Mon compte
    Au cinéma : Hopeless, pourquoi faut-il voir ce thriller coréen influencé par Martin Scorsese ?
    Corentin Palanchini
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.

    Découvrez le thriller "Hopeless", nouvelle production sud-coréenne qui va vous secouer dans votre fauteuil avec sa violence sans concession.

    Ce mercredi sort dans les salles Hopeless, un premier long métrage sud-coréen s'inscrivant dans la lignée des polars qui ont largement séduit le public français depuis le début des années 2000.

    Présenté à la section Un certain regard du Festival de Cannes 2023 et au Festival de Reims Polar 2024, ce film marque par sa violence sans concession et une noirceur comme on n'en avait plus vu depuis longtemps.

    Plus M Entertainment

    La première scène s'ouvre sur un acte violent inexpliqué qui donne immédiatement le ton à venir. Nous allons suivre un jeune homme qui décide de fuir une vie difficile et sans espoir ("hopeless"). Ce faisant, il va se rapprocher de gens plutôt louches et dangereux et se retrouver dans une spirale criminelle de laquelle il sera difficile de s'échapper.

    Hopeless
    Hopeless
    Sortie : 17 avril 2024 | 2h 04min
    De Chang-hoon Kim
    Avec Xa-bin Hong, Joong-ki Song, Kim Seo-hyung
    Presse
    3,1
    Spectateurs
    3,2
    Séances (15)

    Le héros est incarné par Song Joong-ki, star de plusieurs dramas coréens visibles sur Netflix comme Nice Guy ou Descendants of the Sun, ainsi que de la série Vincenzo, dans laquelle il incarne un avocat italo-coréen aux méthodes douteuses.

    C'est l'acteur lui-même qui a demandé au réalisateur Kim Chang Hoon de pouvoir incarner la tête d'affiche du film.

    Sous influence "scorsesienne"

    Plus M Entertainment

    De son propre aveu très influencé par le cinéma de mafia de Martin Scorsese, Kim Chang Hoon explore les mêmes thématiques : la ville mal famée, les gangs, les relations familiales parfois complexes ou attendrissantes.

    Même au niveau de la violence, le réalisateur lorgne davantage du côté des Affranchis que d'un Pulp Fiction. L'humour n'a pas sa place dans Hopeless et la violence, sèche, n'est pas tournée en dérision. Au contraire, elle est prise au sérieux, et montrée dans toute son horreur.

    Si vous avez aimé le ton, sachez que le réalisateur a déjà écrit son prochain film, et que ce sera à nouveau un polar. En attendant, rendez-vous dans les salles pour découvrir Hopeless !

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Back to Top