Mon compte
    C'est peut-être le film le plus fou jamais projeté à Cannes : on a vu The Substance avec Demi Moore
    Thomas Desroches
    Thomas Desroches
    -Journaliste
    Les yeux rivés sur l’écran et la tête dans les magazines, Thomas Desroches se nourrit de films en tout genre dès son plus jeune âge. Il aime le cinéma engagé, extrême, horrifique, les documentaires et partage sa passion sur le podcast d'AlloCiné.

    "The Substance" de Coralie Fargeat met le chaos au 77e Festival de Cannes ! Le deuxième film de la Française, présenté en compétition, va plus loin que tout ce que vous pouvez imaginer.

    Metropolitan FilmExport

    Si vous imaginez les scènes les plus folles, des déformations de corps hallucinantes et une histoire qui défie l'imaginable, The Substance va encore plus loin. Plus loin que tout ce que vous pouvez imaginez. Sept ans après son premier film, Revenge, Coralie Fargeat renverse la tête des festivaliers et transforme une simple séance de cinéma en instant d'euphorie collective.

    The Substance
    The Substance
    De Coralie Fargeat
    Avec Demi Moore, Margaret Qualley, Dennis Quaid

    The Substance, présenté en compétition, tient sur un concept fort : et si vous pouviez créer une autre version de vous-même ? Meilleure, plus belle, plus forte. C'est le choix que fait Elizabeth Sparkle (Demi Moore), une actrice de renom, constamment renvoyée à son image et aux années qui passent. Elle souscrit alors à The Substance. Une autre version d'elle-même (Margaret Qualley) voit le jour mais cette expérience n'est pas sans sacrifice.

    Femme et cinéaste engagée, Coralie Fargeat n'a jamais caché ses combats, dès ses premiers courts métrages et son Revenge. Dans ce nouveau projet très ambitieux, d'une durée de 2h20, elle illustre un sentiment pas seulement propre aux femmes certes, mais étroitement lié aux injonctions d'une société patriarcale.

    Comment une femme, qui passé sa vie devant les caméras et qui ne peut échapper à son reflet, peut-elle accepter ses complexes, les changements de son corps. Jusqu'où est-elle prête à aller pour plaire ? The Substance est une fable sur la négation de soi-même.

    Plus fou que fou

    À l'écran, Coralie Fargeat fait l'économie des mots. Les images parlent d'elles-mêmes. Tout est dans la performance du corps. D'abord, celui de Demi Moore - absolument fascinante, retrouvant un rôle à la hauteur de son talent -, puis celui de Margaret Qualley. Le style de The Substance lorgne vers le comics, transformant leur enveloppe corporel en surfemmes.

    Mais l'horreur alors ? Elle arrive petit à petit et quand elle est là, Coralie Fargeat ne s'arrête plus. Elle pousse les limites toujours plus loin jusqu'à briser un plafond de verre dans un final ahurissant, dépassant même les pires monstruosités du cinéma de David Cronenberg. Il y a du sang, beaucoup de sang, mais The Substance ne repose pas sur une violence insoutenable. Il emmène l'esprit des spectateurs dans un endroit encore jamais exploré.

    Metropolitan FilmExport
    "The Substance" de Coralie Fargeat.

    De nombreuses références parcourent le long métrage. Des scènes clipesques, des hommages évidents à Shining, mais surtout au cinéma d'horreur complètement loufoque des années quatre-vingt, comme Elmer, le remue-méninges.

    Non, The Substance ne plaira pas à tout le monde, mais il n'est pas fait pour. Coralie Fargeat montre toute la richesse de son imaginaire alimentée par ses pensées féministes - disons même humanistes - et une véritable rage. Que va bien pouvoir penser Greta Gerwig, la réalisatrice de Barbie ? Réponse à la fin du festival.

    Le 77e Festival de Cannes se déroule du 14 au 25 mai 2024.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Back to Top