Mon compte
    Le jour où James Cameron a failli frapper Harvey Weinstein avec son Oscar
    Isabelle Ratane
    Isabelle Ratane
    Basée à Séoul (Corée du Sud) et grande consommatrice de séries en streaming, elle aime découvrir et (surtout) faire découvrir les incontournables et les pépites des différentes plateformes (Netflix, Disney+, Prime Video...)

    James Cameron a failli assommer Harvey Weinstein en l’honneur de Guillermo Del Toro aux Oscars 1998. Retour sur les faits.

    ALPHA AGENCY / BESTIMAGE

    La 70ème cérémonie des Oscars a eu lieu le 23 mars 1998 à Los Angeles et a été vue à la télévision par plus de 57 millions de personnes. Rappelez-vous, c’était la nuit où Titanic a remporté 11 Oscars – dont celui du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur montage. James Cameron, de son côté, est reparti avec trois statuettes rien qu’à lui, ayant co-produit et co-monté le film en plus de l’avoir réalisé.

    Titanic
    Titanic
    Sortie : 7 janvier 1998 | 3h 14min
    De James Cameron
    Avec Leonardo DiCaprio, Kate Winslet, Billy Zane
    Presse
    4,9
    Spectateurs
    4,3
    Voir sur Disney+

    Également dans le public se trouvait le fondateur et dirigeant notoire de Miramax, Harvey Weinstein, qui était encore loin d’être évincé pour ses nombreux crimes. À cette époque, Weinstein, qui purge actuellement une peine de 39 ans de prison pour viol et agression sexuelle, était une force majeure d’Hollywood qui a permis à de nombreux artistes indépendants de briller sous les projecteurs. En tant que chef de Miramax, il était alors crédité comme producteur exécutif sur de nombreux films du studio et était donc aux Oscars pour soutenir Jackie Brown, Will Hunting et Les Ailes de la colombe.

    L’année précédente, Harvey Weinstein avait aussi produit le premier film en anglais du célèbre cinéaste mexicain Guillermo del Toro, Mimic, un film d’horreur avec Mira Sorvino sur une espèce de cafards évoluée vivant dans les métros de New York qui avaient atteint la taille humaine et attaquaient les habitants. Cependant, lors de sa production, le long métrage rencontre plusieurs problèmes dont James Cameron a eu vent. Ami de longue date de Guillermo del Toro, il n’avait pas apprécié qu’Harvey Weinstein, avec qui il n’était pas familier, lui cause tant de soucis. Et comme le rapporte Slashfilm, lorsque Weinstein a tenté de se présenter aux Oscars, James Cameron était prêt à le frapper.

    L'histoire folle qui unit James Cameron et Guillermo del Toro

    DANS LES COULISSES DES OSCARS

    Mimic a été produit par Bob Weinstein, avec Harvey en tant que producteur exécutif. C’était là le deuxième long métrage de Guillermo del Toro après Cronos en 1993. Les frères Weinstein auraient détesté le film, le pensant pas assez effrayant, et des tentatives actives pour faire virer le réalisateur auraient été entreprises. Il a alors fallu l’influence de Mira Sorvino pour que celui-ci soit gardé. Mais même lorsque del Toro a rendu son film, Miramax a pris les choses en main, recoupant le long métrage à sa guise. Des années plus tard, Guillermo del Toro se confiera d’ailleurs sur cette horrible expérience.

    Mimic
    Mimic
    Sortie : 24 septembre 1997 | 1h 42min
    De Guillermo del Toro
    Avec Mira Sorvino, Jeremy Northam, Giancarlo Giannini
    Spectateurs
    2,4
    Voir sur Paramount+

    Face au Hollywood Reporter, James Cameron s’est lui aussi récemment souvenu du drame. Il n’avait alors jamais rencontré ou travaillé avec Harvey Weinstein et ne savait même pas à quoi il ressemblait. La seule chose qu’il savait, c’était que ce dernier avait rendu la vie difficile à son ami Guillermo.

    Je ne connaissais pas Harvey [ni d’Ève ni] d’Adam. Je ne savais rien de lui à part ce que j’avais appris de Guillermo del Toro. Guillermo et moi étions des amis proches depuis 1991. Il m’avait raconté l’horrible m*rde dans laquelle Miramax l’avait mis quand il a fait son premier film commercial américain, Mimic, et ils l’ont viré. Les acteurs, menés par Mira Sorvino, se sont en quelque sorte révoltés et ne voulaient pas travailler jusqu’à ce qu’ils le ramènent. Puis, quand le film a été un succès et bien considéré, Harvey s’est empressé de recevoir les éloges pour celui-ci.

    UN VILAIN PETIT MOMENT

    Après ces événements, lorsqu’Harvey Weinstein tente d’approcher James Cameron à la cérémonie des Oscars : plus rien ne va.

    Je suis en train de regagner mon siège avec mon Oscar du meilleur montage, et ce type saute sur moi pour se présenter en disant : ‘Si tu veux venir travailler dans un endroit qui est un ami de l’artiste, un ami du cinéaste’ – il tend la main, et je l’ai juste laissé en plan. C’était juste un vilain petit moment. Mais, oui, j’ai défendu Guillermo et j’ai pointé sa m*rde du doigt à Harvey, puis il est devenu très sonore et verbalement abusif et presque potentiellement violent physiquement. Et il était sur le point d’être frappé par un Oscar – ce qui aurait été très approprié, je pense.

    Aveuglé par sa colère, James Cameron n’a pas eu le temps de penser à la portée (presque symbolique) qu’aurait eu son geste et s’est rappelé être dans une étrange ambiance de cour d’école.

    Je n’y pensais pas en ces termes, c’était juste l’arme à portée de main. La chose hystérique à propos de tout ce moment était que les gens autour de nous disaient : ‘Pas ici ! Pas ici !’ C’était un peu comme : ‘Ce n’est pas grave si vous vous battez dans la ruelle, mais ne le faites pas ici aux Oscars !’

    James Cameron qui assomme Harvey Weinstein dans la ruelle derrière le Shrine Auditorium de Los Angeles (où se déroulait la cérémonie des Oscars) : voilà un film qui concurrencerait peut-être Titanic, surtout s’il est réalisé par Guillermo del Toro, expert dans les histoires de monstres.

    Mimic est disponible en streaming sur Canal+ ou Paramount+. Titanic est, quant à lui, à revoir sur Disney+.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Back to Top