Mon compte
    Connaissez-vous la scène préférée au cinéma d'Ahmed Sylla, héros d'Access ?
    7 nov. 2018 à 22:30
    Brigitte Baronnet
    Passionnée par le cinéma français, adorant arpenter les festivals, elle est journaliste pour AlloCiné depuis 10 ans. Elle anime le podcast Spotlight.

    Ahmed Sylla, héros de la série "Access", diffusée ce soir sur C8, décrypte pour nous la scène de fin de Usual Suspects pour notre rubrique "Ma Scène préférée".

    "J'aime bien les films qui vous mènent en bateau !" Dans le cadre de notre rubrique Ma Scène préférée, Ahmed Sylla a choisi de nous parler de la scène de fin de Usual Suspects. Attention, cette vidéo contient des spoilers.

    L'histoire de Usual Suspects (1995) : Une légende du crime contraint cinq malfrats à aller s'acquitter d'une tâche très périlleuse. Ceux qui survivent pourront se partager un butin de 91 millions de dollars.  

    Ahmed Sylla est le héros de la série Access diffusée sur C8 et est actuellement à l'affiche de Chacun pour tous :

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Rastan
      euh..Je connais pas Ahmed Sylla...Du coup ,j'ai pas envie de connaitre sa scène préférée.
    • Sicyons
      De la part de la nouvelle génération d'acteurs issus de Vendredi Tout Est Permis, dans une new Allobedia, qu' attendre d'autre ?
    • G0M
      Sa scènes préférée est la fin de Usual suspect, on peut donc qu'il apprécie le café de chez Starbucks, les Audi noires et les smartphones Apple. Un jeune homme plein de surprise et de profondeur.Sinon, appeler ça un décryptage de scène? Sur moins de deux minutes de video on a presque une minute d'extrait. Tout ce que ce jeune homme sait nous dire c'est Ouah quand tu comprends que c'est lui c'est juste ouf. Sinon j'adore Denzel. La relève du cinéma français est là et bien là.
    • bastien2804
      perso je m’en fou
    • Hareng rouge
      comme c'est original ;-)Il aurait au moins pu dire la fin de scary movie
    • ScaarAlexanderTrox
      Ah ouais, on touche quand même dans l'hyper-spécifique, là.
    Voir les commentaires
    Back to Top