Mon compte
    Le droit à mourir dans la dignité au cœur de Tout s’est bien passé le nouveau François Ozon
    22 sept. 2021 à 09:00
    Mégane Choquet
    Mégane Choquet
    -Journaliste ciné et séries Streaming
    Journaliste spécialisée dans l'offre ciné et séries sur les plateformes quel que soit le genre. Ce qui ne l'empêche pas de rester fidèle à la petite lucarne et au grand écran.

    En adaptant l'histoire d’Emmanuèle Bernheim dans Tout s’est bien passé, au cinéma aujourd'hui, François Ozon traite d’un sujet fort : la fin de vie médicalement assistée. Rencontre avec le réalisateur qui insuffle beaucoup d'humanité à son sujet.

    François Ozon avait déjà livré un film sociétal bouleversant avec Grâce à Dieu, il revient aujourd'hui au cinéma avec l'adaptation de l'histoire d'Emmanuèle Bernheim. Porté par Sophie Marceau et Géraldine Pailhas, Tout s’est bien passé, titre symbolique, est un drame qui traite de la fin de vie médicalement assistée demandée par un père de famille bourru et égoïste mais aussi plein de vitalité campé par un impressionnant André Dussollier.

    Tout s’est bien passé
    Tout s’est bien passé
    1h 52min
    De François Ozon
    Avec Sophie Marceau, André Dussollier, Géraldine Pailhas, Charlotte Rampling, Eric Caravaca
    Presse
    3,3
    Spectateurs
    3,6
    Séances (224)

    Rencontré lors du Festival de Cannes où le film était en compétition officielle, le réalisateur nous raconte ses envies et ses doutes sur la mise en scène de cette incroyable histoire vraie, ce que le sujet de la fin de vie médicalement assistée convoque chez lui et ce qu'il aimerait que le public tire du film, qui sort aujourd'hui dans les salles françaises.

    Journaliste : Mégane Choquet

    Montage : Ando Raminoson

    La bande-annonce de Tout s'est bien passé, en salle dès aujourd'hui :

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • trjtjtjrtsqjr
      Je souhaite que ce film fasse avancer les choses dans cepays possessif qui interdit à chacun de faire ce qu’il veut de sa vie et de samort...Pays prison ou pour notre bien on condamne des gens quadriplégiquesà passer 40 ans dans un lit devant harabnouna alors qu’ils voudraient êtrelibre.
    Voir les commentaires
    Back to Top