Mon compte
    Au cinéma : Sleep… Pourquoi faut-il voir ce film de genre coréen encensé par le réalisateur de Parasite ?
    Maximilien Pierrette
    Journaliste cinéma - Tombé dans le cinéma quand il était petit, et devenu accro aux séries, fait ses propres cascades et navigue entre époques et genres, de la SF à la comédie (musicale ou non) en passant par le fantastique et l’animation. Il décortique aussi l’actu geek et héroïque dans FanZone.

    Remarqué aux Festivals de Cannes et de Gérardmer, "Sleep" sort au cinéma cette semaine. Voici 3 bonnes raisons de ne pas rater ce film chaudement recommandé par Bong Joon-ho, le réalisateur de "Parasite".

    Ça parle de quoi ?

    La vie d'un jeune couple est bouleversée quand le mari devient somnambule et se transforme en quelqu'un d'autre la nuit tombée. Sa femme, submergée par la peur qu'il fasse du mal à leur nouveau-né, ne trouve alors plus le sommeil....

    Sleep
    Sleep
    Sortie : 21 février 2024 | 1h 35min
    De Jason Yu
    Avec Yu-mi Jeong, Sun-kyun Lee, Kim Kum-Soon
    Presse
    3,9
    Spectateurs
    3,3
    Séances (11)

    3 bonnes raisons de voir "Sleep"

    Le fait que Sleep soit un thriller horrifique coréen aurait pu se rajouter aux bonnes raisons d'aller le découvrir en salles. Et peut-être que ce sera suffisant pour une bonne partie de son public. Pour les autres, voici des arguments supplémentaires.

    1 - Bong Joon-ho valide, Gérardmer aussi

    "Le premier film le plus singulier et le plus malin que j’ai pu voir ces dix dernières années" : ces mots élogieux ne sont pas de nous mais de Bong Joon-ho. Oui, le réalisateur de Parasite, lauréat de la Palme d'Or en 2019 et de l'Oscar du Meilleur Film l'année suivante.

    Mais ce dernier n'est peut-être pas totalement objectif, dans la mesure où Jason Yu, scénariste et metteur en scène de Sleep, a été son assistant sur Okja. Il n'empêche qu'un tel adoubement suscite la curiosité, et les différents festivals dans lesquels il est passé ne s'y sont pas trompés.

    Denis Guignebourg / Bestimage
    Jason Yu au Festival de Gérardmer

    A commencer par la Semaine de la Critique de Cannes, où il a été l'un des représentants du cinéma de genre. Puis le Festival de Gérardmer, où Sleep a été à la fête en repartant avec le Grand Prix. Signe que Jason Yu n'a pas seulement assisté Bong Joon-ho : il a aussi été à bonne école à ses côtés.

    2 - Un film, plusieurs lectures

    Histoire de couple et de parentalité sur fond de somnambulisme, Sleep est donc un premier film. Qu'il était amusant de découvrir en festival, et notamment à Cannes, où les nuits sont courtes. Mais a priori moins riches en tension et autres jump scares que nous offre Jason Yu. Avec un peu d'humour dans une première partie où le film semble se chercher.

    Le ton et les intentions sont plus claires dans la seconde, avec quelques plans particulièrement réussis et une scène inattendue qui laisse entendre qu'il faut se préparer à tout. Dans un scénario qui peut s'interpréter différemment selon les sensibilités de chacun, les événement surnaturels pouvant faire écho à des problématique de couple et à la pression sociale liée au mariage ou aux enfants.

    De quoi, peut-être, vous empêcher de dormir le soir qui suit votre séance.

    3 - A titre posthume

    Vu dans Parasite (il incarnait M. Park, le riche père de famille) ou la saison 1 de Dr. Brain, Sun-kyun Lee n'était pas l'acteur coréen le plus connu dans le reste du monde. Mais une véritable idole dans son pays natal, jusqu'à ce qu'il ne mette fin à ses jours le 27 décembre 2023, à l'âge de 48 ans.

    The Jokers Films

    Un suicide lié à la pression de la police et au harcèlement en ligne dont il était victime sur les réseaux sociaux, depuis son implication présumée dans une affaire de consommation de drogue en octobre dernier, alors qu'il avait de son côté porté plainte pour chantage.

    Malgré ses excuses publiques, son image publique avait volé en éclats dans une Corée intraitable vis-à-vis des histoires de drogue. Jusqu'à cette issue tragique. Sleep sort donc dans nos salles à titre posthume, et Sun-kyun Lee sera ensuite dans Killing Romance et Project Silence (également présenté à Cannes en 2023), qui n'ont pas encore de date de sortie en France.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Back to Top