Mon AlloCiné
    Cannes 2019 - Mati Diop, première réalisatrice noire en Compétition : "Ce que représente ce symbole, ça ne m'appartient pas"
    Par Maximilien Pierrette - Propos recueillis le 16 mai 2019 à Cannes — 17 mai 2019 à 18:35

    Grâce à "Atlantique", Mati Diop est devenue la première réalisatrice noire à présenter un long métrage en Compétition au Festival de Cannes. Peu de temps après une projection riche en émotion, elle est revenue sur cet événement à notre micro.

    Les films du bal

    Ce jeudi 16 mai 2019, les spectateurs ont pu vivre un moment clé de l'Histoire du Festival de Cannes, puisque Mati Diop est officiellement devenue la première femme noire à présenter un film en Compétition, Atlantique en l'occurrence. Une séance hautement symbolique, qui a valu à la cinéaste une standing-ovation alors qu'elle entrait, fière, dans la salle du Grand Théâtre Lumière. Peu de temps après la séance, lorsque nous la rencontrons, elle garde pourtant la tête froide par rapport à son statut : "Ça n'est pas une chose à laquelle je pense tous les jours", nous dit-elle. "Je suis évidemment très consciente du symbole et de la dimension inédite de tout ça."

    "J'y pense à la fois beaucoup et pas du tout : quand j'ai appris que le film allait en Compétition, j'étais encore en train de le fabriquer car j'étais en pré-mixage. Le cinéma c'est une chose très concrète, c'est très loin du monde des contes de fées. C'est un travail extrêmement prenant, difficile. Ce que représente ce symbole, quelque part, ça ne m'appartient pas. J'en suis consciente et très heureuse. Si je peux, au moins pour les personnes qui seront sensibles à mon film, représenter, aussi bien du côté féminin que de mes origines africaines, une figure qui est là, tant mieux. Mais je n'y pense pas tous les jours."

    La veille, une spectatrice avait salué à notre micro Les Misérables de Ladj Ly, également en Compétition, pour sa manière de représenter l'évolution de la société métissée. Ce à quoi Atlantique correspond également : "Quand j'ai su qu'il était en Compétition avec moi, je me suis sentie moins seule. Il est français d'origine malienne, moi française d'origine sénégalaise, et il a raconté son histoire ici en France, et moi à Dakar, mais il est évident que l'on fait partie d'une génération métissée traversée par deux cultures et en dialogue avec ces deux-là, et particulièrement sensible aux rapports de la France avec ses anciens pays colonisés. C'est sûr que ce sont des choses qui nous travaillent, qui ne peuvent que nous travailler et nous préoccuper. Et je suis vraiment contente que mon film ne soit pas le seul à incarner cela."

    Mati Diop parviendra-t-elle à marquer un peu plus l'Histoire en inscrivant son nom au palmarès de cette 72ème édition avec Atlantique ? Réponse le samedi 25 mai au soir. Et pour découvrir le long métrage, il faudra patienter un peu car sa date de sortie n'a pas encore été fixée.

    Atlantique EXTRAIT VO "L'océan"
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • HighKey
      Lol première réalisatrice métisse plutôt. Bon, c’est déjà la moitié. Allez on continue comme ça et on en auras une entièrement noir peut être...
    Voir les commentaires
    Back to Top