Mon compte
    Cannes 2016 - La Danseuse vue par Soko : "C’est comme si je me faisais flageller mon égo !"
    Par Maximilien Pierrette / Brigitte Baronnet — 14 mai 2016 à 15:20

    Projeté à Un Certain Regard, La Danseuse, premier long métrage de Stéphanie di Giusto, a illuminé la Croisette avec Soko et Lily Rose Depp. Découvrez notre interview et les bonnes raisons de se laisser tenter par le film !

    • Toutes les news de Cannes 2016 !

    En bref


    De quoi ça parle ?

    Rien ne destine Loïe Fuller, originaire du grand ouest américain, à devenir une icône de la Belle Epoque et encore moins à danser à l’Opéra de Paris. Même si elle doit se briser le dos et se brûler les yeux avec ses éclairages, elle ne cessera de perfectionner sa danse. Mais sa rencontre avec Isadora Duncan, jeune prodige avide de gloire, va précipiter sa chute.

    L'interview

    Découvrez dans la vidéo ci-dessus notre entretien avec la réalisatrice Stéphanie di Giusto et la comédienne Soko, héroïne du long métrage. "Soko est unique, elle n’est pas dans les standards féminins que l’on voit dans les magazines, nous a confié la cinéaste. Ce n’est simplement une actrice, c’est aussi une artiste"...

    Les bonnes raisons de voir le film

    • Soko. Choisie par la réalisatrice Stéphanie Di Giusto avant même que les premières pages du scénario ne soient écrites, elle livre une performance physique et habitée, dans la peau d'une artiste jusqu'au-boutiste.
    • Les scènes de danse, véritables morceaux de bravoure où musique et mouvements de voiles se mêlent aux jeux de lumière.
    • Oubliez la cible des tabloïds, et même le nom de ses parents : Lily-Rose Depp est la révélation du film, souple, féline et provocante.

    Lily-Rose Depp sur les marches : une star est née ? 

     

    La revue de tweets

     

    La revue de presse

    • Bruno Icher / Télérama : "Parfaites en Isadora Duncan et Loïe Fuller, les deux actrices font la beauté du film de Stéphanie de Giusto (Un certain regard), malheureusement lesté de quelques lourdeurs narratives." Lire la critique complète
    • Pauline Gallard / Gala : "Di Giusto dresse un portrait touchant d’une artiste totale, peut-être un peu trop en avance sur son temps." Lire la critique complète
    • Philippe Azoury / Grazia : "Il y a quelque chose d'assez incroyable dans ce que dégage cette fille [Soko]. Elle ne masque aucun de ses défauts, mais au contraire les intègre dans la folie de son époque." Lire la critique complète

    A VOIR AUSSI

    >>> Soko : portrait d'une jeune actrice

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top