Mon Allociné
Bande de filles
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Bande de filles
Date de sortie 22 octobre 2014 (1h 52min)
Avec Karidja Touré, Assa Sylla, Lindsay Karamoh plus
Genre Drame
Nationalité Français
Bande-annonce Ce film en VOD
Presse 3,8 30 critiques
Spectateurs 3,01792 notes dont 238 critiques

Synopsis et détails

Marieme vit ses 16 ans comme une succession d’interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l’impasse de l’école. Sa rencontre avec trois filles affranchies change tout. Elles dansent, elles se battent, elles parlent fort, elles rient de tout. Marieme devient Vic et entre dans la bande, pour vivre sa jeunesse.
Distributeur Pyramide Distribution
Récompenses 1 prix et 14 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 2014
Date de sortie DVD 04/03/2015
Date de sortie Blu-ray 04/03/2015
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 10 anecdotes
Box Office France 306 713 entrées
Budget -
Langues Français
Format production -
Couleur Couleur
Format audio Dolby Digital
Format de projection 2.35 : 1 Cinemascope
N° de Visa 136954

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Bande de filles en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Bande de filles
Définition standard
VF
Ce film en VOD
  • Louer (3.49 €)
  • Louer (4.49 €)
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (11.99 €)
Bande de filles
Haute définition
VF
Ce film en VOD
  • Acheter (11.99 €)
  • Acheter (9.99 €)
Bande de filles
Haute définition
VF
Disponible sur une Box Internet
Ce film en VOD
  • Acheter (9.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Bande de filles (DVD)
Date de sortie : mercredi 4 mars 2015
neuf à partir de 12.49 €
Bande de filles (Blu-ray)
Date de sortie : mercredi 4 mars 2015
neuf à partir de 13.49 €

Interviews, making-of et extraits

Bande de filles : quand Rihanna s'invite dans une scène 2:00
Bande de filles : quand Rihanna s'invite dans une scène
17 802 vues
Top Promo : les films du 22/10/2014 0:00
Top Promo : les films du 22/10/2014
2 446 vues

Acteurs et actrices

Karidja Touré
Karidja Touré
Rôle : Marieme / Vic
Assa Sylla
Assa Sylla
Rôle : Lady
Lindsay Karamoh
Lindsay Karamoh
Rôle : Adiatou
Mariétou Touré
Mariétou Touré
Rôle : Fily
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • Les Inrockuptibles
  • Première
  • Elle
  • Transfuge
  • 20 Minutes
  • Ouest France
  • Télé 7 Jours
  • Public
  • Gala
  • Positif
  • Voici
  • Le Journal du Dimanche
  • Direct Matin
  • Le Dauphiné Libéré
  • Les Fiches du Cinéma
  • Le Monde
  • Critikat.com
  • Metro
  • Studio Ciné Live
  • Culturebox - France Télévisions
  • Télérama
  • Libération
  • Sud Ouest
  • La Voix du Nord
  • La Croix
  • TF1 News
  • Première
  • Chronic'art.com
  • Cahiers du Cinéma
  • Le Nouvel Observateur
30 articles de presse

Critiques Spectateurs

Africultures
Critique positive la plus utile

par Africultures , le 22/10/2014

4,0Très bien

Il n'est ainsi pas neutre de choisir des adolescentes noires pour exprimer ce qui fait la base du cinéma de Céline Sciamma... Lire la suite

Miltiade
Critique négative la plus utile

par Miltiade, le 21/10/2014

3,0Pas mal

L’adolescence, l’environnement morne des cités, le choix d’une identité : le cinéma de Sciamma a déjà trouvé des thèmes de... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
7% 16 critiques 24% 58 critiques 28% 67 critiques 22% 53 critiques 13% 30 critiques 6% 14 critiques
238 Critiques Spectateurs

Photos

15 Photos

Secrets de tournage

Cannes 2014

Le film est présenté en Ouverture à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes 2014.

Dans la continuité des thématiques chères à Céline Sciamma

Dans un entretien à France Culture, en mars 2014, Céline Sciamma, scénariste et réalisatrice donne quelques indices sur les thématiques du film :  "C’est encore un film sur la jeunesse, sur des jeunes filles. On retourne du côté de l’adolescence, de la fin de l’adolescence. On a quatre jeunes filles qui tentent de vivre leur jeunesse. Elles ont cette particularité d’être toutes noires. C’est un casting 100% noir. Donc c’est un terrain d’altérité et en même temps, on est complètement dans la continuité des thématiques des films précédents sur la naissance du désir, la pression du féminin et l’envie d’échapper à un destin tout tracé".
10 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2014, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 2014.

Commentaires

  • ener1

    Rien que l affiche m a fait fuir

  • s b.

    C'est un film plein d'énergie. C'est tout ce que dégagent les 4 actrices du film. L'envie des héroïnes de sortir du déterminisme social est impressionnante. De plus le film est servie par une bande son très soignée. Bande de filles m'a fait penser à "l'esquive" de Kechiche dans sa manière de dépeindre les jeunes de la banlieue.

  • Maurreen I.

    Bonjour,va t'il y avoir une suite ?

  • alexandra P.

    Magnifique film, superbes actrices

  • Fred L.

    "Qui juge sans réflexion juge à tort et à travers."

  • titicaca120

    vu aujourd'hui à la demande je n'avais pas pu le voir sur grand écran.
    j'ai bien aimé , une histoire de filles en banlieue, avec leurs joies et leurs peines et leurs soucis , la scène dans la chambre d'hôtel sur un air de Rihanna est géniale.

  • gomez F.

    Ca dépend des banlieues non? Dans les tours à côté de chez moi, il y a de tout mais ni que des gens chaleureux, ni que de la racaille. Je trouve son point de vue assez réaliste pour ma part, pour une tentative d'immersion dans une banlieue compliquée. J'ai connu des personnes dans des situations proches et je trouve ça important que certains prennent la peine de raconter un peu de la vie des femmes de banlieue.

  • gomez F.

    comment tu l'as défoncé ! XD

  • Carridy M.

    Du blanc t'en as aussi dans 98% du reste du cinéma français. Bon courage pour trouver ;)

  • Fabio V.

    Pourri j'ai rien compris quelqu'un peut m'expliquer la fin ? Elle va jamais retrouver sa famille?

  • Fabio V.

    Alors j'ai regardé ce film et j'ai strictement rien compris on comprend rien c'est vide de sens . Un jour elle se lève et choisi de dealer et ont ne voit plus ses potes jusqu'à la fin du film. Je sais pas a la base c'est bande de filles je m'attendais a un film un peu comme LOL dans un autre contexte quelque chose de léger c'est tourner comme un documentaire arte. Toute la fin elle ne revoie pas ses amis déjà c'est nul et a la fin je comprend pas elle sonne chez elle sa sœur répond au final elle monte pas elle reste en bas entrain de pleurer fin . On sait pas ce qu'elle devient rien du tout a chier et si quelqu'un peut m'éclairer sur cette fin merdique se serait gentil merci ! 💙 0/10 je regrette de l'avoir achetée

  • carlupetru

    c'est un documentaire !!!!!!!!!!!!

  • mrdru69

    Restons léger, désolé si j'ai pu froisser qui que ce soit.

  • kratostreize

    "victimiser".....
    quel mépris !
    le pire c'est que tu le penses.....
    tout ca parque j'ai écris que comme des millions de spectateurs chaque année, je vais avant tout au cinoche pour me détendre.....
    "en principe": les mots ont un sens, ca veut pas dire uniquement... sinon je me serais pas déplacé pour le voir, évidement !
    pour faire simple: je me suis ennuyé pendant 1h45 car c'est la réalité de ma cité, j'en ai pas appris plus.
    ce qui est "triste", c'est ton intolérance comme si c’était un péché mortel de se distraire au ciné: un plaisir inavouable.
    quelle tristesse......

  • mrdru69

    Il en faudrait une pour ceux qui se font victimiser en bas de chez eux

  • kratostreize

    non non je perd mon temps a commenter que les films que je ne regarde jamais....pfffff
    le libre arbitre, c'est ce qu’il manque dans ce film et chez certain spectateur.....
    de voir ce que tout monde sait ca fait pas un bon film justement. c'est un "documentaire" qu'il montre plus qu'il ne démontre donc aucun intérêt. a part faire du compensationel en mousse.

  • kratostreize

    besoin d'une cellule psychologique ?

  • mrdru69

    Je plains ceux qui vont au ciné dans l'optique de simplement "se détendre". Quelle tristesse.

  • mrdru69

    Tu dois etre plus du genre logo TF1 c'est sur

  • NinjaTurtles

    1 heure de film, j'ai arrêté en même temps, j'aurais dû stopper le film quand le logo arte est apparu

  • Kremiss Addison J.

    C'est le fantasme érotique d'une lesbienne. Dans la quasi totalité du film, les hommes apparaîssent comme violent. Le film se termine en laissant le personnage ce "garconnifier". Elle cache son fantasme sous un film pseudo-politique en désaccord avec la réalité. 60 à 70 % du film est filmer en plan poitrine et en gros plan.  La caméra reste coller à leur peaux comme si la réalisatrice avait le désir de posséder les actrices, de haut en bas. On nous immerge dans un film ou les personnages danse sur la musique en se déanchant. Lors des scènes de combat on peut s'imaginer l'exitation de la réalisatrice. Des filles qui se batte comme des pitbulls et qui finissent en soutient gorge, voir sans.

  • Del Pierro De La Vega

    Bonne BO de Para One, par contre allons y sur les clichés de banlieue..

  • serge E.

    J'ai vraiment eu du mal à accrocher au film, le scénario en lui même n'est pas mal, mais c'est la façon de faire jouer les acteurs ou les acteurs qui laisse à désirer. De même la mise en scène manque de quelque chose, à c'est mon avis

  • mekah

    une vie plutôt difficile, comme celle de beaucoup de gens de toutes origines, avec des pressions subies, des responsabilités, des interrogations, des quêtes de soi, des choix à faire, des décisions à prendre, des désillusions... Et des moments de joie, des moments où on se lâche, où on a besoin d'oublier le quotidien et de vivre pour soi et non plus pour les autres. As-tu vu le film? Tout est dedans.

  • christophe l.

    On a sérieusement l'impression que la réalisatrice n'a jamais vécu en banlieue mais qu'elle la connait uniquement via les reportages caricaturaux de la télé. Passe un an ou deux en banlieue et tu y verras des gens "normaux", humains et plus chaleureux qu'à Paris au lieu des personnages de cirque que tu as planté dans ton film!

  • christophe l.

    Enfilage de clichés sur la banlieue. On a sérieusement l'impression que c un film pour le FN confortant des idées toutes faites pourries, avec des acteurs qui jouent mal et qui campent des personnages vulgaires et stupides.

  • Kremiss Addison J.

    2/5. Pour moi, au cinéma tout peut être raconté, sans abstinence et sans renoncement. L'histoire du film et ses charnières sont en desacord avec la réalité. À ses risques et periles. Le jeux des acteurs était trés convaincant, surtout Karidja. Techniquement, La réalisation à trop privilégier les gros plans, 60 % du film c'est du plan poitrine et du gros plan. La musique du film est trés bonne.

  • kratostreize

    de près je confirme.
    je ne vois pas ce qu'il y a de divertissant ou de pédagogique de voir a l'écran ce que la plupart des gens subissent en longueur de journée....
    1 "film arrive à dépeindre de manière juste une réalité" : la journée de la jupe ! ni angélique, ni compentionnel.... et très pédagogique !

    je ne cherche pas a vous faire changer d'avis, c'est mon ressenti, c'est tout ! vous ne changerez pas le mien. a mes yeux c'est un rdv manqué.

  • kratostreize

    expliquer l'inexplicable.... je connais le concept.
    ce film n'apporte rien car c'est un constat que tout le monde connait (a par ceux qui vivent dans des grottes car meme tf1 en parle...lol). aucun intérêt ! a part peut-être conforter et flatter les "sans-dents" des quartiers dans leurs misères sociales,accuser la societé (responsable de tout les maux: évidement bien sur..) et divertir les "bobos" en manque de sensation.

  • Loskof

    Vous vous interdisez donc tout film qui touche de près ou de loin à votre réalité? C'est bien dommage ;)
    D'autant que le film arrive à dépeindre de manière juste une réalité, il ne la déforme pas, donc pas de problème...

  • Loskof

    Elle la rackette pour exister, pour faire comme les autres, pour être une dure car c'est la seule façon de s'imposer dans ce milieu. Pas besoin de montrer la victime, on sait que l'acte est mal, il est filmé sans complaisance, sans justification, la réalisatrice montre la délinquance ordinaire, quotidienne, comme elle montre aussi les moments de bonheur, ou les moments de drame familial (le frère, la mère qui travaille le soir).

  • Loskof

    Ce qui est beau c'est d'arriver aussi bien à dépeindre la réalité. Rien que l'arrivée dans la cité au début du film, on ne peut pas faire plus vrai.

    Quand un réalisateur fait un film sur des mafieux on trouve ça génial alors que ce sont des criminels, là je vois pas ce qui empêche de faire pareil...

    Et le film montre tout, il montre qu'il y a des causes extérieures à la délinquance (pas d'avenir à l'école, son frère), mais il montre aussi que le personnage principal fait un choix délibéré, elle suit sciemment cette voie.

    Et encore une fois même si je ne vis pas en cité, je croise ce genre de personne tous les jours (à Gerland, les groupes de dealers), et je ne leur trouve pas des justifications non plus.

  • kratostreize

    rien qu'un exemple du film :une collégienne se fait racketter par l'actrice principale...
    pourquoi elle la rackette ? aucune explication sur son cheminement. elle s'est levée le matin dans cet état d'esprit ? un peu léger non ?

    que devient la fille rackettée ? la réalisatrice s'en fou complétement. aucune empathie, je trouve ca irresponsable pour un film qui se veut pour ados à la base.

  • kratostreize

    personnellement , je ne vois pas ce qui est beau de filmer des petites kaillera de quartier....
    peut-etre que tu n'a pas la "chance" de les croiser tout les jours en bas de ton hlm de 17h à 2h00 du matin...

    ce film se veut contemplatif sur leurs misères humaines, c'est un parti pris qui me dérange, le libre arbitre existe dans les cités, ce film l'occulte complétement.
    si je suis délinquante, c'est pas ma faute: trop facile !

    il n'y a jamais de films sur le parcours des victimes d'incivilités (et je reste poli)...bizarre non ?

  • moi!

    D'habitude j'aime ce genre de film ça fait vrai et instantané mais là c'est super mal joué on y croit pas une seconde, c'est vide, il ne se passe absolument rien, total perte de temps pour ma part...

  • Loskof

    J'aime bien les procès d'intention... Si je dis que c'est beau c'est évidemment parce que je suis un bobo qui vit dans sa tour d'ivoire...
    Ce n'est pas parce que c'est la réalité que ce n'est pas beau, c'est ça la magie du cinéma. Et le film montre des passages de délinquances (beaucoup d'ailleurs), donc il n'occulte rien.

  • kellymanu

    et après on s'etonne des clichés sur la banlieue....c'était vraiment pas terrible

  • kratostreize

    pour ceux qui ont aimé ce film qui n'a duré QUE 2h, je les invite a s'installer à la cité 'les lauriers" situé au quartier nord de Marseille QUE pendant 1 mois ... et après on en reparle....

  • kratostreize

    mekah : et la grande partie c'est quoi ?

  • kratostreize

    bluelight o. : ce sont tes propos pas les siens...
    faut arrêtez l’angélisme.....

  • kratostreize

    pour toi c'est "beau" car tu l'as vu QUE pendant 2h alors que beaucoup trop le(s) subissent en longueur d'année.....

  • kratostreize

    "ce vrai et naturel" : peut plaire a un "certain" public..... pas a ceux qui le vivent ou plutôt le supporte tout les jours.
    quand on va au ciné c'est pour se détendre en principe....pas pour subir sur grand écran ce qu'on a en bas de chez soi....

  • kratostreize

    blabla bla.......
    2.5/5, pas mieux..... je descends en bas de chez moi et j’entends et je vois la même chose... (quartier nord de marseille) aucun intérêt sauf peut-etre pour des bobos en manque d'exotisme"...

  • luxe

    J'avoue ne pas avoir tout compris... les dialogues, le but de ce film... Le personnage principal n'est pas très charismatique. J'ai bien aimé le moment où elles dansent et chantent toutes sur Rihanna... et la bande son est assez bonne.. pour le reste bof ! 2/5

  • Rew0205

    La vie des cassos de banlieux, culture kebab/cité/misogynie/racaille/vol/grande gueule.

    A gerber.

    Néanmoins les actrices jouent bien et sont jolies.
    2/5

  • Marie V.

    Bon, je ne vais pas trop me plaindre, il y a quand même du blanc sur l'affiche, derrière.

  • zvock083

    Sans vouloir forcément innover, Cécile Sciamma voulait surtout montrer un angle différent de la vie d'une cité en mettant au centre de son histoire une bande de filles. La réalisatrice montre la difficulté qu'ont ces jeunes filles à s'exprimer et à être reconnues en tant que personne à part entière et non pas comme la sœur ou la fille de... C'est seulement à travers et grâce à cette bande qu'elles peuvent enfin être elles-mêmes d'ailleurs l'une des premières scènes du film montre bien cela lorsqu'elles sont toutes joyeuses en rentrant du sport dès qu'elles rentrent dans la cité le silence prend le dessus et les têtes se baissent. Une vision intéressante et de bonnes intentions, mais pourquoi retomber directement dans les clichés ? Pourquoi les filles sont encore montrées comme des pestes sans respect pour les autres et qui sont en plus des voleuses ? Pourquoi ne simplement pas montrer le combat (féministe ?) d'une fille qui veut s'en sortir ça changerait et ça ne ferait pas de mal, car là, le discours est contradictoire. La réalisatrice a dit qu'après avoir vu ce film, on voudrait tous faire partie de la bande... bon, je ne suis pas une fille mais désolé, je n'ai ressenti aucune empathie pour ces filles. Globalement, je trouve le film pas mal, il y a de bonnes idées malgré quelques maladresses, le sujet est intéressant seulement le film aurait dû être plus court, car la dernière demi-heure est totalement vide d’intérêt. 2,5/5

  • Yoann M.

    Bande de filles 2 viens de sortir : http://rutube.ru/video/b8b1b63...

    Il a l'air encore mieux que le premier :)

  • jamiecraig

    Déjà de une un mec a mis un commentaire disant que le film est mauvais parce qu'il y a trop de noirs et sa donne une mauvaise image de la france, j'ai répondu à son commentaire parce que je trouvais sa super raciste heureusement un modérateur a supprimé le message de cet individu et de deux de quoi je me mêle ! Question Intelligence on devrait surtout parler de la tienne parce que venir parler de la mienne dans un commentaire dont tu ne comprends même pas ce que j'ai tenté de défendre et s'introduire comme sa tel une intro avec ton commentaire inutile franchement de quoi je me mêle!!!!!

  • angelabassompierre

    je n'ai pas osé voir tout au complet, je frôlais le malaise....mais pense, ça va s'arranger, je n'ai pas tout vu non +.

  • angelabassompierre

    C'est quoi ce débat trash?
    déjà j'ai détesté, pas qu'elles soient africaine noire ou pas noire ou de telle origine. le problème est ailleurs, c'est comme la cité rose, j'ai détesté. En fait, ça nous rend encore plus méfiants et c'est de la ségrégation après. De voir des jeunes filles forcées d'être violentes en allant racketer d'autres plus faibles et de flamber ce qu'elles ont obtenu par intimidation, c'est ça violence et haine. Déjà nous nous devions aller dans un lycée ZEP, jamais vu ça et si ils venaient nous demander, je n'avais tellement rien qu'un croissant, c'est une simple camarade de classe qui me l'offrait un peu par pitié ou partage si elle s'en payait un, j'avais honte d'accepter et savais que je ne pourrai pas rendre ou lui redonner à elle! ça c'est horrible. le film fait cliché et des fois l'éducation et ce que veulent leurs parents, ce n'est pas ça. des parcours sont exceptionnels et font qu'ils s'en sortent, réussissent et vont habiter ailleurs, d'autres c'est aussi la façon d'être, de se dominer, de se tenir etc.
    Elles sont hautaines, voleuses mais au final peu sûres d'elles et ne pourront pas trop aller ailleurs en continuant comme ça, c'est triste et une résignation, être ce qu'on attend d'elles parce qu'elles vivent dans une barre d’immeubles, n'ont pas d'ailleurs, pas d'étayage vers un extérieur et de voir que après le périph' la vie n'est plus comme ça. En Afrique, c'est ceux qui ne peuvent acheter que à manger et d'autres 28 fois plus riches qui ont des palais
    et de la richesse plus que ce que je gagnerai dans toute ma vie, eux l'ont en une semaine! après autant ne pas généraliser, des filles sont nées et ont grandi en Afrique
    venant ici et là, elles ont fait des études, sont à Bruxelles ou ailleurs...

  • Julie G.

    Je vois surtout dans ce film la présentation de jeunes filles écrasées par la domination masculine, tentant de se créer des espaces de paroles et de liberté. Ces espaces ayant à passer par certains codes de langage et de comportement répondant aux codes masculins des cités.
    Bien évidemment que si on va voir ce film avec une vision réactionnaire et raciste de "elles ont qu'à parler français comme tout le monde blablabla" on y trouve pas grand chose. Je trouve que c'est une belle présentation de ce que peuvent subir les générations de jeunes filles de nos jours, particulièrement dans les cités.
    Et il y a autant d'intérêt à proposer des films tels que "fleur du désert" qui racontent le parcours de vie d'une femme noire absolument exceptionnelles que de parler de la vie normale des jeunes filles des cités. Peut être que dans le deuxième exemple les gens se sentent plus mal à l'aise puisque ça se trouve à côté de leur porte et qu'ils ne peuvent rien y faire. Pourtant c'est une réalité. Ces adolescentes vivent ainsi. Alors on fait quoi ? On devient raciste et on se dit qu'elles ont qu'à rester à la maison ?

  • mekah

    3 salles parisiennes donc oui si tu veux... Enfin le public de cité est loin d'être la cible privilégiée du film. A moins que tu sois d'accord pour dire que les gens de cité sont plus ouverts, plus cinéphiles et moins formatés que le reste de la France.

  • Sophie D.

    Ou la place d'une ado dans une cité : Infime...

    Les images sont très belles les actrices sont géniales et qui plus est en étant amatrices, la réalisatrice maîtrise son sujet et nous offre une belle histoire d'amitié, de famille en galère, d'amour, d'espoir et de désespoir... Le sujet est vaste mais plutôt bien traité, un beau film......

    Mention spéciale à la jeune Karidja Touré qui tient le film d'un bout à l'autre, inconnue et dans son tout premier tournage elle est magnifique de beauté et de justesse.

    A noter une scène splendide dans une chambre d'hôtel... Et la reprise de "Diamonds" de Rhianna au top !

  • Juste P.

    Ont est partie en pleine séance , tellement qu'il est bidon ce film !

  • angelabassompierre

    Tomboy était bien plus réussi et moins extrême... pas aimé du tout ce dernier.

  • angelabassompierre

    pas du tout enjouée, c'est vulgaire et rempli d'a priori et je n'aime pas du tout ni le ton ni le devenir de Merieme et la façon dont elle alterne en faisant image conforme aux attentes et par en-dessous complètement autre chose.... déçue au point qu'au bout de moins d'une heure, je n'ai plus pu tenir et je trouve que c'est oppressant et cruel.
    Par moments c'est un peu "tout ce qui brille", à d'autres "l'esquive" ou "les kaïra" mais en bien plus féroce et ensuite des notions bien noires... (spoiler) le Racket et la violence pour intégrer la bande de filles, le vol, le faux, l'arrogance, le "je fais ce que je veux" et surtout prôner l'oisiveté m'a donné envie de vomir, comme si les jeunes filles au sortir de collège et sur un terreau d'avoir déjà fait et refait en viennent à ça.

    redoublement c'est contre productif et je pense qu'une estime de soi en devenir, ça doit donner des claques de ne pas y arriver, de ne pas vouloir d'un CAP et dire généraliste en adoptant tout d'un coup la lisière.... c'est contradictoire. ça m'a déçue de la part de la réal
    de gâcher de l'argent,
    ok des vendeuses qui viennent suivre les petites jeunes surtout celles qui ne sont pas tendance clepto et en rajoutent à vérifier les miroirs etc devant nous, ça, c'est sûr t'as envie de les étriper et de leur hurler dessus ou ne plus y mettre les pieds pour se faire traiter comme ça et je suis sûre qu'avec les voleuses, soit elles se font toute petites soit se faire écorcher pour la marque, laisse béton!!!(spoiler)
    en un mot, qu'elle en fasse un autre, suis amère et je n'ai pas tout vu.

  • Just A Word

    Bande de filles n'est pas aussi mauvais qu'on aurait pu le croire de prime abord. Bien interprété, parfois vraiment touchant, le dernier film de Céline Sciamma s'avère pourtant cruellement inégal sur le versant politico-social, alternant le très bon (la vision machiste) et le très mauvais (les filles traitées de façon idyllique). On a pourtant hâte de savoir ce que nous réserve la française pour la suite.

    http://justaword.eklablog.com/...

  • Clingo

    " Pense à commander "L'ironie pour les nuls" à Noël."

    J'ai bien compris l'ironie, je profitais juste du mot miracle pour
    l'associer au film. C'était plus par malice qu'autre chose (pense à
    commander " Le second degré pour les nuls ", mais n'attends pas Noël pour le lire, pitié).

    Je ne joue justement pas au prof de ciné, puisque je dis qu'il n'y a pas forcément de règles à respecter. Au lieu de m'inciter à comprendre tes messages, pourrais-tu ne pas déformer mes
    propos ? (Puisque tu n'aimes pas ça, apparemment).

    Par ailleurs, je trouve cela amusant que tu me juges
    comme " médiocre " sur une réponse que je te fais (réponse que tu peux trouver nulle, inutile, déplacée, si tu veux, mais réponse que j'ai pris la peine de développer. Je ne dis pas que c'est un signe de qualité, loin de là, mais juger quelqu'un sur si peu de matière me semble déplacé - et là c'est le prof de morale qui parle). Je trouve ça incroyable que tu te permettes de me juger, me définir sur des choses absolument hors de propos (l'Europe, Obama, etc. Sérieusement ? Mais quel rapport ça a ?). Il ne me semble pas avoir parlé de ça, mais bon, comme tu le dis, je ne pense pas par moi-même (j'aurais au moins appris quelque chose avec ton message. Si tu peux me dire ce que je pense de la politique économique de la Slovaquie, ça serait sympa, ma position est floue sur le sujet, et comme t'as l'air de me connaître...)

    Quand j'évoque Tony Montana, c'est pour la question de
    la morale, de son absence, et du niveau des " crimes " commis. En gros, il fallait bien lire (apparemment je ne suis pas le seul à mal comprendre les autres ), parce que je te demandais si avoir une morale quelle qu'elle soit, être intelligent et tuer, ou ne pas en avoir et être stupide, ça n'était pas différent pour toi. Maintenant, la comparaison est peut-être idiote, je n'ai aucun souci avec le fait de me " tromper ", mais ça ne
    change pas le fait que tu n'aies pas répondu (c'est plus facile de
    pointer ma bêtise et de faire l'impasse sur les arguments, aussi
    stupides puisses-tu les trouver).

    "Tu peux interpréter mes propos comme tu le sens mais je ne
    crois pas avoir dis que Sciamma aurait dû traiter la chose de façon documentaire."

    Si ça n'est pas ton propos, je m'en excuse. C'est l'impression que j'ai en lisant certains commentaires négatifs à l'encontre du film, et j'ai fait un raccourci en liant ton propos à ceux des autres.

    " si on y pioche uniquement quelques éléments (à desseins), il ne faut pas parler de reflet de la société !"

    Là je ne suis pas d'accord, pour moi (je ne parle pas en tant que prof de cinéma, mais en tant que spectateur qui essaie de réfléchir sur les films) on peut ne prendre que quelques éléments et en faire un film de société. Pas besoin d'être exhaustif. Sinon j'aurais l'impression que le/la cinéaste a voulu faire un melting-pot, et ça peut ne pas marcher (ce que certains reprochent à Polisse, qui brasse large au risque d'une
    certaine vraisemblance). Mais de toute façon, quand tu fais ton film, tu parles de ce dont tu veux parler, non ? C'est aussi pour ça que je demandais s'il y avait des règles à respecter. En tant que spectateurs, on a le droit d'aimer ou pas un film, d'en définir la raison, de dire ce qu'on a apprécié ou pas, mais il faut respecter l'auteur, et ne pas déformer son travail. Je pourrais très bien dire que Gus Van Sant aurait dû faire un film " réaliste " avec Elephant, et détester son approche poétique. Sauf que non, Gus Van Sant a eu cette approche, et cette approche " fonctionne " (ça fait un peu mécanique comme terme, mais le sens est là). Alors tu vas me dire que je déforme tes propos car tu n'as jamais parlé de Gus Van Sant, mais je pense que c'est pareil pour Céline Sciamma (encore une fois, dans l'idée). Elle a approché le sujet avec son regard, ses obsessions, sa sensibilité et voilà ce que ça donne. Certains adorent, d'autres détestent (pour schématiser, il y a des nuances entre ces extrêmes bien sûr), chacun a le droit d'avoir son avis sur l'objet, mais il me semble déplacé de dire ce qu'elle aurait dû faire. C'est pour ça que pour moi, la contradiction dont tu parles à mon sujet n'en est pas une : oui elle part d'un fait de société, mais elle en fait autre chose que ce qu'on peut en attendre. Elle prend un sujet plutôt casse-gueule, le film de banlieue avec son imagerie terne, et elle en fait un objet qui n'a pas peur de frôler une certaine esthétique. Pour moi c'est véritablement de la poésie, parce qu'elle fait surgir des choses que je ne soupçonnais pas grâce à des effets de style, grâce à sa caméra.

    "Le manque d'objectivité de Sciamma est un aspect que l'on retrouve dans toutes ses films."

    De quelle façon ? Où ? (oui je pose beaucoup de questions, mais sincèrement je suis curieux de savoir pourquoi).

    " Premièrement parce qu'il y aurait mieux a faire avec cet argent (tiens !Pourquoi pas s'occuper des cités pour éviter que des jeunes filles sombrent dans la violence et l'échec scolaire ? "

    Il y aurait mieux à faire ? Et pourquoi Céline Sciamma n'aurait-elle pas le droit d'avoir de l'argent, et de le dépenser pour en faire un film ? Evidemment l'art nourrit moins que du pain, et si on suit ce raisonnement on arrête de dépenser des millions pour faire des films, on les donne à qui en a besoin. Mais l'art est important (phrase hyper cliché), et nous apporte une sensibilité, une vision du monde en nous permettant de le comprendre (l'art ne sert pas qu'à ça, et les films ne sont pas que des objets éducatifs, bien sûr). Mais je préfère que l'argent des subventions aille à Sciamma qu'à Luc Besson ou Pierre Morel.

    " Le véritable contrepied serait de suivre le parcours d'une bande de jeunes des cités (garçons et filles, vive la parité !) qui font tout pour s'en sortir en dépit de ceux qui veulent les tirer vers le bas."

    Et si ce n'est pas ce qui intéresse Céline Sciamma ? Si elle avait juste envie de faire un film sur quatre filles et de raconter une histoire qu'elle veut raconter ? (je précise que je pose ces questions par curiosité, avant de me faire traiter de prof - même si ça n'est pas une insulte - mais Internet ne permet pas toujours d'être clair dans " l'intonation " ou l'intention).

    "Pour en revenir plus précisément à Bande de filles, tu devrais lire un peu mieux ce que les autres usagers du site peuvent écrire au lieu de les agresser parce qu'ils ne vont pas dans le même sens que toi."

    Alors là je t'arrête, tu peux me dire où j'ai été agressif avec les autres membres du site ?

    Il y a une phrase qui me semble déplacée ( "peut-être faudrait-il savoir réfléchir ?"), qui est je l'avoue agressive, je n'aurais pas dû la formuler de cette façon, c'était trop direct. Mais pour le reste, je ne vois pas (encore une fois, si tu me donnes des exemples, je te répondrai, je ne veux pas échapper au débat, mais je pense que cette phrase ne reflète pas mes messages en général. Ni le premier que j'ai posté pour te répondre, donc
    ça serait cool de pas tomber dans le travers que tu dénonces en étant toi-même très véhément. Par exemple, j'ai aussi parlé avec Romain M., plus bas, et ça s'est bien passé même si on n'est pas d'accord).

    " Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas de violence, j'ai dit qu'elle n'était pas extrême, au sens de réaliste, et surtout, que Sciamma tentait de sublimer et de justifier cette violence. C'est inexcusable, d'autant plus en 2014, car on sait pertinemment que la violence dans les banlieues n'est pas dû qu'à une minorité de leurs habitants. Se focaliser sur cette minorité aux mépris de tout ceux qui vivent dans la peur et le désarrois est dangereux, insultant et, encore une fois, relève d'un discours propagandiste bien-pensant (qui fait de moins en moins d'émule, heureusement). Mais c'est bien l'esprit d'un certaine intelligentsia germanopratine..."

    Ah, pardon pour mon erreur. Par contre, j'ai trouvé le film violent, et si certaines séquences sont sublimées, il ne me semble pas que cela concerne les scènes de violence (il n'y a rien de sublime dans les scènes de fight club, rien d'esthétisé comme peut l'être un film de John Woo par exemple). Là encore, si tu as un exemple précis, je veux bien en discuter, car personnellement je n'en trouve aucun à part celui-ci). Et il peut y avoir une justification, j'appellerais plutôt une contextualisation. Comprendre certains mécanismes à cause de certaines choses. Et par exemple comprendre que Marieme se raccroche à un groupe parce qu'elle rencontre des impasses partout, et qu'elle se laisse influencer par amitié. Mais je ne trouve pas que Sciamma sublime cela, qu'elle dise que c'est normal et que c'est séduisant à la limite. Je ne trouve pas qu'elle se place en moraliste, elle a une certaine empathie sans dire qu'elle l'accepte (c'est mon point de vue ! Après c'est vrai que je ne pense pas par moi-même et que j'ai subi la puissance de propagande de cette dangereuse femme qu'est Céline Sciamma. Mais bon, c'est pas grave puisque personne ne va voir ces films, c'est bien mieux de se faire lobotomiser le cerveau par Transformers).

    Si je n'ai pas répondu sur certains points, je veux bien le faire, peut-être ai-je oublié des choses.

    J'aimerais quand même dire que je trouve ça fou que tu me reproches mon agressivité, mais que tu ne t'en prives pas toi-même en me répondant. Je le redis, si j'ai été agressif, je m'en excuse, mais je en vois pas en quoi tu aurais le droit de l'être, tout en le dénonçant ? Il y a beaucoup de hargne, de préjugés et de raccourcis faciles dans ton message ( "Non, vraiment, c'est parce que je trouve qu'il y a une forme de magie
    dans la médiocrité que je sais vraiment apprécier les gens comme toi à leur "juste" valeur. ". Pardon, mais tu ne me connais pas ! C'est incroyable ce jugement de valeur). Pour quelqu'un qui n'aime pas recevoir de leçons, je trouve que tu en donnes beaucoup.

    Ps : si tu ne comprends pas " Le second degré pour les nuls ", je peux te l'expliquer si tu veux (le message précédent est de l'humour, je mets même un smiley qui vient de mon monde merveilleux où tout va bien : :) ).

  • Fan-De-Minions!!

    Ce n'est que mon avis hein. :)

  • Dr. Von Frosch

    Ce n'est pas une règle, c'est le constat d'un fait. Tony Montana est aussi débile que ces nanas car il n'a ni intelligence ni morale. Le propos du film n'est d'ailleurs pas, à mon sens de le glorifier mais si certaines peronnes ne peuvent s'en empêcher... que veux tu... les comportements anti-sociaux sont partout !

    Tu peux interpréter mes propos comme tu le sens mais je ne crois pas avoir dis que Sciamma aurait dû traiter la chose de façon documentaire. Seulement, lorsque l'on aborde une thématique réelle, genre le quotidien des jeunes filles issues de l'immigration subsaharienne en banlieue, si on y pioche uniquement quelques éléments (à desseins), il ne faut pas parler de reflet de la société !

    Le manque d'objectivité de Sciamma est un aspect que l'on retrouve dans toutes ses films. Et, oui, ne t'en déplaise, c'est propagandiste. Dangereux, je ne pense pas car il faudrait pour cela que plus de gens aillent les voir (je me gausse XD). Mais dans la mesure où ils sont promus et financés en partie par les pouvoirs publics, c'est un problème.
    Premièrement parce qu'il y aurait mieux a faire avec cet argent (tiens ! Pourquoi pas s'occuper des cités pour éviter que des jeunes filles sombrent dans la violence et l'échec scolaire ? Ce serait pas plus utile que de nous briser les joyeuses avec le fait que ce n'est pas de leur faute ?).
    Deuxièmement parce que l'on diffuse ces productions dans les écoles et que les messages qu'elles véhiculent ne relèvent pas de l'ENSEIGNEMENT scolaire mais de l'ÉDUCATION, paramètre dévolu aux parents.

    Pour en revenir plus précisément à Bande de filles, tu devrais lire un peu mieux ce que les autres usagers du site peuvent écrire au lieu de les agresser parce qu'ils ne vont pas dans le même sens que toi. Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas de violence, j'ai dit qu'elle n'était pas extrême, au sens de réaliste, et surtout, que Sciamma tentait de sublimer et de justifier cette violence. C'est inexcusable, d'autant plus en 2014, car on sait pertinemment que la violence dans les banlieues n'est pas dû qu'à une minorité de leurs habitants. Se focaliser sur cette minorité aux mépris de tout ceux qui vivent dans la peur et le désarrois est dangereux, insultant et, encore une fois, relève d'un discours propagandiste bien-pensant (qui fait de moins en moins d'émule, heureusement). Mais c'est bien l'esprit d'un certaine intelligentsia germanopratine...
    Le véritable contrepied serait de suivre le parcours d'une bande de jeunes des cités (garçons et filles, vive la parité !) qui font tout pour s'en sortir en dépit de ceux qui veulent les tirer vers le bas.

    Pour quelqu'un qui à le soucis de pointer le manque d'intelligence des autres, il est curieux que tu ne sois pas capable de voir les incohérences de tes propos... Sciamma fait donc un film sur un fait de société sans que cela en soit le sujet ? Intéressant. en tout cas, tu es bien naïf et je me demande dans quel monde merveilleux tout gentil tout beau tu peux bien vivre... (non, ne répond pas, je m'en moque, c'est juste de la rhétorique). Tu dois être le genre de mec qui crois que les politiques sont au service du peuple, que le népotisme n'existe pas, que l'Europe est faite pour le bien des peuples et non les intérêts des entreprises, que Obama est un mec bien parce qu'il noir, etc. Non, vraiment, Bande de filles, c'est un contrepied féminin des films de banlieue avec une zouli histoire d'amour sur fond de misère sociale qui est là, presque, par hasard...

    Pour finir, ça me fait vraiment marrer que tu joues les profs de ciné après ton préambule et son cinglant (arf) "Ah, elles sortent d'où ces règles ?"... Non, vraiment, c'est parce que je trouve qu'il y a une forme de magie dans la médiocrité que je sais vraiment apprécier les gens comme toi à leur "juste" valeur. Sérieusement, entre tes contradictions et le fait que tu n'as rien compris (ou mal lu, au choix) ) mes propos, qui à le plus de préjugés ici ? Qui ne sait pas réfléchir ? Ta pseudo contre-plaidoirie est confuse car tu ne penses pas par toi-même, aussi comment pourrait tu mettre des idées en ordre sinon ? En même temps, quand on trouve "onirique" une séquence de trois minutes sur du Rihanna avec un filtre bleu, là, ce n'est plus une question de gout...

    "(comme dirait l'autre, avec une belle image et un bon chef opérateur, on fait des miracles...)"

    Pense à commander "L'ironie pour les nuls" à Noël.

  • Emmanuel B.

    Moi aussi j'ai trouver ce film super

  • Emmanuel B.

    C'etait pas trop long mais je suis dacord cnetait super

  • Emmanuel B.

    A bon il y a une mauvaise ilage des noirs ... Et quand tu a l'autre fille qui s'ocupe de sa petite soeur trop mimi la

  • MON CINEMATOGRAPHE

    Une déception de la part de la si talentueuse Céline Sciamma.
    http://jullelien.blogspot.fr/2...

  • Joss O.

    Trop bien ce film !
    A voir absolument !
    Drôle, vrai et naturel 💖

  • Syril T.

    "La réalisatrice française Céline Sciamma a toujours un talent
    particulier pour capter les troubles et les moments charniers de
    l’enfance et de l’adolescence dans ses films. Dans Naissance des
    Pieuvres autant que dans Tomboy, elle réussit admirablement a présenté
    l’ambiguïté identitaire des jeunes adolescents, autant sexuelle que
    sociale ou personnelle."
    http://www.cinemaniak.net/band...

  • arnaud1972

    un gros tapage médiatique pour au final un film relativement médiocre avec ses gros clichés et stéréotypes et parfois ça joue très mal. Le ponpon c'est la fille qui suce son pouce (pour représenter la fragilité de ces filles qui sont encore en fait de grands enfants snif) quand elles s'endorment toutes ensemble, grotesque...

  • Clingo

    " Il faut dire aussi que, pour mettre en avant des rebelles ou des
    gangsters, il y a deux prérequis : ils doivent être intelligents et
    avoir une morale."

    Ah, elles sortent d'où ces règles ? Du manuel du parfait petit cinéaste, qui appliquerait des leçons prédéfinies ? Si on suit ce code, les filles du film de Sciamma sont stupides ? Et si je comprends bien, c'est plus grave que Tony Montana, qui tue des dizaines de personnes, qui maltraite sa petite amie, mais qui à un moment du film va avoir une conscience morale ? (je ne spoile pas, pour celles et ceux qui n'ont pas vu le De Palma). C'est intéressant comme théorie, je ne savais pas que le manque d'intelligence était à ce point blâmable (certains devraient faire attention).

    " La violence extrême et la vulgarité en plus, choses que ne pouvait
    inclure ce vecteur de propagande qu'est Céline Sciamma car elle n'aurait
    pu tenter de nous les vendre comme de pôvres héroines tragiques des
    temps modernes, des "voyoutes malgré elles"

    Mais la violence est bien présente dans le film, qu'elle soit physique avec les séquences de bastons de rue entre les filles, ou psychologique avec l'homme pour qui travaille Marieme. Quand je lis ce genre de commentaires, j'ai l'impression que certains reprochent à Sciamma de n'avoir pas traité de manière documentaire et ultra-réaliste le phénomène des bandes de filles. Le sujet du film n'est pas les bandes de filles, et à l'image du traitement de Sciamma, il faut voir dans son titre un art du contrepied. Comme je l'ai déjà dit, la bande de filles du film est - je pense - à prendre au sens de bande de potes. Que ce soit dans Naissance des Pieuvres ou dans Tomboy (deux films déjà très dangereux et propagandistes n'est-ce pas), Sciamma filmait déjà le groupe, la manière dont on se construit au sein d'un collectif. Bande de Filles creuse encore plus cette question de la construction identitaire, et on voit bien que le plus important réside dans le traitement du personnage de Marieme.

    Sur la question plus sociologique que tu abordes, Sciamma ne dit jamais que tout est de la faute de la société. Mais il me semble quand même - et je n'excuse pas pour autant un comportement violent - que vivre dans une cité, être une jeune fille noire de banlieue en 2014, n'est pas un idéal en terme de développement social. Ca ne veut pas dire qu'il faut blâmer les " riches blancs ", et tomber dans un discours manichéen, mais il y a quand même un déterminisme évident (après, je crois aussi à la force de l'individu).

    Et en quoi Sciamma est " vecteur de propagande " ? C'est fou comme certains déplacent le débat, en voulant à tous prix que Bande de Filles soit un film à sujet (les bandes de filles) et que Sciamma fasse ce qu'ils attendaient : dénoncer la violence de ces bandes. Sauf que ça n'est pas le sujet, il faut aussi accepter qu'un(e) cinéaste fasse le film qu'il/elle souhaite, sans lui prêter des intentions qu'il/elle n'a pas.

    " Pour le reste, je n'aime pas du tout cette façon, "éthérée", de filmer
    pour donner un aspect "film d'auteur où y'en a de la réflexion, dis donc
    !"

    Peut-être faut-il voir plus loin que ses préjugés, et savoir réfléchir ? Par ailleurs, pourquoi un film qui se passe en banlieue ne pourrait-il pas être beau ? Pourquoi, dès qu'on aborde la question sociale, vouloir adopter un ton monotone, voire terne ? Pour moi il n'y a pas une recette, j'aime beaucoup les films des Dardenne, qui ne me semblent pas très joyeux visuellement parlant. Mais au nom de quoi Céline Sciamma ne pourrait-elle pas soigner sa forme, proposer une esthétique ? Le cinéma sert - entre autres ! - à révéler l'invisible, et la réalisatrice a parfaitement le droit de se dire " Je vais faire une séquence de trois minutes sur du Rihanna avec un filtre bleu ". Et on a le droit d'adorer et de se dire que cela donne un côté onirique à la séquence, qui en plus cristallise ce moment et sublime l'amitié entre les quatre filles.

    "(comme dirait l'autre, avec une belle image et un bon chef opérateur, on fait des miracles...)"

    Pour le coup je suis d'accord, ce film est en effet un miracle.

  • Clingo

    Il ne me semble pas que la promo de ce film ait été uniquement faite autour de la couleur de peau de ses personnages. Par ailleurs, si l'on parle du fait que les héroïnes de Bande de Filles sont noires, c'est peut-être parce que justement, en France, on n'a pas l'habitude de les voir au cinéma ? Il me paraît évident qu'un film avec quatre filles noires fasse parler de lui, car il s'agit de quelque chose de peu commun. Imaginons qu'un(e) cinéaste réalise un western où il n'y aurait que des femmes, ça ne ferait pas parler ? Ici ça me semble d'autant plus pertinent que la société française compte en son sein des jeunes filles noires de banlieue (n'en déplaise à certains).

    Loskof et moi-même avons donné l'exemple du film 17 Filles, mais personne n'a répondu. C'est le premier exemple qui, personnellement, m'est venu à l'esprit, mais je peux en trouver d'autres facilement (des films avec un casting exclusivement blanc ne manquent pas. Et je dis ça sans revendiquer quoi que ce soit, sans " militantisme ", c'est juste un constat neutre).

Voir les commentaires