Mon compte
    Coppola : il descend les films Marvel et répond à "l’étudiant" Alain Chabat au Festival Lumière
    Par Clément Cusseau — 21 oct. 2019 à 11:04

    Auréolé du prix Lumière 2019 ce week-end à Lyon, Francis Ford Coppola s’est adressé à la génération des cinéastes de demain mais également approuvé les propos de Martin Scorsese à l’encontre des films Marvel.

    Laurent Cipriani/AP/SIPA

    La semaine passée, la capitale internationale du cinéma était à Lyon alors que le festival Lumière recevait de prestigieux invités parmi lesquels la présence du légendaire cinéaste Francis Ford Coppola. Accueilli à bras ouverts par la ville, ce dernier a livré une masterclass publique qu’il a souhaité construire comme un échange ouvert avec la jeune génération, puis tenu une conférence de presse où ont été abordés divers sujets comme le statut de son prochain film Megalopolis mais également les récents propos de Martin Scorsese à l’encontre des films Marvel. 

    Un prix dédié à la jeunesse

    C’est dans un théâtre des Célestins plein à craquer que Francis Ford Coppola a livré sa très attendue masterclass, ou plutôt sa rencontre avec le public puisque le prix Lumière 2019 a en effet personnellement tenu à ce que son intervention s’articule comme un échange avec le public, invitant notamment de jeunes étudiants en cinéma à lui poser des questions autour de thèmes précis, comme l’écriture, la réalisation, la direction d’acteurs…

    Parmi les premiers à avoir levé la main pour interroger le maître, un Alain Chabat quelque peu intimidé à l’idée de glaner quelques conseils de réalisation au réalisateur du Parrain (voir vidéo ci-dessous).

    "L’écriture et le jeu d’acteurs sont pour moi les deux piliers du cinéma. Un film peut être beau, bien filmé, mais cela ne sera pas forcément un bon film, c’est pourquoi il est primordial selon moi d’avoir l’un ou l’autre de ces aspects, et même les deux. Parfois, un producteur peut avoir de l’influence sur un tournage, quand les contraintes budgétaires obligent un réalisateur à se focaliser sur son scénario et son travail avec les comédiens."

    "Je déteste cette expression ‘ce réalisateur a su tirer cette performance de son comédien’. C’est tout à fait incorrect : le réalisateur a certes aidé son acteur, mais la performance ne vient que du talent de l’acteur. Le travail du réalisateur consiste à s’adapter à chaque type d’interprète, en tenant compte de leurs spécificités, leurs failles etc. Certains acteurs sont bons dès la première prise, d’autres ont besoin d’en tourner vingt, il faut alors espérer ne pas réunir ces deux profils dans une même scène. Le réalisateur ne fait que préparer le terrain et offrir à ses acteurs les meilleurs conditions possibles de tournage, rien de plus..."

    "Apprendre est un grand plaisir de la vie. Apprendre ne fait pas grossir, ne rend pas malade, et on peut apprendre sans modération et risquer de se faire gronder par sa femme. Je ne connais pas d’autre plaisir équivalent, à part peut-être celui d’écouter de la musique."

    "On peut accepter une commande comme je l’ai fait avec Le Parrain, et il est tout à fait possible de se l’approprier pour en faire une œuvre personnelle. Mais je doute que ce serait quelque chose qu’il me serait possible de faire par le biais d’une série."

    "Les cinéastes de San Francisco (lui-même, George Lucas, Philip Kaufman…) sont à l’origine de deux révolution majeures dans l’Histoire du cinéma. Tout d’abord, l’importance accordée au son avec des artistes comme Walter Murch et la création du studio Dolby qui nous a permis à l’époque de compenser par le son ce que nous n’avions pas les moyens de montrer à l’écran. Puis l’arrivée du digital par le biais notamment de George Lucas, qui a estimé qu’il était plus avantageux de tourner en numérique qu’en pellicule, car il est très cher de convertir les images pour monter les films numériquement. La transition s’est d’abord faite par le son, puis les images, et désormais les films sont pour la plupart projetés en numérique."

    Son avis sur les films Marvel

    "Les propos de Martin Scorsese ont été sortis de leur contexte. Mais lorsqu’il dit que les films Marvel s’apparentent davantage à des parcs d’attraction qu’à du cinéma, alors je dois dire que je suis d’accord avec lui. (…) Je dirais même que Martin Scorsese a été très indulgent dans ses propos, car moi je qualifierais ces films d’abjects."

    Il y a dix ans déjà, Francis Ford Coppola dressait un constat pessimiste de l'industrie cinématographique dans l'entretien-fleuve qu'il nous avait accordé :

    Francis Ford Coppola, Brian De Palma, George Lucas, Martin Scorsese, Steven Spielberg Interview  21/12/2009
    Megalopolis, une ambitieuse utopie

    "J’ai commencé l’écriture du script de Megalopolis il y a vingt ans de cela. Je voulais écrire une authentique utopie, qui matérialiserait mon idée du paradis sur Terre. En 2001, j’ai commencé les prises de vues mais le tournage s’est arrêté à cause des attentats du 11 septembre car il me paraissait alors impossible de tourner un film autour de ce thème dans un tel contexte. Au cours de l’Histoire, beaucoup de régimes ont tenté des expériences sociales, mais cela s’est toujours fini dans le sang comme récemment en Chine et en Ukraine. Je me suis dit qu’en imaginant une utopie sous forme de film, il n’y aurait pas de dommage collatéral et que cela pourrait plus facilement inspirer le public."

    "Megalopolis sera mon film le plus ambitieux, encore davantage qu’Apocalypse Now, à l’instar des films Marvel, bien que je ne dispose pas des mêmes moyens qu’eux. En 2001, j’avais commencé le tournage avec une petite équipe pour tourner des plans qui donneraient une idée visuelle du résultat que je souhaite reproduire. Depuis cette époque, ma vision n’a pas changé et j’ai récemment achevé un script qui se rapproche grandement du résultat que j’attends pour raconter cette histoire."

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Bacta142.
      En vrai qu'un film soit populaire n'est pas une preuve de qualité. On peut donc le critiquer et critiquer également le public qui l'apprécie en masse d'ailleurs, si on trouve que c'est mauvais. Il n'y a pas de respect qui tienne (comme dirait l'autre).
    • cyril b.
      il y a u le même genre de taulé avec le cinéma parlant les Western et série B rien de nouveau en somme...
    • cyril b.
      non il aurait bosser sur the Boiz^^
    • cyril b.
      tout comme l'age d'or des Western ou des série B et le cinéma à survécu que je sache?? Tous ça n'est rien qu'un débat stérile car au fond ce n'est qu'une mode !!
    • cyril b.
      non mais on peux pas faire comme si il ne l'étaient pas voila le truc^^
    • cyril b.
      non pour copola et c'est justement ce qu'il dénonce
    • cyril b.
      des gens qui utilisent leurs cerveaux!! voila qui...
    • Hervé B.
      Oui je te l'accorde, mais c'est le public qui décide .
    • Awshit
      qui va lire ton pavé ? pas moi
    • Pierre D
      donc ce n'est pas 100% s'il y a sauf lol (humour)La finalité est de faire réfléchir dans certains cas (art non figuratif en peinture), émerveiller (sauf erreur de ma part, il n'y a pas non plus qu'un public, et petits et grands trouveront largement leur compte dans nombre de production DIsney dans ces termes), divertir (et là encore le divertissement, avec toute bonne foie gardée est largement au rendez-vous dans les production Disney et donc Marvel). La vérité est que nombre de cinéaste à l'ancienne voient dans ces productions une popularité qu'ils n'ont jamais eu ou rarement et ponctuellement, ils y voient aussi une forme de progressisme qu'on est en droit de ne pas apprécier mais qui ne correspond en rienavec ce qu'lls ont réalisé. Je trouve bien rétrograde de se cantonner à des qualificatifs fort et lourds de rancoeur comme abjecte (peu respectueux finalement de la large majorité n'en déplaisent ceux qui ont su apprécier et apprécieront encore ces productions à grand spectacle, tout comme je trouve très limitée cette dichotomie très souvent prônée par une pseudo intelligencia du 16ème arrondissement et relayée dans les colonnes de Télérama. lol
    • Pierre D
      C'est fortement méconnaître l'étendu des production Disney. Dites moi que La Couleur Pourpre de Spielberg n'est pas du cinéma quand c'est produit entre autre par Disney à travers sa société Buena Vista. C'est ségrégation bien limitée fait oublier - comme Coppola et Scorsese, 2 monstres sacrés du Cinéma souvent avec des moyens énormes (NDLR Casino et bienôt Megalopolis à en lire les déclarations) certes pour l'époque - que le cinéma est un art, que l'art sp'apprécie avec des yeux et des avis différents étant donné précisément qu'il n'y a pas qu'un style d'art. Mais la finalité est de faire réfléchir dans certains cas (art non figuratif en peinture), émerveiller (sauf erreur de ma part, il n'y a pas non plus qu'un public, et petits et grands trouveront largement leur compte dans nombre de production DIsney dans ces termes), divertir (et là encore le divertissement, avec toute bonne foie gardée est largement au rendez-vous dans les production Disney et donc Marvel). La vérité est que nombre de cinéaste à l'ancienne voient dans ces productions une popularité qu'ils n'ont jamais eu ou rarement et ponctuellement, ils y voient aussi une forme de progressisme qu'on est en droit de ne pas apprécier mais qui ne correspond en rienavec ce qu'lls ont réalisé. Je trouve bien rétrograde de se cantonner à des qualificatifs fort et lourds de rancoeur comme abjecte (peu respectueux finalement de la large majorité n'en déplaisent ceux qui ont su apprécier et apprécieront encore ces productions à grand spectacle, tout comme je trouve très limitée cette dichotomie très souvent prônée par une pseudo intelligencia du 16ème arrondissement et relayée dans les colonnes de Télérama. lol
    • Dr. La Peloche
      Au temps pour moi ! ^^'Mais on est jamais vraiment sûr ici...
    • Awshit
      pour toi disney ça serait le paysan de l'histoire ?je ris
    • Awshit
      le cinéma d'un coté, disney de l'autrec'es tout vu
    • Dumdumboy
      le ;-) en fin de message sous-entendait la présence de second degré dans mon message ^^
    • Desman
      100% d'accord avec lui, Du début à la fin, sauf sur le terme abject qui est mal choisi. Mais j'ai l'impression que certains ne comprennent pas correctement ses propos ou ceux de Scorsese, peut-être aussi parce que la presse française se contente d'extrait courts sortis de leur contexte et pas toujours bien traduits. En cherchant un peu les propos originaux on voit qu'ils regrettent surtout l'évolution des franchises Marvel et que certaines soit devenues des machines de production à la chaîne, avec un film par an maintenant pour certaines... Bref il n'y a plus aucun effort ou recherche artistique. Personnellement j'avais beaucoup aimé les films des débuts Spiderman, Iron Man, etc. Il y avait de la poésie et de l'émotion dans ces films. Je ne retrouve rien de cela dans les dernières productions. C'est un peu comme les fans pur et dur de Star Wars, si on leur demande ce qu'ils pensent des 2 derniers films...
    • Bacta142.
      Les super-héros sont un genre à part.
    • Kévin J
      Mais même si il le voulait jamais Disney ne les engagerait. Se serait des enchaînements de conflit artistique et les réalisateurs finirai par claqué la porte comme Sam Raimi.C'est pour ça qu'il engage que des jeunes réalisateurs, car ils savent qu'ils diront oui monsieur à tout
    • Kévin J
      Oui mais c'est devenu lassant.Pour moi le problème c'est que c'est devenu trop tout public.Avec les gags parfois trop lourd (Thor qui passe pour le bouffon de service dans son troisième film). Scènes de combat ultra violant sans aucune trace de sang. Et il n'y a plus vraiment de messages.Par exemple dans expandables même si c'est un pur film d'action, y avait quand une histoire celui de la rédemption
    • Kévin J
      Venant de quelq'un qui a aussi produits et réalisé des blockbusters. C'est un peux hypocrite de sa part
    Voir les commentaires
    Back to Top