ça et Kitano qui se repose un peu sur ses lauriers. Ce n'est pas un Kitano que je recommanderait, Kid's Return, Violent Cop, Aniki sont bien plus intéressants.
    Christeleon
    Christeleon

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 50 critiques

    2,0
    Publiée le 28 juin 2010
    Bon, je savais à l'avance que ce film n'aurais rien à voir avec les grands films de gangster...mais là, c'est plutôt décevant. Les 20 premières minutes du film sont intéressantes...mais seulement ses 20 minutes car, que se passe-t-il ensuite? Une partie des yakuza par en vacances à la plage et vous voilà parti les 3/4 du film à voir des yakuza s'amuser avec des feu d'artifice, des flingue, danser comme des pingouins... Ils s'amusent, il sont content, c'est chouette mais au final, ça sert à quoi ?! J'ai pas trouver d'intérêt à voir ce film, même si le talentueux Takeshi Kitano a un rôle qui lui va comme un gant. Seul point intéressant: les musiques qui s'enregistre bien en mémoire.
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 477 critiques

    3,5
    Publiée le 25 septembre 2018
    Avec «Sonatine», Takeshi Kitano réalise plus qu'un simple film de yakusas, il se joue des codes pour dépasser le genre. Violent mais non complaisant, ce film marque plus par son ton contemplatif et désabusé que par des massacres magnifiés, contrairement au commun des polars asiatiques d'aujourd'hui. Kitano joue ici un yakuza d'âge mûr contraint de liquider un clan rival pour le compte d'un patron invisible et semble-t-il tout-puissant. Mais tout ne se passera pas comme prévu, et le film s'achèvera dans un bain de sang... hors-caméra : et oui il existe encore quelques réalisateur sachant utiliser un minimum le pouvoir suggestif des images, fait tellement rare qu'il faut le souligner vu la surenchère dont on nous abreuve de nos jours. Kitano n'est pas de ceux qui se vautrent dans le racolage cinématographique, de ces cinéastes « hype » enchaînants les films « stylés » et jetables : son oeuvre est très personnelle et quelque peu difficile d'accès, ses personnages sont fouillés mais pas bavard pour autant, sa mise en scène est magnifique bien que dépouillée, le montage est changeant, tantôt fulgurant tantôt engourdi, le scénario évite les pièges du déjà-vu,... Il se paye même le luxe d'introduire des passages poétiques et surréalistes, ou encore des blagues enfantines tellement simples qu'on en rit de bon coeur. Tout n'est pas d'une extrême finesse, mais il s'agit d'un remarquable long métrage. [2/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
    edchess
    edchess

    Suivre son activité Lire ses 16 critiques

    1,0
    Publiée le 12 mai 2008
    Un film d'une lenteur ahurissante. Certains films de Scorsese ne sont rien à côté... Malgré la durée relativement courte du film (1h30), on est sans cesse en train de regarder sa montre, et on a l'impression que le film dure 3h. Le scénario est franchement très pauvre avec des scènes de tuerie ridicules. Seules la musique "aérienne" et quelques moments poétiques et burlesques (notamment le pierre-feuille-ciseaux) permettent au film de mériter 1 étoile...
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 224 abonnés Lire ses 4 838 critiques

    2,5
    Publiée le 29 septembre 2006
    C'est un joli film mais le rythme est lent, je me suis un peu ennuyeux en le regardant. La réalisation est bonne mais trop paresseuse à mon goût.
    ygor parizel
    ygor parizel

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 2 503 critiques

    1,5
    Publiée le 11 septembre 2012
    Mortellement ennuyeux, le ton volontairement distant et lent n'apporte rien. De temps en temps un plan valable une petite série B. qui veut se faire passé pour du cinéma d'auteur, dialogues basiques sans audace.
    anonyme
    Un visiteur
    1,5
    Publiée le 18 septembre 2012
    Ce n'était pas encore ça pour le réalisateur japonais, il y a l'air mais pas la musique!
    wesleybodin
    wesleybodin

    Suivre son activité 207 abonnés Lire ses 3 864 critiques

    4,5
    Publiée le 11 juillet 2012
    Avec Sonatine, la Kitano's Touch excelle et transforme une histoire de yakuzas somme toute basique en un modèle du genre implacable.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 922 abonnés Lire ses 2 632 critiques

    4,0
    Publiée le 12 mars 2010
    Film très poétique, mais qui m'a moins intéressé que d'autres du même réalisateur.
    Musashi34
    Musashi34

    Suivre son activité Lire ses 34 critiques

    1,0
    Publiée le 12 décembre 2007
    Je vais être clair. Je suis un grand fan de Kitano: Aniki, Violent Cop et Tabou étant des films splendides. Mais là je n'ai pas compris. On voit des yakuza batifoler sur la plage pendant 3/4 d'heure et c'est franchement long. Le rythme est vraiment trop lent à mon goût. Certains vont dire que c'est "poétique" ou "contemplatif", mais à la longue, c'est surtout chiant et ce, malgré le caractère désespéré typique des films de Kitano que j'apprécie et qui est toujours là.
    pelu
    pelu

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 446 critiques

    1,0
    Publiée le 17 novembre 2008
    pas un fan absolu de kitano mais je porte un grand interet a ses realisations je visionne ainsi ces films un par un et celui ci regroupe bien tous les themes chere a takeshis sans hesiter tous y est donc sa s'avere tres bon me dirait vous mais pourtant ici je trouve sa ne marche pas c lent et sans interet et limite debile l'idee de yakuzas qui joue comme des enfant sur une plage en attendant une decision me fait presque pleurer c ridicule !! a linstar de kikujiro qui reussi dans le genre celui la se plante totalement omme jugatsu ou violent cop c long a en mourrir je m'ennuyais je ne dis des chose ssont bonnes certaines scenes aussi mais c d' un moyen dans l'ensemble l histoire est pauvre kitano assure comme d'han son teatre buraku est toujours bon est rend un cote sattirant aces personnages ; la musique elle aussi est superbe parait pour le cote poetique qu il aime donné d'habitud emais la sa ne fonctionne ps dommage il fait partie de ces films mediocre de kitano loins pour moi de aniki et kikujiro ou blood and bones
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top