Mon compte
    Titane : Julia Ducournau se confie sur l'après Palme d'or
    8 sept. 2021 à 12:07
    Brigitte Baronnet
    Brigitte Baronnet
    -Journaliste
    Passionnée par le cinéma français, adorant arpenter les festivals, Brigitte Baronnet est journaliste pour AlloCiné depuis 10 ans. Elle anime le podcast Spotlight.

    Dans les colonnes de Première, Julia Ducournau, réalisatrice de "Titane", parle pour la première fois de l'après Palme d'or et révèle une anecdote inédite sur le jury, qu'elle qualifie de "pur acte de solidarité féminine".

    Bestimage

    Dans un long entretien pour le magazine Première, à retrouver dans le numéro de septembre, Julia Ducournau, scénariste et réalisatrice de Titane, revient sur quelques uns des temps forts qui ont suivi la remise de la Palme d'or, et la façon dont elle a vécu la cérémonie pleine de rebondissements ! 

    PODCAST - Cannes 2021 Jour 12 : on débriefe le palmarès et la Palme en Titane de Julia Ducournau

    La cinéaste en dit un peu plus sur la réception du jury et des coulisses qu'elle n'avait pas encore partagé jusqu'à aujourd'hui. Elle révèle en effet ce qu'il s'est passé la soirée qui a suivi la cérémonie, un "pur acte de solidarité féminine" : 

    "Toutes les femmes du jury sont venues me voir au fil de la soirée pour me dire, chacune à leur manière : "Julia, sois bien sûre qu'on ne t'a pas donné ce prix parce que tu es une femme." Et ça m'a énormément touchée, parce que c'était un pur acte de solidarité féminine. Elles se sont mises à ma place et ont compris que le moindre doute à ce sujet aurait pu tout gâcher. Ca a été cinq très beaux moments - puisqu'il y avait cinq femmes dans ce jury-là. (...) Seule une femme peut vraiment comprendre la nécessité de le dire à une autre femme. Et je voudrais vraiment les remercier publiquement toutes les cinq pour ce geste.", explique -t-elle dans Première.

    Le jury a tenu à me signifier que ce n'était pas une Palme politique 

    "Ce prix va contre une forme d'académisme un peu installé, ce qui peut être plaisant, même lorsqu'on n'est pas dingue de Titane... Je crois avoir compris, en discutant un peu avec les membres du jury, qu'ils ont tenu à récompenser l'énergie du film et son refus de l'académisme, justement." Et d'ajouter : "Ca m'a fait plaisir puisque j'ai toujours pensé Titane comme une expérience sensorielle et corporelle proposée au spectateur. Ce n'est pas un grand récit classique. Il semble que les membres du jury ont vraiment vécu l'expérience. En tout cas, ils ont tenu à me signifier que ce n'était pas une Palme politique."

    Titane
    Titane
    1h 48min
    De Julia Ducournau
    Avec Vincent Lindon, Agathe Rousselle, Garance Marillier, Laïs Salameh, Myriem Akheddiou
    Presse
    3,5
    Spectateurs
    2,8
    louer ou acheter

    Julia Ducournau revient également sur son discours et les réactions qu'elle a reçu depuis. Un discours qui a été "écrit toute seule à une terrasse de café à Marseille", "griffonné en pleurant à moitié"; car elle "n'en revenait pas d'avoir un prix".

    "On me parle pas mal [de ce discours], poursuit-elle. On se sent tous comme des monstres au fond. On s'est tous déjà sentis à un moment, à un endroit, rejetés par un groupe, une corporation, une famille, la société. C'était une formule destinée aux gens qui aiment le cinéma d'horreur, certes, mais pas seulement...(...) Si mon film a pu leur parler dans cet endroit intime et fragile, alors mon travail aura pris tout son sens".

    Le discours de Julia Ducournau à Cannes : "Merci au Jury de laisser entrer les monstres"

    Après ce prix, comment appréhende-t-elle la suite ? "Recevoir la Palme d'or à 37 ans c'est... comment dire ? Soderbergh, qui l'a reçue à 25 ans pour son premier film, a dit un truc génial en recevant son prix : "Eh bien maintenant, je ne peux que faire moins bien !" Cette sensation-là m'a traversée, c'est sûr, et elle me retraversera encore. Et je peux vous dire qu'elle est terrifiante. Donc le seul truc que je puisse faire maintenant, c'est d'avancer comme si de rien n'était. Si je conscientise trop ces éléments, je ne pourrai faire que moins bien, comme dirait Soderbergh."

    Un entretien à retrouver en intégralité dans le numéro de septembre de Première. Titane est actuellement à l'affiche.

    Titane : l'interview avec Julia Ducournau et Agathe Rousselle

    Titane : l'interview avec Julia Ducournau et Agathe Rousselle

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • andiran23
      Je te parle pas de la critique, je te parle du PUBLIC. Je vois régulièrement des gens parler du remake sur Internet. Bien plus régulièrement qu'au moment de sa sortie. Il se taille une réputation, petit à petit, je t'assure, vraiment
    • andiran23
      que Télérama ovationne ce film en dit longNon mais à un moment faut arrêter un peu, sérieusement, ça devient ridicule cette manière binaire de voir le monde
    • Cooper1992
      Quand quelqu'un évoque Suspiria, il parle évidemment du Argento, pas du remake, le film est totalement oublié aujourd'hui, la critique est très mitigé globalement (65% sur RT).
    • Cooper1992
      Je n'ai rien contre les films d'horreur arty, j'aime beaucoup Midsommar par exemple, mais TITANE est comme GRAVE, un film faussement subversif pour les gens qui n'aiment pas ce type de film à la base, ça reste du sous sous Cronenberg de la belle époque, rien de plus, que Télérama ovationne ce film en dit long...
    • Cooper1992
      flop ou pas, ça reste un truc pour festival qui sera oublié très rapidement comme le remake de Suspiria (oui, ce film existe).
    • Bob le cinéphile
      Ah mais c'est très bien qu'elle ait reçue une palme, son film était intéressant, elle la mérite sûrement. Je dis juste que c'est bizarre qu'on nous martèle que cette palme n'est pas politique. Si elle ne l'est pas, pourquoi ce besoin de le dire encore et encore ? Moi je m'en moque du sexe du gagnant. Puis pourquoi ne parler que du sexe de la réalisatrice ? La dimension politique du film ne se résume pas qu'au sexe de la réalisatrice, c'est un peu réducteur
    • andiran23
      1 - Il a mieux marché que Grave (+80,3 %), qui avait pourtant très rapidement eu une belle réputation ce qui avait aidé son box-office2 - C'est vrai que la situation sanitaire + le pass sanitaire n'a aucun rapport, hein, pour tous les autres films ça a fortement impacté mais celui-là, ouiii, c'est parce que toi t'as pas aimé qu'il n'a pas mieux marché que ça, après tout on s'en fiche du contexte, aucun corrélation 🙃
    • Collector
      Pas un mot sur l’immense flop de son navet ?
    • Bob le cinéphile
      Si ce n'est pas une palme politique pourquoi c'est la deuxième fois après Spike Lee qu'on entend ce besoin de le dire ?
    Voir les commentaires
    Back to Top