Mon AlloCiné
    Rencontre avec la famille Blanchet
    5 oct. 2005 à 04:00

    Deuxième et dernier volet de "Merci, les enfants vont bien !" ce soir sur M6, une comédie familiale servie par un casting de talents. La parole aux comédiens...

    Pascale Arbillot
    Isabelle Blanchet

    Qu'est-ce qui vous a plu dans "Merci, Les enfants vont bien !" ?
    J'ai dans un premier temps apprécié le ton décalé. Le scénario est une base de départ et j'accorde beaucoup d'importance aux possibilités qu'offre le texte et à la façon dont il va être adapté. Par ailleurs, les orientations que Stéphane Clavier, le réalisateur, a données durant ce tournage, correspondaient parfaitement à l'image que je m'étais faite à la lecture du scénario, d'une comédie familiale drôle et pas caricaturale.

    Quel genre de mère est Isabelle ?
    Isabelle est autant une mère de famille qu'une femme aimante. Elle n'a pas sacrifié sa féminité, son désir pour son mari parce qu'elle a des enfants et qu'elle doit consacrer beaucoup de son temps et de son énergie à l'éducation de ces derniers. Isabelle est une femme amoureuse qui aime ses enfants mais qui ne vit pas que pour eux. Elle est vivante.

    On dit qu'il est souvent difficile de tourner avec des enfants... comment avez-vous géré le fait de jouer avec 8 enfants ?
    Il y a des tournages compliqués et d'autres qui se passent parfaitement bien. Celui-ci s'est déroulé comme dans un rêve du premier au dernier jour. Dans cette fiction, la plupart des enfants sont relativement âgés et les autres, notamment les deux petites, étaient incroyables de drôlerie. Le résultat doit beaucoup à l'ambiance qui a régné tout au long du tournage ; l'état d'esprit de chacun des comédiens correspondait au ton enjoué, drôle, sympathique et vivant de la famille Blanchet.

    Depuis la fin du tournage, vous considérez qu'être mère de 8 enfants va rester un rôle de composition ou peut-il devenir un objectif à atteindre ?
    J'ai envie d'avoir des enfants parce que c'est la vie mais 8, c'est un peu trop pour moi. J'aime faire dans mes films ce que je ne ferais pas dans la vraie vie ! J'étais enceinte durant le tournage et jouer le rôle d'une mère entourée d'autant d'enfants m'a rassurée et m'a étonnamment permis d'apprivoiser ma propre grossesse et de m'éviter des angoisses futures.


    Bernard Yerles
    Jean-Pierre Blanchet

    Parlez-nous de votre personnage ?
    Jean-Pierre est un grand impulsif, un idéaliste ; il est très amoureux de la vie et de sa femme. Il a très longtemps mis l'accent sur sa vie de famille jusqu'au moment où il peut enfin se consacrer à son autre passion qu'est son métier.

    Qu'est-ce qui vous a plu dans "Merci, Les enfants vont bien !" ?
    Le ton de la comédie à l'italienne avec cet univers familial que je connais bien. La production m'a envoyé les scénarios alors que je passais des vacances avec 6 ou 7 enfants autour de moi ! Je me suis dit... que ce rôle n'était pas fait pour moi !!! Heureusement, on me l'a reproposé plus tard alors que j'avais repris le travail, j'ai relu les textes et je les ai trouvés très réjouissants. J'aime beaucoup toutes les situations de comédies entre Jean-Pierre et Isabelle et j'avais très envie de travailler avec Stéphane Clavier.

    On dit qu'il est souvent difficile de tourner avec des enfants... comment avez-vous géré le fait de jouer avec 8 enfants ?
    Cela s'est passé de manière très harmonieuse. La comédie est difficile puisqu'il faut à la fois mêler le côté très vivant des scènes de groupe et, dans le même temps, respecter les découpages et la précision technique de chaque scène. La plupart des jeunes comédiens de Merci, les enfants vont bien ! ont déjà plusieurs expériences à leur actif et sont très professionnels. Chacun a trouvé sa place, et il y a eu de jolies histoires qui se sont créées sur et en dehors du plateau. Dès le 2ème jour, on avait l'impression d'être une troupe qui se connaissait depuis longtemps, une famille presque.

    Quelle image de la famille nombreuse avez-vous maintenant ?
    J'ai toujours eu une image très positive de la famille nombreuse ; je suis issu d'une famille de 4 enfants, j'ai moi-même 3 enfants. C'est plus facile à vivre dans la fiction que dans la vie réelle mais il suffit d'avoir l'énergie et d'aimer cette vie en tribu. J'adore voir les enfants grandir et cela me donne à chaque fois envie d'en faire d'autres.


    Mélanie Thierry
    Isis Blanchet

    Qui est Isis ?
    Isis est une jeune fille qui se cherche, qui ne demande qu'à devenir une jeune femme et être considérée comme tel. Elle est un peu marginale, elle recherche une certaine liberté mais elle aime beaucoup ses proches et se plaît dans son cocon familial. Un peu artiste, Isis est passionnée par la photographie : elle veut surtout être reconnue, aimée...

    Comment s'est passé le tournage ?
    Merci, les enfants vont bien ! est une comédie chaleureuse, conviviale et nous retrouvions cette ambiance en dehors du plateau. Il y avait beaucoup de plaisir, de bonheur et de complicité dans chaque scène que nous tournions. C'était la première fois que je jouais avec Pascale Arbillot et Bernard Yerles et j'ai adoré cette collaboration parce que ces deux comédiens rendent les choses simples. Nous avons tous passé des chouettes journées !

    Vous verriez-vous cohabiter avec 7 frères et soeurs ?
    Les Blanchet sont unis, pleins d'amour et de tendresse mais ce n'est pas une situation familiale qui m'attire. J'aime le désordre et la bonne humeur mais je m'imagine plutôt dans une famille plus réduite.

    Vous aviez déjà travaillé avec Stéphane Clavier ?
    Oui, j'avais fait ma première publicité avec Stéphane Clavier lorsque j'avais 14 ans et j'ai trouvé très émouvant de le retrouver sur ce projet 10 ans après. On se sent en confiance avec Stéphane Clavier parce qu'il nous regarde jouer avec beaucoup de tendresse et il s'amuse sur un tournage. Il y a du bonheur à travailler avec lui.

    Quels sont vos projets ?
    J'ai commencé le tournage de Résilience le premier film de Maïwenn avec Pascal Greggory, Hélène de Fougerolles et Marie-France Pisier, et puis je pars à Bucarest tourner un film américain produit par Steven Soderbergh et George Clooney où je joue le rôle d'une prostituée russe.


    Propos recueillis par M6
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top