Mon compte
    Deadpool : Ryan Reynolds raconte son bras de fer pour donner vie au personnage
    15 nov. 2016 à 19:00
    Thomas Imbert
    Thomas Imbert
    -Chef de rubrique - Infotainment
    De la Terre du Milieu aux confins de la galaxie Star Wars en passant par les jungles de Jurassic Park, il ne refuse jamais un petit voyage vers les plus grandes sagas du cinéma. Enfant des années 90, créateur des émissions Give Me Five et Big Fan Theory, il écrit pour AlloCiné depuis 2010.

    Récemment interviewé par le magazine GQ, Ryan Reynolds a raconté comment il avait réussi à incarner l'anti-héros Deadpool sur grand écran : un rêve qu'il a mis 11 ans à réaliser !

    Twentieth Century Fox France

    11 ans ! C’est le temps qu’il aura fallu à Ryan Reynolds pour réussir à porter sur grand écran une adaptation de Deadpool digne de ce nom. L’anti-héros trash et irrévérencieux, le sale gosse des comic books Marvel que le grand public connait très bien depuis le mois de février a en effet dû patienter pour voir arriver son heure de gloire, et batailler pour convaincre les producteurs de son potentiel. Récemment interviewé par le magazine GQ, son interprète est revenu sur le bras de fer qu’il a mené pendant toutes ses années pour essayer de mener à bien son projet…

    C’est en 2007, après avoir déjà essayé de convaincre la Fox que les aventures de Deadpool devaient être adaptées, que Ryan Reynolds a obtenu sa première occasion d’interpréter le personnage dans X-Men Origins: Wolverine. En raison de la grève des scénaristes, il a cependant été obligé d’écrire lui-même les dialogues de l’anti-héros. Quant au traitement du personnage dans le film, il s’est avéré bien en-dessous de ses attentes :

    "Au début de ce film, on est assez proche du Wade Wilson de Deadpool – on en est vraiment pas loin. Mais on s’éloigne complètement des règles et de la raison et le personnage finit par devenir cette abomination de Deadpool qui ressemble à Barakapool avec sa bouche cousue, ses lames bizarres qui sortent de ses mains et ses étranges tatouages," raconte Reynolds.

    Twentieth Century Fox France

    Malheureusement pour lui, c’était à prendre ou à laisser : "A l’époque, les discussions ressemblaient à quelque chose comme ça : 'Si tu veux jouer Deadpool, voilà ta chance de l’introduire. Et si tu ne veux pas le faire de cette façon, nous trouverons quelqu’un d’autre pour l’incarner.'" se souvient l’acteur.

    Lorsque X-Men Origins: Wolverine a fuité sur Internet un mois et demi avant sa sortie et que les fans ont exprimé leur déception quant au traitement du personnage de Deadpool dans le film, Ryan Reynolds a été contacté pour retourner la fin du film. Mais là encore, ainsi qu'il le raconte, sa vision du personnage n’a pas été pleinement écoutée : "On m’a opposé un motif très plausible : ‘Nous n’avons pas le temps de développer un costume approprié pour faire de lui le Deadpool du comic, donc nous allons continuer comme ça.’ Mais je répondais, ‘Dans ce cas, ne le faites pas du tout !’"

    Après la sortie de Wolverine et devant les refus répétés de la Fox pour consacrer un long métrage entier à Deadpool, Ryan Reynolds a fini par accepter le rôle de Green Lantern en 2010 et s'est mis à développer un scénario de son côté, en collaboration avec Rhett Reese et Paul Wernick : une version légèrement édulcorée du Deadpool qu’ils avaient en tête, de façon à convaincre la production plus facilement. Devant les réactions positives des fans lorsqu’une vidéo test a été postée en ligne, la Fox a finalement décidé de financer le long métrage.

    Twentieth Century Fox France

    Pourtant, Ryan Reynolds n’était pas encore au bout de ses peines. En effet, ainsi qu’il l’expliquait à GQ, le tournage de Deadpool n’a pas été de tout repos et devant l’enthousiasme créatif de Tim Miller et des scénaristes, l’acteur a parfois été obligé de défendre sa vision : "(...) Il y a des choses que je maitrise très bien sur le ton et le personnage. Et c’est moi qui suis sur ce projet depuis le plus longtemps, hormis les gens qui ont travaillé sur les comics. Voilà onze ans que je pousse ce rocher de Sisyphe en haut de la colline et qu’il me retombe dessus. Alors je serai sur le coup d’un bout à l’autre."

    Même après le tournage, la production continuait d’émettre quelques doutes quant au produit final. C’est finalement grâce à Emma Watts, l’une des dirigeantes de la Fox, que le film a pu sortir tel que Reynolds l’avait voulu : "Elle nous a vraiment aidés à mettre en œuvre la version que nous voulions sortir sur les écrans. Et comme vous le savez, cette version est plutôt obscène," raconte l’acteur.

    Depuis sa sortie en février, Deadpool a récolté 780 millions de dollars de recettes à travers le monde, s’imposant comme l’un des plus grands succès de l’année. Un deuxième opus est déjà en préparation, et même si Tim Miller s’est détaché du projet, Ryan Reynolds est toujours sur le pont.

    En attendant de revoir Deadpool au cinéma, retour sur les gaffes du premier film avec la voix française du personnage…

    Faux Raccord N°155 - Les gaffes de Deadpool

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top