Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
L'Enfer
note moyenne
3,4
587 notes dont 65 critiques
20% (13 critiques)
29% (19 critiques)
28% (18 critiques)
15% (10 critiques)
5% (3 critiques)
3% (2 critiques)
Votre avis sur L'Enfer ?

65 critiques spectateurs

Eric C.
Eric C.

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 964 critiques

4,0
Superbe maestria de Chabrol pour traiter de la folie de la Jalousie avec 2 acteurs au sommet. Francois Cluzet est etonnant dans sa montee en tension paranoiaque de la jalousie et joue avec une incroyable energie. Emmanuelle Beart est exceptionnelle de douceur et de fragilite dans son role d'epouse victime de la jalousie grandissante. Elle est egalement incroyablement belle, fraiche et sensuelle dans toutes les scenes du film que ce soit dans la realite ou les visions delirantes de son mari. Un tres grand film de Chabrol.
soliloo
soliloo

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 588 critiques

2,5
La première moitié est plutôt ennuyeuse, il ne se passe pas grand chose, on n'y trouve pas grand intérêt. Ce n'est qu'une immense exposition du noeud de l'intrigue qui se situe dans la seconde moitié du film. Là, on y trouve une fresque plutôt bien vue de la jalousie et de la folie. François Cluzet est merveilleux dans ce rôle complexe, il joue aussi bien le bonheur conjugal que la jalousie maladive. Par contre, la fin assez abrupte est certes lourde de sens, mais décevante car on reste sur un sentiment d'inachèvement du film.
Alain D.
Alain D.

Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 1 759 critiques

4,5
Un drame de Claude Chabrol au climat doux amer cher à ce réalisateur de talent. Sur une mise en scène de grande qualité, le scénario, signé lui aussi par Claude Chabrol, mêle de manière subtile suggestion et réalité. Il nous conte une histoire sentimentale intense qui tourne à la psychose dramatique avec un suspense habilement mené. L'affiche est somptueuse : Emmanuelle Béart, débordante de sensibilité, est éblouissante. Quant à François Cluzet, il se révèle lui aussi, magistral dans un rôle délicat de personnage excessif. Le pitch : Paul et sa femme Nelly dirigent l'Hôtellerie du Lac. Nelly, une jeune femme ravissante, est profondément amoureuse de son mari dont la jalousie va tourner à l'obsession …
Nagix Stumpy
Nagix Stumpy

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 327 critiques

4,0
L’Enfer est un film poignant et grave, qui offre à Cluzet et Béart des rôles dramatiques intenses. Chabrol rend ici hommage à Hitchcock et à sa façon de dédoubler la réalité, de filmer l’étrangeté et l’inquiétude. Avec l’appui d’un scénario de Clouzot, maître du suspens, et à l’aide d’une mise en scène classique, Chabrol met doucement en place, par à coups narratifs, la folie de Paul (Cluzet), jaloux jusqu’à la folie. Si le film semble inachevé, on comprend bien que Chabrol veut nous emmener au bord de la folie, de la paranoïa, de cette double réalité qui réinterprète le réel. Le film n’a semble-t-il pas d’autre but. La parano de Paul resserre l’étau petit à petit autour de Nelly (Béart), pourtant compréhensive dans un premier temps. L’Enfer est un film extrêmement dérangeant, dont la force tient au scénario et à l’interprétation des acteurs, mais aussi et surtout à la caméra de Chabrol qui arrive à capter l’essence d’une folie sans fondement. Par ailleurs, il convient de lever notre chapeau à ce dernier, qui arrive à exploiter Béart et sa beauté, sans jamais la mettre à poil, ce qui, au regard de ses autres films, est une performance…
cylon86
cylon86

Suivre son activité 449 abonnés Lire ses 4 391 critiques

5,0
Sur une histoire d'Henri-Georges Clouzot, Claude Chabrol signe un film intense et troublant sur les affres de l'amour et de la jalousie. Si la mise en scène est classique et utilise parfois des transitions abruptes, le scénario est très bien écrit et offre à François Cluzet un rôle fort et ambigu. Il est parfait dans le rôle du mari parano face à une Emmanuelle Béart très sensuelle. Le spectateur finit par être perdu entre visions et réalité et c'est là une des grandes forces du film.
Sebmagic
Sebmagic

Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 1 116 critiques

3,5
J'ai vu le film sans savoir à quoi m'attendre et j'ai été agréablement surpris, surtout pour un film français. Et pourtant ça partait mal car dès le début j'ai trouvé le personnage d'Emmanuelle Béart beaucoup trop exagéré, avec des mimiques et un comportement totalement surréaliste. Et pourtant, tout au long du film son personnage plonge dans l'Enfer proprement dit, face à un mari surpassé par sa jalousie maladive. Et là, plus son personnage s'enfonce et plus l'actrice est crédible, émouvante, intéressante. Quant à François Cluzet, il est génial d'un bout à l'autre, parvenant à attirer la sympathie tout en nous faisant un peu peur. Le film traite de la jalousie à la perfection car il prend vraiment ce problème de couple très au sérieux. Le réalisateur se place à la fois du point de vue des deux victimes (elle victime de la folie de son mari, et lui victime de son atroce paranoïa), ce qui est très fort car ça nous permet de comprendre les deux personnages. Les films que se fait le personnage de François Cluzet sont disproportionnés et presque impossible à croire, mais ils sont réalistes concernant les dégâts que peut causer une jalousie tenace et incurable. Enorme problème de ce film : la "fin". Rarement j'ai vu un tel foutage de gueule concernant une fin de film, même si elle est à double sens (la jalousie ne s'arrête jamais, etc.). Je ne vais pas révéler la fin du film mais je la trouve franchement mauvaise. Bref, pas un énorme chef d'oeuvre, mais un bon film à voir, car il surprend.
Akamaru
Akamaru

Suivre son activité 528 abonnés Lire ses 4 333 critiques

3,0
Avec son sens de l'ironie et de la dissection des rapports humains malsains,Claude Chabrol reprenait un scénario inachevé d'Henri-Georges Clouzot pour en faire un drame obsédant sur la jalousie et la paranoïa."L'Enfer"(1993),c'est celui d'un couple d'aubergistes qui se délite,sous les coups de semonce de l'obsessionnelle méfiance du mari,induit en erreur par le comportement d'aguichante aguicheuse de sa jeune épouse.Chabrol n'omet aucune étape de cette plongée dans les ténèbres d'où ne peuvent ressortir que folie et pulsions destructrices.Du grand art.François Cluzet,tordu et maniaque,est effrayant,et à la fois pathétique.En le voyant,on est convaincu que la jalousie est une vraie maladie.Quant à Emmanuelle Béart,d'une beauté invraisemblable et provocante,d'une indécente accessibilité,elle restitue à merveille l'équivoque de cette femme,condamnée à finir enfermée comme un oiseau dans une cage.Chabrol brouille les pistes sur ce qui est vrai ou non.Paul entend des voix dans sa tête.Il confond les évènements passés et présents.Il est éteint un instant,brutal le suivant.La non-fin du film sonne comme le triomphe de la fatalité sur la raison.
chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1036 abonnés Lire ses 10 088 critiques

3,5
Etè 1964, Henri-Georges Clouzot dèbute le tournage de "L'enfer", autopsie d'un couple dètruit par la jalousie,avec Romy Schneider et Serge Reggiani dans les rôles principaux! Trois jours plus tard, l'acteur principal tombe malade et le cinèaste est victime à son tour d'un infarctus! Le film est dèfinitivement abandonnè! il faudra attendre trente ans pour que Claude Chabrol, emballè par la première mouture du scènario imaginè par Clouzot, se dècide à la porter à l'ècran! Avec un oeil d'entomologiste, le cinèaste dissèque les symptômes cliniques de la paranoïa et filme de l'intèrieur les affres d'un mari fou d'amour! Plusieurs mois durant, François Cluzet (très belle prestation, parce que complexe à jouer) consulte des psychiatres et rencontre des malades mentaux pour entrer dans la peau de ce jaloux pathologique, rongè par la douleur jusqu'à l'obsession! A l'affût du plus petit indice, il surveille, espionne, accuse sa femme! Et la belle, tour à tour flattèe, rèvoltèe et victime, est entraînèe dans une spirale infernale et tragique! En femme-enfant naturellement fatale, Emmanuelle Bèart est exceptionnelle! Une lente destruction d'un couple parfaitement maîtrisèe par Chabrol...
warren
warren

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 450 critiques

5,0
Un film envoûtant et vénéneux. Chabrol nous donne à voir avec brio la réalité déformée par la jalousie que perçoit le personnage (génialement) interprété par François Cluzet. Cela donne un film inquiètant, où l'on ne sait jamais si l'on doit se fier à ce que l'on voit. Le malaise et le trouble sont complets. Pour cette raison et tant d'autres (le couple Cluzet-Béart entre passion et haine, la non-fin, l'ambiguité de la frontière entre réalité, rêves et fantasmes...), ce film est une totale réussite.
artaud
artaud

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 203 critiques

4,0
Sujet traité. La jalousie en fil conducteur vous tire par le nez et nous fait découvrir les méandres de l'ambivalence comportementale et du délire paranoïde. Monsieur Paul, grâce à l'histoire, est emporté par un vent de folie. Pourtant, au début je craignais le pire mais l'état focalisé sur Monsieur Paul est parfaitement justifié sans paraître une seule fois long car la caméra de Chabrol est habile, montre ce qu'il faut voir, sans trop montrer : le pathos resurgi par la colère de Paul et le manque cruelle de discernement de Nelly. Voyez ! Je suis encore dans le film... UN FILM QUI NE DEVRAIT PAS ÊTRE JALOUX !
NomdeZeus
NomdeZeus

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 044 critiques

3,5
L’Enfer est un drame traitant de la jalousie et de ses répercutions sur la vie de couple. Plus que la mise en scène, parfois un peu limite, c’est la performance du duo d’acteurs principaux qui reste en mémoire. Francois Cluzet joue admirablement le rôle du mari jaloux cédant peu à peu à la folie. Quant à Emmanuelle Béart, elle illumine la pellicule de sa beauté provocante. Le film est bon mais on ne peut s’empêcher de penser au chef d’œuvre qu’il aurait pu être si Henri-George Clouzot avait mené à bien sa mouture originelle.
Xyrons
Xyrons

Suivre son activité 151 abonnés Lire ses 3 285 critiques

3,0
L’enfer est un beau drame de Claude Chabrol. La mise en scène du réalisateur est efficace, il réussit à nous tenir en haleine tout le long. Le scénario est travaillé, la psychologie des personnages est développée et le sujet est traité en profondeur. De plus, les acteurs comme François Cluzet, Emmanuelle Béart et Marc Lavoine sont convaincants dans leurs rôles. Bref, trois étoiles.
halou
halou

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 1 515 critiques

3,0
Sujet maintes fois traité au cinéma mais de façon perspicace et prenante par Chabrol. Les acteurs jouent justes et donnent encore plus de puissance au film.
belo28
belo28

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 106 critiques

5,0
L'archétype du cinéma français: un couple dans un appartement filmé à l'aide de longs travellings... Cependant, cette histoire, de Cluzot mise en scène par Chabrol à son meilleur niveau et interprété par Cluzet d'une force et d'une justesse incroyable, frôle une perfection insaisissable entre le rêve et la réalité... Une descente aux enfers absolument virtuose dans laquelle le spectateur se perd autant que le personnage principal! Un film lyrique et onirique sur les pouvoirs de l'amour et du mensonges!
aka34
aka34

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 11 critiques

2,5
C'est un film qui aurait bien mérité ses 3 étoiles... mais pour le scénario, la clôture de ce film est une moquerie pure et simple... ça ne parait même pas intentionnel ! En fait il manquait un bout du film et l'équipe s'est dis que ça ne valait pas le coup de se faire un ou deux jours de tournage de plus pour offrir aux spectateurs une fin digne de ce nom ?? Dommage, très sérieusement dommage car sans ça, c'est très réussi. Un drame psychologique au développement crescendo très bien mené par François Cluzet et Emmanuelle Béart. Un film a voir... pour l'avoir vu... dommage.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top