Mon compte
    PODCAST - Cannes 2021 Jour 6 : NTM en majesté, Catherine Deneuve et Benoît Magimel en plein mélo...
    Par Cannes 2021 par AlloCiné — 12 juil. 2021 à 12:00

    NTM met le feu à la Croisette avec "Suprêmes", le retour de Catherine Deneuve avec "De son vivant", un petit Nanni Moretti, la pépite scandinave "The Innocents", la maternité et la jeunesse vues par Hafsia Herzi....

    JACOVIDES-BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

    N'hésitez pas à partager, noter, commenter l'émission et suivre le fil de "Spotlight" sur les plateformes de podcasts. Elle est disponible sur Deezer, Spotify, Apple Podcasts :

    • Spotify
    • Apple Podcasts
    • Deezer
    • Soundcloud

    (embed podcast)

    Laetitia Ratane (@laetitia.ratane)

    Monter les marches pour la projectionde Minuit de Suprêmes d'Audrey Estrougo, cela a une saveur toute particulière. Surtout lorsque le tapis rouge est foulé dans le même temps par un certain JoeyStarr, heureux d'être là, adoubant et enlaçant avec joie la fine équipe de ce biopic sur les débuts de son groupe NTM. A ses côtés, Théo Christine et Sandor Funtek (dans le rôle de Kool Shen) nous ont mis la fièvre ce soir, à la ville d'abord par leur énergie communicative puis à l'écran par leur fureur, leur jeu et leur ressemblance dingue avec les deux stars du rap. En sortant de la projection, de longs applaudissements, des punchlines connues et des photos sur le tapis rouge ont suivi. Nous étions là, à deux pas.

    >center>

    Brigitte Baronnet (@BBaronnet)

    En 2018, 82 femmes montaient les marches pour une action symbolique : 82 comme le nombre de réalisatrices retenues en compétition depuis la première édition du festival, en 1946 (contre 1 688 hommes). Cette même année était signée une charte pour favoriser la parité femmes-hommes dans les festivals, en présence de Cate Blanchett, présidente du jury. Deux actions fortes qui ont marqué l’histoire du festival, et ont été possibles grâce au Collectif 5050, initialement connu sous le nom Collectif 5050 pour 2020. En 2021, les actions continuent pour le collectif qui dévoile cette année une campagne sous le nom #CharactHer. Objectif : mettre en lumière des métiers pour une meilleure inclusion des femmes dans le secteur du cinéma et de l'audiovisuel. 

    Mégane Choquet (@MeganeChoquet)

    Suprêmes a mis la fièvre à Cannes ! Le biopic sur les jeunes années de NTM signé Audrey Estrougo a été présenté en Séance de minuit au palais des festivals et je trouve personnellement que c’est une réussite, surtout pour sa mise en scène et ses acteurs principaux bourrés de talent Sandor Funtek et Théo Christine. J’ai eu l’occasion de les rencontrer et j’ai pu constater qu’en plus de s'être donné corps et âmes dans leurs interprétations avec beaucoup de recherches, de préparation avec des coachs, ils sont super sympas et ont une énergie débordante et une grande envie de bien faire. Je suis ravie qu'on leur offre enfin des grands rôles et je leur souhaite des nominations aux César !

    Thomas Desroches (@ThomDsrs)

    Oui, il y a la mer, le soleil, les palmiers, mais couvrir le Festival de Cannes ne ressemble en rien à des vacances. Aujourd'hui, à l'issue de la projection du nouveau film d'Emmanuelle Bercot, j'ai décidé d'être studieux - comme toujours. Je me suis rendu dans l'un des espaces réservés aux journalistes, au troisième étage du Palais. C'est un endroit climatisé, spacieux, plutôt calme dans lequel il est possible d'échapper, pendant quelques instants, à l'euphorie de la Croisette. J'ai profité de ce moment pour préparer mes interviews du lendemain pour le film Retour à Reims. Déjà hâte.

    Maximilien Pierrette (@maxp26)

    À Cannes, tout est exagéré. Les réactions d'après-séance, les horaires des projections (de 8h30 à 0h30), le nombre de films à voir (j'ai arrêté de compter), la manière dont le temps s'écoule sur place… Bref, un autre monde, y compris à l'intérieur des salles, où partir avant la fin peut devenir un sport national, alors que l'ambiance peut transformer un longs métrages en une expérience mémorable. Et je remercie, encore une fois, le public chauffé à blanc pendant la seconde moitié de Boulevard de la mort en 2007, l'un de mes meilleurs souvenirs cannois.

    En général, cela se traduit par des rires et/ou des applaudissements. Ce dimanche 11 juillet, j'ai vécu The Innocents au milieu d'une salle qui retient son souffle et sursaute. Car le drame surnaturel d'Eskil Vogt (co-scénariste de Julie (en 12 chapitres), qui est donc impliqué sur deux de mes films préférés de cette édition) contient quelques moments chocs, inattendus et sans concession. Loin de moi l'idée de les révéler ici, mais la tension a eu raison de ma fatigue, et l'ambiance a rendu la séance un peu plus mémorable encore. En espérant maintenant qu'il passe par les salles françaises, avec cette affiche à tomber.

    Yoann Sardet (@SardetY)

    Cannes, c'est une bulle cinématographique à part, un endroit où il n'est jamais étonnant de croiser des talents en vadrouille sur la Croisette, sur le chemin d'une interview, d'un photocall, d'une projection ou d'un déjeuner. Hier c'était Roxane Mesquida en famille. Aujourd'hui, une demoiselle croisée au détour d'un micro-trottoir qu'on reconnaît sans tout à fait la remettre, jusqu'à la révélation. "Vous m'avez peut-être vue dans Adolescentes ? Je suis Emma". Jolie surprise solaire, qui m'aura permis de lui dire tout le bien que notre équipe a pensé du documentaire de Sébastien Lifshitz, qui dominait notre top annuel 2020 avec Parasite, avant de la laisser reprendre son chemin et de poursuivre notre reportage. Bon festival Emma !

    Adolescentes Bande-annonce VF

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top