Mon compte
    Le Vent se lève
    note moyenne
    2,8
    81094 notes dont 511 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 511 critiques par note
    201 critiques
    148 critiques
    36 critiques
    80 critiques
    37 critiques
    9 critiques
    Votre avis sur Le Vent se lève ?

    511 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Ken Loach fait parler ses personnages pour tenter de tutoyer la vérité historique, mais surtout pour émouvoir. Et en filigrane de son concept de film, Ken Loach établit méthodiquement une barrière entre riches et pauvres, entre possédants et possédés, un peu à la Marx, mais en moins direct. Quand le prêtre catholique dira qu’il faut accepter le traité de paix signé entre le gouvernement irlandais et l’empire britannique et que cesse la guérilla menée par l’IRA, des gens se lèveront et s’élèveront contre lui affirmant avec force de conviction que lui aussi, après l’armée irlandaise, se place à la solde des riches (ce manichéisme n’est pas une première chez Ken Loach : voyez sa série « Days of Hope », sur la condition ouvrière -années 70-). Il fera aussi dire à un supérieur de l’armée anglaise (propos visant le nationaliste irlandais Teddy O’Donovan) : « Sale révolutionnaire de merde ! ». Propos que n’aurait jamais tenu Ken Loach, lui qui est un marxiste convaincu. Et s’il ose le faire dire de la bouche d’un Anglais, c’est que l’Irlandais Ken Loach a voulu donner, en filigrane, sa vision des Anglais des années 1920, mais pas celle des Anglais de manière générale. L'Irlandais Ken Loach a au fond fait son procès avec l'histoire. Parce qu’au fond il n’est plus marxiste, ça crève l’écran. Le Vent se lève est plus qu’un essai historique sur l’Irlande nationaliste des années 1920, il est le dernier galop d’un marxiste qui ne croit plus en la cause révolutionnaire, en la raison révolutionnaire. Parce que la révolution laisse des déchirures, des morts et des larmes derrière elle…
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 11 novembre 2008
    Et cela faisait bien longtemps que je voulais voir de film... J'ai enfin découvert le rôle de Cillian Murphy, car on m'a souvent dit qu'il était " extraordinaire " dans ce film. C'est avec surprise que je découvre enfin un Cillian Murphy digne de ce nom. Je ressortais déçu par quelques unes de ses prestations mais là je dois reconnaître qu'il est bluffant. Ce film au premier abord assez violent nous montre une Irlande plus que déterminée, dans une période de son existence qui devrait en faire pleurer plus d'un. Il y a beaucoup d'émotion dans ce film et on ne peut donc pas en retenir les larmes.
    Attigus R. Rosh
    Attigus R. Rosh

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 2 272 critiques

    3,5
    Publiée le 11 octobre 2016
    Le vent se lève est un très beau film historique signé Ken Loach impeccable.
    L'histoire est très belle, celle de deux frères aux idéaux politiques tantôt convergents, tantôt divergents en plein contexte politique de guerre d'indépendance irlandaise.
    Les deux acteurs principaux sont bons surtout Cilian Murphy.
    Il y a une vraie dramaturgie dans ce film. L'histoire est très forte et ne laisse pas de marbre.
    J'ai bien aimé ce film.
    BMWC
    BMWC

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 736 critiques

    3,0
    Publiée le 23 mai 2018
    Ken Loach continue son cinéma militant et redonne son honneur au peuple irlandais, avec un peu trop de manichéisme cependant. Loach donne une dimension épique à son oeuvre grâce aux magnifiques paysages irlandais. Si le film démarre bien, rythmé par les actes de résistances et des scènes fortes (le chant des résistants pendant la torture de Teddy), il se termine malheureusement lentement. Même si c'est intéressant de voir ensuite les déchirements parmi les résistants entre eux, le dernier tiers ennuie quelque peu et devient un peu trop glorieux et patriotique.
    Gagor
    Gagor

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 273 critiques

    4,0
    Publiée le 4 août 2010
    Un film qui vaut LARGEMENT la palme d'or. D'une vérité dure à supporter, mais qui reste gravée dans nos mémoires. Ken Loach, plus d'une décennie après Land and Freedom, est un des seuls grands réalisateurs à oser voir la vérité en face. Il arrive à nous imprégner avec telle force dans le film qu'on en est tous retourné!! On ne peut pas ne pas se poser de questions en sortant de ce gigantesque film. Malgré la dureté des dialogues, des actes, il règne quand même un sentiment de plaisir, de jubilation, comme dans tout excellent film. Puis, bien sur, il ne faut pas oublier les acteurs, se livrant à eux-mêmes, qui font preuve d'un énorme courage pour jouer dans ce film. Bravo à Ken Loach et aux acteurs, et à toute l'équipe...
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 8 juin 2012
    Le vent se lève, clame le titre du film : la métaphore est transparente, et l’on s’attend dès le départ à voir une glorification de la cause irlandaise face à la perfide Albion, forte en héros fiers de leur sang celte défendant le pays jusqu’à leur dernier souffle. Mais il n’y a pas eu de héros dans le terrible conflit dépeint par Loach, pas de héros objectif. Certainement, les indépendantistes des « Flying Columns » irlandaises restent même aujourd’hui de grands héros pour les Irlandais ; certes, les Anglais n’ont pas tous été des monstres méprisants et colonialistes. Mais il reste que le peuple d’Irlande, dans les mains des deux camps, a souffert bien plus que de raison, si tant est que la raison puisse admettre quelque souffrance que ce soit. C’est la lente noyade de l’Irlande dans les atrocités de la guerre civile que dépeint le film, et non l’héroïsme prétendu de quelques héros de la gâchette.

    Face à la complexité de leur matériau historique, Loach et son scénariste Paul Laverty ont décidé de privilégier le petit peuple, en les personnes de Peggy (incroyable Mary O’Riordan), Bernadette et Sinead, respectivement grand-mère, mère et sœur de Micheail, dont le meurtre barbare par les Anglais décide Damien à rester se battre. Baser un film historique sur ses seuls personnages, en faisant confiance au scénario et au jeu d’acteur pour sauver la donne est un pari risqué. Le pari est pleinement tenu par un scénario riche en anecdotes au parfum véridique, et par des acteurs remarquables. On retiendra bien sûr Cillian Murphy, mais aussi et surtout Liam Cunningham dans le rôle du révolutionnaire marxiste-socialiste Dan, le plus idéaliste de tous. Hâve, crasseuse et mal rasée, sa figure est pourtant lumineuse lorsqu’il explique pourquoi il a occupé sa captivité à graver sur les murs de sa cellule le Garden of Love de William Blake.

    Grand metteur en scène d’images symboliques, Loach touche parfois à la grâce avec ce dernier film : Damien désespéré de devoir abattre un camarade « traître » ; le même enlevant doucement le fichu de la tête de Sinead après qu’elle a été tondue par les Anglais pour lui rappeler sa beauté ; deux anciens indépendantistes, l’un la tête haute et prêt à être fusillé, l’autre commandant le peloton la tête basse... Contrairement à certains dérapages de son style si personnel, comme dans le récent et par trop misérabiliste Just a Kiss, Loach parvient ici à invoquer des images d’une puissance qui rappelle celle des Sentiers de la gloire de Kubrick. Mais aucune image ne parvient à la cheville de celle qui montre, devant une maison en ruine, incendiée par les Anglais, la veuve évidente d’un combattant, en larmes, maudissant dans un même geste celui qui est mort par idéal et son meurtrier.

    Car il n’est pas d’héroïsme à mourir pour ses idées dans Le vent se lève : ceux qui souffrent vraiment sont celles et ceux qui restent. « Souvent les films de guerre font grand cas de leurs positions antimilitaristes mais une grande part du spectacle qu’ils proposent n’est qu’explosions et effusions de sang. Cela ne me semble pas très sérieux, comme position anti-guerre », souligne Loach. Mourir pour des idées, de quelque côté de la frontière que l’on soit, c’est mourir abattu dans le dos, dans la saleté et l’opprobre, sans fleur ni couronne. C’est laisser derrière soi ceux pour qui on croyait se battre. Loach signe avec Le vent se lève un film de guerre qui répugne à la surenchère obscène d’un sensationnaliste Il faut sauver le soldat Ryan. Il signe un film de paix : cela implique bien moins de violence graphique, mais ça fait aussi mal, sinon plus.

    Le vent se lève, clame le titre du film. Hélas, comme souvent, le titre perd à la traduction, et pour le coup donne même dans le contre-sens. The Wind That Shakes the Barley (« le vent qui agite l’orge »), tiré d’un splendide chant traditionnel irlandais, n’évoque pas une révolte en devenir, non plus qu’un ouragan destructeur. La triste chanson raconte le désespoir de celle dont l’amant est mort sous les balles, et qui le suivra bientôt dans la tombe. Pendant ce temps, le vent souffle toujours sur l’orge : pour quelque cause que cela ait été, toutes ces morts seront bientôt oubliées.

    Le jury de Cannes ne s’est pas trompé en récompensant de la Palme d’or le dernier film du réalisateur : tant sur la forme que dans le fond, il regroupe le meilleur de ce que peut offrir Ken Loach. Certes, il n’est pas facile de pénétrer dans son univers, dans ce film moins encore que dans de nombreux autres, mais après tout, Loach est un cinéaste qui se mérite.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 11 novembre 2006
    Si ca n'avait tenu qu'à moi, j'aurais mis la palme à Volver. j'ai été un peu déçu par ce film. Bien sûr, c'est très bien réalisé, filmé, dirigé par Ken Loach. Cillian Murphy donne un bon aperçu de son talent. Les paysages irlandais sont très beaux à voir. Et on est evidemment révolté par la violence et le rascisme dont les anglais ont fait preuves à l'égard des irlandais. pour le coup, Loach dévoile toute sa partialité sur le sujet. mais sinon, le film est un peu longuet, certaines parfois même ridcule (je pense au débat opposant Cillian Murphy et certains de ses confrères pour savoir si la guerre s'achève ou non, c'est un peu vague, car je l'ai vu il y a longtemps). Au final, j'attends de voir les autres films de ce réalisateur de talent (paraît-il) pour me forger une opinion sur lui.
    ClockworkLemon
    ClockworkLemon

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 222 critiques

    4,0
    Publiée le 19 octobre 2011
    "Le Vent se lève" est une oeuvre émotionnellement et historiquement forte. Prenant comme toile de fond le contexte conflictuel dans l'Irlande de 1920, entre les troupes anglaises et le mouvement indépendantiste qui éclate, le film primé à Cannes de Ken Loach, en plus d'être superbement écrit, est composé de très beaux plans. Toujours simple, sans aucune prétention, le cadre est parfait, les décors ont du cachet et les personnages sont attachants, émouvants... "Le Vent se lève" est un film plein d'humanité, qui relève la cause des indépendantistes irlandais, qui nous raconte l'histoire d'hommes remarquables. Certaines scènes marquent, comme par exemple la mort de Chris, la descente dans la maison de Sinead et bien entendu la très forte fin, dotée d'une puissance tragique époustouflante. Cette déchirure fraternelle ne peut pas laisser indiffèrent. Le dénouement est parfait.
    al111
    al111

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 346 critiques

    2,5
    Publiée le 29 septembre 2006
    Ils sont magnifiques, ces deux frères. presque trop beaux.
    Deux irlandais combattant côte à côte contre les anglais, puis se déchirant, deux personnages d’un scénario où la grande Histoire façonne les destins personnels, ce dont le cinéma est friand...
    La fin de l’occupation britannique en Irlande est la toile de fond, suivie de la guerre civile entre ceux qui acceptent encore la domination de l’Empire et ceux qui réclament une liberté totale pour leur pays.
    Difficile de ne pas voir l’universalité du propos, la violence et le mépris des occupants anglais égalant les horreurs d’autres conflits très récents et même actuels.
    Le film est à mi-chemin entre la dénonciation politique et la tragédie familiale, sans jamais trancher d’un côté ou de l’autre. Il y a beaucoup de convictions dans le scénario et la mise en scène, mais l’aspect politique paraît pesant, démonstratif, sans finesse. Le destin des deux frères, que l’on pressent tragique dès le début, émeut juste ce qu’il faut, il n’y a pas de démesure, tout est propre, avec finalement assez peu de déstabilisation, presque trop bien filmé...
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 9 mars 2008
    Bouleversant, éprouvant, mais nécessaire, pour comprendre la complexité de la guerre, civile puis fratricide,les questions qu'entraînent la recherche du compromis. Un très bon KEN lOACH!
    Sébastien A.
    Sébastien A.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 118 critiques

    2,5
    Publiée le 13 septembre 2009
    Sans plus.
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 27 novembre 2009
    A mon avis le meilleur des" TAXI"... (si l'on peut associer le terme "meilleur " à ce film.
    Ceux qui suivent sont juste d'une débilité confondante
    vieux-murier
    vieux-murier

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 40 critiques

    3,0
    Publiée le 19 décembre 2009
    Un film agréable, soigné, porté par des acteurs très convaincants. Malgré tout, il y a quelques longueurs.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 4 janvier 2012
    Land and Freedom avec l'accent irlandais. C'est un bon film, mais nettement moins bien que son illustre prédécesseur. Et c'est sans doute bien de faire des films de gauche (de gauche vieille école, tendance Marx, pas tendance Jack Lang), mais on n'est pas obligé de forcer sur le manichéisme et la lourdeur symbolique...le coup des deux frères dans deux camps différents pour illustrer la guerre civile, on a déjà fait plus subtile dans l'allégorique. Manque de souffle, malgré les talents indéniables de conteur de Ken Loach. Pas sûr que la ligne de fracture entre les Irlandais sur le premier traité de paix proposé par les Anglais se situe au niveau gauche / droite, capitalistes/socialistes... je la situerai plutôt sur l'opposition pragmatiques contre jusqu'aux-boutistes. Et le film omet un petit détail gênant, à savoir que les opposants au traité allaient contre les voeux de la majorité irlandaise...donc les mutins de l'IRA qui ont initié la guerre civile n'étaient pas les chevaliers blancs que Ken Loach en fait. Le petit paradoxe tout de même, c'est qu'on apprend pas beaucoup plus de choses avec Le vent se lève qu'avec le Michael Collins de Neil Jordan, aux visées nettement plus commerciales. En gros, une légère déception, mais on est quand même content que ce film existe.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 9 octobre 2006
    Eh bien voilà une place de cinéma que je ne regrette pas. Voici un film qui sort de la galerie actuelle. Un film traitant d'évènements historiques nationaux de manière intimiste. C'était sans doute le meilleur moyen de montrer comment la guerre et la violence peut atteindre chacun de nous. Les personnages restent simples, des soldats qui n'en restent pas moins humains tout le long du film. Une excellente réflexion sur la guerre et les transformations qu'elle opère sur les individus, les absurdités qu'elle entraine. Un film traitant des relations humaines également et de l'aspect social du conflit. Mention spécial à Cillian Murphy(28 jours plus tard; Batman begins) qui prouve son talent et son ambivalence. Emouvant, touchant, et portant à réflexion. A voir.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top