Mon compte
    Braveheart
    Note moyenne
    4,2
    44290 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Braveheart ?

    905 critiques spectateurs

    5
    522 critiques
    4
    249 critiques
    3
    65 critiques
    2
    46 critiques
    1
    12 critiques
    0
    11 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    pierrre s.
    pierrre s.

    369 abonnés 3 245 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 20 janvier 2014
    Film d'aventure pure race, BraveHeart, est porté par un souffle épique, ainsi que par la grande performance de Mel Gibson, tant devant que derrière la caméra.
    HawkMan
    HawkMan

    157 abonnés 1 137 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 15 mars 2022
    Je ne vois pas comment ne pas noter ce film en chef d'oeuvre ! Quel force ! Quel spectacle ! Mel Gibson signe un film magistral autour de la vie de William Wallace, héros et symbole de l'indépendance écossaise au temps du Moyen-Âge !
    Ce film, violent, poétique, cruel, romantique, est porté avec maestria par la musique de James Horner.
    Bref : un film de coeur et de bravoure.
    vive-le-cine123654789
    vive-le-cine123654789

    86 abonnés 621 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 19 mars 2013
    Une fresque historique époustouflante. Dire qu'il s'agit d'une leçon sur la liberté et son importance serait trop facile. Je me contenterai de reprendre les paroles d'un film sorti récemment, disant que seuls ceux qui sont privés de liberté savent ce que ce mot signifie. Si la première heure du film est un peu gnangnan, c'est pour mieux installer les bases de l'intrigue et nous faire comprendre les motivations du personnage. Ou comment une vengeance va se transformer en conviction. Jeanne d'Arc n'est pas la seule à avoir bouter les anglais hors de son pays. Le film prend le temps (parfois trop) de nous décrire les différentes étapes ainsi que le contexte politique sous-jacent. Les batailles sont au finale assez éparses et intense pour réveiller le spectateur n'aimant pas les longs discours, mais elles sont éclipsées par tout ce qui se passe autour. D'ailleurs, ces mêmes batailles sont très violentes à la fois physiquement (parler de boucherie serait un euphémisme) mais aussi psychologiquement, car on est vraiment porté par les émotions du personnage. On a la rage de vaincre, la joie de la victoire et la désillusion de la défaite. Quant au final, tout simplement magnifique. Le casting est assez clivé, ce qui est rare dans ce genre de film. Autant les rôles principaux sont plutôt corrects, voir bons (ou même très bon dans le cas du fantastique Mel Gibson, même si on adhère pas à la coupe) ; autant, les rôles plus secondaires laissent de marbres. Chez certains figurants, on en voit même certains qui ont l'air de s'en foutre totalement. Alors quand c'est au milieu de la masse, ça va. Mais quand le gros plan est dessus, ça passe un peu moins. La musique est très belle : un peu répétitive, mais collant parfaitement à l'atmosphère du film et réservant quelques passages qui nous transportent vraiment en Ecosse. La mise en scène n'est pas génialissime, mais elle est de très bonne facture. Les scènes de batailles sont très bien gérées et maîtrisées, les scènes intimes un peu moins et le reste du temps, ça reste très classique mais très efficace car il y a quand même quelques plans sympatoches. Les décors sont quant à eux magnifiques, rendant justice à ce beau pays. Bref, un film parfois un peu long mais qui véhicule un message primordiale et que je conseille vivement !
    cylon86
    cylon86

    2 296 abonnés 4 430 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 1 octobre 2012
    Mel Gibson (ici devant et derrière la caméra) nous plonge au cœur de l’Écosse du XIIIème siècle et de sa lutte pour la liberté contre l'Angleterre avec ce film épique où a barbarie côtoie le patriotisme et l'amour. Le scénario comme le film sont plus à l'aise dans le spectaculaire (superbes scènes de bataille) que dans l'intimiste qui frise parfois le ridicule (Sophie Marceau a beau être belle, elle est ici carrément sous-exploitée) mais le parcours de William Wallace fascine d'autant plus que Mel Gibson est très inspiré, sachant filmer comme il le faut des scènes violentes au milieu de superbes décors. Certains seconds rôles sont particulièrement soignés comme le roi Edward (Patrick McGoohan, très bon quand il joue les salauds) ou alors Robert le Bruce tandis que d'autres ne le sont pas (surtout les deux personnages féminins du film). Mais "Braveheart" est avant tout un film épique dont le souffle ne faiblit jamais, trouvant son apogée dans la violence lors de scènes de combat qui donnent envie de suivre les personnages pour la lutte d'une indépendance qui ne nous concerne même pas et qui est bien lointaine. Pour ça, le film est une véritable réussite qui sait toucher son public.
    WinslowLeach666
    WinslowLeach666

    26 abonnés 359 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 21 octobre 2006
    Quel film...quelle puissance....quelle émotion.....ça c'est de la fresque guerrière. Gibson tape fort avec cette réalisation magnifique.
    LIBERTEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE
    Roub E.
    Roub E.

    769 abonnés 4 852 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 26 février 2014
    Un film brutal et subtil. Brutal par ses batailles épiques et réalistes, ça tranche, ça coupe, ça perce le tout dans une grande sauvagerie. Subtil de part son analyse politique à la fois de l histoire de William Wallace et du parallèle que l'on peut faire de l animal politique qu est l homme. En effet la raison principal qui fait échouer l idée d une Écosse libre sont les luttes intestines des nobles écossais pour des miettes de pouvoir, préférant l intérêt personnel à l intérêt collectif. Et puis je crois que c est le seul bon film que j ai vu avec Sophie Marceau, ça
    mérite d être souligné.
    Themistocle_480
    Themistocle_480

    48 abonnés 240 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 30 juin 2010
    Quel film! ! Certainement LE film épique par excellence (cependant pas le meilleur), contenant tout ce qu'un film de ce genre doit contenir: un héros charismatique et complexe, un méchant détestable et sadique, des scènes de batailles homérique, un scénario riche en rebondissements, une moralité sur la vie, la liberté, le courage, et, surtout, un souffle épique, et une intensité dramatique, ces derniers étant présent grâce aux précédents éléments.
    Les trois premiers quarts d'heures sont lents, mais déjà prenants; le climax du film est basé essentiellement sur deux personnages: William Wallace, héros créé par Mel Gibson, et certainement devenu l'archétype du héros tragique au même titre que Maximus: à la fois attachant, charismatique, émouvant; et le roi Edward le Sec, l'un des "méchants" les plus réussis jamais créés: un roi cruel, ignoble, mais néanmoins charismatique, qui réussi à provoquer la révolte intérieure chez le spectateur. Il représente l'archétype du mauvais roi, qui prive ses sujets de libertés. Braveheart est très manichéen, bien sûr, mais ce manichéisme est tellement sincère, symbolique et intense qu'il devient l'un des points forts du film. Un autre axe sur lequel est basé l'histoire est bien sûr l'histoire d'amour entre Wallace et Murron. Pour une fois, cette romance m'a touchée, certainement parce qu'elle est là pour servir le scénario, et pas pour permettre à Braveheart de remplir le cahier des charges du parfait blockbuster. Bref, vous l'aurez compris, Braveheart possède un souffle épique et une ambiance lyrique très intenses. Les costumes sont réussis, en revanche, les décors semblent un peu absents, mais peu importe. Les batailes en elle-mêmes (les nuées de flèches, les charges) ont un peu vieilies, mais les combats sont bien chorégraphiés, violents, et filmés avec lisibilité. Mais ce qu'il y a de vraiment remarquable, dans ces eux batailles, ce sont leur dimension épique, rarement égalée. Le scénario , basé sur ces personnages poignants et sur cette intensité dans l'ambiance, est tout simplement passionnant, et il contient un lot impressionnant de trahisons et de rebondissements. Le rythme est très soutenu, on ne s'ennuie pas pendant ces 2h50, magré quelques longueurs dûes à la seconde histoire d'amour (assez inutile, d'ailleurs). Les messages transmis par ce film sont très nombreux et très importants: des messages de paix, d'humanité, une critique du conservatisme également: toutes ces thématiques alimentent le souffle épique du film. à ce propos, le personnage de Robert le Bruce est très réussi, la scène de traîtrise est extrêmement poignante. La musique de James Horner, au premier abord, déçoit un peu:l elle manque d'intensité, surtout lors de scènes de batailles. Mais les thèmes sont tout simplement sublimes, et plongent le film dans une ambiance écossaise. On pourra cependant regretter, dans ce film, un final improbable, bien que poignant, une second histoire d'amour un peu inutile, et le petit nombre de combats durant le film. Je regrette personellement que les trois premiers quarts d'heures du film soient surtout basés sur la tragique romance entre Wallace et Murron; bien qu'elle soit réussie, cela ne donne pas au film autnt d'intensité que dans Gladiator. Bref, Braveheart est un chef d'oeuvre, ou peu s'en faut. Pour ma part je préfère tout de même Gladiator (plus grande intensité épique, meilleure réalisation), le dernier samouraï (même raisons), Troie (surtout director's cut)(plus complexe, mieux réalisé), 300 (plus intense, plus marquant), et même Kingdom of Heaven director's cut (plus de thèmes abordés, meilleure réalisation). Et, dans l'ensemble, j'ai plus été touché par la fureur vengeresse de Maximus, par l'amitié entre Nathan Algren et Katsumoto, l'amitié entre Achille et Patrocle, le desin tragique de Léonidas et le personnage de Balian que par l'histoire d'amour entre Murron et Wallace.
    Ti Nou
    Ti Nou

    426 abonnés 3 387 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 30 août 2007
    Etonnamment plus à l'aise derrière la caméra que devant, Mel Gibson ne parvient pas à donner tout le charisme qu'il faudrait à son personnage de William Wallace mais il réalise son deuxième film avec un brio incroyable.
    Louis Morel
    Louis Morel

    38 abonnés 850 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 31 mai 2012
    Un film à l'ultraviolence spectaculaire, aux acteurs époustouflants, au scénario magistrale : Un film MAGNIFIQUE, un pur divertissement !
    CréatureOnirique
    CréatureOnirique

    78 abonnés 56 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 22 juin 2015
    Pendant longtemps, l'épopée, genre favori des studios dans les années 60, ne fut plus. Après l'échec de La Chute de l'Empire romain, les studios se rendirent compte que de tels films ne déplaçaient plus les foules. Alors, ce genre sublime qu'est l'épopée disparut, d'autant plus qu'arrivait le mouvement connu sous le nom de « Nouvel Hollywood », où les films se faisaient plus personnels et moins axés sur le grand spectacle (du moins pour certains d'entre eux, d'autres sont pleinement des films à grand spectacle, comme Apocalypse Now, Le Parrain ou encore La Porte du Paradis).

    Dans les années 90, un film rendit aux épopées toute la place qui leur revenait dans le paysage cinématographique, en apportant la touche d'authenticité et de brutalité que beaucoup avaient recherchés et peu avaient atteints. Ce film est Braveheart. Et paradoxalement, le grand fan d'épopées que je suis ne l'avait jamais vu.

    Et le moins que l'on puisse dire c'est que Mel Gibson (dont c'est la première réalisation) se débrouille à merveille. La passion avec laquelle il filme les paysages d'Ecosse, les moments intimes ou romantiques, les amours de William, les scènes de bataille et les intrigues politiques est palpable. Il a dit s'être inspiré de films comme Spartacus ; il faut avouer qu'il surpasse ses modèles, tant le souffle épique de son œuvre se sent. Il est donc un excellent metteur en scène, et il est urgent qu'il s'adonne à d'autres épopées, car son talent en ferait encore des œuvres splendides.

    Pour autant, quelque chose dérange dans Braveheart : son manichéisme. Franchement, c'est tellement visible que la chose en devient presque caricaturale. Les anglais sont très méchants et les écossais sont des gentils messieurs/dames qui défendent leurs terres (sauf les traîtres, mais c'est normal ils sont alliés aux anglais). Certes les écossais tuent, mais toujours parce que leurs ennemis sont mauvais et fourbes. D'habitude, j'aime bien le patriotisme dans un film, quand ce n'est pas bête, mais là, le mot « patrie » revient toutes les 3 secondes, et vas-y que je t'envoie du « vive l'Ecosse » à tous bouts de champs... un peu gênant quoi. C'est quelque chose qui dérange et peut faire décrocher du film. Durant les trois premiers quarts d'heures du film, j'ai souffert de ce manichéisme évident et consternant. Wallace se comporte comme un monstre, pour son pays, et Gibson semble vouloir nous persuader que c'est bien, que la cause écossaise vaut bien ces « bavures ».

    C'est alors qu'arrive le dernier quart d'heure. Et là, une hypothèse arrive, et ça change tout.

    spoiler: Gibson laisse clairement sous-entendre que Wallace s'est battu, non pour l'Ecosse, non pour la liberté, mais seulement par vengeance. On a tué la personne qu'il aimait, il voue, pour cela, tous les anglais à sa revanche. D'ailleurs, quand il rentre, veut-il faire la guerre ? Pas du tout, il ne souhaite que la paix. Ce n'est que lorsque son épouse est tuée qu'il prend les armes. À ce titre, la fin est particulièrement forte. Premièrement de par sa violence, deuxièmement parce qu'elle achève ce processus. Wallace hurle « Liberté ! » mais surtout, il voit Murron avant d'être décapité. La fin est donc loin d'être un « Happy ending ». Au contraire, elle apporte une sorte de conclusion morale : la vengeance ne mène à rien.


    Un mot sur le casting : excellent. Y compris Sophie Marceau, dont le jeu très sobre convient parfaitement. Ma palme irait quand même à Patrick MacGohan, qui semble s'amuser comme un fou dans le rôle d'Edward le Sec, roi d'Angleterre.

    Tout le monde a dit à quel point la réal était maitrisée. Tout juste certains costumes manquent-ils de crédibilité, et certaines foules, de figurants.

    Verdict : une épopée qui, sans être parfaite, est cependant transportée par un souffle digne des plus grandes. Je ne le classerait pas parmi mes films préférés du genre (parmi lesquels se trouve Le Seigneur des Anneaux et Le Cid), mais ce film reste très bon et mérite d'être vu.
    Hunter Arrow
    Hunter Arrow

    108 abonnés 409 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 26 août 2012
    Il faut le reconnaitre mais quand on voit ce Braveheart on constate qu'il n'a pas inventer le fil à couper l'eau chaude dans son fond. C'est un spectacle hollywoodien tout ce qu'il y a de plus classique dans ses tenants et aboutissants, romançant largement la destinée de William Wallace quitte à sombrer dans un certains manichéisme.

    Mais il faut reconnaitre les grandes oeuvres du cinéma quand on est devant et il faut admettre que ce Braveheart en fait tout de même partie. Certes le scénario est classique mais très efficace et doté d'une belle puissance dramatique. L'ambiance est là elle aussi, renforcée par une BO de toute beauté de James Horner. L'interprétation des acteurs est elle aussi très bonne.

    Mais ce qui fait la force de ce film c'est aussi et surtout sa réalisation. Mel Gibson signe des plans magnifiques mais aussi ce qui semble être les meilleurs batailles vues au cinéma.

    Epique, violent, noble, crasseux ce Braveheart est sans doute l'un des meilleurs film du genre.
    rcan
    rcan

    45 abonnés 88 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 17 août 2015
    Film culte de 1995, réalisé par Mel Gibson, avec Mel Gibson, Braveheart récolte pas moins de 5 oscars :
    ■ Meilleur film ■ Meilleure photographie ■ Meilleur maquillage
    ■ Meilleur réalisateur ■ Meilleur montage sonore

    Avec ses nombreuses récompenses, ses très bonnes notes et son sujet intéressant, Braveheart avait tout pour me plaire ! Heureusement, ce fut le cas !

    Braveheart est un film magnifique, où la maitrise de Mel Gibson est impeccable, que ce soit à la réalisation ou pour son jeu d'acteur. Il a et s'est investi pour le film, et ses efforts paient ! Une vraie réussite donc, pour le "modeste" budget de 72 000 000 $.
    Tout d'abord, lorsque l'on sait que le film se déroule en Ecosse, on s'attend à avoir de magnifiques images. Armé d'un très bon directeur de photographie, Braveheart nous plonge au cœur de l'Ecosse, où les paysages somptueux défilent et nous en mettent plein la vue ! Déjà rien que pour ça, Braveheart frappe fort ! Mais l'image ne fait pas tout, il y a également le reste qui accompagne le film. Pour cette fresque historique, il fallait absolument un compositeur de talent pour rendre ce film mémorable ! C'est au défunt James Horner que l'on a fait appel ! Ayant déjà entendue certaines de ses BO pour la plupart magnifiques et surtout mémorables, je partais très confiant. Le résultat fut à la hauteur de mes attentes, Horner signe ici un BO superbe de bouts en bouts, avec des morceaux variés et tous aussi beaux les uns que les autres ! Il n'y a pas que le thème principal qui retient notre attention, mais bien la quasi totalité de cette BO !
    On ressent parfaitement cette ambiance écossaise, avec les cornemuses, les kilts, les costumes. On voit que le paquet a été mis au service du film !

    A l'origine, devant être réalisé par Terry Gilliam c'est finalement Mel Gibson qui a pris le projet en main suite au refus de ce dernier. Pour son 2e long métrage, Mel frappe fort, il signe surement le plus beau et grand film de sa carrière en tant que réalisateur. Le tout est très bien filmé, les acteurs sont bien dirigés c'est vraiment un beau succès !
    Braveheart met en scène de l'épique, du romantisme, et de l'historique sans jamais tomber dans l'excès. Que ce soit la romance du début qui est parfaitement maîtrisée et agréable à suivre comparée à certains autres films. Ou encore, les scènes d'actions qui sont filmées avec un tel réalisme, qu'on se croirait être sur le champ de bataille. On est dans de la barbarie pure et dure ! Malgré la dose de violence figurant dans ces scènes, on ne tombe une fois de plus pas dans l'excès. Pour comparer, elles sont similaires à celle de Gladiator en étant toute fois un peu moins visibles à l'écran.

    Ce que je craignais le plus n'est finalement pas arrivé. Pendant pratiquement 3 heures, Mel mélange action, suspens, drame, romantisme, et donne un certain rythme continu à son film qui nous empêche de décrocher ! On est tenu en haleine tout au long avec un certain intérêt pour ce William Wallace et ses compatriotes.
    Braveheart prend son temps pour raconter son histoire. Passant d'une introduction sur la jeunesse de Wallace, on arrive finalement à l’événement déclencheur qui provoquera cette rébellion au sein des Écossais.

    Si Mel Gibson impresionne à la réalisation, il fait de même en tant qu'acteur. Incarnant ici le fameux William Wallace, il donne du caractère à son personnage ! Charismatique, rusé et barbare, on s'attache à Wallace. Malgré ce beau casting impressionant, où figure une belle palette d'acteur dont leur prestation sont excellentes (Patrick McGoohan, Brian Cox, Brendan Gleeson,Mel Gibson) c'est bel et bien ici que l'on peut faire un reproche.
    Pas sur l'actrice elle-même, mais plutôt son rôle trop peu développé. Sophie Marceau qui malgré son jeu très sobre ne fait que quelques apparitions et ne permet pas à son personnage de s'affirmer totalement. Avec son nom en tête d'affiche, on pouvait penser qu'on ferait plus que de l'apercevoir, mais ça n'est pas le cas.
    Après, ce n'est qu'un détail et non un défaut majeur.

    Au final, Braveheart est un excellent film où les défauts sont très peu présents. Une fresque épique, servie par des batailles d'un réalisme très maîtrisé, ajouté à cela les acteurs, la musique et les décors et un final magnifique, ça en devient mémorable ! Comme Gladiator, j'ai mis un certain temps à m'y mettre, et je ne comprends pas pourquoi ! Un film superbe, que je vous recommande vivement !
    janisaire
    janisaire

    79 abonnés 1 895 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 15 février 2010
    magnifique culte enorme genial monumental extraordinaire sublime
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 20 avril 2013
    Mel Gibson joue ici sans doute le meilleur rôle de sa carrière : il incarne William Wallace, un homme se rebellant contre l'armée anglaise pour venger sa bien-aimée et qui devient, malgré lui, une véritable légende. Même si ce film date de 1995, les images restent d'une très bonne qualité : je pense notamment à la première scène de combat où les ralentis sont extraordinaires. " Braveheart" demeure le meilleur film de son genre, d'autant pour son casting que pour ses scènes aussi mythique que barbares. Ce film est un hommage aux combats pour la liberté, et pour la justice. Il a marquée le 7ème art et fut, très justement, couronné de 5 Oscar.
    moonboots
    moonboots

    51 abonnés 1 322 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 15 juillet 2009
    un mariage entre Mad Max et la Passion du Christ
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top