Notez des films
Mon AlloCiné
    Darkest Minds : Rébellion : "Ce n’est pas seulement un film sur des gens avec des super-pouvoirs"
    Par Emmanuel Itier, propos recueillis à Los Angeles — 8 août 2018 à 05:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Adapté du roman à succès "Les Insoumis" d’Alexandra Bracken, "Darkest Minds : Rébellion" confronte super-ados et adultes dans un futur proche. Rencontre avec sa réalisatrice Jennifer Yuh Nelson et son héroïne, la révélation Amandla Stenberg.

    AlloCiné : Pourquoi autant de livres pour "jeunes adultes" sont-il adaptés au cinéma, selon vous ?

    Jennifer Yuh Nelson (réalisatrice) : Je pense que tous les jeunes, de par le monde, au début de leur âge adulte vivent la même remise en question existantialiste. Il s’agit pour eux de se chercher et de se trouver. Et surtout de savoir comment et où trouver leur place dans la société. C’est d’ailleurs le thème majeur de Darkest Minds : Rébellion. Chaque protagoniste tente de tracer son destin dans ce futur chaotique et incertain, d’autant qu’ils ont des pouvoirs qui représentent une menace pour ce monde totalitaire. Mais ici, nous nous sommes penchés sur l’amitié et l’espoir qui finit par unir nos héros. Ce film n’est donc pas aussi sombre qu’il en a l’air et j’espère au contraire qu’il apportera espoir et lumière aux jeunes qui iront le voir.

    Ce film n’est pas aussi sombre qu’il en a l’air.

    Est-ce que ce film parle aussi de la diversité au sein de notre société, un peu comme les films X-Men ?

    Oui, et cette diversité ethnique était au coeur du livre. Mais rien n’est forcé avec cette histoire, c’est juste le reflet, le miroir de la société dans laquelle nous vivons où chacun, de plus en plus, vient de pays et d’horizons différents. Je pense ainsi que les jeunes d’aujourd’hui sauront se retrouver dans nos personnages. Ce film c’est donc aussi un message humanitaire pour tenter de réunir ce qui semble être différent et séparé.

    2018 Twentieth Century Fox

    Je pense que les jeunes sauront se retrouver dans nos personnages.

    Vous êtes une femme et une réalisatrice de dessins animés à succès avec les "Kung Fu Panda" : "est-ce que cela fait une différence quand on met en scène un film live comme celui-ci ?

    En animation, on passe des années à tout planifier dans les moindres détails et donc c’est certain que ce sens de l’organisation et du détail fut important dans un film comme celui-ci, aux nombreuses scènes d’action et d’effets spéciaux. Sans doute mon côté féminin, qui est de rester calme et sereine, m’a aussi permis de ne pas paniquer face à ce défi de réaliser un film live action ! Venant de l’animation, je ne crie jamais "Action !" sur un tournage : je fais juste un geste de la main et ensuite mon premier assistant crie pour moi. J’ai une petite voix de toute façon, donc personne ne pourrait m’entendre sur une production aussi énorme ! (Rires)

    C’est un cri de liberté dans un monde aux portes du totalitarisme.

    C’est un film presque de super-héros ou en tout cas avec des héros ayant des super-pouvoirs : dans quelle mesure ce film se différencie des autres films du même genre ?

    Pour moi c’est un projet unique. Ce n’est pas seulement un film sur des gens avec des super-pouvoirs, mais un film sur l’amitié, sur l’adversité que l’on traverse en étant jeune pour trouver son rôle et sa place parmi nous. C’est aussi un cri de liberté dans un monde aux portes du totalitarisme. On peut donc sans doute y voir quelques parallèles avec ce qui se passe aujourd’hui… De plus, c’est un film qui montre que la jeunesse saura toujours trouver sa force intérieure, son pouvoir, pour faire barrage au totaliarisme et se battre pour la liberté. Plus que jamais, c’est un beau message pour nos jeunes et leur montrer qu’ils peuvent toujours prendre en main leur futur. Ils sont les maîtres de leur destin.

    Darkest Minds : Rébellion vu par Amandla Stenberg

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Masashi37
      Moi j'ai bien aimé... Tu l'as vu au moins ?
    • Alfred N.
      La pub commence bien : Adapté du roman à succès.Comment saborder le plan comm en 5 mots.
    • Guillaume B.
      Entre le bide historique aux USA, l'absence de popularité majeure de la saga (on est loin de la notoriété d'un Twilight ou Hunger games), la BA pas fameuse et les critiques on ne peut plus mitigées, je doute que ça fasse grosse impression en France aussi.
    Voir les commentaires
    Back to Top