Mon Allociné
Sur la planche
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Sur la planche
Date de sortie 1 février 2012 (1h 46min)
Avec Soufia Issami, Mouna Bahmad, Nouzha Akel plus
Genre Drame
Nationalités Français, Marocain, Allemand
Bande-annonce Ce film en VOD
Presse 4,0 18 critiques
Spectateurs 3,1121 notes dont 27 critiques

Synopsis et détails

Tanger - Aujourd’hui, quatre jeunes femmes de vingt ans travaillent pour survivre le jour et vivent la nuit. Toutes quatre ouvrières, elles sont réparties en deux castes : les textiles et les crevettes. Leur obsession : bouger. "On est là" disent-elles. De l’aube à la nuit la cadence est effrénée, elles traversent la ville. Temps, espace et sommeil sont rares. Petites bricoleuses de l’urgence qui travaillent les hommes et les maisons vides. Ainsi va la course folle de Badia, Imane, Asma et Nawal...
Distributeur Epicentre Films
Récompenses 1 prix et 20 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 2010
Date de sortie DVD 05/02/2013
Date de sortie Blu-ray -
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 7 anecdotes
Box Office France 30 908 entrées
Budget -
Langues Arabe
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 120874

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Sur la planche en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Sur la planche
Haute définition
VOST
Ce film en VOD
  • Louer (3.99 €)
  • Louer (2.99 €)
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Sur la planche (DVD)
Date de sortie : mardi 5 février 2013
neuf à partir de 19.39 €

Acteurs et actrices

Soufia Issami
Soufia Issami
Rôle : Badia
Mouna Bahmad
Mouna Bahmad
Rôle : Imane
Nouzha Akel
Nouzha Akel
Rôle : Nawal
Sara Betioui
Sara Betioui
Rôle : Asma
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • Libération
  • Cahiers du Cinéma
  • Les Inrockuptibles
  • Le Monde
  • Chronic'art.com
  • Le Point
  • L'Humanité
  • Positif
  • Critikat.com
  • Les Fiches du Cinéma
  • Première
  • Télérama
  • Studio Ciné Live
  • L'Express
  • TéléCinéObs
  • Le Figaroscope
  • La Croix
  • Metro
18 articles de presse

Critiques Spectateurs

Agatha77
Critique positive la plus utile

par Agatha77, le 15/05/2014

4,5Excellent

C'est un film magnifique! Dérangeant c'est vrai, autant par la façon de filmer que le rythme hyper rapide. Mais c'est comme... Lire la suite

Gérard Delteil
Critique négative la plus utile

par Gérard Delteil, le 27/10/2013

3,0Pas mal

Il y avait matière à faire un très bon film : les conditions de travail des "filles crevettes" de la zone franche de Tanger,... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
11% 3 critiques 15% 4 critiques 30% 8 critiques 22% 6 critiques 15% 4 critiques 7% 2 critiques
27 Critiques Spectateurs

Photos

9 Photos

Secrets de tournage

Un casting 2.0

Pour sélectionner les actrices de son long métrage, Leïla Kilani a fait distribuer des flyers sur les plages, dans les cafés et les stands commerciaux. Son équipe a aussi fait passer des annonces à la radio, créé une page Facebook, fait circuler des choses sur le web. Le jour du casting, pas moins de 320 filles sont venues se présenter, toutes classes sociales confondues. La réalisatrice raconte : "Les filles venaient avec les parents, ce qui aurait été totalement inconcevable il y a vingt ans. L’interdit est tombé : la Star Académie est passée par là". A noter qu'aucune des actrices n'a été choisie pour elle-même : c'est la cohérence du quatuor qui importait.

La métamorphose de Tanger

Le fait que l'intrigue de Sur la planche prenne place à Tanger n'est pas un hasard. La réalisatrice Leïla Kilani a souhaité mettre en scène cette ville entre deux âges. Quarante ans durant, cette métropole, atrophiée, a essuyé une importante récession économique. Désormais dotée d'un nouveau port et d'une zone franche, ce n'est qu'à partir des années 2000 qu'elle a pris sa revanche. Pour Leïla Kilani, Tanger renferme par ailleurs quelque chose de symbolique : "J’ai toujours pensé que Tanger était une ville de polar. Cela tient à la tradition littéraire, à l’unité visuelle, au rapport à la violence… C’est une ville avec un imaginaire de la mafia, avec des héros magnifiés, une ville où il y a un rapport au temps très particulier qui fait que l’on est dans une tension permanente. Une ville interlope, faite de zones grisâtres… Il y a quelque chose d’excessif, de profondément romantique dans cette ville", confie-t-elle.
7 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2010, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2010.

Commentaires

  • lepasseur

    Y a du nerf, du Prophète même dans cette Rosetta de Tanger mais l'ensemble s’apparentant au polar ne tient pas la distance... On ne stresse pas pour ces quatre filles qui rêvent d'une vie non asservie.

  • Nelly M.

    Festival des Trois Continents nantais 2011. Un film tourné avec fougue dont il se détache une "envie de dire" qui force l'admiration. Alors on suit ces jeunes filles en se disant que la débrouille dans cette zone franche de Tanger doit être faite de ces vertiges-là. Actrices touchantes dans leur contraste volontaire, chacune jouant sa partition dans l'affrontement sans saliver de ce que l'autre soit plus ceci ou plus cela. D'une certaine manière toutes les quatre sont logées à la même enseigne, de la plus plastique à la plus garçonne en passant par celle qui s'affranchit jusqu'à ne plus savoir où se positionner. Dans la survie où culture et racines brillent par leur absence, elles jouent de leur personne en forçant le trait comme pour encore ressentir quelque chose. Peut-être justement est-ce un peu trop appuyé, avec des redondances où on frôle l'ennui avant la scène décisive ? On est plus dans le respect que dans l'émotion véritable.

  • chérie m.

    Une tuerie! On n' a jamais vu un film pareil. c'est un ovni, une bombe! On s'en contrefiche des révolutions arabes ou d'autre chose, ça se part quelque part dans le monde aujourd'hui. Ca parle de comment tu veux vivre, juste vivre, pas bosser comme un damné, te faire vriller la tête à baisser l'échine. Ces gamines sont fascinantes, la mise en scène secouante, et 3 mois plus tard, t'as encore l'odeur de crevettes. Ca parle de ça le film, d'odeur du travail, d'envie d'hurler de la jeunesse! Allez y! Courrez! Ca faisait longtemps que j'avais pas vu ça. J'aime pas trop les films d'auteurs, toujours la même chose. Mais celui là, c'est une bombe!

  • platineangel

    Le cinéma marocain, israélien, iranien... se développe une vraie bonne nouvelle, et à chaque fois, une qualité de film...les révolutions arabes auront engendré de bons films.

  • arnaud1972

    ça commence par la fin et à la fin c'est autre chose !?!? elle se fait arrêté ou ellle brûle dans le feu,
    un film médiocre, ennuyeux avec une intrigue smartphone soporifique à souhait et puis cette caméra en planque pour faire vraie, et puis c'est quatre fille sans relief qui ont trop bien appris leur leçon de jeu et puis ce faux côté révolte de la jeunesse marocaine aux phrases toute faites, navrant!!!!

  • freesbeefree

    A les entendre tous tous dire que c'est la fureur de vivre marocaine, j'avais moyen envie d'aller voir ce film tombé de chez nos voisins les pauvres,. Les critiques en parlent hyper mal, ça le dessert parcequ on s'attend à voir un enième truc misérabiliste et donneurs de leçons. Mais ce film c'est une dinguerie foutraque avec des filles qui ressemblent à des amazones madmax! C'est une dinguerie, carrément faut pas chercher à expliquer et raccrocher les wagons de l'analyse. Je m'en fiche.Ce film c'est vraiment un rodéo de minettes. Il y a du venin de cobra dans ces gonzesses qui s'accrochent comme des malades après s'etre cassée la gueule et qui remontent de suite de suite sur le cul du cheval. Moi, je suis un mec mais elle m'ont fait kieffé grave ces killbill marocaines. Tu sais que si tu joues au bras de fer, elle vont te rétamer vite fait. Pas besoin d’être un medecine man, chaman indien, pour comprendre qu'elles sont comme des bikers en compet' qui tournent sur le en piste fermée, le corps cassé, fleepées carrémént par l’horreur du temps, grave peur du vieillissement, même pas de la mort. Moi en sortant du film j'avais juste foncer en moto dans le colorado la nuit!
    c'est décidé au petit-déjeuner depuis aujourd'hui dimancje. Je vais au colorado faire de la moto cet été.

  • SyphX-

    "Exaltant pour son anticonformisme, mais quelque peu aride pour sa rigueur conceptuelle, Sur la Planche n’en reste pas moins une sonde vibrante au cœur du monde arabe contemporain." Louna | ★★★★★★☆☆☆☆ | Lire la critique complète sur LE BLOG DU CINÉMA :

  • pauline__ch

    Quelqu'un connait le titre de la musique quand les 4 filles sont dans une maison le soir et que la "fille textile" brune fait une danse pour amadouer celui qu'elles vont voler?

    Merci

  • NedMerrill

    Est-ce une blague ? Les sous-titres du films sont-ils mal traduits ? Un sacré bordel ...
    Une incompréhension totale, aucune compassion pour aucun des personnages.
    On comprend bien les intentions de la réalisatrice qui est tout à son honneur, elle a juste oublié ses spectateurs. Ce n'est pas par ce qu'il y a peu de films qui nous viennent du Maroc, qu'il faut pour autant ne pas avoir un regard critique. Dommage ... vraiment !

  • beautifulfreak

    Bof, bof... On ne fait pas un bon film seulement avec de bonnes intentions. Il faudrait un minimum d'intrigue ou de mise en scène. Je suis resté jusqu'au bout mais j'ai décroché mentalement avant la fin. Les critiques de ciné sont impressionnables pour pas grand chose.

  • Greg S.

    J'en sort. A voir, franchement. Pour moi, le bon film du mois... Jme suis pas ennuyé, même si les dialogues vont à 100 km/h, etc
    Ca sent la vie, le travail, le peuple, la révolte, la rue, le vol, la débrouille....

Voir les commentaires