Mon AlloCiné
    Un Drôle de paroissien
    note moyenne
    3,9
    342 notes dont 53 critiques
    21% (11 critiques)
    43% (23 critiques)
    28% (15 critiques)
    6% (3 critiques)
    2% (1 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Un Drôle de paroissien ?

    53 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1514 abonnés Lire ses 8 666 critiques

    4,0
    Publiée le 29 février 2008
    Superbe comèdie satirique menèe sur un rythme alerte et des dialogues savoureux d'Alain Noury!Film plutôt grinçant,"Un drôle de paroissien" marque surtout la rencontre du merveilleux Bourvil et de Jean-Pierre Mocky!Le jeu tout en finesse de Bourvil doit beaucoup à cette farce ou les dècors et les éclairages des nombreuses èglises parisiennes sont particulièrement bien rendus!Interprètès par de grands seconds rôles comme Francis Blanche,Jean Poiret,Jean Tissier ou bien encore Marcel Pèrès,cette comèdie est une sorte de gigantesque partie de gendarmes et voleurs ou les voleurs bien sûr auront les derniers mots!On retiendra ègalement la courte sèquence en couleur qui donne un côtè irrèaliste au film et surtout les 1001 astuces pour piller un tronc!Du très grand Mocky...
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 285 critiques

    4,0
    Publiée le 20 décembre 2014
    Jean-Pierre Mocky aimait bien faire la satire des églises et de ses pratiquants : il réussit ici à merveille dans ce film réalisé en 1963 et au casting prestigieux dont il doit être le dernier survivant (en 2014) On aurait dû avoir Fernandel ou De Funès comme "drôle de paroissien" mais le premier a refusé (eut-il été crédible en don Camillo après avoir volé dans les troncs ?) et le second n'a pu être recruté pour des raisons de budget. D'ailleurs tout le film low cost est réalisé en noir et blanc sauf un intermède parfaitement onirique et inutile...Ils ont dû regretter en voyant que le film a fait un tabac avec plus de 2 millions d'entrées en salles, en des temps où la concurrence de la télé avait pour conséquence de voir de plus en plus de salles de cinémas de quartier mettre la clé sous la porte et les autres se désertifier. Un film qui a une valeur historique car il n'aurait plus beaucoup de sens aujourd'hui : les églises ont perdu beaucoup de fidèles, ne sont plus ouvertes en permanence : les troncs ont quasi disparu pour cause d'effractions quand ce ne sont pas les oeuvres d'art qui y sont dérobées...C'est un plaisir que de revoir Bourvil encore jeune avec une drôle de coupe de cheveux et jouant un ancien riche aristo obligé de piller les troncs d'églises pour subsister sa famille et lui : charité bien ordonnée commence par soi-même, voici sa devise ! Témoignage riche d'une époque à revoir pour les anciens, ou à découvrir pour les jeunes. Du beau travail ! willycopresto
    BoBdeNiro
    BoBdeNiro

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 101 critiques

    3,5
    Publiée le 14 mai 2017
    Une satire jubilatoire de ce bon JP Mocky à ses grandes heures: de la bourgeoisie d'abord avec cette famille oisive qui préfère vivre ruinée plutôt que travailler, et surtout de la police, de manière outrancière cette fois ci, avec cette "brigade des églises" composée de clowns incompétents chacun à leur manière. Le tout est certes parfois répétitif et lourdaud à la longue, mais c'est un réel plaisir de suivre cette joyeuse comédie et son truculent casting, avec nombre d'acteurs qu'on retrouvera un an plus tard pour le génialissime "la grande frousse".
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 1 082 critiques

    3,5
    Publiée le 27 juin 2015
    Dans la saga des films de Bourvil des derniers mois (merci à Gully d’ailleurs, la seule chaîne à passer de vieux films alors qu’ils valent mieux que bon nombre de bouses actuelles) tels les hussards, le Roi Pandore, tout l’or du monde…, c’est celui que j’ai préféré. Le jeu du chat et de la souris avec la police, ainsi que la réflexion orientée de bons catholiques sur ce que Dieu leur doit, y sont pour beaucoup (le fameux « Pourquoi travailler Seigneur, puisque vous m’avez crée paresseux ? »). En effet, c’est assez inventif dans les deux cas, jusque dans la justification perpétuelle des méfaits ; puis pour l’époque (1960), égratigner autant l’institution chrétienne était rare, trop. A noter que si Bourvil joue souvent les simplets biens gentils il est pas mal à l’opposé ici. Il reste certes naïf un peu, mais tend plus vers le roublard, on le rapprocherait plus d’un De Funès. D’ailleurs il faut noter qu’aucun acteur ne se loupe ici, c’est toujours très juste, donc agréable à suivre surtout avec un tel casting. Certes l’histoire peut ne pas plaire, surtout maintenant que tout cela a changé, mais on peut apprécier le fait que tout soit clair, fluide, sans complexification excessive et inutile (comme ce que l’on subit de nos jours, pour ajouter un aspect sérieux à un vulgaire blockbuster), tout jusqu’aux jeux de lumière. Par contre on a des longueurs, comme souvent dans les vieux longs métrages, et le rythme est lent, mais cela ne gène pas encore tant que ça, question d’habitude peut être. A contrario les décors sont soignés au point qu’on les croirait réels et la musique colle à l’ambiance paroissiale. Si la trame peut dérouter car inattendue, les dialogues sont bien trouvés et correspondent à la psychologie des personnages qu’ils contribuent à créer. Au final, un bon film en noir et blanc, où il ne faut pas s’attendre à la prestation habituelle de Bourvil ou à de l’humour à foison, mais plutôt à une farce sur la police (un peu ridicule façon guignol), ainsi qu’une petite critique impertinente de l’Eglise, d’une famille imbue d’elle-même et de la société spoiler: (car on dépense plus pour arrêter le voleur que pour endiguer la cause qui le pousse à cette extrémité) . Comme un autre membre l’a dit : du politiquement incorrect sans vulgaire, une amoralité cynique, un tour de force de nos jours (Gus ou Lars ne vous sentez pas –trop- visés).
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 149 abonnés Lire ses 1 353 critiques

    4,0
    Publiée le 30 juillet 2014
    Quand Mocky s'attaque à l’église c'est un sujet qu'il lui va à merveille puisque c'est avec ce sujet qu'il à fait deux de ses meilleurs films. Un drôle de Paroissien est fort drôle et ne manque pas de tacler l’église comme il se doit.
    Guillaume836076
    Guillaume836076

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 120 critiques

    3,5
    Publiée le 26 juillet 2014
    Le meilleur Jean-Pierre Mocky que j'ai pu voir. Cette première collaboration avec Bourvil est très réjouissante à plus d'un titre. Très bien écrite et remarquablement mise en scène, cette comédie satirique, à l'esprit très "anar" avant l'heure, n'a rien à voir avec les films complétement bâclés que le réalisateur nous livre depuis une vingtaine d'années. Impertinence et humour noir tiennent le haut du pavé sur un sujet rudement gonflé pour l'époque. Aristocratie, clergé et police nationale sont joliment et intelligemment écornés - imaginez qu'à la sortie toute la frange de la France bourgeoise, traditionaliste et bien-pensante criai au scandale ! On pourrait même soupçonné Mocky de faire de ce film une sorte d'éloge de la paresse ! Certains dialogues et situations complétement loufoques nous valent d'ailleurs de francs fous-rires, sans pour autant atteindre le niveau d'un Audiard. Le point de vue n'est toutefois pas aussi virulent que certains films ultérieurs du réalisateur, qui ont beaucoup moins bien vieillis qu' "Un drôle de paroissien". Ici, Mocky a beaucoup de tendresse pour ses personnages absolument tous irrésistibles et formidablement campés par des acteurs apparemment très heureux d'être de cette aventure. Bourvil est épatant en "Aristo illuminé fou-gentil" avec un jeu bien plus subtil et sombre que dans ses comédies antérieures et prouve encore une fois la grande palette de jeu dont il était pourvu. D'ailleurs, le ton " sérieux" du jeu voulu par le réalisateur apporte plus de force au film. Mais mon préféré c'est Francis Blanche en "Inspecteur de la Brigade des Cultes " (pas sûr que ce soit exactement son titre... ), complétement à côté de la plaque... Ah ! J'oubliais aussi la loufoquerie de Jean Tissier. Il y eu la Nouvelle Vague pour les films dits "sérieux", il y eu Mocky pour révolutionner le ton un peu trop franchouillard et ronronnant de la comédie française en panne d'inspiration depuis le début des 50's - sauf les comédies d'Autant-Lara (Occupe-toi d'Amélie, L'Auberge rouge et surtout La Traversée de Paris) et Duvivier (Don Camillo, La Fête à Henriette et L'Homme à l'imperméable). A cet égard, la séquence onirique -scène clef de l'intrigue- bouscule et fait basculer le film dans un registre plus "Bunuelien", où Mocky casse les codes en utilisant volontairement la couleur. Au passage, beau travail du grand chef opérateur Léonce-Henri Burel jouant autant sur les clairs-obscurs du noir et blanc que sur la lumière éclatante du technicolor pour cette scène onirique.
    Jipis
    Jipis

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 358 critiques

    3,5
    Publiée le 6 juin 2012
    « Nous sommes une goutte de paresse dans un océan de labeur » Cette phrase au combien significative d'une Aristocratie moribonde désirant conserver par tous les moyens une oisiveté ancestrale oblige les protagonistes d'une diction parfaite préservée de la phraséologie du laborieux à se remonter les manches sans avoir pour autant la perception de travailler. Voir une police en sureffectif ridiculisée par un personnage en harmonie entre ce qu'il prend et ce qu'il offre ressemble à une course poursuite entre un malicieux et des limités cloisonnés dans des stéréotypes aux aspects poussiéreux et ventripotents. Jean-Pierre Mocky comme bien souvent se pâme en filmant de manière anarchiquement douce les limites intellectuelles d'une certaine catégorie de ses contemporains en les affligeant de physionomies presque felliniennes. L'intégralité est servie dans des situations cocasses ou le poussif aux frontières de la cirrhose en tenue de ville ou déguisé de manière grotesque applique des initiatives farfelues surclassées par l'analyse froide et efficace d'un penseur dont les actions malhonnêtes sont argumentées comme des missions divines. Policiers et Ecclésiastiques servent de boucs émissaires à un cinéaste ravi de manipuler des rouages jugés comme ridicules, détenteurs de procédures plus dominantes qu'idéologiques explorées par un drôle de paroissien plein de compassion et de tolérance envers ces ressources de société qu'il faut accepter dans son quotidien.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 782 abonnés Lire ses 4 997 critiques

    4,0
    Publiée le 27 novembre 2011
    Si j'avais un a priori quelque peu négatif sur Jean-Pierre « grande gueule » Mocky, et que j'ai d'ailleurs toujours un peu tant je pense que sa carrière doit compter quelques méchants nanars, il faut être honnête : ce « Drôle de paroissien » est excellent. Mise en scène au-dessus de la moyenne, ton satyrique du plus bel effet, provocation jamais gratuite et ô combien efficace, exploitation des lieux (et notamment des églises bien sûr) très réussi : c'est de la belle ouvrage et on ne s'ennuie en définitive jamais devant un spectacle mêlant avec bonheur le social, la pure comédie, la religion (souvent tournée en ridicule) et le film policier. Cela dit, si le résultat est en définitive aussi emballant, c'est aussi par son casting trois étoiles : Francis Blanche s'avère ainsi réjouissant en policier, tandis que Jean Poiret en ami fidèle du héros s'avère dans une forme comique étincelante. Mais le meilleur, c'est Bourvil : je ne suis pourtant pas toujours un inconditionnel du gentil naïf, mais il est ici simplement éblouissant en voleur persuadé d'agir au nom de Dieu, assurément l'une des plus belles prestations de sa longue carrière. Un Mocky grand cru donc, malin et savoureux : une belle réussite.
    Critik D
    Critik D

    Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 282 critiques

    4,5
    Publiée le 29 juillet 2014
    Une magnifique comédie réalisé par Jean-Pierre Mocky et menée par Bourvil. Une critique de l'aristocratie fainéante, qui pense subvenir à ses besoins par le biais d'action mais ne doit en aucun cas travailler. Bourvil est tout bonnement excellent, même si une fois de plus il semble camper un simple d'esprit enfermé dans ses principes, il a une finesse dans son jeu qui fait la différence et qui nous rend son personnage intéressant et même attachant. C'est un très bon film, qui n'a pas encore souffert d'un ajustement numérique des plus dégueulasses. J'ai découvert ce film récemment et je le recommande fortement, c'est beau, c'est drôle et c'est magnifiquement joué. A voir absolument.
    flushroyal
    flushroyal

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 779 critiques

    3,5
    Publiée le 5 août 2014
    Une amusante comédie satirique qui n'hésite pas à torpiller le cléricalisme et l'hypocrisie de la bourgeoisie, le tout avec une ironie et de savoureux dialogues qui rendent le film tout a fait réjouissant. Si on pouvait se poser la question si l'idée de départ pouvait durer 90 minutes, le scénario se révèle limpide et déroule tranquillement une succession de scènes cocasses et piquantes. Les personnages sont particulièrement hypocrites et interprétés par des acteurs qui parviennent à manier parfaitement l'ironie. Les scènes ou le personnage de Bourvil s'adresse à Dieu et cherche à justifier ses actes font particulièrement mouche. Les seconds rôles avec Jean Poiret et Francis Blanche contribuent à la sympathie de la distribution. La caméra de Mocky pose un regard sans concession. Par ailleurs, tout le monde en prend joyeusement pour son grade puisque les fonctionnaires et la société du profit sont aussi subtilement épinglés par ce film malin. Agréable et amusant tout autant qu'acide et piquant. Une recette efficace.
    Marceau G.
    Marceau G.

    Suivre son activité 288 abonnés Lire ses 176 critiques

    3,5
    Publiée le 22 août 2014
    Georges Lachesnay (Bourvil) et sa famille d'origine aristocrate vivent sans que qui que ce soit de cette famille ne travail, jamais (ordre du père !). Ils vivent donc du strict minimum. Et cette famille, très croyante, surtout Georges, le fils, compte sur dieu pour leur fournir le nécessaire... Jusqu'au jour où la famille est contactée par l'huissier... Georges se rend à l'église et prie le Seigneur de lui donner un signe pour le sortir de la mouise. À ce moment précis, il entend une dame qui laisse tomber des pièces dans un tronc... Pour lui, tout est clair, il a trouvé la solution ! "Un Drôle de Paroissien" est une chronique ironique et rigolote d'une France chrétienne et puritaine. Mocky fait du politiquement incorrect sans JAMAIS tomber dans le vulgaire. C'est la force de ce film : une amoralité cynique et omniprésente. Tout le film repose sur cet homme et son activité incongrue. Ce film est un exemple de second degré, grâce à ses dialogues acérés et très ironiques et à son scénario abouti. Bourvil est immense et on ne peut plus théâtral. Chapeau au reste du casting (Francis Blanche, Jean Poiret...). À voir !
    GabbaGabbaHey
    GabbaGabbaHey

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 1 582 critiques

    3,5
    Publiée le 14 juillet 2011
    Un très bon film de Jean Pierre Mocky et un grand rôle pour ce cher Bourvil, toujours aussi excellent et agréable, nous offrant un jeu unique et absolument réjouissant. Une histoire complètement dingue bien imprégnée du style de Mocky, critiquant avec humour et pertinence la religion catholique. C'est également un plaisir de voir jouer dans "Un Drôle De Paroissien" Jean Poiret et Francis Blanche.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 25 octobre 2013
    Jean-Pierre Mocky a réalisé une délicieuse comédie pleine de fantaisie et de légèreté sur un thème original. Georges Lachaunaye (Bourvil) est le fils aîné d'une vieille famille aristocratique qui a connu des jours meilleurs. La famille doit recourir à des expédients pour se nourrir. Menacés bientôt d'expulsion, ils vont recourir au pillage des troncs d'église grâce à Georges et son ami Raoul (Jean Poiret) en faisant preuve d'une imagination sans bornes. Mais la brigade des églises veille. L'inspecteur Cucherat (Francis Blanche) et son collègue le brigadier Bridoux (Jean Tissier) vont essayer de déjouer leur petit jeu. Un drôle de paroissien est l'un des meilleurs films de Mocky et de son ami Bourvil, une facétie drolatique toute en finesse qui ravira petits et grands. Le film a sans aucun doute vieilli, mais le charme opère toujours sa magie. Si le cinéma d'aujourd'hui pouvait nous livrer des œuvres aussi bien ficelées, en lieu et place des comédies insipides dont on nous abreuve, cela relèverait le niveau d'un art qui tourne pour partie à la dérive.
    François C
    François C

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 43 critiques

    3,5
    Publiée le 21 juillet 2014
    Un film gentiment irrévérencieux et parfaitement immoral. On adore. Merci Monsieur Mocky!
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 78 critiques

    4,5
    Publiée le 30 juillet 2014
    Peut-être le chef-d'œuvre de Mocky. J'ai vu ce film d'innombrables fois et je ne m'en lasse pas. C'est une charge peu subtile, certes, contre l'église et ses grenouilles de bénitiers, contre la police aussi, mais assénée avec un tel allant, jouée par de tels comédiens que l'on est gagné peu à peu par une hilarité douce et rédemptrice. Bourvil, Blanche et Poiret sont épatants. Marcel Pérès est grandiose.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top