Mon AlloCiné
L'Homme de la rue
L'Homme de la rue
Date de sortie 11 juillet 1947 (2h 02min)
Avec Barbara Stanwyck, Gary Cooper, Walter Brennan plus
Genre Comédie dramatique
Nationalité américain
Le court métrage Ce film en VOD
Spectateurs
4,0247 notes dont 33 critiques
noter :
0.5
1
1.5
2
2.5
3
3.5
4
4.5
5
Envie de voir

Synopsis et détails

Pour retrouver son poste, la journaliste Ann Mitchell invente un personnage nommé John Doe qu'elle fait passer pour réel dans une lettre de suicide dénonçant le malaise social ambiant. Elle engage alors un dénommé John Willoughby pour se faire passer pour ce fameux John Doe. Mais, celui-ci se prend au jeu.
Titre original

Meet John Doe

Distributeur -
Voir les infos techniques
Année de production 1941
Date de sortie DVD 20/06/2003
Date de sortie Blu-ray -
Date de sortie VOD 01/10/2008
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 8 anecdotes
Budget -
Langues Anglais
Format production -
Couleur N&B
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa -

Regarder ce film

En VOD
à partir de (9.99 €)
à partir de (3.99 €)
à partir de (3.99 €)
à partir de (3.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
En DVD BLU-RAY
neuf à partir de 9.99 €
L'Homme de la rue
L'Homme de la rue (DVD)
neuf à partir de 9.99 €
Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

Interview, making-of et extrait

L'Homme de la rue (Meet John Doe) - Film en intégralité 3:34
L'Homme de la rue (Meet John Doe) - Film en intégralité
1 710 vues

Acteurs et actrices

Barbara Stanwyck
Rôle : Ann Mitchell
Gary Cooper
Rôle : John Willoughby / John Doe
Walter Brennan
Rôle : Le colonel
Edward Arnold
Rôle : D.B. Norton
Casting complet et équipe technique

Critiques spectateurs

soulman
Critique positive la plus utile

par soulman, le 20/04/2017

4,5Excellent

Un très beau Capra, dont le fond d'ironie rappelle des évènements plus récents et confère au film un caractère intemporel.... Lire la suite

In Ciné Veritas
Critique négative la plus utile

par In Ciné Veritas, le 22/08/2016

2,5Moyen

Ce film de Franck Capra est beaucoup plus connu sous son titre original (Meet John Doe) que sous sa version française, y... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
21% (7 critiques)
42% (14 critiques)
27% (9 critiques)
9% (3 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur L'Homme de la rue ?
33 Critiques Spectateurs

Photos

17 Photos

Secrets de tournage

Un cinéaste "à message"

Depuis 1936, avec L'Extravagant Mr. Deeds, faire passer un discours politique est la préoccupation centrale des films de Frank Capra ( Horizons perdus, Vous ne l'emporterez pas avec vous, Mr. Smith au Senat), qui l'ont établi comme un cinéaste à message.

Une période bien particulière

1941 est l'année charnière de la préparation à l'entrée en guerre des Etats-Unis. L'homme de la rue sortie la même année, se distingue des autres films d'intervention parce qu'il désigne le fascisme comme ennemi intérieur, ici incarné par le personnage de D.B Norton joué par Edward Arnold.

Le thème du suicide

Après La Grande Muraille et The Way of the strong, L'Homme de la rue est le troisième film de Frank Capra à traiter du suicide. Par ailleurs, un grand nombre de suicides manqués figurent dans les films de Capra comme dans La vie est belle.
8 Secrets de tournage
Films recommandés
La Femme au portrait
La Femme au portrait
Haute pègre
Haute pègre
Elle et lui
Elle et lui
Mirage de la vie
Mirage de la vie

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1941, Les meilleurs films Comédie dramatique, Meilleurs films Comédie dramatique en 1941.

Commentaires

  • michmonde
    Un film de Capra pour le moins ambigüe car, démarrant en trombe dans le registre de la comédie, il se fait peu à peu plus sérieux jusqu'à l'expression même d'une certaine gravité. L'exercice était délicat de continuer dans la légèreté ce scénario qui parle d'une tromperie à but plutôt humaniste, au départ, mais qui récupérée par des politiciens manipulateurs (pléonasme?) vire au cauchemar de l'implantation d'un nouvel ordre majoritaire.Émerge alors le sentiment d'un drame imminent opposant fatalement manipulés et manipulateurs, conscience collective et ambitions personnelles, populisme et élitisme, mensonge et vérité... le tout s'alourdit, donc, et vire à la satire sociale virulente dont certains atermoiements causent un sentiment de perdition après ½ h de film sans toutefois qu'il perde en saveur et fasse perdre l'intérêt d'en connaitre l'issue, aidé, en cela, d'une belle réalisation, de dialogues spirituels et des excellentes prestations de Gary Cooper et Barbara Stanwick entourés de second rôles sympathiques.
Voir les commentaires
Back to Top