Notez des films
Mon AlloCiné
    Cannes 2018 – Ayka : "90% du scénario a été improvisé" révèle Sergei Dvortsevoy
    Par GJ — 18 mai 2018 à 17:28
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Première sélection en compétition officielle pour le cinéaste kazakh Sergei Dvortsevoy, lauréat du Prix Un Certain Regard en 2009 avec "Tulpan". "Ayka" raconte l’histoire d’une femme démunie qui vient d’accoucher.

    ARP Sélection

    Le documentariste Sergei Dvortsevoy est passé à la fiction en 2009 avec Tulpan, un premier long métrage directement sélectionné dans la compétition Un Certain Regard. Remarqué au point d’en remporter le Prix, le cinéaste est naturellement de retour en compétition officielle, cette fois, avec Ayka, son deuxième long métrage, qui s’attache à décrire la détresse d’une jeune accouchée, clandestine, qui n’a pas les moyens d’élever son bébé.

    Nous-mêmes ne savions pas ce qui allait lui arriver.

    248 enfants sont  abandonnés au Kirghizistan chaque année. C’est cette situation sociale qui a poussé le réalisateur à tourner son nouveau film. Pour Ayka, il a suivi son instinct avec, comme seul point de départ, cette héroïne qui se résigne à se séparer de son nouveau-né. " Nous-mêmes ne savions pas ce qui allait lui arriver. On en discutait chaque jour. Quatre-vingt-dix pour cent du scénario a été improvisé comme ça."

    Orange Médias
    Sergei Dvortsevoy et la comédienne Samal Yeslyamova.

    Une méthode de tournage qui devrait paniquer tout producteur, mais n’a pas impressionné Thanassis Karathanos, habituel collaborateur de Sergei Dvortsevoy : " Nous travaillons avec lui depuis des années, nous connaissons sa méthode de travail. Nous avions confiance : il avait besoin de temps et notre fonction, c’était de mettre ce temps à sa disposition."

    Un avis partagé par la comédienne principale que la caméra suit pendant presque tout le film et qui a dû tourner dans des conditions particulièrement rudes, dans le froid et sous la neige. Discrète en conférence de presse, Samal Yeslyamova a simplement ajouté : "Bien sûr, c’était compliqué. Mais dans ce cas présent, c’est essentiel de faire confiance à son réalisateur."

    Cannes 2018 - Un couteau dans le cœur : Vanessa Paradis traquée par un tueur dans le milieu porno gay

    Pourtant, le cinéaste kazakh n’avait nullement, au départ, l’intention de mettre ainsi son actrice à l'épreuve : "Au début, l’histoire devait se passer au printemps. (…) Il faut comprendre notre travail comme un laboratoire de création dans lequel pousse un arbre qui est notre film. On l’arrose tous les jours sans savoir comment il va grandir. Cette neige nous a dicté notre histoire. Le chef opérateur y voyait une dimension shakespearienne et c’est ainsi que Shakespeare s’est invité dans le film."

    ARP Sélection

    Ayka, qui trouve également sa place au rayon des films les plus féministes de la compétition 2018, brosse le portrait d’une héroïne sans ressource qui ne pourra pas surmonter la difficulté de s’occuper de son enfant. Mais le film ne juge pas son personnage principal, comme en témoigne la productrice Anna Wydra : "Quand j’ai vu le film pour la première fois, j’ai ressenti moi-même la douleur de cette femme. On ne peut pas la juger (...) Il n’y a pas de place pour un jugement quelconque. On se demande juste comment elle va survivre à sa condition sociale et physique. Ce n’est pas un film social qui incite au jugement. C’est un film sur la survie."

    Les réalisateurs ne s’interrogent pas toujours assez sur ce qu’ils viennent de tourner.

    Sergei Dvortsevoy n’a pas non plus oublié de saluer le courage de sa comédienne principale, qui a su jouer la douleur dans ces conditions et sans pouvoir s’appuyer sur un scénario préalable. Le film, à son propre aveu, est profondément imprégné des choix de Samal Yeslyamova en temps réel. "Je ne pars pas du dialogue. Pourtant, je sais écrire un scénario avec mes collaborateurs. Mais quand je capte un moment unique et vivant, j’en fais mon point de départ. Nous construisons un bâtiment brique par brique. Les réalisateurs ne s’interrogent pas toujours assez sur ce qu’ils viennent de tourner."

    Akya ne dispose pas encore d’une date de sortie française. Son éventuelle citation au Palmarès du 71ème Festival de Cannes sera déterminante pour l’exploitation du nouveau film de Sergei Dvortsevoy.

    L'intégralité de la conférence de presse d'Ayka au 71ème Festival de Cannes

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top