Mon compte
    Mauvaises filles : le traumatisme des maisons de correction raconté dans ce bouleversant documentaire
    23 nov. 2022 à 07:30
    Laëtitia Forhan
    Laëtitia Forhan
    -Chef de rubrique cinéma
    Fan de cinéma fantastique, de thrillers, et d’animation, elle rejoint la rédaction d’AlloCiné en 2007. Elle navigue depuis entre écriture d'articles, rencontres passionnantes et couvertures de festivals.

    Le documentaire "Mauvaises filles" sort ce mercredi au cinéma. Le film révèle les maltraitances de jeunes filles placées en maison de correction en France dans les années 1970.

    Premier long-métrage documentaire de la réalisatrice Emérance Dubas, Mauvaises Filles suit 4 femmes, insoumises, rebelles, incomprises ou simplement mal-aimées, ayant été placées en maison de correction à l’adolescence. Aujourd’hui chacune raconte son histoire et révèle le sort bouleversant réservé à ces « Mauvaises Filles » jusqu’à la fin des années 1970 en France.

    Après avoir réalisé plusieurs portraits d'artistes lors de sa formation en Histoire de l'art, Emérance Dubas s'est consacrée à ce projet documentaire. Cette dernière souligne dans le dossier de presse du film, n'avoir jamais imaginé passer autant de temps sur ce sujet.

    Mauvaises Filles
    Mauvaises Filles
    De Émérance Dubas
    Sortie le 23 novembre 2022

    "Je n’aurais jamais pensé qu’il me faudrait sept années pour y parvenir ! Long est le chemin pour raconter ce qui hante une société. (...)

    Tout a commencé grâce à ma rencontre avec l’historienne Véronique Blanchard. Elle rédigeait alors sa thèse de doctorat - "Mauvaises Filles : portraits de la déviance féminine juvénile (1945-1958)" soutenue en 2016 et publiée en 2019 sous le titre "Vagabondes, voleuses, vicieuses". En prenant connaissance de ses travaux, j’ai immédiatement cherché à mettre en lumière ces invisibles de l’Histoire sur grand écran."

    Arizona Films
    Mauvaises filles

    Le pendant français de "The Magdalene Sisters"

    Si le film The Magdalene Sisters de Peter Mullan abordait la maltraitance dont étaient victimes les jeunes filles dans les couvents irlandais, Mauvaises filles en est le pendant français. Édith, Michèle, Éveline et Fabienne y exliquent les sévices dont elles ont été victimes à l'époque.

    Et si ces femmes n'avaient jusqu'ici pas pris la parole sur le sujet c'est en grande partie à cause de la remise en question systématique de la parole des femmes et des victimes de manière plus générale.

    Emérance Dubas déclare : "C’est précisément cette remise en cause de la parole des femmes qui les a empêchées de parler si longtemps ! Après 2017, j’ai observé un changement du côté des institutions. Un regard intéressé.

    Arizona Films
    Mauvaises filles

    J’ai également senti que les protagonistes du film étaient prêtes. Elles ne se connaissaient pas, et aucune n’a évoqué le mouvement #MeToo explicitement, mais sans doute ont-elles perçu que la société allait enfin pouvoir les entendre. Elles savaient qu’au crépuscule de leur vie, c’était le moment ou jamais de rétablir la vérité."

    Avant de se pencher sur le sujet, la réalisatrice ignorait qu'une multitude de filles avaient été maltraitées dans ces institutions.

    Un secret bien gardé

    Elle explique : "J’ai été sidérée lorsque j’ai découvert le calvaire des filles mises au ban de la société derrière les hauts murs de la congrégation du Bon Pasteur. Même si j’ai grandi à Angers, la ville où se trouve la maison-mère de cette congrégation religieuse, personne n’en parlait dans mon entourage.

    Arizon filmsa
    Mauvaises filles

    Il s’agissait d’une histoire collective taboue. Un secret bien gardé qui avait eu raison de ces adolescentes. Une double injustice en somme puisque, face à la honte, les femmes n’avaient eu d’autres choix que de se taire".

    Après avoir vu le documentaire, les femmes ayant témoigné ont toutes eu la même réaction. "Elles étaient à la fois émues et fières. J’ai été impressionnée par leur réaction. Elles ont prononcé exactement les mêmes mots à l’issue du film : « c’est incroyable, on n’a pas le même âge, on n’était pas au même endroit et pourtant on raconte toutes la même chose ! ». Cela confirme ce qu’elles savaient déjà : la violence était systémique." explique la réalisatrice.

    Mauvaises filles est à voir dans nos salles dès ce mercredi. 

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top