Mon AlloCiné
    Under The Silver Lake
    Under The Silver Lake
    Date de sortie 8 août 2018 (2h 19min)
    Avec Andrew Garfield, Riley Keough, Topher Grace plus
    Genres Thriller, Comédie
    Nationalité américain
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    3,9 25 critiques
    Spectateurs
    2,9 1974 notes dont 243 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
    À Los Angeles, Sam, 33 ans, sans emploi, rêve de célébrité. Lorsque Sarah, une jeune et énigmatique voisine, se volatilise brusquement, Sam se lance à sa recherche et entreprend alors une enquête obsessionnelle surréaliste à travers la ville. Elle le fera plonger jusque dans les profondeurs les plus ténébreuses de la Cité des Anges, où il devra élucider disparitions et meurtres mystérieux sur fond de scandales et de conspirations.
    Distributeur Le Pacte
    Récompenses 6 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2018
    Date de sortie DVD 11/12/2018
    Date de sortie Blu-ray 11/12/2018
    Date de sortie VOD 01/12/2018
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 7 anecdotes
    Budget -
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 149286

    Regarder ce film

    En VOD
    à partir de (7.99 €)
    à partir de (2.99 €)
    à partir de (3.99 €)
    à partir de (5.99 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 12.76 €
    neuf à partir de 9.73 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    Under The Silver Lake Bande-annonce VO 2:17
    Under The Silver Lake Bande-annonce VO
    450 519 vues

    Interview, making-of et extrait

    Le Face Cannes #8 - Mercredi 16 mai 2018
    Le Face Cannes #8 - Mercredi 16 mai 2018
    11 vues
    5 vidéos

    Acteurs et actrices

    Andrew Garfield
    Rôle : Sam
    Riley Keough
    Rôle : Sarah
    Topher Grace
    Rôle : L’homme du bar
    Callie Hernandez
    Rôle : Millicent Sevence
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • Elle
    • La Septième Obsession
    • Mad Movies
    • Voici
    • 20 Minutes
    • aVoir-aLire.com
    • Bande à part
    • CinemaTeaser
    • Critikat.com
    • Ecran Large
    • Le Figaro
    • Le Nouvel Observateur
    • Le Point
    • Les Inrockuptibles
    • Libération
    • Paris Match
    • Positif
    • Première
    • Télérama
    • Transfuge
    • Culturebox - France Télévisions
    • La Croix
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Monde
    • Cahiers du Cinéma

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    25 articles de presse

    Critiques spectateurs

    Naughty Dog
    Critique positive la plus utile

    par Naughty Dog, le 08/08/2018

    5,0Chef-d'oeuvre
    Plus de 3 ans après son dernier chef-d'oeuvre, David Robert Mitchell revient avec Under the Silver Lake, un thriller ...
    Lire la suite
    kouki90
    Critique négative la plus utile

    par kouki90, le 13/08/2018

    0,5Nul
    Film complètement nul. Autant la bande annonce donne envie et une fois dans la salle rien à voir. Film long et ...
    Lire la suite
    Toutes les critiques spectateurs
    9% (23 critiques)
    22% (53 critiques)
    22% (54 critiques)
    19% (46 critiques)
    14% (35 critiques)
    13% (32 critiques)
    Votre avis sur Under The Silver Lake ?
    243 Critiques Spectateurs

    Photos

    17 Photos

    Secrets de tournage

    Premier choix

    C'est l'actrice Dakota Johnson qui devait à l'origine tenir le rôle féminin principal mais elle a dû laisser sa place à Riley Keough pour des raisons d'emploi du temps.

    Pop Culture

    Selon son réalisateur, Under The Silver Lake traite de la pop culture, qui est désormais la seule culture dans laquelle nous baignons tous, et du sens caché de chaque objet qui la compose : "certaines choses se passent à notre insu, sous la surface de l’eau. Le film raconte l’histoire d’un jeune homme insatisfait qui retient son souffle pour aller nager dans ces eaux sombres".

    Hommage posthume

    Les scènes de piscine avec Riley Keough sont un clin d'oeil aux séquences de baignade de Marilyn Monroe dans Something's Got to Give, film inachevé en raison du décès de l'actrice qui survient après un tournage chaotique dont elle fut renvoyée à cause de ses nombreuses absences.
    7 Secrets de tournage

    Dernières news

    Best-of 2018 - Bohemian Rhapsody, Call Me By Your Name, Climax... Les meilleures chansons entendues au ciné cette année
    NEWS - Culture ciné
    dimanche 30 décembre 2018
    AlloCiné a compilé 100 chansons entendues au cinéma en 2018... L'occasion de revisiter une année de films en musique. "Call...
    La Rédac' fait le bilan des films de l'été : découvrez notre premier podcast cinéma !
    NEWS - Culture ciné
    mardi 11 septembre 2018
    Mission Impossible 6, Les Indestructibles 2, Le Monde est à toi, Blackkklansman, Guy... On fait le bilan des films de l'été......
    21 news sur ce film
    Films recommandés
    It Follows
    It Follows
    Dogman
    Dogman
    Galveston
    Galveston
    Une Pluie sans fin
    Une Pluie sans fin

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2018, Les meilleurs films Thriller, Meilleurs films Thriller en 2018.

    Commentaires

    • JL b
      Aïe ! Cette page est introuvable.
    • Ebony Maw
      Impossible de s'en lasser, un chef d'oeuvre !
    • Naughty Dog
      non chef-d'oeuvre mec ^^
    • thomas G.
      Bordel il m'a cassé le crane ce film. Il faut quel genre de qi pour comprendre ce truc ? Y'a t il seulement quelque chose a comprendre ?
    • P U N I S H E R
      Ah mais parce tu crois que j’ai une photo de Punisher que je connais que ça ?Comme si maintenant le fait d’aimer des œuvres plus légères nous empêcherait d’aimé des œuvres plus profondes et travaillées... c’est n’importe quoi...Autant je peux regarder Punisher autant je peux regarder Kubrick. Autant je peux regarder Daredevil autant je peux regarder Hitchcock.Regarder Punisher ne m’empêche pas de connaître des chef-d’œuvre comme Chinatown,Fenêtre sur cour,La portes du Paradis même les Tarkovski.Connaître et apprécier pleinement le bon cinéma n’empêche pas de se diversifier et d’apprécier des œuvres légères.Bref tu as 1 commentaire je crois savoir qui tu es réellement en se cachant derrière un pseudo,inventer un compte pour me répondre ainsi juste pour moi prouve que ton but n’est pas de converser sur le cinéma.Je t’ai fait l’honneur de te donner une longue réponse avec l’espoir que tu y trouve quelque enseignement ^^sur ce...
    • Alexnes
      Incompréhensible. Je ne comprends ni l' intérêt ni le message que l'on souhaite faire passer. Et pourtant il est bien noté?!
    • Henri M
      Après une première demi heure qui partait plutôt bien, j'ai trouvé que le film s'enlisait relativement vite . Tout d'abord, le réalisateur a voulu introduire dans son film des plages humoristiques, parfois surprenantes et inattendues. Si cela peut être parfois drôle, j'ai trouvé que cela altérait beaucoup la densité et le sérieux d'un film qui se dilue dans la pose d'un héros, non d'un anti héros, peu sympathique, glandeur à la petite semaine, mauvais payeur, qui va trouver un nouveau sens à sa vie en essayant d'élucider un mystère autour d'un message caché (message sataniste?) qu'il croit lié à la disparition d'une jeune femme avec qui il a bu un verre en regardant Comment épouser un millionnaire?.Il y a quelque chose qu'il faudrait que l'on mexplique: pourquoi Sam déploie t-il autant de ténacité alors que le même gars fantasme sur la quinqua topless du balcon d'en face qui nettoie ses vitres et profite quand il veut du corps d'une autre jeune femme disponible qui lui apporte des sushis. Tous les spectateurs auront d'ailleurs remarqué que tout un essaim de jolies jeunes femmes gravitait en permanence autour de lui...à sa place j'aurais très vite oublié Sarah.L'autre problème majeur du film c'est sa durée (2h20) alors qu'il ne présente selon moi, au final, aucun enjeu sérieux.Le film baigne en permanence dans une espèce de paranoia, tous les personnages se sentent suivis voire en danger.Le problème, c'est qu'indépendamment de l'obsession de Sam, le film déroule des dialogues interminables, montre beaucoup de personnages sans réel intérêt...Personnellement, je ne suis ni amateur de sudoku ni de mots croisés et n'étant pas sous psychotropes, j'ai rapidement trouvé la quête de Sam totalement vaine. Dés lors, l'échec du film était pour moi patent puisque la destinée du personnage principal et des autres protagonistes m'était devenu indifférente.Sam, le glandeur inconséquentLe rôle de Sam est tenu par Andrew Garfield (Spiderman...). Le réalisateur se livre à une véritable radiographie de son personnage principal dont il s'est évertué à filmer le visage en gros plan : un physique moyen (gros nez, grande bouche de travers, sourire niais...) très certainement pour que le commun des mortels s'y retrouve. Sam se masturbe beaucoup et a énormément d'hallucinations dans lesquelles il voit de jolies filles, parfois nues, aboyer.Il évolue dans un univers difficile à situer dans le temps: on y trouve des téléphones portables dernière génération, des magnétoscopes VHS et Supermario fait toujours fureur.Pop cultureLe propos du film est apparemment de rendre hommage à la pop culture qui nous est ici montrée comme quelque chose d'universel, de codé par une élite et en même temps, d'assez peu original, si on se réfère à la discussion de Sam et d'un vieillard fripé, propriétaire d'un superbe manoir qui se lance dans un interminable concerto au piano interrompu à coup de guitare Fender....Images sublimes....ou pasLe réalisateur rend hommage à la mythique ville de Los Angeles et à son quartier de Silver Lake, en la filmant de fort belle manière. Cela contraste d'ailleurs beaucoup avec les plans gore (tueur de chiens) ou scatologiques (un protagoniste en peignoir sur les toilettes en pleine défécation interrompu manu militari par Sam) qu'il nous livre ça et là sans crier gare.L'ombre de Mullholand drive?Beaucoup ont vu dans Under the silver lake un hommage au cinéma de David Lynch. J'ai trouvé que l'actrice interprétant Sarah (Riley Keough) avait quelque chose dans le visage qui rappelait Sheryl Lee, Laura Palmer dans Twin Peaks. Ce n'est certainement pas un hasard.S'agissant de la comparaison avec Mullholand Drive, le film de Lynch aussi mystérieux et métaphysiquement inquiétant qu'il soit était fort différent d'Under the Silver Lake, à la fois film patchwork et casse tête chinois foutraque.Si vous êtes allé au bout de cette critique qui témoigne de mon scepticisme et que vous n'avez pas vu le film, à vous de voir...et je ne vous ai pas parlé des putois, de la femme chouette tueuse, des tunnels, de Playboy, du roi SDF et de la jolie jeune fille aux ballons (...).L'affiche du film est superbe et sa B.O pas mal du tout.
    • The Last Action Zero
      Je ne suis pas sur que tout soit complétement maitrisé et logique. Malgré tout, Under The Silver Lake est vraiment magnifique. Bon nombre de plans et de dialogues, vont persister durablement dans ma mémoire. Mais pourtant, en définitive, je ne crois pas avoir compris grand chose. Mis à part qu'il apporte plus de question que de réponse. Que voila donc une œuvre aussi étrange et fascinante, que peu ordinaire et déroutante. Un film difficile à digérer, qui n'a pas fini d'alimenter les débats, au sein des cercles de cinéphile amateur de curiosité. Que ce soit à propos de ses cotés occulte, de ses intensions cryptique et complotiste, ou de son catalogue de clin d’œil ultra-référencé. à propos de certain de ses illustres ainés hollywoodien, comme à propos d'une culture plus pop et contemporaine. Moi aussi, je pense que ce film est appelé à générer un petit culte élitiste autour de lui. Et bien que je ne vois pas trop le rapport direct, allez savoir pourquoi, mais Under The Silver Lake me donne une furieuse envie de revoir Vertigo... La superbe musique originale, peut-être...
    • CreedTime
      Les adjectifs classiques de la frustration. Et revoyez donc la définition de la misogynie, cela vous évitera le ridicule en plus...
    • Soigneux G.
      L’anti Ready Player One que j’ai beaucoup apprécié au passage mais tout aussi bon dans une autre catégorie !!!
    • P U N I S H E R
      Je pense que ce film c’est tout ou rien !Ou on accroche ou on accroche pas.Malheureusement pour toi ça n’a pas fait mouche mais personnellement je trouve que ce film est un chef-d’œuvre l’un des derniers films qui se rapproche le plus du grand maître Hitchcock mais ça m’a aussi un peu fait penser à du Lynch,je trouve le mélange des deux plutôt intéressant avec un final vraiment réussi.
    • P U N I S H E R
      Ça serait mérité !
    • Soigneux G.
      Grave !!!
    • Roman G
      C’est toujours sympa les salles climatisées
    • Johnson J.
      Ce film est appelé à devenir culte
    • Hareng rouge
      un objet punk donc
    • Soigneux G.
      Revu et c’est toujours aussi bon !!! Vivement le prochain film du réal dans 3 ou 4 ans ?
    • BrianOrtega
      Les gens qui adulent ce genre de films, vous en êtes à combien de télérama empilés dans vos chiottes?
    • James Ford
      Je viens de le découvrir, et bien....pas dit tout accrocher.Pourtant j'adore Andrew Garfield (qui continue sont bout de chemin hors gros block), ce qui lui va trés bien. Il est vraiment bon dedans, mais le film est un peux trop (pour moi), GROS bordel, de tout. Puis c'est tellement strange, non vraiment pas ma came (mais j'ai essayer).Ensuite le film a clairement de grosse qualité, faut voir tout ce qu'il traite, mais juste la manière m'a laisser sur le bord de la route, pas grave ^^.
    • Veganforanimalrights
      Objet Cinématographique Parfaitement Identifié : prétentieux, vain, clinquant et creux.Et incroyablement misogyne. A l'heure de Me Too, c'est consternant et c'est de la provocation.
    Voir les commentaires
    Back to Top