Mon Allociné
Le Labyrinthe de Pan
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Le Labyrinthe de Pan
Date de sortie 1 novembre 2006 (1h 52min)
Avec Ivana Baquero, Sergi López, Doug Jones plus
Genres Fantastique, Epouvante-horreur
Nationalités Américain, Espagnol, Mexicain
Bande-annonce Ce film en VOD
Presse 4,0 27 critiques
Spectateurs 3,921131 notes dont 1722 critiques

Synopsis et détails

Interdit aux moins de 12 ans
Espagne, 1944. Fin de la guerre.
Carmen, récemment remariée, s'installe avec sa fille Ofélia chez son nouvel époux, le très autoritaire Vidal, capitaine de l'armée franquiste.
Alors que la jeune fille se fait difficilement à sa nouvelle vie, elle découvre près de la grande maison familiale un mystérieux labyrinthe. Pan, le gardien des lieux, une étrange créature magique et démoniaque, va lui révéler qu'elle n'est autre que la princesse disparue d'un royaume enchanté.
Afin de découvrir la vérité, Ofélia devra accomplir trois dangereuses épreuves, que rien ne l'a préparé à affronter...
Titre original El laberinto del fauno
Distributeur Wild Bunch Distribution
Récompenses 13 prix et 27 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 2006
Date de sortie DVD 03/10/2012
Date de sortie Blu-ray 08/02/2012
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 8 anecdotes
Box Office France 421 717 entrées
Budget 13 500 000 $
Langues Espagnol
Format production 35 mm
Couleur Couleur
Format audio DTS, SDDS, Dolby Digital
Format de projection 1.85 : 1
N° de Visa 116 017

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Le Labyrinthe de Pan en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Le Labyrinthe de Pan
Haute définition
Ce film en VOD
  • Louer (2.99 €)
Le Labyrinthe de Pan
Définition standard
VO
Ce film en VOD
  • Louer (3.99 €)
  • Acheter (7.99 €)
Le Labyrinthe de Pan
Définition standard
VF
Disponible sur une Box Internet
Ce film en VOD
  • Louer (3 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Le Labyrinthe de Pan (DVD)
Date de sortie : mercredi 3 octobre 2012
neuf à partir de 11.90 €
Le Labyrinthe de Pan (Blu-ray)
Date de sortie : mercredi 8 février 2012
neuf à partir de 15.00 €
Le Labyrinthe de Pan (DVD)
Date de sortie : dimanche 1 janvier 2012
neuf à partir de 7.00 €
Voir toutes les offres DVD-BR

Interviews, making-of et extraits

<strong>François Ozon</strong> Interview 2: 5x2, 8 femmes, Actrices, Anna M., La fille coupée en deux 11:44
François Ozon Interview 2: 5x2, 8 femmes, Actrices, Anna M., La fille coupée en deux
23 817 vues
<strong>Le Labyrinthe de Pan</strong> Reportage VF 1:59
Le Labyrinthe de Pan Reportage VF
7 020 vues

Acteurs et actrices

Ivana Baquero
Ivana Baquero
Rôle : Ofelia
Sergi López
Sergi López
Rôle : Capitaine Vidal
Doug Jones
Doug Jones
Rôle : Pan / le Pale Man
Ariadna Gil
Ariadna Gil
Rôle : Carmen
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • L'Ecran Fantastique
  • Brazil
  • Ciné Live
  • Fluctuat.net
  • Le Monde
  • Le Point
  • Mad Movies
  • Libération
  • L'Humanité
  • Le Journal du Dimanche
  • Studio Magazine
  • Score
  • Paris Match
  • Télé 7 Jours
  • Première
  • Rolling Stone
  • Télérama
  • L'Express
  • Positif
  • TéléCinéObs
  • Le Parisien
  • aVoir-aLire.com
  • Chronic'art.com
  • Ouest France
  • Les Inrockuptibles
  • Studio Magazine
  • Cahiers du Cinéma
27 articles de presse

Critiques Spectateurs

Docteur Gaius Jivago
Critique positive la plus utile

par Docteur Gaius Jivago, le 09/03/2014

4,0Très bien

Film charnière dans la carrière de Guillermo Del Toro, "Le Labyrinthe de Pan" nous emmène en 1944 dans le nord de l'Espagne... Lire la suite

DrawerTv
Critique négative la plus utile

par DrawerTv, le 30/12/2006

1,0Très mauvais

"Le labyrinthe de Pan" est le genre de film à l'instar d'"Hostel" où le meilleur de ce qui est donné à voir est dans la bande... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
48% 822 critiques 27% 466 critiques 5% 89 critiques 9% 157 critiques 5% 94 critiques 5% 94 critiques
1722 Critiques Spectateurs

Photos

28 Photos

Secrets de tournage

Présenté à Cannes

Le Labyrinthe de Pan a été présenté en Sélection Officielle en compétition au festival de Cannes 2006. Malgré un accueil favorable, le film n'a pas été récompensé par le Jury présidé par Wong Kar-Wai.

Un projet longuement mûri

Le Labyrinthe de Pan a mûri pendant près de vingt ans dans l'esprit de Guillermo Del Toro, qui avait en tête un film bien différent à l'origine : "À la base, le scénario du Labyrinthe de Pan ressemblait à ma toute première version de L'Echine du diable, et aurait dû être mon tout premier film si j'avais réussi à trouver le budget nécessaire pour le réaliser à l'époque, raconte Guillermo Del Toro. Il y était question de la révolution espagnole et l'histoire parlait d'une jeune femme enceinte qui rejoignait son mari dans une maison restaurée par ce dernier. En visitant la demeure, la future mère découvrait un jardin en forme de labyrinthe, où elle croisait un satyre. Elle faisait l'amour avec la bête qui lui proposait de sacrifier son enfant pour que le labyrinthe puisse fleurir. Si la femme avait accepté, elle aurait vécu pour l'éternité aux côtés du satyre. Même si au final, des ressemblances demeurent, la nouvelle version du Labyrinthe de Pan est malgré tout très différente, mon côté sentimental ayant finalement pris le dessus."
8 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2006, Les meilleurs films Fantastique, Meilleurs films Fantastique en 2006.

Commentaires

  • Thibaud N.

    Bonjour à tous,

    Pour ma part ce film n'est pas du tout intéressant ni poétique.
    Je vous explique mon point de vue,
    Hier soir, je me suis décidé à enfin regarder ce film après avoir regarder la bande annonce. Bande annonce qui met très clairement le coté fantastique en avant dans un monde "alternatif". Hors, le film commence, on parle de guerre (ok c'était dans le résumé) et puis blablablablabla on voit un personnage fantastique blablablabla... etc... en gros, la seul scène vraiment fantastique est celle avec le monstre au repas qui se trouve dans la bande annonce! Si c'était pour uniquement voir cela, j'aurais pu me contenter de la bande annonce.
    Ajoutons à cela des scènes que j'estime "violente" et qui plus sont complètement inutiles. En quoi est-ce intéressant de nous montrer le commandant/général (je ne sais plus) tuer un paysan à coup de bouteille? ça ne sert à rien et encore une fois ça dénote totalement avec la bande annonce, et l'attente qu'on a du film en tant que spectateur.

    En conclusion, nous avons une bande annonce mensongère, un résumé mensonger, une histoire plate, et en rien un film fantastique car on s'aperçoit en plus qu'au final tout ce passe dans la tête de cette fille. C'est un film sur la guerre et encore je ne sais même pas si on pourrait le situer la dedans.

    Si on devait le noter rapport titre,type de film annoncé/réalité de ce qu'il est... je ne lui mettrais pas + de 2 mais sur 10!

  • fran?ois m.

    C'est toi qui est bidon...

  • Bastien A.

    On est d'accord !

  • Kariboom

    Il était tant que je le note celui là! En résumé, je ne m'attendais pas à flipper autant. Je n'aime pas trop les films fantastiques mais là c'est de la POÉSIE! Tout est sublime dans ce film, mais aussi glauque, terrifiant, malsain (ne le mettez pas devant vos gosses de 5-9 ans, ils pourraient bien ne pas s'en remettre). Ce film est une grande poésie dur, violente, injuste mais magnifique. 5/5

  • Kariboom

    Sans vouloir t'offencer, je remarque que tu trouve bidon plein de bon films. C'est quoi tes films préférés?

  • THIB 1205 - Compte ferm?

    pour toi tout est bidon !

  • moi!

    L'histoire est bidon, les acteurs sont bidons et les effets sont bidons, on mélange le tout et on obtient un bide...

  • David D.

    Ce film mérite 5 étoiles et un top 10 des meilleurs films fantastique de allo ciné.

  • Maximemaxf

    Je me souviens de cette réplique ;)
    Sinon, ce film est un pure chef d'oeuvre ^^

  • Maximemaxf

    Et tu l'as revu depuis le temps ? Personnellement, j'ai une grosse affection pour ce film ^^

  • Maximemaxf

    Ah Joe D., t'imagines pas comme ça me fait plaisir de pouvoir enfin parler du Labyrinthe de Pan avec toi, depuis que Mina m'a dit que tu en étais une grande fan j'espérais vraiment que ma critique t'attirerais :D
    Tout comme toi, le film m'a énormément séduit non seulement par les métaphores et les messages que Del Toro a placé dans son histoire et à travers les épreuves que Ofelia traverses comme tu l'expliques très bien (j'y avais songé mais ma critique sur allociné aurait été trop longue sinon), ne serait-ce que pour la chambre de l'homme pâle symbolique d'un Vidal impitoyable détruisant l'enfance de Ofelia, ou le parallèle et le rapprochement subtilement fait entre l'aspect conte de fée et la guerre espagnole entre les rebelles et les franquistes. Je savais vraiment pas quoi attendre de mon deuxième film de Del Toro, mais maintenant je suis définitivement parti pour voir toute sa filmographie tant son univers m'attire passionnément (d'abord ses Hellboys puis L'échine du Diable). Pour ma part, j'ai la version Blu-Ray avec Making-Off et pas mal de bonus que je verrais dans la semaine dés que possible.

    Mais en ce qui concerne le Pan, je suis ouvert à des explications sur le sujet donc, merci beaucoup pour ces précisions (tu as pris quelle édition pour avoir toutes ces anecdotes enrichissantes ?) et cette histoire passionnante sur la créature : entre l'Olympe et le mythe autour de cette créature, j'avoue que je serais très curieux de chercher davantage d'informations sur le net. Et comme toujours, je suis très intéressé en voyant que tu trouves encore bien de nombreuses interprétations pour un film pareil, à tel point que tu m'en donnes encore plus envie de le revoir une nouvelle fois pour en comprendre davantage et être ému une nouvelle fois. Comme tu dis, Del Toro ne laisse rien au hasard, que ça soit les cadres et les plans, la photographie, les déplacements de caméra, les créatures qu'ils donnent vie dans son film, et le faune/Pan ainsi que le sens de chacun des épreuves (dont l'arbre justement que tu me permet de comprendre un peu plus).

    Quoiqu'il en soit : j'espère ne jamais oublier la scène finale, c'est juste l'une des meilleures séquences que j'ai pu voir de ma vie et j'exagère à peine. Que ça soit la musique, la sincérité des deux actrices, la mise en scène et le temps juste nickel que ça prend... OUAW ! J'ais fondu en larme tant j'étais sous le charme de cette scène. Je me suis même procuré la BO en disque :)

    Ma critique est disponible sur mon profil si tu veux bien laisser un petit pouce vert :) Et oui, pour parler de ce film, j'avais vraiment envie d'en parler tant il y avait des choses à dire, quoiqu'il en soit : Bravo à vous Monsieur Del Toro, et merci mille fois pour ce grand moment tout court !

  • Joe D.

    Bon dieu Max, comme ça fait plaisir de lire une telle critique telle que celle que tu as magistralement faîte sur ce chef d'oeuvre qu'est le labyrinthe de Pan. En lisant ta critique j'ai retrouvé ce sentiment si intense que j'avais eu au cinéma lorsque je l'avais vu à sa sortie, et un des rares films pour lequel je me suis retrouvé la gorge nouée, comme toi, par la fin si splendide. Jusqu'ici j'ai toujours eu le sentiment d'être assez isolé pour ressentir ce flot d'intensité qui déborde de tristesse mélancolie et joie en même temps, lorsque Mercedes fredonne une dernière fois l'ère à Ofelia. Ce film fait parti de mes films préférés, tu pourras demander à Mina, nous en avons longuement parlé. La poésie qui s'en dégage et ce parallèle entre la situation subi par Ofelia, réminiscence de croire au conte pour échapper à l'horreur de la situation Franquiste, dont les 3 épreuves sont des parallèles à ce qu'elle entrevoit pour de vrai (Il n'y a qu'à voir la scène du Pale Man à table, ogre de saturne mangeant non pas ces enfants mais les fées, symbole de l'enfance et de l'innocence chez Ofelia, et dont Vidal tronant en bout de table lors d'un dîner se montre tyrannique obsédé par le temps lui aussi comme le faune d'ailleurs.... le Pale man étant la chimère de Vidal qui se délecte tel un ogre à détruire l'innocence de l'enfance, et démolir des vies sous la torture).... Enfin je vais pas rerentrer dans le détail je ferai peut être un billet sur mon blog de ce chef d'oeuvre. Pour le nom Pan je vais t'expliquer, car j'ai la chance de posséder l'édition ultime collector comprenant le film, le fiilm HD, le blu ray, la BO et un livre d'illustrations de croquis et d'explication sur ce mythe (qui a dit que j'adorais ???) : Dieu de l'antiquité Hellénique, Pan (dont l'équivalent romain est le Dieu Faune), est à l'origine le dieu des bergers et des troupeaux, avant d'être associé à la fecondité et la nature. (rapport avec l'arbre au crapaud en forme de vagin),. Fils d'Hermès et de la nymphe Dryops, il naît avec les membres inférieurs d'un bouc et de petites cornes sur la tête. Devant son apparence monstrueuse il est abandonné par sa mère, et son père Hermès l'emmène sur l'Olympe, ce qui conféra à Pan sa nature divine.

    Toutefois Pan n'aime pas Olympe où les dieux rient de son aspect et il préfère vivre dans les bois et forêts en compagnie des satyres, nymphes et autres divinité de la nature.

    Sa mauvaise réputation, Pan la doit à son odieux caractère. Détestant être dérangé dans son sommeil, il se réveillait avec fureur et poussait un cri terrible qui provoquait une peur panique (manifestation humaine de la colère de Pan). Il lui arrivait aussi d'apparaître par surprise aux humains leur provoquant une frayeur mortelle.

    Pan est le seul Dieu à avoir connu un jour la mort, que l'on peut aussi interprêter comme une représentation du cycle des saisons, et du passage de la belle saison à l'automne puis l'hiver......

    Voilà je pense que ça peut te donner d'autres sous lectures et parallèles car rien n'est mis en scène au hasard dans le film, et ce chef d'oeuvre est d'une crédibilité scénaristique par ses plans et sa photographie, et d'une intensité dramatique puissante, c'est un conte pour adultes, que visiblement tu viens d'adopter tout comme moi. Pour la scène du Pale Man, tu verras que sur les murs le maigre Pale Man est représenté par des fresques comme un gros ogre mangeant des enfants, Del Toro, s'est inspiré du tableau de Francisco de Goya "Saturne dévorant son enfant" pour expliquer la maigreur du Pale Man. Ce tableau a plusieurs interprétations, il expose soit le conflit entre la jeunesse et la vieillesse(atemporalité que l'on retrouvera chez le faune vieux au départ et jeune sur la fin), soit le temps qui dévore toutes choses, soit la colère de Dieu mais aussi une allégorie de la situation en Espagne à l'époque, où la patrie consommerait ses propres enfants dans les guerres et révolutions. D'autres explications s'appuyaient sur les relations de Goya avec son propre fils, Xavier, le seul de ses six enfants à avoir survécu jusqu'à l'âge adulte, ou bien encore sur sa gouvernante et possible maîtresse, Leocadia Weiss (parallèle confiance trompeuse Mercedes et Vidal ) .

    Voilà Max j'espère que ces petites pistes te prouveront combien Del Toro a réalisé et scénarisé une oeuvre des plus poétiques et magnifiques, en distillant la magie de la vision enfantine, à travers la sombre réalité. En tout cas, merci pour ce magnifique article que tu as écrit parfaitement structuré et surtout où j'ai ressenti un vrai émerveillement et une passion dans ta critique,et ça j'adore.

  • Maximemaxf

    En effet, tragique et poétique à la fois, beau et dure en même temps, une vraie petite perle.

  • Maximemaxf

    Un bijou tout court même, perso j'en attendais rien : j'ai juste adoré, au point de le classe dans mon top 3 de mes films préférés quand même ^^

  • Maximemaxf

    Je plussoie, une belle petite merveille du septième art ^^

  • Maximemaxf

    D'ailleurs, si ça t'intéresse j'ai publié ma critique de "Le Labyrinthe de Pan" sur allociné et senscritique :)

  • Maximemaxf

    Ma critique est disponible sur allociné et senscritique si tu veux :)

  • Maximemaxf

    Ma critique est disponible sur mon profil, si ça t'intéresse.

  • Maximemaxf

    Ma critique de "Le Labyrinthe de Pan" (bientôt disponible sur mon profil), attention Spoilers :
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    "Qui n’a jamais été bercé par un conte de fée ? C’est ce qui compose, pour beaucoup d’entre nous, une partie de notre enfance et que l’on garde en mémoire pendant toute notre vie, et c’est la transition parfaite pour "Le Labyrinthe de Pan" de Del Toro qui s’inspire de nombreux conte comme "Alice au pays des merveilles" de Lewis Caroll, "Le magicien d’Oz" de L. Frank Baum ou encore "La petite fille aux allumettes" de Hans Christian Andersen.

    C’est mon deuxième film de Guillermo Del Toro après le très bon "Pacific Rim" qui était assez original dans son concept et terriblement efficace dans sa réalisation malgré un scénario des plus classiques. Pendant un long moment j’ai hésité à voir "Le Labyrinthe de Pan" parce que je ne savais pas quoi penser de l’univers qui serait développé dans ce film avec le mélange de la guerre espagnole et le fantastique sans oublier un aspect horrifique qui semble propre au réalisateur. Autant le dire de suite, les contes et la guerre, ça ne se marie pas très bien à la base… mais alors là p***** de b***** ! Non seulement Guillermo Del Toro m’a foutu une branlée émotive comme jamais, mais en plus il peut désormais compter un de ses long-métrage dans mon top 3 de mes films préférés. J’ai aimé ce film pour des raisons personnel grâce à son sujet et son héroïne, mais n’allons pas trop vite au casse pipe et comme je commence à avoir une habitude dans mes critiques, commençons par parler de la mise en scène du réalisateur mexicain, son univers et son visuel.

    La première chose que l’on remarquera, c’est l’intérêt qui est porté autour du fameux labyrinthe du faune (et non pas d’un pan comme beaucoup semble le croire… faudra justifier le titre anglais comme le titre français d’ailleurs), comme la première fois ou l'enfant y entre [spoiler]en filmant d’abord derrière Ofelia lorsqu’elle y entre la première fois avant de passer par-dessus et de la suivre longuement à l’intérieur du vieux labyrinthe à côté de la maison du capitaine Vidal.[/spoiler] Il a recours de nombreuses fois au plan-séquences qui arrive à faire ressortir une véritable ambiance du stylisme de son monde merveilleux et de l’horreur de la guerre entre franquistes et maquisards, [spoiler]rien qu’avec l’ouverture et la narration d’une voix-off racontant un conte de fée qui est immédiatement basé autour de l’héroïne de ce film, étant donné que le but de cet œuvre n’est pas de faire planer le mystère autour de l’identité de la fameuse princesse Moanna.[/spoiler]

    L’univers dépeint par Guillermo Del Toro n’en est pas moins réaliste est dure en sachant qu’on assiste quand même à bon nombre de séquences très sanglantes avec une grande absence d’édulcoration. Non et non, là, tout est clairement montré et ça n’en est que plus tétanisant quand on voit à quel point le capitaine Vidal est un gros salopard de catégorie suprême [spoiler]rien qu’avec les méthodes qu’il emploie pour torturer un maquisard bégayant ou la manière avec laquelle il abat un simple villageois à l’aide d’un bouteille, et ce n’était surement pas le seul durant cette époque.[/spoiler] Et après "Pacific Rim", ce mec me convainc totalement de sa passion pour les monstres et les insectes [spoiler]quand on voit que la « fée » rencontré par Ofelia en début de film était à la base une sorte de fusion entre une mante religieuse et une sauterelle géante avant de se transformer lorsqu’Ofelia lui montre une image d’une fée dans son livre[/spoiler].

    Donc, ce cher mexicain se révèle être un grand amoureux des monstres et des insectes pour notre plus grand plaisir et accorde autant de méticulosité à l’aspect conte de fée qu’au conflit espagnole qui se poursuit en parallèle, et c’est tout simplement parfait pour la suite. D’autre part, il impose aussi son propre visuel avec ce mélange de féerie et de gothique, le design du faune n’était pas pour me déplaire et les couleurs du repère de l’ogre variant entre le rouge froid, le brun blanchis et la blancheur pétrifiante de l’ogre qui sont là pour rendre l’atmosphère aussi fascinant qu’inquiétante. Et tout cela avec un petit budget modeste de 19 000 000 $ seulement. Les effets numériques sont crédibles et convaincante même si [spoiler]la grenouille de l’intérieur de l’arbre sent l’incrustation en CGI et n’arrive pas à paraître réel (d’ailleurs si je rencontre une grenouille comme ça dans la vraie vie, je me sauve direct),[/spoiler] mais bon avec un budget aussi restreint à la disposition du réalisateur on peut être indulgent et en général la direction artistique est impeccable.

    J’accorde, toutefois, une énorme affection pour la composition de ce film puisque, Javier Navarrete étant à la barre, a orchestré la majeure partie musicale du film à partir du thème principal qui constitue en une petite berceuse fredonné par l’un des personnages principaux. Cette même mélodie est déjà magnifique à écouter, mais chaque variation qui en est fait apporte à la fois un sentiment de féerie mais aussi de tragédie et de nostalgie particulière. Les autres morceaux sont là pour le ton impitoyable de la guerre franquiste, ou renforce la sensation de drame et de féerie. Magnifique bande-son dans l’intégralité, et difficile d’oublier un thème comme celui-là.

    Parlons maintenant interprétation au niveau des comédiens et des personnages, parce qu’ici chacun des protagonistes centraux ont une importance dans ce que ce film m’a fait ressentir personnellement : Ivana Baquero jouait la petite Ofelia, une fille de 12 ans bercée par les histoires pour enfant et les contes de fées et là, soit ça vient d’une très bonne direction d’acteur de la part de Del Toro, soit la jeune actrice sait se montrer très juste et émouvante dans son jeu… ou les deux aussi. Enfin bon, ici Ofelia est très attachante et émouvante dans le fait ou elle fait figure de la représentation de l’enfance, [spoiler]surtout quand on sait comme son voyage se termine.[/spoiler] Elle n’en fait jamais trop et elle nous inspire énormément de compassion. Doug Jones interprétait l’ogre de la deuxième épreuve et bien sur le fameux faune qui nous a été présenté (et non pas un Pan… pourquoi Pan bon dieu ?) et il s’en sort avec brio, que ça soit pour le faune ou l'homme pâle qui a un design assez classe également. Le personnage du capitaine Vidal, joué impeccablement par Sergi Lopez et carrément détestable du début à la fin, est l’image même du régime franquiste dont Del Toro fait la représentation à travers ce personnage violent, sadique et dont l’inhumanité se fera de plus en plus sentir. Certains lui reprochent peut être d’être un gros stéréotype d'enfoiré espagnole du régime de Francisco Franco, sauf qu’il est justement censé l’être, c’est totalement assumé par le besoin du scénario.

    Maribel Verdú jouait, quant à elle, Mercedes, [spoiler]une femme soutenant la résistance en espionnant le capitaine Vidal et qui se bat pour survivre dans cet univers réaliste et cruel de la guerre civile espagnole.[/spoiler] L’actrice s’en sort aussi très bien et sa relation avec Ofelia est plus qu’appréciable, [spoiler]cette dernière lui chantonnant par ailleurs la petite berceuse sans parole qu’on entend en début de film.[/spoiler] Alex Angulo inspire assez de sympathie en docteur ayant une certaine conduite morale admirable et suffisamment développé [spoiler]pour le prendre en pitié lors de son assassinat des mains de Vidal,[/spoiler] et Ariadna Gil jouant Carmen la mère d’Ofelia est la représentation de celle qui a cessé de croire aux bonnes histoires et qui se laisse finalement engouffrer dans la sombre et cruelle réalité qui l’entoure. Et enfin, Roger Casamajor a un rôle plus anecdotique mais qui constitue un intérêt pour Mercedes dans ses actions et l’acteur s’en sort plutôt bien pour les quelques apparitions qu’il effectue. Dans l’ensemble, les acteurs font un excellent travail et chacun des personnages centraux ont une signification, l’écriture est remarquable, et il est grand temps de conclure en passant au dernier point de cette critique, à savoir le scénario du réalisateur (également scénariste), attention les spoilers ne vont pas manquer !

    Faire un mix entre un film mélangeant la féérie et la guerre civile espagnole, ça peut paraître ridicule dit comme ça surtout quand on voit à quel point le monde réel peut paraître très semblable au nôtre au vu de son réalisme et que les deux genres ne s’accordent vraiment pas à première vue. Et pourtant, malgré l’idée qui peut paraître absurde, ce film crée un parallèle entre ces deux univers qui finissent par se rejoindre comme il faut : [spoiler]d’un côté nous avons Ofelia qui découvre qu’elle est une princesse d’un royaume souterrain et doit accomplir trois épreuves afin de pouvoir rentrer dans son vrai monde et de l’autre le capitaine Vidal, Mercedes, Pedro et le docteur Ferreiro Rocher (Ah, Ah, Ah...) qui sont acteurs de la guerre civile entre franquistes et maquisards. Pendant les deux premiers actes du film, les évènements se déroulent chacun de leur côté en prenant une tournure de plus en plus dramatique au fur et à mesure que le récit avance jusqu’à ce que finalement Ofelia se retrouve, malgré elle, confronté à la folie et à la cruauté de l’homme incarné par le capitaine Vidal qui la rattrape après qu’elle ait échoué à la seconde épreuve.[/spoiler]

    De ce fait et pour en venir au final du film, on peut traduire les épreuves que suivent Ofelia et sa passion pour les contes de fées de deux manières dans ce film : [spoiler]la première, elle donne elle-même vie à un fantasme pour fuir une réalité trop dure à supporter et qu’elle ne veut accepter. Cela peut s’expliquer par le fait que sa mère n’entend pas la mandragore hurler dans la cheminée lorsqu’elle subit sa deuxième couche ou encore par le fait que le capitaine Vidal ne voit pas le faune quand il la pourchasse dans le labyrinthe et la retrouve au centre en train de parler toute seule dans le vide (selon ce qu’il voit) sans oublier qu’elle semble être la seule personne à voir l’insecte étrange en début de film. On y note alors une dénonciation de la préservation de l’enfance et de nos rêves de féérie et de fantaisie contre un monde adulte dans lequel on ne peut trouver le bonheur car tout ce qui est présenté est noirceur et brutalité.

    Mais pour ma part, tout comme Guillermo Del Toro l’a fait savoir dans une interview, je penche pour la seconde interprétation, à savoir : le fait que ce monde féérique existe et qu’Ofelia a pu retourner chez elle. Car le principe de base du cinéma c’est de raconter une histoire et de nous y faire croire, et là il y a largement de quoi croire en l’aventure d’Ofelia. Le fait que Vidal ne voit pas le faune peut s’expliquer qu’il n’est pas destiné à prendre connaissance de ce monde ou qu’il a tout simplement perdu son âme d’enfance, quant à la mère d’Ofelia il est acceptable de croire qu’elle était trop occupée à sa douleur lors de sa couche pour prêter attention à la mandragore. De plus, quand je vois Ofelia dans le repère de l’homme pâle ou face au faune, appréciant les contes, je ne peux pas me dire intérieurement que ce monde souterrain qui nous est présenté en début de film n’existe pas. Je veux y croire, comme n’importe qui aime croire en l’imaginaire.[/spoiler]

    Par ailleurs la meilleure scène du film, selon moi, [spoiler]c’est la berceuse que Mercedes chantonne à Ofelia lors de ses derniers instants avant qu’elle ne meure ou rejoigne l’autre monde (à vous de l’interpréter). Déjà parce que, pour ma part, je me suis pris d’affection pour les personnages d’Ofelia ainsi que Mercedes, mais surtout parce que j’ai eu envie de m’identifier à Ofelia (et vouloir s’identifier à un personnage, c’est pas rien) et de vivre l’aventure à sa place… bon d'accord, dites que j’en fais trop, dites aussi que j’exagère mon attachement à ce film et ses qualités et que je cherche trop loin si ça vous chante, mais si vous ne l’avez pas vu, vous ne pouvez pas le juger et pour ma part cette scène fait parti de ceux qui m’ont fait verser le plus de larme devant un film, tant la beauté et la tristesse de ce passage m’ont marqué, et je suis sur de ne pas les oublier de si tôt.[/spoiler]

    Donc, voilà, je pense qu’avec tout ça, je vous ais fais ma déclaration d’amour (si l’on peut dire comme ça) au "Labyrinthe de Pan" qui je considère comme un véritable chef d’œuvre et une grosse bouffée d’émotion personnelle. Envoûtant, tragique et violent tout en apportant sa féérie, ce voyage m’a marqué et mérite à mes yeux sa deuxième place dans mes films préférés. Désormais je serais patient pour "Crimson Peak" jusque là en voyant "Hellboys" et "L’échine du Diable". Si vous n’avez pas encore vu "Le Labyrinthe de Pan", je ne peux que vous conseiller de le voir (mais ne le faites pas voir à vos enfants si vous en avez par contre)."

  • Maximemaxf

    J'espère l'apprécier crois moi, surtout que niveau mise en scène on sent clairement que Guillermo Del Toro est maître de la situation (je fais une pause dans les révisions, je reprend demain ^^) et de son histoire, et en plus de cela j'ai vraiment eu un profond attachement envers l'héroïne, je m'y attendais vraiment pas :)
    SI tu passes sur mon profil allociné, l'intégralité de ma critique sera peut être disponible (moi j'y accède sans mal, après je ne sais pas si c'est visible pour autrui ^^), en attendant dés que possible j'attaque "Hellboy" + "Dark Places", "La Mouche" et "Lawrence d'Arabie" (tout un programme :D ). Sinon, j'ai laissé un commentaire sur ton article pour "Inhérent Vice" ;)
    Peut être irais-je voir "Dark Places" demain soir, je te tiens au courant, à très vite et à demain peut être ;)

  • 007bond

    Très belle analyse (je me répète mais c'est vrai) comme toujours et tu risques bcp d'apprécier L'échine du Diable qui (à l'inverse de bcp) reste mon préféré de Del Toro mais je te laisse le découvrir pour que l'on en reparle tous les deux ^^ Son prochain film est l'une si ce n'est ma plus grosse attente de la rentrée : tout me plaît dans cette futur maison qui saigne, pense et se souvient...J'en frime à l'avance et en grande fan de gothique, je trépigne d'avance, sans parler du casting avec Mia (que j'adore aussi) en tête :) A demain Max, dès mon retour pour le Gosling, je viens te donner mon premier avis :)
    J'espère que tout ira demain pour toi, bonne fin de soirée et tente de te reposer un peu :)

  • Maximemaxf

    Poésie et tragédie sont bel et bien au programme, et je te rejoins entièrement sur ton analyse.

  • C.L.G 99

    Un vrai petit bijou, bravo Del Toro.

  • Captain fantastic

    Attention chef d'oeuvre !! Film mêlant fantastique et historique !! Un bijou... les acteurs sont excellents (Sergi Lopez en tête de liste) et l'intrigue est à couper le souffle !! Un moment magique...

  • Maximemaxf

    Exactement : mise en scène recherché et efficace, musique envoûtante, morale et finale juste bouleversante et marquant, personnage principaux attachant et un bel enfoiré qu'on ne peut que haïr et est une représentation parfaite du régime franquiste... non franchement je ne peux rien dire de mal sur ce film, j'ai juste adoré ^^

  • Jack P.

    Bien!

  • Bastien A.

    Je suis tout à fait d'accord juste sublime ce film, une véritable leçon de cinéma

  • Maximemaxf

    De rien, et puis personnellement ça a été un coup de coeur pour moi aussi ;)

  • Bastien A.

    Merci sa fait très plaisir !

  • Maximemaxf

    Excellente critique, et très justifié pour ton second film préféré :)

  • Maximemaxf

    Mon deuxième Guillermo Del Toro : juste un coup de de coeur, qu'est-ce que je suis censé dire de plus ?

    Ivana Baquero est très juste, de même pour une poignante Maribel Verdu, sans oublier un excellent Doug Jones en faune et un impitoyable Sergi Lopez qu'on adore haïr dans ce film. La réalisation est très recherché et met bien en évidence l'univers que Guillermo Del Toro retranscrit à travers ce film : gotique, conte de fée et guerre espagnole sont au programme, la musique de Javier Navarrete fait partie des plus magnifique à mes oreilles. Et l'histoire est à la fois audacieuse, belle, dure et le final ainsi que les messages qu'il transmet sont forts et réussis. Sans mal un des plus beaux films que j'ai pu visionner et un énorme coup de coeur pour mon second Del Toro.

    Vous aimez les contes de fée, Del Toro et les films de guerre ? Vous devriez être ravis alors.

    5/5 et pas moins !

  • Miellez

    Ça dépend des représentations qu'on se fait, en effet.
    Mais pour moi, Pan est le dieu dans la mythologie, ce n'est donc pas obligatoirement un faune.
    D'ailleurs, le faune dit lui-même qu'il a beaucoup de noms, lui en donner un dans le titre du film est un peu dommage.

  • Jennifer B.

    Captivant. Bon casting, rôle subtilement bien endossé. Histoire poignante, agréablement surprise. Je le conseille fortement. Vu revu encore et encore 👍👍👍👍👍👍👍

  • Marie V.

    La première fois que je l’ai vu (vers 7-8 ans), j’ai cru au début que ça allait être un beau film pour enfants avec des fées et des créatures magiques.. et bien vous pouvez être sûrs que je ne l’ai pas fini. Il conte l’aventure d’une petite fille qui tente d’échapper à l’horreur en fuyant dans ses rêves … Très beau.

  • oberginois

    Epouvante, si, clairement.
    Horreur, je sais pas. Fantastique est plus approprié, c'est certain.

  • oberginois

    J'ai du mal à croire qu'il en soit venu à faire des "choses" comme Pacific Rim...

  • oberginois

    Sisi, Pan est une créature qui resemble à ça.
    Le faune a des tonnes de représentations (allant de la luciole au dragon, toujours croisé humain). Donc "faune" est pas tellement plus approprié.
    Pour moi, le "Pan" en question est plus un Satyre, même...

  • Elthib7

    Film pas mal, les monstres sont bien faits (cauchemardesques même), la musique belle et les acteurs corrects. Il est peut-être un peu long par moment quand même et l'histoire est spéciale mais ça reste un film plutôt pas mal. 3/5

  • Amine B.

    Beau et terrifiant à la fois. Je l'avais vu il y a des années de cela au cinéma et je dois bien avouer qu'il m'a traumatisé étant enfant. 5/5

  • benoit V.

    C'est comme les sorcière de Zuguaramurdi, ça part dans un délire wtf flippant, les espagnols ont l'art de faire des films complètement wtf du coup maintenant je me méfie de leur cinéma

  • benoit V.

    mon père m'a montré ce film quand j'avais 10 ans, j'ai été trop choqué

  • Doctor Nico

    Totalement justifier, il est très violent par moment. Ce n'est absolument pas un film pour gosses, contrairement à ce qu'on nous a vendu à l'époque. Une honte d'ailleurs la promotion de ce film. Manifestement ils ne l'avaient pas regardé...

  • ZybaX

    Très beau film noir, mais moins sombre - Dieu merci - que la barbarie politique et humaine qu'il dénonce. A mi-chemin entre Sergio Leone et Tim Burton, et pourtant si loin et si proche, Guillermo del Toro affirmait ici sa véritable identité de cinéaste.

    (à noter que Cuaron est l'un de ses producteurs, comme quoi...)

  • Louise D.

    Un film génial que je ne me lasse pas de voir et de revoir !!

  • S.Spielberg fan

    Magnifique! Ce film est tellement magique de par son univers!
    Et en plus de ça, le film a un caractère émotionnel qui marche! J'ai même failli verser ma petite larme, comprendront ceux qu' ils l'ont vu.
    En résumé je ne suis extrêmement pas déçu par ce film comme tous les films du grand Del Toro!
    En conclusion je vous recommande vivement ce véritable chef d'oeuvre!

  • MGM-Deweare

    Del Toro nous signe la un bijou de fantastique.

  • Eug?nie W.

    Un des meilleurs film contemporains

  • Bastien A.

    Un film inoubliable, mon deuxième film préféré... Ma critique:

    http://www.senscritique.com/fi...

  • Herv? H.

    Chef d'œuvre absolu, du très grand cinéma. L'un de mes films préférés, beau, émouvant, poétique et cruel...

  • LikeHero

    D'accord. ^^

  • Bastien A.

    Surtout physique ;)

  • LikeHero

    Quand tu parles de violence, c'est physique ou moral ?
    Sinon oui, je le regarderais bien volontiers. :D

  • Bastien A.

    Le -12 est justifié du fait que le film est extrêmement violent mais n'hésite surtout pas à le voir, Le labyrinthe de Pan est l'un de mes films préférés notamment grâce à un final d'une beauté inégalable ;)

  • LikeHero

    Le -12 est-il justifié dans le film ? Je ne l'ai pas vu mais j'aimerais bien.

  • Uzurpateur

    "J'ai juste mangé un raisin..."

  • Uzurpateur

    Un film fantastique énorme,je pense qu'il réjouira tous les amateurs.Je vous le conseil,4/5.

  • Alex Jaeger

    "Ne mangez rien, même si la faim se fait tordante, et écoutez les fées !"

  • guillaume75

    Guillermo del Toro atteint son apogée avec Le Labyrinthe de Pan. Un chef-d'oeuvre inoubliable, noir, lugubre, émouvant, qui nous ouvre les portes vers un monde où seul notre regard d'enfant peut nous sauver de l'horreur qui peut s'abattre sur ce monde. Une merveille.

  • Mr.Halloween

    Drame, fantaisie et horreur ! Ce cocktail détonnant nous offre une oeuvre abouti et merveilleuse aux airs de conte de grimm. Une époque et ambiance incroyable, une scène silent hesque et une fin parfaite nous offre un film complet et efficace.

  • Atnajoy

    Super film, à mi-chemin entre l'horreur, le fantastique et l'historique.
    L'histoire est béton et est merveilleusement mise en scène. Pas de farandoles ni de paillettes pour ce conte, bien au contraire.
    La fantaisie est là, les personnages sont bien interprètés, et les effets spéciaux rendent le tout génial (même si, contrairement à certains films, ils ne sont pas déterminants. J'dirais juste qu'il se rajoutent au film pour l'embellir et non pour combler un scénario bancale).
    Bref, vraiment à voir, mais il est clair que le film n'est pas destiné à tous les ages.

  • Miellez

    Très bon film, qui change un peu de l'ordinaire, même s'il est quand même un peu gore. J'ai particulièrement aimé la fin, car on dirait que le réalisateur veut nous offrir le point de vue que l'on veut (en tout cas, c'est ce que j'ai pensé).
    Bon par contre, la traduction du titre en français a encore frappé, le faune n'est pas du tout Pan...

  • fran?ois m.

    Un chef d'oeuvre...

  • Saymyname-WW

    Si c'est pas du fantastique, c'est quoi ?

  • Alex Jaeger

    Très bon !

  • moi!

    Au risque de faire réagir, moi j'ai trouvé ça nul et ennuyant, idéal pour s'endormir...

  • Fatima N.

    Un chef d'œuvre et conte de fées pour grand !
    Comment l'innocence , le désir de justice et de vérité peut nous protéger de la cruauté de ce monde , voilà ce dont traite le film .
    Il n'y a pas un seul moment ou le récit semble décousu lassant ou je ne sais quoi . Après l'avoir vu vous vous demanderez comment avoir fait pour passer à côté !
    Un film qui mérite amplement ces 30 récompenses c'est du bon cinéma .5/5

  • Florian Koch

    Un peu déçu , pourtant on y retrouve l' aspect des films de guillermo del toro mais pour moi dans ce film . La magie n' opère pas . 2,5/5

  • No Identity

    J'en garde un bon souvenir 3,5/5

  • Meryn Fuckin' Trant

    Bah justement, le mystère reste entier même après la fin...

  • Jack P.

    Un film poétique avec une beauté artistique de haut niveau, des décors somptueux, un environnement fantaisiste dont les quelques moments de bonheur et de lumière laissent transparaître le caractère sombre et dramatique de l'histoire. Une oeuvre ambitieuse, qui ne laisse apparaître aucun orgueil de la part du réalisateur qui réussit parfaitement à atteindre ses objectifs, et qui réussit aussi à faire réfléchir sur le monde tel qu'il est conçu, et insère un caractère moral tout en critiquant la cruauté des hommes et de la guerre.

    5/5

Voir les commentaires