Mon AlloCiné
    Bonjour Tristesse
    Bonjour Tristesse
    Date de reprise 11 octobre 2017 - Version restaurée (1h 34min)
    Date de sortie 7 mars 1958 (1h 34min)
    Avec Jean Seberg, David Niven, Deborah Kerr plus
    Genres Comédie dramatique, Drame
    Nationalité américain
    Bande-annonce Séances (1) Ce film en VOD
    Presse
    4,0 3 critiques
    Spectateurs
    3,4 130 notes dont 17 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Une lycéenne insouciante passe l’été de ses 17 ans dans une belle villa de la Côte d’Azur avec son père Raymond, un veuf quadragénaire, riche et attirant, et la dernière conquête de ce dernier, Elsa, une jeune femme. Très complices, le père et la fille veulent vivre sans contraintes, vouant les jours à la frivolité et au bon temps. L’arrivée d’Anne, une amie de Raymond qui a accepté contre toute attente une invitation, vient rompre cette harmonie. Un combat subtil commence entre les trois femmes…
    Distributeur Park Circus
    Récompense 1 nomination
    Voir les infos techniques
    Année de production 1958
    Date de sortie DVD 08/11/2005
    Date de sortie Blu-ray 23/11/2016
    Date de sortie VOD 18/03/2017
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 16 anecdotes
    Budget -
    Date de reprise 11/10/2017
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur et N&B
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 20570

    Séances

    Les séances par ville
    Voir plus de villes

    Regarder ce film

    En VOD
    à partir de (3.99 €)
    à partir de (2 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 9.36 €
    Bonjour tristesse
    Bonjour tristesse (DVD)
    neuf à partir de 4.58 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Bande-annonce

    Bonjour Tristesse Bande-annonce VO 1:35
    Bonjour Tristesse Bande-annonce VO
    15 646 vues

    Acteurs et actrices

    Jean Seberg
    Rôle : Cécile
    David Niven
    Rôle : Raymond
    Deborah Kerr
    Rôle : Anne
    Mylène Demongeot
    Rôle : Elsa
    Casting complet et équipe technique

    Critique Presse

    • Les Inrockuptibles
    • Critikat.com
    • Télérama

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    3 articles de presse

    Critiques spectateurs

    Estonius
    Critique positive la plus utile

    par Estonius, le 10/04/2018

    5,0Chef-d'oeuvre
    Vu par hasard (mais aussi parce que c'était Preminger) et n'en attendant pas grand-chose, j'en suis sorti ébloui. ...
    Lire la suite
    Plume231
    Critique négative la plus utile

    par Plume231, le 31/01/2013

    3,0Pas mal
    Je ne sais pas si c'est à cause de l'oeuvre d'origine, ça ne serait pas de pot que je sois passé à côté d'un roman ...
    Lire la suite
    Toutes les critiques spectateurs
    6% (1 critique)
    18% (3 critiques)
    76% (13 critiques)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Bonjour Tristesse ?
    17 Critiques Spectateurs

    Photos

    10 Photos

    Secrets de tournage

    Une adaptation

    L'intrigue du célèbre roman de Françoise Sagan ressemble beaucoup à l'un des premiers films d'Otto Preminger, Un si doux visage (1953). La volonté d'adapter un tel roman de la part du réalisateur ne surprend donc pas.

    Un paradis perdu

    L'histoire de Bonjour tristesse est celle d'un paradis à tout jamais perdu pour l’héroïne sous l'effet conjugué de sa lucidité et d'une volonté perverse d'agir et de triompher. S'y ajoute sans doute un désir plus secret encore d'immobiliser le temps à sa guise.

    Un film hybride ?

    Pour bien marquer la double nature un peu hybride du film, le réalisateur a fait tirer en noir et blanc les séquences du récit qui se déroulent au présent. Les deux types de séquences (passé en couleur, présent en noir et blanc) sont unifiés par un commentaire en voix off, important dans le film car il oriente à la fois sa structure et son contenu émotionnel et moral.
    16 Secrets de tournage

    Dernières news

    Sorties cinéma : Kingsman Le Cercle d'or illumine les premières séances
    NEWS - Box Office
    mercredi 11 octobre 2017
    Le long métrage "Kingsman : Le Cercle d'or" réalise le meilleur démarrage parisien de ce mercredi 11 octobre avec 1939 entrées,...
    François Truffaut critique : ses coups de gueule et ses coups de coeur cinéma !
    NEWS - Culture ciné
    samedi 25 octobre 2014
    Il disparaissait il y a 30 ans, nous laissant une œuvre inégalable, faite d'images mais aussi de mots. Mots d'auteur et surtout...
    4 news sur ce film
    Films recommandés
    Médée
    Médée
    Ludwig - Le crépuscule des Dieux
    Ludwig - Le crépuscule des Dieux
    Le Bel Antonio
    Le Bel Antonio
    Sérénade à trois
    Sérénade à trois

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1958, Les meilleurs films Comédie dramatique, Meilleurs films Comédie dramatique en 1958.

    Commentaires

    • Nelly M.
      Fidèle adaptation du roman éponyme et fougueuse Jean Seberg à ses débuts en "petit monstre" ou les revers d'une trajectoire de pauvre petite fille riche. Du Sagan tout craché, milieu, vitesse, intensité du toujours plus de la fin des années cinquante qui ne saurait totalement dépayser en 2012... C'est bien appuyé par la chanson de Gréco, figure (et carrure !) déjà envoûtantes. Défilent les années soixante des nantis que rien n'entravait. Ils sont plutôt sympathiques tous dans leur genre et les lieux où ils s'ébattent leur collent telle une seconde peau. Père (David Niven fidèle à lui-même) et fille craquants de complémentarité et pourtant à deux doigts du lien incestueux... Au positif, les chichis dont on use tous pour cacher la peine, des minutes de danse exceptionnels qui conduisent vers ce long épisode de fête avec les musiciens au milieu. Leur vitalité intacte induit son revers, la griserie du casino, de la fièvre automobile. Il se fait attendre mais il arrive, le grain de sable qui fait dérailler le précieux agencement de façade et justifie le titre... Merveilleuse Déborah Kerr !
    Voir les commentaires
    Back to Top