Notez des films
Mon AlloCiné
    La Captive aux yeux clairs
    note moyenne
    4,0
    282 notes dont 48 critiques
    répartition des 48 critiques par note
    12 critiques
    18 critiques
    12 critiques
    5 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur La Captive aux yeux clairs ?

    48 critiques spectateurs

    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 1 361 critiques

    3,5
    Publiée le 28 mars 2020
    C'est l'un des classiques du western états-unien, l'un des cinq westerns que comprend la filmo de Howard Hawks (avec La Rivière rouge, Rio Bravo, El Dorado et Rio Lobo) et l'un de ces westerns des années 1950 attestant un changement de regard sur les Indiens d'Amérique, westerns dans lesquels un bon Indien n'est pas un Indien mort (cf. aussi La Flèche brisée de Delmer Daves, Le Vent de la plaine de John Huston…). Côté intrigue, on retrouve un schéma récurrent dans l'œuvre de Hawks : un groupe affrontant un danger (lié à la nature ou à un autre groupe humain), une amitié qui se noue entre deux hommes d'âge différent, une femme qui introduit une certaine rivalité, un désordre dans l'ordre établi, une augmentation du péril pour le groupe, mais une femme libre, à l'initiative sur le plan sentimental, là où les hommes sont en retrait, engoncés dans des codes et des règles dont ils ont du mal à se défaire. Le film est un peu lent à démarrer. Hawks prend son temps pour poser les personnages, l'action et les décors. La narration gagne en épaisseur progressivement, une belle épaisseur humaine, nourrie de solidarité, d'amitié, d'amour, de rivalité délicate. Où affleurent aussi une tension érotique et quelques ambiguïtés sexuelles (qui n'étaient probablement pas voulues par Hawks). Le scénario est plaisant et attachant. Sans fulgurance. Sobre et équilibré, comme le style visuel, d'un classicisme élégant. Mise en scène fluide, beaux plans larges exploitant la beauté des lieux, noir et blanc superbe.
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 883 critiques

    3,0
    Publiée le 24 novembre 2019
    Une expédition de trappeurs remonte le Missouri en direction du Montana. Le sentier qu’emprunte habituellement les colons est remplacé ici par une voie fluviale. La nature, un peu sage toutefois, tient donc un rôle aussi important que celui de Kirk Douglas, Dewey Martin ou encore Arthur Hunnicutt. Un film un peu lent et statique que j’ai redécouvert dans sa version longue d’une qualité plus que discutable. A noter que ce western centré comme souvent chez Howard Hawk sur les relations entre les protagonistes, est le seul qu’il réalisa sans John Wayne.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 1 412 critiques

    3,5
    Publiée le 3 juin 2019
    "The big sky" est un beau western à ciel ouvert se déroulant presque uniquement sur le fleuve du Missouri et dans les forêts environnantes. Le flm raconte une histoire d'amitié entre deux hommes, inscrite dans une communauté soudée qui doit nouer contact avec une tribu indienne : pour ce faire, la jeune et belle Teal Eye (Elizabeth Threatt) les accompagne afin de faciliter la rencontre. Mais cette indienne attire les regards de tous les hommes composants cette bande d'aventuriers, dont ceux de Jim (Kirk Douglas) et de Boone (Dewey). Leur amitié peut-elle tenir face à cette femme qu'ils aiment tous deux, bien qu'ils ne peuvent lui parler, la langue devenant ainsi un obstacle à la grande idée hawksienne qu'est le vivre ensemble ? Le film met habilement en scène le rapport d'abord méfiant puis respectueux entre Teal Eye et les hommes qui l'accompagnent à travers de pures scènes d'action (le dialogue étant impossible) plus ou moins développées : on peut passer d'un simple duel au couteau à une attaque massive d'indiens en passant par une tentative de sauvetage de noyade dans des courants forts. Mais les liens de solidarité qui se tissent dans ce très beau trio ne font pas oublier le sentiment amoureux dominant, lequel donne au dernier mouvement du film une teinte plus mélancolique inhabituelle chez Hawks – le personnage émouvant de Zeb Calloway n'est d'ailleurs pas étranger à cette tonalité. Malgré un traitement rigoureux et évolutif des personnages et une capacité à les inscrire dans des décors superbes (les scènes nocturnes dans la forêt sont magnifiques), la narration manque globalement de fluidité et impacte sur un rythme manquant de maîtrise, bémol qui place "The big sky" en dessous des meilleurs films d'Howard Hawks.
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 611 critiques

    4,5
    Publiée le 18 août 2018
    « La Captive aux yeux clairs » n'est pas le long métrage le plus connu ni le plus célébré d'Howard Hawks. Et pour cause, ce fut un échec commercial à sa sortie, Hawks n'en fut d'ailleurs jamais tout à fait satisfait. Pourtant je le préfère largement à « La Rivière Rouge » son premier western, quelque peu austère et brutal, alors que « la Captive aux yeux clairs » est un modèle d'harmonie et de douceur, percé ça et là d'éclairs de violence. Dans l'ensemble, on se laisse bercer par ce récit de trappeurs joyeux et hardis, au rythme des chansons chantées à pleins poumons, entourés par un nombre inhabituel de Français (si si !) pour un film de ce genre et de cette époque. Il règne dans ce long métrage une bonne humeur communicative. Les deux héros masculins, Jim Deakins (Kirk Douglas) et Boone Caudill (Dewey Martin) font connaissance en s'échangeant de vigoureux coup de poings... Et c'est ainsi que leur amitié commence ! Le temps de sortir de sa prison le vieil oncle de Boone, Zeb Calloway (Arthur Hunnicutt, truculent au possible), les deux héros se joignent à un groupe de trappeurs français, qui espèrent commercer avec les Pieds Noirs (ou Black Feet), tribu indienne dont ils détiennent une femme – la fameuse captive aux grands yeux tout à fait cinégéniques – afin de l'échanger contre des fourrures et autres avantages sonnants et trébuchants. Mais au lieu de se focaliser sur l'intrigue, tortueuse au possible, Hawks s'attache à filmer les péripéties, les rebondissements, mais aussi les à-côté de ce voyage interminable. Il prend le temps de créer une véritable atmosphère, et on se croit plongé dans cette époque, comme dans un documentaire qui aurait traversé le temps. Tout semble plus vrai que nature. On est ravi d'échouer dans une auberge où le whisky coule à flots et où hommes et femmes chantent de leur plus belle voix, dans un français touchant. D'ailleurs, on s'amuse de ces Français râleurs et charmeurs, de leurs petites combines. Mais aussi de ce passage dans la prison, où Zeb Calloway semble s'y sentir comme chez lui. Et comment ne pas résister à ces passages où les trappeurs établissent leur campement, avec leurs viandes grillées et le whisky omniprésent... Et quand vient le temps de l'action, le rythme change du tout au tout. Des fulgurances viennent traverser le récit, à l'image de ce bateau qui remonte lentement le cours du fleuve, très lentement... Jusqu'à ce que les Indiens viennent rompre la tranquillité du périple, et amener avec eux inquiétudes et menace. Une menace dont les trappeurs mettront du temps à se défaire, d'autant qu'en parallèle une compagnie de commerce de fourrures, ayant engagé de redoutables mercenaires, se jette toute entière à leurs trousses, avec la puissance et les moyens financiers d'une organisation particulièrement efficace... Alternants de longs moments de calme, des scènes d'anthologie et des séquences plus animées, « La Captive aux yeux clairs » n'est pas un immense chef-d’œuvre. Pour autant, c'est à mon sens un grand et beau western, et même un grand et beau film tout court. A l'image de cette dernière séquence, qui vient donner une dimension supplémentaire, et même un supplément d'âme à ce long métrage décidément très attachant.
    JC J.
    JC J.

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 11 février 2018
    C'est un super film mais je ne l'ai pas acheter le DVD parce qu'il n'est pas en couleur, il devrait y avoir les deux version et pouvoir choisir
    babidi
    babidi

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 273 critiques

    3,5
    Publiée le 20 janvier 2018
    un film dirige de main de maitre comme a l habitude de Mr Hawks kirk douglas fait le travail avec brio accompagne de second role assez bien campe un film un peu long a mon gout et qui reste en dessous de ses collaborations avec john wayne a voir cependant car tout film de howard hawks reste un plaisir
    Attigus R. Rosh
    Attigus R. Rosh

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 2 068 critiques

    3,0
    Publiée le 23 décembre 2017
    La captive aux yeux clairs est film sympathique d'Howard Hawks. L'histoire (inspiré du livre d'A. B. Guthrie Jr.) est très bien. Ce n'est peut-être pas le western le plus mémorable (et puis, il faut admettre que du fait de son âge très avancé – plus de 60 ans – visuellement, la qualité pêche un peu) mais il est tout de même enthousiasmant. Le film est tout de même sacrément long (deux bonnes heures) et il y a des moments de longueurs. Le trio d'acteur est assez bon entre Kirk Douglas, Dewey Martin et Elizabeth Threatt. Les décors de l'Amérique sauvage sont très beaux. Un charmant petit classique à regarder.
    Cronenbergfansoff
    Cronenbergfansoff

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 1 639 critiques

    2,0
    Publiée le 13 février 2018
    un mauvais western orchestré par Kirk Douglas très lent et ennuyeux tout ce qui fait décrocher le spectateur en 2-2. Je le déconseille aux moins de 7 ans. 2/5
    Djam A
    Djam A

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 65 critiques

    5,0
    Publiée le 26 juillet 2017
    magnifique film tourné en décors naturel, la scène de danse sur le bateau chanté par des trappeurs français est magnifique et inattendue, un film sur l, amitié de deux hommes qui vont devenir ennemi à cause de leurs sentiments pour la même femme,le film montre aussi un autre visage des indiens pas dépeint comme des sauvages mais plutôt comme des tribus fières, la cruauté des crows vient de la manipulation des blancs . et chose très intéressante les trappeurs français non doublés qui reflete le côté réaliste de l'époque . la captive aux yeux clairs reste un western avant-gardiste même s'il fut un échec commercial à sa sortie il est redécouvert aujourd'hui et apprécié à sa juste valeur
    videoman29
    videoman29

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 486 critiques

    4,0
    Publiée le 22 avril 2017
    Howard Hawks, grand cinéaste de l'âge d'or du cinéma Hollywoodien, sort un peu des sentiers battus pour nous proposer ce film d'aventure épique à l'histoire passionnante. « La captive aux yeux clairs » possède le charme désuet des vieux westerns en noir et blanc mais son scénario nous éloigne des habituels déserts de l'ouest sauvage pour un voyage initiatique sur les flots capricieux du fleuve Missouri. Une bande d'aventuriers, au demeurant fort sympathiques, se sont mis en tête de le remonter à bord d'un bateau pour commercer avec les indiens « Pieds noirs ». Pour cela, ils doivent traverser des contrées sauvages et inhospitalières et affronter de terribles dangers. Il est d'ailleurs impossible de s'ennuyer une seule seconde tant les images sont belles (tournées en décors naturels, ce qui est assez rare à l'époque) et l'action riche en rebondissements de toutes sortes. Les acteurs font le job avec enthousiasme, emmenés par le duo Kirk Douglas, Dewey Martin qui fonctionne à merveille. Petit bémol, tout de même, la captive du titre se révèle être une princesse Indienne jouée par un mannequin de l'époque dont le charisme laisse sérieusement à désirer. Sinon, rien à redire sur cet excellent divertissement qui ravira tous les amateurs du genre. Un très bon moment !
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 756 critiques

    5,0
    Publiée le 8 janvier 2017
    Hawks réalisa peu de westerns mais apporta sa marque à ce genre, américain par excellence. "The big sky" est un film magnifique qui place l'homme au centre de la nature et l'oblige à s'adapter. Proche de l'univers d'Anthony Mann, cette épopée brosse un portrait nostalgique de l'americana dont Kirk Douglas est l'interprète idéal. Le personnage de l'Indienne, tout comme celui joué par N. Wood dans "La Prisonnière du désert", est inoubliable.
    cinéfyl
    cinéfyl

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 1 134 critiques

    3,5
    Publiée le 15 mai 2016
    Western assez classique avec ses cowboys et ses indiens ,son saloon (au debut) ,son whisky coulant a flots ou ses balles et fleches sifflants a nos oreilles.Le coté original venant du fait que toute l'intrigue se deroule a bord d'un bateau ou le long du Mississippi et qu'on ne voit guere de chevaux a l'ecran.Hawks en grand pro maitrise son sujet en donnant la part belle aux comediens qu'aux paysages pourtant somptueux qu'on aurait souhaité d'avantages mis en valeurs.En dehors de Kirk Douglas ,irreprochable ,le reste du casting ,sans posseder la renommé du 1er demeure en tout point excellent avec notament la beauté de Threatt ou le jeu dynamique de Dewey Martin en jeune ecorché vif.Le scenario qui navigue entre histoire d'amitié virile , love story et complots ne revele aucune reelle surprise mais permet de passer un bon moment parmi ces pionniers du nouveau monde.
    Moorhuhn
    Moorhuhn

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 579 critiques

    4,0
    Publiée le 12 février 2016
    Il ne s’agit pas forcément du film de Howard Hawks le plus apprécié mais je le classe pour ma part parmi les meilleurs films que j’ai pu voir du réalisateur. Tout simplement parce qu’il s’agit d’un des plus beaux films sur l’amitié que j’ai pu voir en plus d’être un superbe western au rythme envoûtant. J’ai beaucoup aimé l’introduction du film, deux mecs qui se rencontrent un peu par hasard, se mettent sur la gueule et deviennent finalement inséparables malgré les rivalités. La promesse d’une histoire mouvementée et passionnante entre deux potes pas forcément adeptes du repos et de la tranquillité. Deux types que j’ai envie d’aimer en gros et fort heureusement leur écriture est à la hauteur. Et pourtant hormis cette séquence introductive agitée, le film se déroule comme je l’ai sous-entendu précédemment sur un rythme lancinant avec toutefois quelques pics d’intensité périlleuse. On a plaisir à voir cette équipée voguer sur ce fleuve vers des horizons lointains et inhospitaliers, tisser des liens malgré une tension palpable. Et ce rythme calme a l’avantage d’accentuer davantage la sensation de danger ressentie lors des séquences mouvementées ou lorsque l’ennemi, quelle que soit sa forme, apparaît. Et le tout est mis en scène de façon remarquable, les scènes d’action étant notamment très fluides et parfois impressionnantes grâce à un sens du cadrage très précis. J’ai beaucoup aimé notamment cette séquence où les indiens suivent le bateau sur les rives, tendue au possible. Et le film n’est pas avare non plus en belles scènes plus intimistes, presque oniriques, bercées par de douces musiques. J’étais véritablement charmé, tout autant par les personnages que par cette réalisation envoûtante. J’émettrai toutefois un petit bémol concernant la pellicule du film qui semble avoir subi les ravages du temps. Alors je ne sais pas si c’est mon DVD (celui avec une jaquette bleue cheap et un peu moche), mais visuellement c’était assez terne et c’est dommage d’ailleurs car la photographie semblait magnifique. Enfin après ce n’était pas trop grave car le film contient tout de même de solides qualités et est vraiment très agréable à suivre. Et j’ai aimé aussi le traitement de l’histoire avec le personnage de l’indienne qui apporte cette touche de mystère qui en fait que renforcer le sentiment de découverte qui se dégage au fil de l'avancée de l'intrigue. Le film se conclut d’ailleurs de bien belle manière avec cet au-revoir qui sera peut-être éternel mais qui n’efface en rien cette relation qui se fixe là et s’apprête à devenir un souvenir immortel, fort. Un superbe film d'aventures qui mérite vraiment d'être redécouvert.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1591 abonnés Lire ses 3 718 critiques

    3,5
    Publiée le 1 septembre 2015
    Bon dès qu'un film m'intéresse ou me plaît j'accumule les merdes au visionnage, ici j'ai vu la première partie en version longue et la seconde en version courte car mon second "dvd" voulait pas se lancer... forcément ça sort du film et j'étais moins à fond que pour la première partie, ce qui explique peut-être que j'ai beaucoup aimé le début et que la seconde heure je la trouvais moins intéressante, qu'elle faisait un peu dans la redite. Bref c'était un film que je voulais voir depuis longtemps mais ce n'était pas celui qui avait la meilleure réputation chez Hawks et pourtant il vend du rêve, remonter un fleuve et ses dangers pour aller plus loin que l'homme blanc n'est jamais allé, Kirk Douglas... Je vois ça je suis aux anges. On a cette amitié virile absolument réjouissante ! C'est ça l'amitié entre mec, on se cogne dessus et on ne se quitte plus ! la loyauté, l'absence de ressentiment ! Le tout donne lieu à un western/aventure des plus réjouissant, il y a tout ce qu'il faut, une belle fille mystérieuse, du danger, la mise en scène inénarrable d'Hawks ! Je ne comprends pas ce type... ce type fais des choses magnifiques avec une énorme simplicité, c'est son génie, cette mise en scène sobre et subtile qui cache bien son jeu. Même si la résolution est courue d'avance c'est un réel plaisir de suivre cette épopée, même si comme dit j'ai préféré la première heure de film... Il faut noter aussi quelques moments de pur onirisme, je pense à une chanson au début du film qui vient égayer une halte... je n'irai pas jusqu'à dire que ça rappelle le chant des indiens dans Rio Bravo... mais c'est un peu l'esprit. Bref c'est cool, peut-être un peu déçu, bien que ça soit sans doute lié à mes conditions de visionnage, mais c'est vraiment bien et contrairement à Red River il n'y a pas ce côté super grave, qui après se conclut de manière vraiment bizarre et peu en adéquation avec le reste du film... ici le tout reste plutôt léger.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 430 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,0
    Publiée le 17 mars 2015
    Quatre ans après "Red River", Howard Hawks revient aux westerns avec "The Big Sky" où il nous fait suivre une expédition de trappeurs dans le Missouri dans le but de faire des échanges commerciaux avec les Indiens Pieds-Noirs. Howard Hawks signe un western assez singulier et s'éloignant des codes du genre alors en vogue à Hollywood. Il nous fait ici suivre une histoire de pionniers, d'amitié et d'amour mais aussi une histoire d'homme et celle d'un voyage initiatique. Il met notamment en scène deux personnages, Jim et Boone qui vont se lier d'amitié puis participer à cette expédition dont Teal Eye, une princesse indienne, est présente. Mélancolique et humaniste, Hawks se base sur un scénario assez riche et met en avant la façon dont ce voyage éprouvant va modifier ses deux hommes et leur vision de la vie, surtout Boone, notamment par ses rapports avec la princesse. Hawks ne les lâche pas et nous attache à eux à travers leur mission et sa difficulté. Le traitement des indiens (qui parlent d'ailleurs dans leur propre langue) évite tout manichéisme et est assez subtil, ici ils peuvent travailler en collaboration avec des américains et des français pour atteindre un but commun, Hawks évite toute facilité et niaiserie qui seraient mal venues. Le metteur en scène de "Scarface" démontre toute sa maîtrise derrière la caméra et alterne avec brio aventure, humour, tension et simple moments de vie (de très belles scènes, vraiment réussi à l'image des séquences au coin du feu), souvent sur un rythme et un style contemplatif mais adéquat au récit et à ce long voyage éprouvant. Il nous transporte dans ce Missouri du XIXème siècle à travers une belle reconstitution qui donne tout son charme au film, où l'eau, les bois et la nature sont régulièrement présents. Initialement prévu pour Marlon Brando et Robert Mitchum, c'est finalement le duo Kirk Douglas/Dewey Martin qui interprète les deux protagonistes, et ce de belles manières, tout comme Elizabeth Threatt dans le rôle de Teal Eye. Hawks s'éloigne des codes du western alors en vogue à Hollywood et livre là un film contemplatif, humaniste et mélancolique où il met en avant pionnier, amitié, nature et amour et ce, avec talent et subtilité.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top