Mon Allociné
Bonjour Tristesse
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Bonjour Tristesse
Date de reprise 2 novembre 2011
Date de sortie 7 mars 1958 (1h 34min)
Avec Jean Seberg, David Niven, Deborah Kerr plus
Genres Comédie dramatique, Drame
Nationalité Américain
Bande annonce
Presse 4,0 3 critiques
Spectateurs 3,487 notes dont 14 critiques

Synopsis et détails

Cécile, 18 ans, vit à Paris avec son père Raymond, un richissime et séduisant veuf quadragénaire, qui ne lui impose aucune contrainte, même pas celle de ses études. À l’exemple de son père, la vie de Cécile ne semble être que futilités : suites de sorties en boîtes avec flirts successifs. C’est parce que quelque chose s’est brisé en elle durant leurs dernières vacances sur la Côte d’Azur. Depuis, Cécile connaît la tristesse et elle se souvient… En compagnie de son père et de sa petite amie du moment, la jeune Elsa, ils s'étaient installés pour passer l’été dans une superbe villa entourée de pinèdes et donnant sur la mer. Leur séjour s’annonçait lumineux et gai, à l’image de la blonde et joyeuse Elsa, farniente alternant avec dîners à Saint-Tropez ou soirées à Monte-Carlo. Et ce, jusqu’à l’arrivée d’Anne Larson, créatrice de haute couture et maîtresse femme, autrefois amie de la mère de Cécile et que Raymond ne se souvenait plus avoir invité...
Distributeur Columbia
Récompense 1 nomination
Voir les infos techniques
Année de production 1958
Date de sortie DVD 08/11/2005
Date de sortie Blu-ray -
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 16 anecdotes
Box Office France 1 756 246 entrées
Budget -
Date de reprise 02/11/2011
Langues Anglais
Format production -
Couleur Couleur et N&B
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 20570

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Bonjour tristesse (DVD)
Date de sortie : mardi 8 novembre 2005
neuf à partir de 29.99 €

Acteurs et actrices

Jean Seberg
Jean Seberg
Rôle : Cécile
David Niven
David Niven
Rôle : Raymond
Deborah Kerr
Deborah Kerr
Rôle : Anne
Mylène Demongeot
Mylène Demongeot
Rôle : Elsa
Casting complet et équipe technique

Critique Presse

  • Les Inrockuptibles
  • Critikat.com
  • Télérama
3 articles de presse

Critiques Spectateurs

brianpatrick
Critique positive la plus utile

par brianpatrick, le 22/03/2015

3,5Bien

C'est sympas de voir Paris en 1958, il film américain qui préserve bien la mentalité de Saint-Germain-Des-Prés, Il jolie... Lire la suite

chrischambers86
Critique négative la plus utile

par chrischambers86, le 19/11/2013

3,0Pas mal

« Que de temps perdu sans espoir ! » D'après Françoise Sagan (son roman est beaucoup plus fort que le film en question),... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
0% 0 critique 21% 3 critiques 79% 11 critiques 0% 0 critique 0% 0 critique 0% 0 critique
14 Critiques Spectateurs

Photo

Secrets de tournage

Un très grand film

En réalisant Bonjour tristesse quelques mois seulement après le succès du livre, Otto Preminger réussit à sublimer l'œuvre de Sagan. De cette tragédie intimiste, le cinéaste tire un film profondément émouvant qui bouleverse les spectateurs. Avec Georges Périnal, son chef opérateur, le réalisateur choisit d'alterner couleur et noir et blanc. Au milieu de cet écran sans couleur, Jean Seberg illumine le film, ce rôle hantera d'ailleurs toujours sa carrière.

Une adaptation

L'intrigue du célèbre roman de Françoise Sagan ressemble beaucoup à l'un des premiers films d'Otto Preminger, Un si doux visage (1953). La volonté d'adapter un tel roman de la part du réalisateur ne surprend donc pas.
16 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1958, Les meilleurs films Comédie dramatique, Meilleurs films Comédie dramatique en 1958.

Commentaires

  • Nelly M.

    Fidèle adaptation du roman éponyme et fougueuse Jean Seberg à ses débuts en "petit monstre" ou les revers d'une trajectoire de pauvre petite fille riche. Du Sagan tout craché, milieu, vitesse, intensité du toujours plus de la fin des années cinquante qui ne saurait totalement dépayser en 2012... C'est bien appuyé par la chanson de Gréco, figure (et carrure !) déjà envoûtantes. Défilent les années soixante des nantis que rien n'entravait. Ils sont plutôt sympathiques tous dans leur genre et les lieux où ils s'ébattent leur collent telle une seconde peau. Père (David Niven fidèle à lui-même) et fille craquants de complémentarité et pourtant à deux doigts du lien incestueux... Au positif, les chichis dont on use tous pour cacher la peine, des minutes de danse exceptionnels qui conduisent vers ce long épisode de fête avec les musiciens au milieu. Leur vitalité intacte induit son revers, la griserie du casino, de la fièvre automobile. Il se fait attendre mais il arrive, le grain de sable qui fait dérailler le précieux agencement de façade et justifie le titre... Merveilleuse Déborah Kerr !

Voir les commentaires