Mon compte
    Au cinéma : Quelques jours pas plus... Pourquoi il faut voir cette comédie sociale avec Benjamin Biolay et Camille Cottin ?
    Brigitte Baronnet
    Passionnée par le cinéma français, adorant arpenter les festivals, elle est journaliste pour AlloCiné depuis 12 ans. Elle anime le podcast Spotlight.

    Quelques semaines après la sortie de la comédie "L'Empire", Camille Cottin est à l'affiche de "Quelques jours pas plus", une comédie sociale, dont elle partage l'affiche avec Benjamin Biolay, dans son meilleur rôle au cinéma.

    De quoi ça parle ?

    Arthur Berthier, critique rock relégué aux informations générales après avoir saccagé une chambre d’hôtel, découvre que le journalisme est un sport de combat. Envoyé à l’hôpital par un CRS en couvrant l’évacuation d’un camp de migrants, il tombe sous le charme de Mathilde, la responsable de l’association Solidarité Exilés et accepte, pour quelques jours croit-il, d’héberger Daoud, un jeune Afghan.

    Quelques jours pas plus
    Quelques jours pas plus
    Sortie : 3 avril 2024 | 1h 43min
    De Julie Navarro
    Avec Camille Cottin, Benjamin Biolay, Amrullah Safi
    Presse
    3,5
    Spectateurs
    3,4
    Séances (311)

    C'est un tandem inédit à l'affiche de Quelques jours pas plus, premier long métrage de Julie Navarro, directrice de casting réputée. Elle s'est entourée de Benjamin Biolay et Camille Cottin, tous les deux justes et convaincants dans cette comédie sociale. Leur duo fait des étincelles et apporte beaucoup de charme à ce film.

    Benjamin Biolay est parfait dans ce rôle de critique rock, aux faux airs de Philippe Manoeuvre, à la fois désabusé, drôle et charmeur. Camille Cottin est à la fois solaire et attachante.

    Un mélange de tons

    Avec cette comédie sociale, on navigue entre différents tons. Il y a de l'humour, de l'esprit et un fond social fort, qui trouve un écho avec l'actualité sur fond de loi immigration. L'intrigue du film rappelle par certains aspects un film sorti récemment, en l'occurrence Une année difficile. Comme dans la comédie d'Eric Toledano et Olivier Nakache, c'est l'histoire d'un homme qui va se rapprocher du milieu associatif après avoir eu un coup de coeur pour une de ses militantes.

    Quelques jours pas plus est une adaptation d'un livre de Marc Salbert, De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire (Le Dilettante). "J’ai gardé l’esprit du livre, son côté humoristique et une certaine légèreté de ton mais je devais aussi ajouter des éléments qui me sont plus proches, plus intimes comme le terrain associatif et un aspect plus social. De fil en aiguille, Marc et moi avons trouvé un langage, une méthode, et l’exercice est devenu passionnant", indique Julie Navarro, réalisatrice et coscénariste, dans le dossier de presse.

    Pour fuir le militantisme qui est souvent didactique ou moralisateur, j’ai choisi de faire un pas de côté.

    "Ce récit m’a percutée". Et d'ajouter : "Quand on s’empare d’une thématique aussi casse-gueule que celle-là, il faut un point de vue fort. Pour fuir le militantisme qui est souvent didactique ou moralisateur, j’ai choisi de faire un pas de côté et d’adopter le regard d’Arthur Berthier : ce journaliste musical est certainement curieux, ouvert sur le monde. Nous sommes tous ou presque des Arthur Berthier, choqués par la misère du monde, ayant pour certains de ma génération, arboré adolescents le badge « Touche pas à mon pote », toujours prêts à critiquer les institutions mais dont l’engagement se limite à quelques emportements rarement suivis d’effet.

    J’avais besoin de ce décalage qui apporte de la comédie et un humour salvateur.

    J’avais besoin de ce décalage qui apporte de la comédie et un humour salvateur. J’ai essayé tout au long de l’écriture puis sur le tournage de trouver le ton juste : un équilibre entre la dureté du réel et parfois la vie qui l’emporte, et le rire qui s’ensuit, sans tomber, ni dans le pathos ni dans la farce.

    Quelques jours pas plus accorde une grande place à la musique, par le métier et la passion du personnage interprété par Benjamin Biolay. On notera les jolis clins d'oeil à Jean-Jacques Goldman. La bande-originale est signée Arnaud Rebotini (120 Battements par minute).

    Quelques jours par plus sort ce mercredi 3 avril 2024.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Back to Top