Mon compte
    Cannes 2021 : pleins feux sur Ouistreham et ses héroïnes trop longtemps invisibles
    8 juil. 2021 à 13:45
    Laetitia Ratane
    Laetitia Ratane
    -Responsable éditoriale des rubriques Télé, Streaming et Infotainment
    Très tôt fascinée par le grand écran et très vite accro au petit, Laetitia grandit aux côtés des héros ciné-séries culte des années 80-90. Elle nourrit son goût des autres au contact des génies du drame psychologique, des pépites du cinéma français et... des journalistes passionnés qu’elle encadre.

    Film d'ouverture de la Quinzaine des réalisateurs, Ouistreham est une adaptation libre et romanesque du livre de Florence Aubenas, véritable immersion au sein d'un groupe de travailleuses précaires. Rencontre avec une équipe enfin mise en lumière...

    Christine Tamale

    C'est sur la Terrasse Albane du grand hôtel Mariott que l'équipe de Ouistreham était installée ce mercredi 7 juillet, détendue, joyeuse, à sa place au sein d'un monde cannois fin prêt à la mettre en lumière. Cette équipe est celle d'Emmanuel Carrère, romancier célèbre, de retour à la réalisation quinze ans après La Moustache, grâce à l'impulsion conjointe d'une Juliette Binoche déterminée et d'une Florence Aubenas finalement convaincue.

    Une adaptation qui n'avait rien d'évident

    "A l'origine, Florence ne voulait pas qu'on adapte son livre, Juliette l'a travaillée au corps année après année et elle a fini par lâcher mon nom, elle me l'a avoué après, un peu comme un moyen de se tirer d'affaire. Je me suis retrouvé embarqué là où je ne serai pas allé de mon propre chef mais si je trouve ce livre formidable. Quelquefois le hasard vous conduit beaucoup plus près de vous-même que votre propre volonté", confie Emmanuel Carrère, lui-même romancier quatre fois adapté au cinéma.

    Lorsqu'on l'interroge sur les réticences premières de Florence Aubenas à voir mis en image son beau travail d'investigation et sa mise en lumière du quotidien de femmes de ménage précaires, Emmanuel Carrère précise : "Je ne pense pas qu'elle s'inquiétait que l'on manque de respect à son livre mais que l'on manque de respect à ses personnages, qu'elle a peint avec autorité et force. Un des enjeux du film était d'avoir la même attention apportée aux personnages."

    En reprenant son adaptation, Emmanuel Carrère y rajoute de lui, forcément, en tant que romancier on l'a dit, plus enclin à mêler documentarisme zélé et romanesque bienvenu :

    "Le livre de Florence est vraiment un documentaire, elle est là comme narratrice mais ne s'étend pas du tout sur ses états d'âmes car elle pense que là n'est pas son métier de journaliste. Moi j'ai plus tendance à focaliser aussi sur moi en tant qu'observateur. Ici donc le personnage de fiction inventé à partir de Florence, mais qui n'est pas elle, se trouve embringué dans une histoire d'amitié qui comporte une vraie ambiguité morale."

    "Si vous voulez faire ce que fait Florence, vous êtes forcé de mentir"

    Au coeur du film se loge en effet une question d'ordre éthique, lorsque pour mieux mettre en lumière le quotidien invisibilisé de ces femmes, l'héroïne (lumineuse Juliette Binoche) se fait elle-même passer pour l'une d'entre elles. Au risque de menacer le fort lien qu'elle y nouera sur place, lien teinté d'emblée de mensonge et d'une usurpation d'identité avec laquelle l'héroïne a parfois du mal à composer. Un inconfort que Carrère lui-même connait ?

    "J'ai déjà fait du journalisme d'immersion mais je joue carte sur table pour ma part. Ce n'est pas ici le cas de Florence et si vous voulez faire ce qu'elle fait, vous êtes forcé de faire cela, de mentir. A un moment pour le film, j'ai eu besoin d'un enjeu dramatique. Même si tout est fait avec les meilleures intentions du monde, pour la bonne cause et que le sentiment est sincère, l'enjeu émotionnel et le risque tournent autour de cette amitié qui repose sur un mensonge."

    "Ce film n'est pas un feel good movie à ce sujet d'ailleurs : la lutte des classes, ça existe. Ce monde parle de la violence du monde du travail et ici a fortiori celui qui est en bas de la hiérarchie, les boulots les moins qualifiés, durs, mal payés. Même si le métier des acteurs ne se superpose pas totalement à leurs personnages, ces derniers sont bien payés, ou mal payé pour le connaître justement. C'est d'ailleurs pour cela que le film ne s'ouvre pas sur Juliette Binoche mais sur Hélène Lambert et se clôture de la même manière."

    La révélation Hélène Lambert

    Afin que son film garde l'authenticité du documentaire, Emmanuel Carrère a pris soin de caster autour de Juliette Binoche des comédiennes non professionnelles, bouleversantes d'authenticité. Parmi elles, vous découvrirez la sus-citée Hélène Lambert, héroïne crevant littéralement l'écran du début à la fin du film. Lors de ces interviews plutôt protocolaires, on prend plaisir à la voir s'affairer devant les médias du monde entier. Elle prend le temps de venir nous parler, entre plat et dessert, détendue, heureuse d'être entourée de ses compagnons de route et d'aventure. 

    "J'ai été castée de façon "sauvage", alors que j'étais en boîte d'interim et venais remettre ma feuille d'heures. J'ai tout de suite dit "oui, pourquoi pas", j'adore l'inconnu et tenter des choses. J'ai ensuite lu le livre de Florence qui est toujours d'actualité, il faut le dire. Des heures de malades pour des cailloux. Mon héroïne a trois enfants et doit se débrouiller pour qu'ils aient à manger dans leur assiette. Les heures de ménage, c'est le plus rapide pour avoir de l'argent à la fois du mois", nous confie-t-elle sans douter, avant de préciser :

    "On a mis du vrai moi dans le film et les enfants qui jouent sont les miens, mes trois garçons. Si le plus dur sur le tournage a été les heures de marche nécessaires, qu'on ne voit pas dans le film, le plus beau à jouer a été de jouer justement avec eux."

    Plus vraie que nature, sans filtre et solaire, la comédienne témoigne d'un don pour l'improvisation sur le tournage, que tout le monde lui reconnait. Coachée par Emmanuel Carrère "qui a plusieurs casquettes" et par Juliette Binoche "une femme en or qui s'est mise à notre hauteur et non l'inverse", elle a pris goût au métier et le poursuivra mais uniquement si on vient la chercher : "Je n'irai pas de moi-même, je n'aime pas me faire voir, je ne suis pas comme ça". Ne pas se faire voir c'est râté, tant elle illuminera, qu'on se le dise, la Quinzaine cette année.

    Christine Tamalet
    Juliette Binoche était un vrai caméléon, qui provoquait, lançait des balles à Hélène...

    "Hèlène improvise, et le faisait d'autant mieux qu'elle était poussée par Juliette Binoche qui était un tremplin perpétuel et qui a eu cette délicatesse de l'être pour tout le monde, avant de se servir elle-même", explique Emmanuel Carrère. Juliette était un parfait caméléon, provoquait, lançait des balles à Hélène, la relançait. Il y avait une vraie joie à jouer ensemble. D'une autre façon, les journées avec Cédric, seul homme de la distribution, était des journées faciles. Il y avait une espèce de séduction très charmante entre eux."

    Autour d'Hélène, gravitent en effet des comédiens tout aussi doués et hauts en couleur. Didier Pupin alias Cédric, travailleur du bâtiment repéré dans un restaurant ouvrier, Patricia Prieur alias Michèle également castée sur son lieu de travail dans la restauration, ou encore Léa Carne alias Marilou, repérée dans un foyer d'urgence :

    "Jouer n'était pas un apprentissage. On nous demandait d'être naturels, au niveau des réactions. Au niveau du texte, on s'est entraidé. Mais tout devait être naturel, c'est la force du film. Juliette Binoche nous rassurait tout le temps, jouait le rôle de maman, prenait le temps de nous expliquer au niveau technique toutes les subtilités, l'envers du décor de cinéma", confient-ils d'une même voix.

    Evelyne Porée, travailleuse précaire invisibilisée devenue actrice proclamée

    Parmi ces actrices improvisées, Emily Madeleine (Justine) et Evelyne Porée (Nadège) se distinguent en ce qu'elles ont réellement fait partie de l'univers d'origine de Florence Aubenas, l'une alors qu'elle était sur le fameux ferry pour un job étudiant et a connu ce moment "compliqué mais important et compréhensible" où la journaliste est venue lui dire qui elle était vraiment ; l'autre qui a réellement été la chef d'équipe d'Aubenas et qui ne l'a pas à l'époque reconnue alors qu'elle connaissait pourtant son travail. "Elle m'a offert un jour un exemplaire dédicacé de son livre, j'étais tellement surprise, mais je n'ai jamais pris ça comme une trahison, au contraire. Ce qui n'a pas été le cas de toutes. On resté très liées, elle est même venue à mon mariage, et des années après est revenue avec Emmanuel pour me parler de ce projet d'adaptation. Le reste s'est fait naturellement". 

    C'est le cas de le dire tant cette actrice est naturelle justement, doté d'un "talent verbal irrésistible, d'un mordant et d'une drôlerie" folles. "Cette façon de ne jamais s'avouer vaincues est propre à tout ce casting et a présidé au choix. On a retenu celles qui avaient cette pêche, cette énergie et l'envie de se jeter dans cette aventure un peu dingue. Elles sont et incarnent à l'écran aussi des femmes soumises à un ordre social écrasant mais ce ne sont pas des femmes écrasées. Elles se battent avec énormément de vaillance, d'énergie, d'humour. L'humour est commun à toutes comme personnages mais comme actrices aussi."

    "On a été prises pour de la merde. J'espère que ce film fera évoluer notre réalité"

    L'humour et la résilience : c'est ce que dégage fondamentalement Evelyne Porée, aussi joviale qu'impliquée lorsqu'autour d'un café elle nous rappelle à quel point elle a été mal considérée dans son travail pénible et non respecté.

    "On a été prises pour de la merde, vous savez. J'espère que ce film fera évoluer encore la réalité. Il y a une vraie pénibilité de ce travail que je ne peux plus faire en ce moment d'ailleurs car je suis en état de convalescence", confie-t-elle. Lorsqu'on lui suggère de changer de métier et de devenir comédienne, elle avoue l'envisager si on le lui propose tant elle s'est "éclatée", sans aucunement être gênée par les caméras.

    Laisser être plutôt que diriger

    Des caméras qui se sont faites définitivement oublier sur le tournage, on le comprend plus que jamais, grâce à un metteur en scène plus adepte du laisser exister que du diriger à tout prix.

    "Juliette m'a donné une leçon de direction d'acteurs en me prenant à part et en me disant "Ne me dirige pas tout de suite, laisse moi faire trois ou quatre prises sans me dire quoi que ce soit et si tu n'es pas content, on refera." D'abord quand on lâche Juliette Binoche en lui disant "tu fais ce que tu veux", elle apporte des choses, elle essaie. C'est varié, coloré. Et cela m'a appris à me mettre encore plus en retrait que je n'y suis spontanément enclin."

    "C'est vraiment la meilleure leçon de directeur d'acteurs reçue, cela venait d'elle. Par tempérament je suis plutôt enclin à laisser les choses advenir. Il fallait diriger quand c'était compliqué, qu'il fallait aller vite mais pour l'essentiel je compte beaucoup sur ce qu'apportent les gens, que ce soit les comédiens ou les techniciens."

    Humour, laisser être, engagement et harmonie : voilà ce qui se dégage de l'équipe enfin mise en lumière d'Emmanuel Carrère, à qui on espère le meilleur des voyages à Cannes cette année et enfin une reconnaissance, une vraie.

    Découvrez en images les héroïnes de "Ouistreham" :

    Ouistreham Bande-annonce VF

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top