Mon compte
    The Underground Railroad sur Prime Video : pourquoi la presse est-elle conquise par la série de Barry Jenkins ?
    21 mai 2021 à 17:00
    Chaïma Tounsi-Chaïbdraa
    Chaïma Tounsi-Chaïbdraa
    -Journaliste streaming
    Experte en binge-watching et plateformes de streaming, Chaïma Tounsi s’amuse tous les soirs à zapper sa télécommande sur Netflix, Disney+, Canal+...

    Barry Jenkins s’attaque au sujet épineux de l’esclavage dans The Underground Railroad. Alors, pari réussi pour le réalisateur oscarisé ?

    De quoi ça parle ?

    Cora Randall, une jeune esclave à la conquête de sa liberté dans le Sud des Etats-Unis avant la guerre de Sécession. Après s’être échappée d’une plantation de Géorgie, Cora découvre l’existence du légendaire "Chemin de fer clandestin", un réseau sous-terrain secret bien réel et rempli de chemins de fer et tunnels créés par des ingénieurs.

    The Underground Railroad, de Barry Jenkins, avec Thuso Mbedu, Chase W. Dillon, William Jackson Harper 

    Disponible sur Amazon Prime Video depuis le 14 mai. 

    The Underground Railroad
    The Underground Railroad
    Sortie : 14 mai 2021 | 60 min
    Série : The Underground Railroad
    Avec Thuso Mbedu, Chase W. Dillon, William Jackson Harper
    Presse
    4,0
    Spectateurs
    3,8
    Voir sur Prime Video

    Ce qu’en pense la presse…

    Selon Le Parisien 

    Comme pour Moonlight et Si Beale Street pouvait parler, Barry Jenkins accompagne son propos d’une réalisation très stylisée, entre jeux de lumière, obscurité assumée et ralentis. La beauté des plans sur les champs de coton contraste avec la dureté du récit. Et comme pour happer plus encore le spectateur, les acteurs fixent parfois la caméra dans des plans fixes troublants. Une série d’une violence parfois insoutenable, mais passionnante et monumentale. 4,5/5

    Voir la critique 

    Selon Télérama

    Le réalisateur Barry Jenkins adapte en dix épisodes époustouflants le roman phénomène de Colson Whitehead. Une aventure à la portée mythologique sur les traces d’une esclave en fuite, entre gravité et puissance poétique. 4,5/5

    Voir la critique 

    Selon Ecran Large

    Derrière ses atours de fresque historique grandiose, The Underground Railroad est avant tout une série passionnante sur les fantômes de l’Amérique. Avec ses acteurs parfaits et sa sublime photographie, la série de Barry Jenkins affirme plus que jamais la force stylistique d’un auteur en état de grâce. 4,5/5

    Voir la critique 

    Selon Le Figaro

    La fiction, première série de Barry Jenkins, est d’une puissance sans égale. Mais par son concept même, bien réel en ce qu’il matérialise le mythique train de la liberté, un ensemble d’itinéraires clandestins qui permettait aux esclaves en fuite, aidés par les abolitionnistes, de remonter vers le Canada. Ainsi que par sa mise en scène, transcendante, épique, sublime. 4/5

    Voir la critique

    Selon Télé 7 jours

    Transposer à l’écran le best-seller de Colson Whitehead, prix Pulitzer en 2017  : le pari était osé. Dans une mise en scène magistrale, le réalisateur de Moonlight filme toute l’horreur de l’esclavage et de ses réminiscences. Une fresque d’émancipation poignante, entre réalité crue et fantasme. 4/5

    Voir la critique

    Selon Le Nouvel Obs

    En résulte une fresque mi-impressionniste, mi-épique, où la réalité la plus crue, la violence et l’abomination charpentent l’odyssée intérieure de héros qui, ballottés, malmenés, torturés, se construisent et s’affirment contre le reste du monde. Voilà une œuvre indispensable, politiquement acérée, nimbée d’un lyrisme puissant et d’une pointe de réalisme magique (il n’est pas interdit de penser à l’univers de Gabriel García Márquez) qui hantera longtemps votre conscience de spectateur. 4/5

    Voir la critique  

    Selon Le Point 

    Ainsi, par sa richesse visuelle et sa subtilité de regard, la série Underground Railroad prend peu à peu une dimension comparable à celle du roman de Colson Whitehead. Au point d'entrer dans le club très fermé des adaptations littéraires pleinement réussies. 4/5

    Voir la critique 

    Selon Paris Match

    The Underground Railroad se dessine, à l’image de la peinture murale aperçue dans l’une des gares que son héroïne traverse, comme une fresque ultramoderne. Une odyssée poignante, magistralement menée. Sans aucun doute la plus importante série de 2021. 4/5

    Voir la critique

    Selon Le Monde

    Ce n’est qu’en énumérant ces avatars qu’on réalise le risque qu’a couru Barry Jenkins : celui de transformer cette épopée en analyse didactique. Mais, en voyant Underground Railroad, on n’y pense jamais, tant les personnages sont incarnés, tant Jenkins et ses collaborateurs – le directeur de la photographie, James Laxton, le compositeur Nicholas Britell – ne sacrifient jamais la beauté à la clarté. 4/5

    Voir la critique

    Selon Libération

    The Underground Railroad trébuche parfois, allant soit trop loin soit pas assez dans sa façon d’embrasser l’étrangeté de certaines situations qui touchent au fantastique. Mais sa densité et son ambition en font une œuvre passionnante, où la frontalité crue se mêle à l’intangible. Jusqu’à l’apogée d’un avant-dernier épisode d’une stupéfiante noirceur, où c’est tout l’exercice démocratique qui finit au bûcher. 3,5/5

    Voir la critique

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top