Mon compte
    Sans filtre : 5 choses à savoir sur la Palme d'or de Ruben Östlund
    1 oct. 2022 à 12:00
    Emilie Schneider
    Emilie Schneider
    -Journaliste
    Amatrice d’œuvres étranges, bizarres, décalées et/ou extrêmes, Emilie Schneider a une devise en matière de cinéma : "si c'est coréen, c'est bien".

    En salles depuis mercredi, "Sans filtre" est la nouvelle satire féroce de Ruben Östlund. Lauréat de la Palme d'or au dernier Festival de Cannes, le film nous embarque à bord d'une croisière qui vire au cauchemar.

    Sans filtre de Ruben Östlund

    Avec Harris Dickinson, Charlbi Dean KriekWoody Harrelson

    De quoi ça parle ? Après la Fashion Week, Carl et Yaya, couple de mannequins et influenceurs, sont invités sur un yacht pour une croisière de luxe. Tandis que l’équipage est aux petits soins avec les vacanciers, le capitaine refuse de sortir de sa cabine alors que le fameux dîner de gala approche. Les événements prennent une tournure inattendue et les rapports de force s'inversent lorsqu'une tempête se lève et met en danger le confort des passagers.

    Sans filtre
    Sans filtre
    De Ruben Östlund
    Avec Harris Dickinson, Charlbi Dean Kriek, Woody Harrelson
    Sortie le 28 septembre 2022
    Séances (40)

    Deuxième Palme et premier film en anglais

    Sans filtre a obtenu la Palme d'or au Festival de Cannes 2022. Il s'agit de la seconde Palme de Ruben Östlund, après The Square en 2017. D’origine suédoise, le réalisateur signe son premier film en langue anglaise. Ses scénarios traitant de sujets universels, la principale difficulté a été pour lui de saisir les nuances de la langue de Shakespeare. Les comédiens lui ont permis de combler ses lacunes et d’enrichir les dialogues. Il souligne cependant : “je suis partagé sur le fait de faire des films en anglais car je reste critique de la domination de la culture anglo-saxonne. L’influence qu’elle a sur la Suède et sur la Scandinavie a pris des proportions délirantes.”

    Triangle de tristesse

    Le titre original de Sans filtre est Triangle of Sadness, "triangle de tristesse" en français. Cela fait référence à un terme utilisé dans l’industrie de la beauté. Une des amies de Ruben Östlund s’est entendue dire par un chirurgien esthétique lors d’une soirée au sujet d’une ride entre ses sourcils : “Vous avez un triangle de tristesse assez profond… Mais je peux arranger ça avec du Botox en un quart d’heure”. Le réalisateur raconte : “En suédois, on appelle ça la ride du souci, elle serait le signe qu’on a eu beaucoup d’épreuves dans sa vie. J’ai trouvé que c’était révélateur de l’obsession de notre époque pour l’apparence et du fait que le bien-être intérieur est, d’une certaine manière, secondaire.”

    Le yacht

    Les scènes en extérieur sur le yacht ont été filmées sur le Cristina O, l’ancien yacht des Onassis. Le réalisateur explique : “Ce yacht est un symbole très fort de l’élite des années 60 et 70 et de la ribambelle d’hommes célèbres et puissants comme Churchill qui ont passé beaucoup de temps à son bord.” L’équipe a tourné neuf jours sur le yacht, ce qui représentait un budget conséquent. Le tournage sur le bateau s’est achevé la veille du début d’un nouveau confinement. “S’il avait été décrété quelques jours plus tôt, je ne sais pas comment on aurait pu finir le film”, raconte Ruben Östlund.

    Épingler le milieu de la mode

    Après le monde de l’art contemporain dans The SquareRuben Östlund s’attaque au milieu de la mode, qu’il connaît bien pour avoir créé en 2018 une ligne de vêtements (appelée “Bourgeoisie discrète”) pour la marque suédoise pour homme de son ami Per Andersson, Velour. Sa compagne est par ailleurs photographe de mode. Il a découvert lors de ses recherches que les mannequins hommes gagnent en général trois fois moins qu’une femme. Cette disparité de salaire était l’occasion de mettre en scène un couple de mannequins et d’observer la différence de traitement entre eux. Il précise : “De nombreux mannequins hommes m’ont dit qu’ils étaient souvent confrontés à des hommes homosexuels ayant beaucoup de pouvoir dans le milieu et qui voulaient coucher avec eux, parfois contre la promesse d’une plus belle carrière.”

    Quelques chiffres

    - Nombre d’acteurs auditionnés pour le rôle principal de Carl : 120 - Nombre moyen de prises de vue par scène : 23 - Heures de rushes : 171 - Temps de montage : 22 mois - Jours de tournage : 73 étalés sur 3 périodes (19.02.2020 - 26.03.2020 en Suède / 27.06.2020 - 03.07.2020 en Suède / 18.09.2020 - 13.11.2020 en Grèce) - Nombre de tests covid réalisés pendant la production : 1061 / tous négatifs

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top