Mon compte
    Coup de gueule de Spike Lee : le cinéaste boycotte les Oscars
    Par Gauthier Jurgensen — 19 janv. 2016 à 16:48

    Récipiendaire d’un Oscar d’Honneur couronnant l’ensemble de sa carrière, le cinéaste Spike Lee a annoncé qu’il boycotterait la cérémonie, dénonçant ainsi l’absence systématique de nomination pour un artiste afro-américain.

    A la dernière soirée des Gouvernors Awards, le 14 novembre 2015, Spike Lee s’est vu remettre un Oscar d’Honneur pour l’ensemble de sa carrière, aux côtés de l’autre prestigieuse lauréate de cette année, l’actrice fétiche de John Cassavetes, Gena Rowlands. Malgré cette reconnaissance par l’Académie, le réalisateur trouve inacceptable l’absence de tout Afro-Américain dans les nominations pour les principales catégories.

    En effet, les prétendants ne faisaient pourtant pas défaut : Will Smith pour ConcussionIdris Elba pour Beast Of No Nation ou Samuel L. Jackson dans le dernier opus signé Quentin Tarantino Les Huit Salopards auraient tous pu s’attendre à être nommé parmi les meilleurs acteurs dans un premier rôle de l’année. Côté réalisation, Ryan Coogler et F. Gary Gray brillent par leur absence pour Creed – L’héritage de Rocky Balboa et N.W.A – Straight Outta Compton.

    En conséquence, il faudra se passer du réalisateur de Do The Right Thing à la cérémonie des Oscars. Sur son compte Instagram, Spike Lee a publié un message ensuite relayé sur Twitter en ayant recours au désormais célèbre hashtag #OscarsSoWhite.

    ==> Tarantino et Spike Lee : la querelle se poursuit

    Voici la traduction de l’intégralité du texte publié par le réalisateur du récent Chi-Raq, dont la date de sortie française n’a pas encore été dévoilée :

    "J’aimerais remercier la présidente Cheryl Boone Isaacs et le Comité des Gouverneurs de l’Académie des Arts et des Sciences du Cinéma qui m'ont récompensé d’un Oscar d’Honneur en novembre dernier. Je suis très reconnaissant. Cependant, ma femme, Mme Tonya Lewis Lee et moi ne serons pas présents à la prochaine cérémonie des Oscars en février. Nous ne pouvons l'encourager sur sa voie ni manquer de respect à mes amis, le présentateur Chris Rock et le producteur Reggie Hudlin, ainsi que la présidente Isaacs et toute l’Académie. Mais comment est-il possible que, pour la deuxième année consécutive, les 20 nommés dans les catégories réservées aux acteurs soient blancs ?

    Sans même parler des autres domaines. 40 acteurs en deux ans et pas une touche de couleur. On ne sait pas jouer ou quoi ? WTF ? Ce n’est pas une coïncidence si je vous écris cela le jour où nous célébrons pour la 30ème fois la Journée de Martin Luther King Jr. Le Dr King disait : "Vient un moment où chacun doit prendre en son âme et conscience une position qui n’est ni sans danger, ni politique, ni populaire.". Pendant trop d’années, à chaque nouvelle révélation des nominations aux Oscars, le téléphone de mon bureau a sonné avec un média au bout du fil me demandant un commentaire sur l’absence d’Afro-Américains et cette année n’a pas enfreint la règle. Pour une fois, (peut-être) j’aimerais que les médias se tournent vers les nommés et les patrons de studios pour leur demander de quel œil ils voient ce scrutin composé uniquement de blancs. Si quelqu’un l’a déjà fait et que je ne l’ai pas vu passer, je reconnais mon erreur. 

    De mon point de vue, le "vrai" combat ne se passe pas aux Oscars. Mais plutôt dans les bureaux des dirigeants des studios hollywoodiens et des réseaux télévisés. C’est là que les gardiens du temple décident de ce qui se fera et de ce qui sera repris en main ou tout simplement bazardé. C’est ce qui importe. Les gardiens du temple. Ceux qui donnent le feu vert. Comme le chante Leslie Odom Jr., ce grand acteur qui danse dans la comédie musicale révolutionnaire de Broadway HAMILTON : "JE VEUX ETRE DANS LÀ OÙ ÇA SE PASSE." A vous tous : la vérité, c’est que nous n'y sommes pas et tant que les minorités n’y seront pas, les nommés aux Oscars resteront blancs comme neige."

    Ce n’est pas la première sortie de Spike Lee, qui s’est déjà brouillé avec son ancien collaborateur Quentin Tarantino – qui faisait une apparition dans le film Girl 6 – pour son utilisation complaisante du terme "Nigger" dans le film Django Unchained. Tarantino avait récemment confirmé n’avoir aucune intention de se réconcilier avec le cinéaste.

    La démarche de Spike Lee concernant les Oscars 2016 est quand même soutenue, notamment par la comédienne Jada Pinkett Smith qui a posté sur Facebook ce week-end une vidéo exprimant son mécontentement face à cette situation. Avant d'annoncer qu’elle ne suivrait pas la cérémonie, ni sur place, ni chez elle, l’actrice a déclaré "Mendier la reconnaissance ou même la demander amoindrit notre dignité et nous affaiblit. Laissons l’Académie faire, avec courtoisie et affection, et faisons autrement de notre côté."

    Découvrez la bande-annonce de Chi-Raq, prochain film de Spike Lee

    Chi-Raq Bande-annonce VO

     

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top