Notez des films
Mon AlloCiné
    Mental : que vaut la nouvelle série de FranceTV Slash sur la santé mentale des jeunes ?
    Par Thomas Desroches Thomas Desroches (@ThomDsrs) — 25 oct. 2019 à 05:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Après SKAM, FranceTV Slash lance sa nouvelle série, Mental, qui s'intéresse aux problèmes psychiques chez les adolescents. Dix épisodes seront disponibles à la demande dès le 25 octobre.

    Jean-Philippe Baltev/FTV

    DE QUOI ÇA PARLE ?

    À 17 ans, Marvin est plus habitué aux gardes à vue qu'aux bancs du lycée. Suite à une décision de justice, le jeune homme rejoint le service pédopsychiatrique des Primevères. Mais ce qu'il pensait être un court séjour va finalement devenir un internement de plusieurs semaines. Face à l'incompréhension et la colère qui le ronge, le nouveau patient va tisser un lien qui changera sa vie avec trois de ses camarades : Mélodie, Simon et Estelle. 

    Mental, réalisé par Slimane-Baptiste Berhoun et écrit par Marine Maugrain-Legagneur et Victor Lockwood.

    Disponible le 25 octobre sur FranceTV Slash - Épisodes vus : 6

    À QUOI ÇA RESSEMBLE ?

    Mental - saison 1 Bande-annonce VF

     

    C'EST AVEC QUI ?

    C’est Constantin Vidal, aperçu dans Un peu, beaucoup, aveuglement de Clovis Cornillac, qui incarne l’impulsif Marvin. Prochainement, l’acteur sera au cœur de plusieurs projets (la série Mortel sur Netflix et L'Été nucléaire aux côtés de Shaïn Boumedine (Mektoub My Love)). Sous les traits de Simon, Louis Peres fait ici ses premiers pas dans une série télévisée et jouera dans Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal, attendu en octobre 2020. Alicia Hava, aperçue dans L'Apparition de Xavier Giannoli avec Vincent Lindon, interprète l'excentrique Mélodie et Lauréna Thellier joue, quant à elle, le rôle d'Estelle. L'actrice est apparue dans le thriller d'Érick Zonca, Fleuve noir, et sera à l'affiche de K Contraire avec Sandrine Bonnaire, le 22 janvier 2020. Du côté du personnel médical, on retrouve Riad Gahmi ou encore l'actrice et humoriste Nicole Ferroni dans la peau d'une psychologue.

    ÇA VAUT LE COUP D'ŒIL ?

    Diffusée en 2016, la série finlandaise Sekasin s'intéressait au quotidien d'un groupe d'adolescents entre les murs d'un asile psychiatrique. En adaptant le feuilleton en France sous le nom de Mental, FranceTV Slash espère réitérer le succès de SKAM et parler aux jeunes à travers des sujets de société. Un défi que le programme, primé au dernier Festival de la Fiction de la Rochelle, relève haut la main. Dès les premières minutes, les téléspectateurs sont introduits dans cet univers clinique à travers le point de vue de son héros principal, Marvin. Un jeune homme rebelle et impulsif qui n'est pas sans rappeler le McMurphy de Jack Nicholson dans Vol au-dessus d'un nid de coucou, de Miloš Forman (film avec lequel la série cumule les ressemblances). 

    Bien qu'elle soit destinée à un public adolescent, Mental ne se complaît pas dans la facilité et traite ses sujets à bras-le-corps. Là où SKAM parlait ouvertement de l'homosexualité et de la discrimination religieuse, les souffrances psychiques des jeunes sont ici mises à nu : bipolarité, dépression, trouble de l'attachement ou encore schizophrénie... Des thèmes tabous (et universels) abordés avec une certaine pointe d'humour et sans jamais tomber dans le pathos, piège pourtant difficile à éviter dans ce type d'exercice. À l'image de la série-événement 13 Reasons Why ou de Atypical sur Netflix, Mental donne la possibilité à des jeunes isolés de se sentir visibles et entendus (selon l'UNICEF, 70% des adolescents en "souffrance psychologique" cachent leur problème par honte). 

    L'autre principale force du feuilleton réside dans l'interprétation de ses comédiens. Au fil des épisodes, les acteurs laissent apparaître leur talent dans un jeu nuancé, aidés par l'écriture efficace des deux scénaristes, Marine Maugrain-Legagneur et Victor Lockwood. Si toute la jolie bande parvient à insuffler beaucoup d'humanité et de complexité à l'histoire, Lauréna Thellier (Estelle) et Louis Peres (Simon) tirent leur épingle du jeu grâce à des personnages attachants : une fille réservée qui communique avec son hibou en peluche pour la première et un jeune homme bisexuel à la personnalité borderline pour le second.

    Dès lors, la série est-elle pour autant exempte de défaut ? Pas vraiment. On peut regretter la courte durée des dix épisodes de la saison (vingt minutes en moyenne seulement) et des intrigues courageuses trop vite expédiées (comme celle d'une aide-soignante qui maltraite l'un de ses patients). Pour autant, le bon traitement de la santé mentale et l'excellente distribution d'acteurs font de cette première saison un succès. On espère désormais retrouver ces personnages au plus vite.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top