Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Henri Verneuil

État civil

Métiers Réalisateur, Scénariste, Producteur plus
Nom de naissance

Achod Malakian

Nationalité Français
Naissance 15 octobre 1920 (Rodosto - Turquie)
Décès 11 janvier 2002 à l'age de 81 ans (Paris - France)

Biographie

D'origine arménienne, Achod Malakian de son vrai nom est contraint de fuir avec sa famille le génocide qui a lieu dans son pays d'origine. Ayant trouvé refuge à Marseille, il entre à l'École Navale des Arts et Métiers d'Aix-en-Provence dont il sort en 1943 avec un diplôme d'ingénieur. Il se laisse alors tenter par le journalisme, devient rédacteur en chef du magazine Horizon (1944-1946), puis critique de cinéma à la radio marseillaise. Peu après, il monte à Paris et devient l'assistant-réalisateur de Robert Vernay en 1949.

Auteur d'une vingtaine de courts métrages entre 1947 et 1950, il fait une rencontre déterminante en la personne de Fernandel, qui accepte de jouer dans son premier long métrage, La Table aux crevés, en 1951. De cette fructueuse collaboration naîtront quelques films à succès (Le Fruit défendu, Le Mouton à cinq pattes, Le Grand chef...), dont le plus emblématique reste La Vache et le prisonnier (1959), fort de plus de 8,8 millions de spectateurs. Autre monstre sacré à lui apporter la gloire : Jean Gabin. A l'actif de ce formidable duo, de véritables perles du cinéma populaire français dans les années 60 : Le Président (1961), Un singe en hiver (1962) et deux polars également interprétés avec brio par Alain Delon - Mélodie en sous-sol (1963) et Le Clan des Siciliens (1969).

Tenté par une carrière internationale, Henri Verneuil part en Italie et au Mexique poursuivre son oeuvre. Anthony Quinn, avec qui il tourne La Vingt-cinquième heure (1967) et La Bataille de San Sebastian (1968), l'accompagne dans ses démarches. Le réalisateur s'entoure également de stars hollywoodiennes (Dirk Bogarde, Yul Brynner, Henry Fonda) pour son film d'espionnage Le Serpent en 1972. Dans les années 70, il s'oriente principalement vers le registre de l'action, genre auquel il a donné ses lettres de noblesse en France avec le très viril Cent mille dollars au soleil (1964). Et ça tombe bien, puisque Jean-Paul Belmondo, au casting de ce film, sera de nouveau de la partie pour les très efficaces Peur sur la ville (1975) et Le Casse (1971) et le moins glorieux Morfalous (1984).

Entre deux productions commerciales, Henri Verneuil tente de marcher sur les plates-bandes d'Yves Boisset en proposant un cinéma plus engagé avec trois "films enquêtes" : Le Corps de mon ennemi (1976), critique à l'égard des notables de province, I... comme Icare, nommé au César du Meilleur scénario en 1980, et Mille milliards de dollars (1982), dénonciation en bonne et due forme de la mondialisation économique naissante. Dans la deuxième moitié des années 80, Henri Verneuil déserte, à l'instar de Belmondo, la scène cinématographique française pour n'y revenir qu'en 1991 avec l'autobiographique diptyque Mayrig / 588, rue paradis, récit de son enfance et de ses souvenirs d'immigrés. Cinq ans plus tard, couronnement d'une belle carrière, il recevra un César d'honneur pour l'ensemble de son œuvre.

G.M.

Ses premiers pas à l'écran

Les Nouveaux misérables
Les Nouveaux misérables
1949
Véronique
Véronique
1949
L'Art d'être courtier
L'Art d'être courtier
1950
La Légende de Terre-Blanche
La Légende de Terre-Blanche
1950

Ses meilleurs films et séries

Le Président
Le Président
1960
Un Singe en hiver
Un Singe en hiver
1962
I... comme Icare
I... comme Icare
1979
Mille milliards de dollars
Mille milliards de dollars
1982

Sa carrière en chiffres

43
Années de carrière
1
Récompense
43
Films
0
Série
4
Nominations
170,7 M
Entrées ciné

Genres de prédilection

Comédie : 29 %
Thriller : 26 %
Drame : 23 %
Policier : 23 %

Ses stats sur AlloCiné

1
Vidéo
13
Photos
3
News
112
Fans

A tourné le plus avec

Jean-Paul Belmondo
Jean-Paul Belmondo
8 films
Les morfalous (1984), Le corps de mon ennemi (1976), Peur sur la ville (1974), Le Casse (1971), Week-end À Zuydcoote (1964), Cent mille dollars au soleil (1964), Un Singe en hiver (1962), La Française et l'amour (1960)
Fernandel
Fernandel
8 films
La Vache et le prisonnier (1959), Le Grand chef (1958), Le Mouton à cinq pattes (1954), L'Ennemi public n°1 (1953), Le Boulanger de Valorgue (1953), Carnaval (1953), Le Fruit défendu (1952), La Table aux crevés (1951)
Jean Gabin
Jean Gabin
5 films
Le Clan des Siciliens (1969), Mélodie en sous-sol (1963), Un Singe en hiver (1962), Le Président (1960), Des gens sans importance (1955)
Paris Palace Hôtel (1956), Des gens sans importance (1955), Le Mouton à cinq pattes (1954), Les Amants du Tage (1954), Le Fruit défendu (1952)
Pierre Mondy
4 films
Week-end À Zuydcoote (1964), La Française et l'amour (1960), L'Affaire d'une nuit (1960), Des gens sans importance (1955)
Omar Sharif
3 films
588, rue Paradis (1992), Mayrig (1991), Le Casse (1971)
Louis Seigner
3 films
Le Président (1960), Paris Palace Hôtel (1956), L'Ennemi public n°1 (1953)
Un Singe en hiver (1962), La Française et l'amour (1960), Le Mouton à cinq pattes (1954)
Robert Party
3 films
Mille milliards de dollars (1982), I... comme Icare (1979), Le Serpent (1972)
Lino Ventura
3 films
Le Clan des Siciliens (1969), Cent mille dollars au soleil (1964), Les Lions sont lâchés (1961)
588, rue Paradis (1992), Mayrig (1991), Les Lions sont lâchés (1961)
Bernard Blier
3 films
Le corps de mon ennemi (1976), Cent mille dollars au soleil (1964), Le Président (1960)
588, rue Paradis (1992), Mayrig (1991), Les morfalous (1984)
Commentaires
  • AMCHI
    [img]http://www.photos-films.com/fl...[/img]Du polar solide comme savait le faire le cinéma français a une certaine époque, un beau duo entre le jeune Delon et l'ancien Gabin. Tout ceci est bien mené et mise à part une ou deux longueurs inutiles la mise en scène de Verneuil s'avère toujours efficace et la dernière demi-heure relève un vrai suspense notamment la séquence de la piscine. 3.5 *[img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]
  • MGM-ranger
    Merci à Fernandel d'avoir révélé un aussi grand artiste.
Voir les commentaires
Back to Top