Notez des films
Mon AlloCiné
    Pose : tout sur la série 100% LGBTQ de Ryan Murphy qui va égayer votre été
    Par Jean-Maxime RENAULT (@J_M_Renault) — 3 juin 2018 à 17:21
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Canal + Séries entame la diffusion de Pose, la nouvelle série de Ryan Murphy qui réunit la plus grande distribution d’acteurs transgenres dans le New York queer et underground des années 80... et vous risquez d'adorer !

    De quoi ça parle ?

    Au coeur des années 80 à New York, alors que le luxe de l'ère Trump est en pleine émergence et que le SIDA commence à faire des ravages, Blanca Rodriguez sert de mère adoptive à de jeunes gays et trans issus de quartiers populaires qui rêvent de faire carrière dans le monde des arts. Elle les héberge, les conseille et les introduit à l'univers secret de la sous-culture LGBT. Ils forment une communauté soudée de néophytes et de parias qui tentent de trouver leur place dans un monde qui ne veut pas leur en faire une...

    Créée par Ryan Murphy. Avec Evan Peters, Kate Mara, James Van Der Beek, MJ Rodriguez...

    Dès le mercredi 6 juin à partir de 22h sur Canal+ séries à l'heure US

    Pose - saison 1 Bande-annonce (2) VO

     

    QUEER, BITCHY & FABULOUS

    Depuis la rentrée de septembre 2017, le prolifique producteur Ryan Murphy (Nip Tuck, Glee) nous a offert la saison 7 très politique d'American Horror Story, la saison 2 ultra queer de American Crime Story centrée sur le serial killer Andrew Cunanan et la 1ère saison de l'over ze top et spectaculaire 9-1-1 devenue un hit. Le voilà à nouveau sur le devant de la scène avec Pose, sa 4e série de la saison, qui marque aussi la fin de son règne sur la chaîne FX puisqu'il a récemment signé un deal avec Netflix où il proposera ses prochaines nouveautés telles que la comédie The Politician ou le prequel de Vol au-dessus d'un nid de coucou sur l'infirmière Ratched.

    Et il semble avoir décidé de se faire plaisir pour l'occasion ! Pose, qu'il a co-écrit et dont il a réalisé les deux premiers épisodes, rejoint nombre de ses obsessions avec pour ambition de raconter plusieurs segments de la vie new-yorkaise des années 80 et mettre en scène l’effervescence culturelle de l’époque, en passant par l’émergence d’une société du luxe jusqu’au quotidien dans les quartiers populaires, le tout à travers le prisme de la communauté LGBT chère à son coeur comme elle n'avait encore jamais été montrée jusqu'ici à la télé. Une plongée qui prend initialement des allures pédagogiques façon "les LGBT pour les nuls" afin de permettre au plus grand nombre de s'immerger plus facilement dans ce monde méconnu pourtant fascinant.

    La série démarre ainsi sur un coming-out relativement classique mais déchirant du jeune Damon, immédiatemment viré de chez lui par ses parents, pour nous entraîner petit à petit -le pilote dure tout de même 1h17 !- vers l'univers underground de la ball culture et nous introduire à des personnages gays et trans "fabulous", aussi extravagants qu'ils sont touchants, qui ne vont pas tarder à former une bande d'amis soudée face à l'adversité. Entre FameGLOW & l'émission Ru Paul's Drag Race, Pose se veut glamour et bitchy, queer et engagée, fun et "drama" et parvient à être aussi spécifique qu'universelle. Un pari osé et gagné, qui devrait égayer votre été !

    3 (AUTRES) BONNES RAISONS DE DEGUSTER POSE 

    - Vont défiler -parfois littéralement !- plus de 50 personnages issus de la communauté LGBTQ au cours de la 1ère saison de Pose. C'est un record absolu ! Selon une étude de GLAAD, spécialisé dans les statistiques liées à la représentation LGBTQ dans les médias, il y avait 58 personnages gays, lesbiens, bisesexuels, transgenres ou queers (soit 6.4%) sur 900 réguliers toutes séries américaines confondues en 2017. Grâce à Pose, ce chiffre devrait exploser !

    - La Ball Culture, voilà un univers méconnu, pour ne pas dire totalement ignoré, que la série nous propose de découvrir avec paillettes et panache ! Ce mouvement réunit des membres de groupes nommés "houses" qui s’affrontent dans des concours divers, notamment autour de la danse et de la mode. Dans Pose, deux "houses" s'affrontent, dont l'une est menée par la diva Elektra Abundance (Dominique Jackson). C'est notamment là qu'est né le voguing, cette danse émancipatrice popularisée par Madonna dans les années 80/90.

    - Du tube, vous en voulez ? Vous allez en avoir ! Le pilote les aligne à un rythme effrené, à tel point que l'on se demande presque ce qu'il va rester pour les épisodes suivants ! Mais n'ayons crainte, la ressource est inépuisable. Vous pourrez ainsi entendre le Running Up That Hill de Kate Bush -au cours d'une des intrigues les plus émouvantes réunissant Evan Peters et une prostituée trasnsgenre- le On The Radio de Donna Summer ou encore le I Wanna Dance With Somebody de Whitney Houston sur une audition géniale !

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • thieum2000
      Je pense que c'est qqch qui viendra petit à petit, comme avec les homos, mais oui tu as raison à 1000%. Après, je ne vois pas en quoi/qui en fait tout un flan en ce qui concerne Pose. Au contraire, le rédacteur d'Allociné s'amuse de voir que la proportion ne voudra plus rien dire grâce au cast d'une seule série.
    • G0M
      Non, simplement qu'a priori, la représentation des LGBTQ dans l'industrie du spectacle est plus ou moins la même que la représentation des LGBTQ dans la population. Les proportions étant respectées, pourquoi en faire tout un flan. Qu'en est-il par exemple de la proportion des handicapés dans cette industrie? Il s'agit là d'une population elle aussi victime de beaucoup de discrimination et pourtant on en parle peu voire pas.
    • thieum2000
      Je n'ai pas compris ta dernière phrase. Est-ce que t'es en train de dire qu'en raison d'un pourcentage ridicule, le cinéma/série/ou tout autre forme d'art divertissant, ne devrait pas s'attarder dessus ?
    • Alfred N.
      Bientôt la série AZERTYUIOP.Accrochez-vous !
    • chips493
      Désolé, je le croyais à cause de la série Queer as folk.
    • chips493
      Ça devient proprement caricatural.
    • G0M
      Je pense qu'il serait plus simple pour eux de dire non-hétéro. C'est triste mais à voir comme chaque année ils rajoutent une lettre à leur acronyme, on commence à comprendre quelle est la finalité de leur mouvement.Par ailleurs, l'article dit que C'est un record absolu ! Selon une étude de GLAAD, spécialisé dans les statistiques liées à la représentation LGBTQ dans les médias, il y avait 58 personnages gays, lesbiens, bisesexuels, transgenres ou queers (soit 6.4%) sur 900 réguliers toutes séries américaines confondues en 2017. Grâce à Pose, ce chiffre devrait exploser !On estime que la population LGBT représente entre 4 et 7% de la population totale en France. Si on considère que le ratio est équivalent outre-atlantique, je ne vois pas en quoi le chiffre de 6.4% mérite qu'on s'y attarde.
    • thieum2000
      Ca n'a surtout rien à voir.
    • thieum2000
      Bah à vrai dire, ils en sont à LGBTQQIP2SAA maintenant. Pour vrai ^^'
    • Shaigan
      LGBTQ : c'est moi ou ils rajoutent une lettre tous les ans ?J'imagine déjà dans 10 ans : tout sur la nouvelle série 100% LGBTQZPYNVFDRXM !!:P
    • Lauriane971
      Elle à l'air vraiment bien cette série, le sujet et intéressant et vu que c'est Ryan Murphy je sais qu'il sera bien traité sans clichés et stéréotypes. Et puis y a mon chouchou Evan Peters !
    • The Last Action Zero
      égayer ?... Vraiment ?... C'est Jean Roucas qui écrit vos jeux de mots ? :D
    • chips493
      Rajouter le Q à LGBT n'est-il pas doublon avec le G?
    Voir les commentaires
    Back to Top