Mon compte
    Irresponsable : 3 raisons de rattraper la comédie attachante d'OCS
    5 déc. 2019 à 18:00
    Julia Fernandez
    Julia Fernandez
    -Journaliste Séries TV
    Elevée à « La Trilogie du samedi », accro aux séries HBO, aux sitcoms et aux dramas britanniques, elle suit avec curiosité et enthousiasme l’évolution des séries françaises. Peu importe le genre et le format, tant que les fictions sortent des sentiers battus et aident la société à se raconter.

    La troisième et ultime saison de la série créée par Frédéric Rosset débute ce jeudi 5 décembre sur OCS. L'occasion de (re)découvrir cette petite pépite de comédie à la française unique en son genre.

    OCS

    Julien (Sébastien Chassagne), le trentenaire oisif et immature qui squattait encore sa chambre d'ado chez sa mère, a bien changé en trois ans : après avoir retrouvé son amour de jeunesse, Marie (Marie Kauffmann), et découvert l'existence de son fils de quinze ans, Jacques (Théo Fernandez), son quotidien a été sérieusement bousculé. Désormais, Marie et Julien se sont remis en couple et, suite à une série de péripéties, vivent désormais à quatre sous le même toit avec leur fils... et Sylvie (Nathalie Cerda), la mère de Julien. Mais lorsque ce dernier décide de partir à l'autre bout du monde après le bac, leur fragile équilibre de famille recomposée bascule...

    Cette saison, chapitre final du parcours initiatique de Julien et de ses proches, apporte une douce conclusion aux trajectoires de cette joyeuse bande iconoclaste. Tandis que notre éternel galérien apprend bon gré mal gré à faire passer le bonheur de ses proches avant le sien en se découvrant une alter-ego inattendue, Marie parvient enfin à se défaire du bon vouloir des autres pour tracer sa route, Jacques donne une leçon de maturité à ses parents, et Sylvie apprend à gérer sa peur de la solitude. De vraies séquences d'émotion jaillissent ainsi au détour d'un gag, et achèvent de nous convaincre qu'Irresponsable est peut-être l'une des séries françaises incontournables de ces dernières années.

    Parce qu'elle est la première série de "loser" à la française

    Une page se tourne. Première série issue de l'école de la Fémis (célèbre école de cinéma qui s'est dotée d'une formation séries TV depuis 2013), Irresponsable a fait souffler un vent de fraîcheur sur les comédies françaises. Son humour potache, parfois cru, qui laisse aisément place à l'émotion la plus sincère, permet de traiter le sujet rebattu du passage à l'âge adulte avec un ton moderne et réaliste quasiment inédit dans les fictions françaises. La création originale OCS, véritable pépinière de jeunes talents, donne carte blanche aux auteurs pour leurs séries, tout en devant respecter une contrainte de budget limité. Cette liberté, moins conciliable sur les grandes chaînes, permet à Irresponsable d'aller parfois très loin dans l'humour trash, la nonchalance de son héros l'entraînant bien souvent malgré lui dans des situations embarrassantes, impliquant des substances illicites partagées avec son fils, des conseils désastreux sur sa vie sentimentale, ou encore des séquences de masturbation mémorables qui placent la série en digne héritière des films de Judd Appatow ou des frères Farelly - en réussissant toujours à trouver ce ton doux-amer si particulier qui la caractérise. 

    Parce qu'elle rassemble des acteurs prometteurs 

    Sébastien Chassagne (qu'on retrouvera prochainement dans Une Belle Histoire sur France 2) et Théo Fernandez, découvert dans Les Tuche et qui tient actuellement le rôle de Julien de la Ferté dans Le Bazar de la Charité, forment un duo père/fils incongru, le plus responsable des deux n'étant pas toujours celui auquel on s'attend selon les situations données. Le premier habite la série de sa force comique tout au long des trois saisons, tout en apportant une vraie sincérité à ce personnage de trentenaire immature . Le second, âgé de seulement vingt-et-un ans, cumule déjà les rôles de premier plan, en prenant à contre-pied son apparence d'adolescent lunaire. Quant à Marie Kauffmann, dont la réserve du personnage finit enfin par exploser de manière jouissive dans cette saison, on la retrouve actuellement dans l'Effondrement, série anthologique de Canal+ sur le bouleversement de la société lorsque les ressources primaires viennent à manquer.

    Parce que vous n'avez pas fini d'entendre parler de son créateur

    Frédéric Rosset, le créateur de la série (qu'il coécrit avec sa soeur, Camille Rosset) n'a pas chômé en dehors d'Irresponsable, puisqu'il a notamment signé un épisode des Bracelets Rouges, lancée sur TF1 en 2018, puis coécrit l'épisode final de la saison 3 de Dix pour cent avec Fanny Herrero avant de reprendre le flambeau de l'écriture des arches narratives de la saison 4 à venir, aux côtés de Vianney Lebasque et Victor Rodenbach. Il travaille actuellement à l'écriture de la seconde saison d'Une Belle Histoire, prochaine série de Frédéric Krivine (le créateur d'Un Village Français), dont la saison 1 sera prochainement diffusée sur France 2... et dans laquelle on retrouve un certain Sébastien Chassagne dans le rôle principal. Un moyen de continuer à collaborer avec son acteur fétiche ? Une chose est sûre : les séries françaises semblent ne plus pouvoir se passer de lui. 

    Irresponsable saison 3 (10x26'), à partir du 5 décembre sur OCS TV et tous les jeudis sur OCS Max :

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top