Notez des films
Mon AlloCiné
    Doom Patrol : quel bilan pour la série DC ?
    Par Corentin Palanchini — 27 mai 2019 à 18:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Complètement barrée, déconcertante, "Doom Patrol" s'est terminée vendredi. Mais que valaient vraiment les 15 épisodes de la série DC ?

    DC Universe
    Toujours plus de révélations

    "Que fait une famille qui comprend qu'elle n'est pas une famille mais juste des rats dans des cages ?" déclare M. Nobody à Niles "Chef" Caulder. C'est une excellente question qu'avait laissé en suspens l'épisode précédent dans lequel nous apprenions que les membres de la Doom Patrol ont été créés par Chef. Dans le final, ce dernier leur avoue qu'ils ne sont qu'une expérience ratée dans sa quête visant à atteindre les secrets de l'immortalité. Il a provoqué chacun des événements qui ont fait de la Doom Patrol ce qu'elle est aujourd'hui.

    Conséquence immédiate : le groupe abandonne son "Chef" et six mois s'écoulent. Mais c'est après ce laps de temps que Niles a de nouveau besoin de la Doom Patrol pour protéger sa fille, que M. Nobody a capturée. Il parvient avec difficulté à les convaincre de l'aider, chacun ayant des raisons légitimes de vouloir les abandonner toutes deux à leur destin. Sauf que cette fille aurait des pouvoirs ultra-puissants qui ne sont pas à mettre entre toutes les mains.

    DC Universe
    La Doom Patrol avec "Chef"

    L'épisode propose également une série de flashbacks montrant Caulder fomentant de faux accidents pour faire subir aux futurs Robotman, Elasti-Girl ou Negative Man ses terribles expériences. Clin d'oeil, l'une de ses scènes se déroule à S.T.A.R. Labs, entreprise scientifique célèbre des comics, que les spectateurs peuvent aussi voir dans la série The Flash. Une scène s'y trouve, entre Silas Stone (père de Cyborg) et Chef, dans lequel le premier reproche au second ses expériences et ses méthodes. On retrouvera un autre clin d'oeil aux comics avec l'identité de la fille de Caulder, voir plus bas.

    Un cafard et un rat se roulent une pelle !

    En parallèle, dans la dimension blanche qu'il contrôle, Nobody s'allie à Amiral Whiskers, un rat vu dans l'épisode 7 (s'en prenant à Robotman) et Ezekiel, un cafard aperçu dès le deuxième épisode de la saison. Pour la petite histoire, le cafard devait être un méchant de la série Supernatural mais ne fut jamais utilisé. Les gens de chez DC trouvaient l'idée géniale et demandèrent au scénariste Jeremy Carver (créateur de Doom Patrol) de l'inclure à la série. Ezekiel et Whiskers apparaîssent en mode Kaijū et hors de contrôle pour combattre la Patrol.

    Dès lors, le show nous offre les scènes délirantes auxquelles il nous a habitué depuis son lancement. Nobody est au fond du trou en constatant qu'un rat et un cafard l'ont écarté du pouvoir, le rat géant mange Robotman et le quatrième mur est une nouvelle fois brisé. Car Nobody s'accapare le récit et prend le contrôle de l'intrigue de l'épisode en prenant sa voix de narrateur. Il commence à dicter aux deux monstres quoi faire et cela fait gagner du temps à Jane, qui peut aller libérer la fille de Caulder.

    DC Universe
    Alan Tudyk en plein craquage du 4ème mur
    La Doom Patrol se renforce

    La fille de Chef s'avère être Dorothy Spinner, personnage des comics capable de donner vie au fruit de son imagination. Elle est introduite dans ce final dans le but d'être ajoutée à la bande en saison 2. Les possibilités visuelles avec un tel personnage sont illimitées et on imagine sans peine que les scénaristes vont s'en donner à coeur joie.

    A noter que parmi ses amis imaginaires, Dorothy crée dans les comics un faux Robotman, ce qui peut donner lieu à une intrigue très sympa. Candlemaker, un égrégore particulièrement dangereux est une autre présence rôdant autour de la jeune Dorothy et elle aussi aurait toute sa place dans une saison 2, si saison 2 il y avait.

    Bob Mahoney / 2018 Warner Bros. Entertainment Inc.
    Robotman

    Enfin, la brique sur laquelle termine les personnages porte un nom, Danny Brick Company, une référence à un arc des comics dans lequel Danny the Street -une rue consciente- est réduite à la forme d'une unique brique. Sera-t-elle exploitée ?

    Quel bilan ?

    Sur ses 15 épisodes, Doom Patrol aura connu un peu de déchet et de remplissage mais contient de vrais morceaux de bravoure qui la classe immédiatement dans la catégorie des séries de super-héros les plus folles du moment ! Nobody apporte un aspect "deadpoolien" en brisant le quatrième mur (dans le final, il lit des critiques de Doom Patrol !) et le fait qu'il puisse influer sur la réalité lorsqu'il passe en mode narrateur est une excellente idée. Ici, personne ne cherche à justifier les scènes décalées ou purement comiques, tout est assumé et rien n'arrête les scénaristes, qui repoussent à chaque épisode les limites du raisonnable, comme seule avait su le faire avant elle Legends of Tomorrow.

    Côté personnages, cette saison était celle de l'acceptation pour les membres de la patrouille. Chacun est devenu quelqu'un de meilleur en arrivant à dépasser sa condition physique ou mentale particulière pour mieux vivre au quotidien. Certains auront encore du pain sur la planche, comme Crazy Jane ou Robotman, mais ils ont commencé à prendre du recul sur leur état et dans ce final, sont même devenus des héros en savant Dorothy ! Le final laisse l'équipe miniaturisée à l'exception de Negative Man, ce qui pourrait donner un épisode façon Ant-Man au début de la saison 2.

    Notre bilan de "Titans"

    Chez AlloCiné, nous avions déjà bien accroché à Titans et Doom Patrol, dans un autre genre, a mis la barre un peu plus haute encore. Nous sommes d'autant plus impatients de découvrir Swamp Thing, la prochaine série de la plateforme DC. Que nous réservent les aventures de cette créature du marais ? Quel ton bien à lui aura cette nouvelle exploitation du catalogue DC ? Réponses dès la semaine prochaine puisque la série commence vendredi aux Etats-Unis. Doom Patrol n'a pas encore de diffuseur français. Allô Netflix ?

    Le teaser de l'épisode 13 bien représentatif du ton de la série :

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Justice Prime
      J'ai adoré tout du long . Le designs artistique de la série , les personnages haut en couleurs et ses folles idées à chaque épisode . Très bien passé pour moi , j’espère une 2em saison très vite .
    Voir les commentaires
    Back to Top