Mon compte
    Cannes 2015 : 5 choses à savoir sur La Tête haute
    Par Hugo Martinez — 13 mai 2015 à 11:00

    A l'occasion de la sortie de "La Tête haute" d'Emmanuelle Bercot, drame centré sur un jeune délinquant qu’une juge des enfants et un éducateur tentent de sauver, pleins feux sur les anecdotes du film.

    Lieux de tournage
    La région Nord-Pas-de-Calais a partiellement financé le film (environ 3% du budget total). Il est donc logique que l'équipe soit venue poser ses caméras pendant plusieurs semaines à Dunkerque. Auparavant, des scènes ont été tournées à Amiens, à Boulogne-sur-Mer, dans l'établissement pénitentiaire pour mineurs de Meyzieu et dans le Vercors en région Rhône-Alpes.


    Expérience de terrain
    Emmanuelle Bercot s’est directement inspirée de l’expérience de son oncle qui s’occupait d’un camp de jeunes délinquants en Bretagne, dont un jeune en particulier qui était issu d’un milieu difficile. Conscience de sa chance, une fascination intense pour ces adolescents s’est emparée d’elle. Elle a tenté de comprendre leur comportement, le refus des conventions, de l’autorité et surtout la dévotion de son oncle. Cette expérience l’a tellement marquée qu’elle a envisagé de devenir juge des enfants.

    Wild Bunch Distribution
    Catherine Deneuve

    Immersion
    Pour les besoins du film, la scénariste Marcia Romano est allée faire un stage au Tribunal pour enfants de Paris qui a duré plusieurs semaines. Elle a notamment assisté à de nombreuses audiences, pénales et éducatives, qui l'ont fortement aidé pour le processus d'écriture. Par la suite, elle a accompagné des éducateurs dans des centres spécialisés.


    La belle personne
    Pour dénicher la perle rare, Elsa Pharaon, réputée dans le casting sauvage, a écumé les lycées professionnels. Après de longues recherches, elle a trouvé le jeune Rod Paradot à Satins où il faisait un CAP menuiserie. Romano et Emmanuelle Bercot souhaitaient trouver quelqu’un qui ne stigmatise par la figure du délinquant, il fallait donc s’éloigner le plus possible des clichés habituels. De préférence, elles ne voulaient pas quelqu’un de typé, issu de l’immigration, avec des problèmes de drogue ou qui fasse partie d’un gang. L’autre difficulté résidait dans le fait de trouver une personne capable de faire à la fois 13 et 17 ans.

    Les Films du Kiosque
    Rod Paradot


    Décalage musical
    Toujours par esprit d’éloignement des clichés, le film privilégie la musique classique. La facilité aurait été d’utiliser du rap mais Emmanuelle Bercot a refusé de souligner le monde de la délinquance par le biais de ce cliché. Elle a précisé d’ailleurs que Malony n’était absolument pas mélomane mais que l’opposition entre l’univers difficile et la musique prend en charge le souffle lyrique qu’elle recherchait.

    Voir tous les secrets de tournage

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Seuls les fous survivent
      La question est : Vaut-il Mommy ? Réponse aujourd'hui....yes
    • Seuls les fous survivent
      Hâte de voir ce film, prévu demain, je sens que ça va être bouleversant comme Mommy, comme se prendre un mur en pleine face...
    Voir les commentaires
    Back to Top