Mon compte
    L'Algérie en "Question" à Quimper
    8 janv. 2002 à 11:00

    Menacée par des anciens combattants et le MNR, la projection de "La Question" aura lieu ce mardi 8 janvier à Quimper, sous protection de la préfecture.

    Saisissant l'occasion de la ressortie de La Question, film de Laurent Heynemann sur la torture pendant la guerre d'Algérie (), la section locale du P.C. de Quimper annonce fin 2001 son intention d'organiser une projection spéciale du film le mardi 8 janvier au cinéma le Chapeau-Rouge. Des anciens combattants et des membres du MRP (Mouvement National Républicain dirigé par Bruno Mégret) s'en émeuvent alors, et annoncent leur intention de perturber la soirée.

    Une vive polémique s'engage fin décembre quant à la projection du film. En témoignent les nombreux articles parus dans le quotidien régional Le Télégramme de Brest. L'Union Nationale des Combattants (UNC) du Finistère accuse notamment Henri Alleg "d'attenter à la mémoire de nos morts et à l'honneur de notre armée". Et le MRP de renchérir en la personne de Claudine Dupont-Tingaud, qui assure qu'elle "viendra défendre les victimes des attentats FLN en Algérie et de leurs complices métropolitains porteurs de valise, lors du débat qui suivra la projection du film La Question, (...) afin aussi de rétablir la vérité et de faire cesser l'obligation de repentance qui s'exerce auprès de tous les participants aux événements de la guerre d'Algérie".

    Dénoncer la torture et les meurtres

    La Question est tiré du livre autobiographique du même titre d'Henri Alleg, co-fondateur avec Albert Camus du journal Alger républicain. Dans La Question, il raconte comment il fut arrêté et torturé par les parachutistes en 1957 et dénonce le meurtre de Maurice Audin, incarcéré dans les mêmes conditions que lui. Josette Audin, la veuve de la victime, Henri Alleg lui-même et Simone de la Bollardière, veuve du général qui a dénoncé la torture en Algérie, ont été invités à débattre du sujet le mardi soir lors d'une discussion organisée après la projection du long métrage.

    Devant les menaces de perturbation, la secrétaire de la section locale du P.C. Yvonne Rainaro, soutenue par de multiples associations, a demandé au Préfet de garantir la diffusion du film. Sorti en 1977, La Question avait été retiré de l'affiche à la suite d'incidents survenus lors des projections. 25 ans après, et le débat sur les crimes commis par l'armée en Algérie enfin lancé, les Français semblaient pourtant prêts à recevoir La Question sans polémique...

    Amélie Charnay




    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top