Notez des films
Mon AlloCiné
    James Bond 25 : Phoebe Waller-Bridge explique son rôle dans la réécriture de No Time To Die
    Par Julia Fernandez — 26 févr. 2020 à 10:20

    A l'approche de la sortie de l'ultime opus de l'agent 007 sous les traits de Daniel Craig, la showrunneuse britannique la plus convoitée d'Hollywood s'est confiée sur sa contribution au scénario du film et les changements qu'elle y a apporté.

    Backgrid USA/Bestimage

    Phoebe Waller-Bridge, couverte de récompenses aux Emmy Awards et aux Golden Globes en 2019 pour la série Fleabag dont elle est l'auteur et l'interprète, est désormais une artiste très convoitée à Hollywood. Dans une interview au journal britannique The Independent, elle dévoile quelques informations sur sa contribution au script du prochain James Bond, Mourir peut attendre, qui sortira le 8 avril prochain au cinéma.

    On m'a demandé de faire du lissage sur les dialogues et de proposer des choses, en fait. Il s'agissait vraiment d'offrir différentes alternatives (...) On m'a donné plusieurs scènes en me demandant d'écrire d'autres possibilités, d'avoir une autre idée de la direction qu'elles pourraient prendre au milieu, ou de comment elles pourraient se finir. 

    La production a ensuite fait son choix parmi les propositions de la créatrice britannique. "Mais beaucoup d'autres personnes écrivaient" précise-t-elle : "le réalisateur [Cary Fukunaga] contribuait aussi à l'écriture, et d'autres scénaristes ont été impliqués avant moi."Avant elle se sont en effet succédés plusieurs noms, du script initial non conservé de John Hodge en passant par Neal Purvis et Rober Wade (duo historique de scénaristes sur la saga James Bond depuis 1999) jusqu'à une première réécriture menée par Paul Haggis (Quantum of Solace). Phoebe Waller-Bridge fut ensuite greffée en 2018 dans la writer's room, à la demande expresse de Daniel Craig lui-même.

    Fait amusant, quelques temps avant d'être contactée pour travailler sur le film, la créatrice britannique confie avoir songé à cette idée. "J'en rêvais plus ou moins quelques mois avant. Je me disais : "Oh, ce serait tellement cool d'être impliquée sur un James Bond et d'y laisser ma trace à tout jamais. Et puis, c'est arrivé !" Waller-Bridge salue également le degré d'implication de Daniel Craig sur la franchise. "Il est vraiment, vraiment très investi depuis le début (...) Ça a vraiment été une sorte de grand melting-pot des idées de tout le monde."

    Mourir peut attendre, le 8 avril au cinéma :

    Mourir peut attendre Bande-annonce (2) VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • No Time To Die : une avant-première de James Bond 25 annulée en Chine pour cause de coronavirus
    • Billie Eilish dévoile No Time To Die, le titre phare de la BO de James Bond 25
    • James Bond 25 : Phoebe Waller-Bridge (Killing Eve) promet des personnages féminins mieux écrits
    Commentaires
    • cyril b.
      le dernier à avoir une touche différente et le Quamtom of Solace selon moi
    • cyril b.
      les ouin ouin était justifié car habituellement c'est le cas^^ là c'est l'exception qui confirme la regle
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Ça se verra au cinéma pour James Bond, mais je suis personnellement très confiant de ce Mourir peut attendre dans sa capacité à faire mieux que le relativement décevant Spectre.Pour ce qui est des séries, le propos des frères Cohen est assez intéressant mais plus qu'une critique des séries, c'est surtout du système hollywoodien dont il est question. De très bonnes séries comme Breaking Bad, Six Feet Under, Sherlock, Broadchurch, Years and Years ou très récemment The End of The Fuck**g World s'en sont sortis avec classe sans épuisement.
    • Big Mac S.
      Bien sûr que c'est mon interprétation et je serais heureux d'apprendre que je me trompe, que les producteurs prennent des décisions pour d'autres raisons que l'appât du gain.C'est pas parce que les séries fonctionnent comme ça (pas toutes d'ailleurs) que c'est une bonne chose. Pour moi, ça donne l'impression de trouver un moyen de contenter tout le monde, ce qui participe au final à une uniformisation des styles. D'ailleurs pour les séries je rejoins également l'avis des frères Coen : Le problème avec les séries télévisées - et c'est quelque chose qu'on a du mal à comprendre tous les deux - c'est que les longs métrages ont un début, un milieu et une fin. Or, les histoires ouvertes des séries ont un début et un milieu - et ensuite elles continuent jusqu'à mourir d'épuisement, sans jamais avoir vraiment de fin. Et réfléchir comme cela dans le contexte d'une histoire nous est plutôt étranger... Ce n'est pas comme cela que nous imaginons notre métier. Mais tout ça est encore un autre débat ;)
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      1. C'est ton interprétation. Quand on regarde le nombre d'articles, on retient surtout l'aspect dernier opus de la saga Bond Craig. Le féminisme n'est qu'un aspect de l'équation.2. Toutes les séries fonctionnent pourtant comme ça. Les scénaristes travaillent ensemble pour donner une cohérence à un objet issu de diverses sensibilités.
    • dejihem
      Oui mais c’est pareil sur Star Wars : beaucoup de scénaristes se succèdent et impriment leur marque. Par exemple, dans les épisodes 4,5 et 6 des scénaristes travaillant sur des westerns on écrit des dialogues.
    • Cyphre14
      On parle d'une franchise hein, les James Bond donnent très rarement, pour ne pas dire jamais, des films très personnels avec une vision artistique. Ca reste des produits industriels.
    • Big Mac S.
      1. Il me paraît légitime de douter de la sincérité des producteurs quand tu vois que toute la com du film tourne autour du féminisme.2. Selon moi, un scénario c'est une vision d'artiste. Le melting-pot d'idées me semble être un mauvais processus de création artistique.
    • Madolic
      Donc elle n'a pas touché à l'intrigue ni au personnage de Bond, juste les dialogues et les james bond girls au final.Je revois tout les ouin ouin qui voyait déjà le film totalement modifié ^^Haters gonna hate anyway
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Faut arrêter de chercher le mal partout. Phoebe Waller-Bridge est une auteure anglaise de plus en plus reconnue pour sa touche personnelle et décalée. L'embaucher c'est aussi une façon de réinventer le personnage de la james bond girl qui tourne un peu en rond depuis quelques films.Et comme écrit dans l'article, elle a participé à la Writer's Room, suggérant des idées. Enfin, on peut très bien écrire un scénario à plusieurs, c'est juste que là elle a retravaillé certains dialogues sans forcément changer drastiquement le fond.
    • ouadou
      c'est tellement marketing ... Elle est géniale, mais la démarche du producteur est tellement politique !
    • mollet83
      Bonne conscience metoo
    Voir les commentaires
    Back to Top