Mon compte
    Y le dernier homme sur Disney+ : que vaut cette ambitieuse série post-apocalyptique ?
    19 sept. 2021 à 22:00
    Chaïma Tounsi-Chaïbdraa
    Chaïma Tounsi-Chaïbdraa
    -Journaliste streaming
    Experte en binge-watching et plateformes de streaming, Chaïma Tounsi s’amuse tous les soirs à zapper sa télécommande sur Netflix, Disney+, Canal+...

    Les abonnés Disney+ peuvent découvrir mercredi les premiers épisodes de Y, le dernier homme, série post-apocalyptique qui suit Yorrick, seul survivant d’une mystérieuse pandémie. Ça vaut quoi ?

    De quoi ça parle ?

    Une épidémie mystérieuse a décimé toute la population mâle de la Terre ! Toute sauf un jeune homme, appelé Yorick Brown, et son singe, Esperluette. Pourchassés par des groupements de femmes aux intérêts divers, Yorick et Esperluette partent sur les routes dévastées des États-Unis, sous la protection de la mystérieuse et mortelle Agent 355.

    C’est avec qui ?

    C’est l’acteur Ben Schnetzer qui a été choisi pour camper Yorick, seul homme à avoir survécu à une pandémie planétaire. Vous l’avez probablement déjà vu dans La Vérité sur l'affaire Harry Quebert en 2018 où il enquête sur le meurtre d’une jeune fille. Il a aussi été choisi par Xavier Dolan dans Ma Vie avec John F. Donovan pour jouer la version adulte de Jacob Tremblay. Il donne ici la réplique à la géniale Diane Lane qui la joue Commander in Chief, à Olivia Thirlby qui campe sa sœur ou encore à Marin Ireland (Homeland). Y le dernier homme est aussi l’occasion de découvrir la prometteuse Ashley Romans dans le rôle de l’Agent 355.

    Y, le dernier homme
    Y, le dernier homme
    Sortie le 13 septembre 2021 | 60min
    Série : Y, le dernier homme
    Avec Diane Lane, Ashley Romans, Ben Schnetzer, Olivia Thirlby, Juliana Canfield
    Presse
    3,1
    Spectateurs
    2,3
    Voir sur Disney+
    Ça mérite le coup d'œil ?

    Qu’on se le dise : les films et séries qui traitent de pandémie mondiale - aussi mystérieuse qu’elle soit - on s’en serait bien passé. Mais il faut dire que la chaîne américaine FX bûche sur cette adaptation depuis des années. Pas de chance pour eux, elle arrive après une période difficile mais le synopsis est assez alléchant et intrigant pour se laisser tenter.  

    Pour ceux qui ne le savent pas, Y : le dernier homme est tiré d’une série de comics à succès (60 volumes sont sortis sous le label DC Comics Vertigo) imaginés par Brian K. Vaughan et Pia Guerra. Inutile de vous dire que plusieurs studios ont tenté d’adapter cette œuvre SF.

    Quand FX en a officiellement gagné les droits, des bisbilles d’ordre créatif dans les coulisses ont mené au départ des deux showrunners - retardant ainsi le projet. C’est donc quasiment 5 ans après l’annonce de la série que l’on peut découvrir les premiers épisodes, grâce à Disney+ qui les propose en France en exclusivité.

    Commençons par dire les choses : si vous êtes fans de séries post-apocalyptique, Y : le dernier homme est définitivement pour vous. Elle prend le temps dans le premier épisode de présenter les personnages : Yorrick, pseudo-magicien immature et insupportable, sa sœur Hero qui cache un lourd secret, leur mère sénatrice, un mystérieux agent dont les intérêts sont flous… 

    Bref, il y a de nombreuses forces en présence. Et même si on connaît le sort funeste qui attend les autres personnages de sexe masculin, le premier épisode ne les mets pas de côté. 

    La showrunneuse Eliza Clark (The Killing) a tenu à réaliser le pilote, afin de donner le ton qu’elle souhaite : l’atmosphère y est sombre et les premières scènes post-pandémie sont plutôt convaincantes. Reste à voir si la qualité tiendra la distance. Avec cinq saisons prévues par la créatrice, Y : le dernier homme ne devra pas tomber dans le piège de nombreuses autres séries en jouant la carte du suspense et des cliffhangers…

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Blasi B
      je comprends aussi que ce soit frustrant pour le diffuseur de voir les spectateurs s'abonner juste un mois le temps de voir ce qu'ils ont envie et de se désabonner ensuite je pense pas que tant de personne que ça fasse ça , pas sur non plus que tu puisses le faire indéfiniment (le programme qu'on aime aura surement une saison 2 voir plus... on ne peut surement pas ce réabonner pour 1 mois indéfiniment)De plus , même si y'en a plus que ce que je pense qui s'adonne à cette pratique, il semblerait que ce ne soit pas si handicapant que ça, vue que ça n'a pas l'air de déranger netflix...donc non... ça me frustre ^^ et j'y vois aucune vrai justification...
    • meiyo
      Justement, c'est frustrant ...
    • PoD.
      houla ! au risque de paraitre vieux jeu je vais tout de même le dire : -C'etait sympa aussi quand les hommes étaient des hommes et les femmes étaient des femmes. ah ah ah :)
    • PoD.
      C'est quoi ? Parce qu'au final j'ai tout lu et j'ai pas eu l'impression qu'il y ait eu une réponse de donné. (Ou plutôt il y en a pleins.) ça ne m'a pas déplu d'ailleurs qu'on ne donne pas de réponse unique et clair.
    • mr.fox
      Je comprends que ce soit frustrant pour le spectateur de devoir attendre, mais je comprends aussi que ce soit frustrant pour le diffuseur de voir les spectateurs s'abonner juste un mois le temps de voir ce qu'ils ont envie et de se désabonner ensuite. Netflix a opté pour un entre-deux, en découpant souvent des saisons en deux moitiés. On peut regarder d'une traite une moitié de saison... et devoir attendre quelques mois pour la suite.
    • meiyo
      J'avais bien aimé le comics mais j'ai arrêté au bout du troisième tome, parce que je trouvais que l'action faisait du surplace et, pour info, j'ai été très déçu par la réponse de l'auteur sur l'origine de l'épidémie.
    • Mad Man In The Blue Box
      Belle mise en bouche mais c'est oublier d'évoquer le thème central de la série selon la showrunneuse qui a expliqué lors d'un panel que « le genre est diversifié et les chromosomes ne sont pas égaux au genre. Dans le monde la série, chaque mammifère vivant avec un chromosome Y meurt – cela inclut de nombreuses femmes, cela inclut les personnes non binaires, cela inclut les personnes intersexes ». « Nous faisons une émission qui affirme que les femmes trans sont des femmes, les hommes trans sont des hommes, les personnes non binaires sont non binaires. Cela fait partie de la richesse du monde avec lequel nous jouons.Source: DeadlineA notre époque, c'est un véritable argument, il ne faut surtout pas oublier d'en parler.
    • Blasi B
      moi perso leur délire de 1 épisodes par semaines, ça me gonfle...et qu'on me sorte pas que c'est mieux, ça permet d'en parler en semaine etc...déja , si la série est bonne, on en parleras quoi qu'il arrive, qu'on l'ai binge watcher ou non (house of card, stranger things, mindhunters, etc...)ensuite, ne soyons pas naif, c'est juste pour éviter qu'on ne s'inscrive juste le temps de regarder les programmes qui nous intéresse... la, on est obligé de rester sur la plateforme, a tourner sur leur contenue, en attendant l'épisode de la semaine suivante, c'est l'unique raison !!! et moi ça me gonfle ! (surtout quand chaque fin d'épisode ou presque tente le cliffanger... ça deviens juste frustrant)
    Voir les commentaires
    Back to Top