Mon compte
    Dopesick sur Disney+ : un drame percutant sur un véritable scandale pharmaceutique avec Michael Keaton
    12 nov. 2021 à 08:45
    Mégane Choquet
    Mégane Choquet
    -Journaliste ciné et séries Streaming
    Journaliste spécialisée dans l'offre ciné et séries sur les plateformes quel que soit le genre. Ce qui ne l'empêche pas de rester fidèle à la petite lucarne et au grand écran.

    Basée sur la crise des opiacés aux États-Unis, Dopesick revient sur le scandale pharmaceutique autour d'un médicament contre la douleur dévastateur. Que vaut cette série, disponible sur Disney+, portée par Michael Keaton et Kaytlin Dever ?

    ÇA PARLE DE QUOI ?

    Adaptation de Dopesick: Dealers, Doctors, and the Drug Company that Addicted America de Beth Macy.

    Au cœur d'une petite ville de l'état de la Virginie, le portait de familles touchées par la crise des opiacés aux États-Unis. Les proches des toxicomanes se lancent dans une guerre auprès des lobbies pharmaceutiques. Les policiers et médecins luttent également au quotidien contre le fléau...

    Dopesick est diffusée sur Disney+Star depuis le 12 novembre à raison d'un épisode par semaine. Épisodes vus : 6/8.

    Dopesick
    Dopesick
    Sortie : 13 octobre 2021 | 60 min
    Série : Dopesick
    Avec Michael Keaton, Peter Sarsgaard, Michael Stuhlbarg, Will Poulter, John Hoogenakker
    Presse
    3,2
    Spectateurs
    4,3
    Voir sur Disney+
    C’EST AVEC QUI ?

    Loin de son image dans Buffy contre les vampiresDanny Strong a fait du chemin en tant qu’acteur et scénariste à Hollywood et propose aujourd’hui un drame édifiant sur la crise des opiacés aux États-Unis. Ce projet important lui permet de collaborer avec plusieurs de ses idoles, dont Barry Levinson qui produit la série et réalise les deux premiers épisodes.

    Dopesick réunit un casting d’exception, entre Michael Keaton, Peter Sarsgaard, Michael Stuhlbarg, Kaitlyn Dever, Will PoulterRosario Dawson et John Hoogenakker, qui met un point d’honneur à incarner avec authenticité et force les acteurs et les victimes de ce fléau qui a gangréné l’Amérique du Nord.

    ÇA VAUT LE COUP D’ŒIL ?

    En adaptant le best-seller de Beth Macy, Danny Strong s’attaque à un sujet important qui a profondément marqué les États-Unis : la crise des opiacés et plus particulièrement l’enquête complexe sur Purdue Pharma, une société pharmaceutique dont l’un des produits, l’oxyContin, est considéré comme le principal responsable de cette crise.

    Hulu

    Ce médicament utilisé comme traitement contre la douleur a fait l’objet d’une publicité mensongère de la part de Purdue Pharma, qui a délibérément omis les effets néfastes et l’addiction provoquée par la prise régulière de ce produit. Et c’est ce médicament qui va bouleverser la vie des personnages de Dopesick.

    Comment un pays est devenu accro

    La série se veut chorale et permet de s’intéresser autant aux instigateurs qu’aux victimes et aux enquêteurs, impliqués dans ce scandale pharmaceutique dramatique. Ainsi, la caméra nous emmène dans les coulisses des salles de réunion de Purdue Pharma, dans les bureaux de la DEA mais aussi dans le cabinet d’un médecin aux abois face à la détresse et la douleur d’une communauté minière en Virginie.

    Il est difficile de suivre autant de personnages, tant les enjeux, importants, sont complexes. Et les incessants allers et retours dans le temps sur une vingtaine d'années n’aident pas réellement à s’intéresser à certaines arches, notamment celles qui concernent la police et la justice, avec des protagonistes insipides et mal écrits.

    Hulu

    Là où la série frappe fort et accroche le spectateur, c’est quand elle met en opposition les séquences chez Purdue Pharma, avec une famille prête à tout pour s’enrichir, et celles au sein de la communauté minière qui plonge dans une spirale infernale à cause de la drogue vendue par la société pharmaceutique. On apprécie une mise en scène assez classique mais efficace qui permet à la série de ne pas tomber dans le sensationnalisme vulgaire mais plutôt de se concentrer sur les faits tragiques.

    On notera les performances sincères et appliquées de Kaitlyn Dever (déjà exceptionnelle dans Unbelievable), en victime du médicament OxyContin, et Michael Keaton, en médecin manipulé par l’industrie pharmaceutique. Dopesick vaut pour ces prestations et ces acteurs de premier plan qui incarnent les protagonistes les plus importants de cette crise des opiacés.

    Malgré une construction narrative alambiquée et des personnages secondaires manquant d’épaisseur, Dopesick permet de mettre en lumière ce fléau qui touche toujours les États-Unis à travers des scènes édifiantes, quasi documentaires, qui montrent jusqu'où peut aller l'indignité face à la douleur humaine et comment le capitalisme a rendu accro à un mensonge des millions de gens.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top