Mon compte
    La Forteresse cachée
    note moyenne
    4,1
    546 notes dont 51 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 51 critiques par note
    11 critiques
    28 critiques
    5 critiques
    6 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur La Forteresse cachée ?

    51 critiques spectateurs

    LBDC
    LBDC

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 297 critiques

    4,5
    Publiée le 26 octobre 2015
    L'histoire : La famille Akizuki est vaincue et pourchassée par la famille Yamana. Le général Rokurota Makabe (Toshirô Mifune) est en charge de la protection de la princesse Yuki (Misa Uehara). Après un moment de réclusion dans une forteresse cachée, ils décident de fuir et de gagner une province amie. Ils s’embarquent alors dans un difficile voyage, transportant le trésor familial : de l’or pour reconstruire le royaume. Deux paysans croisent leur chemin…

    Akira Kurosawa déclarera à propos de LA FORTERESSE CACHÉE : "Je voulais faire quelque chose d’amusant, un grand spectacle"

    Il faudrait en théorie, associer cette déclaration au film précédent de Kurosawa, Le Château de l’Araignée ; apparemment l’un des plus sombres du cinéaste… Ne l’ayant pas vu, je me contenterai d’en extraire quelque chose d’assez révélateur d’une certaine ambition : celle de réaliser un spectacle intemporel, à même de marquer l’histoire du cinéma.

    Kurosawa nous raconte d’abord un parcours humain. Pour cela, le cinéaste oppose les caractères et conditions de 4 personnages très différents, et qui forment un groupe auquel on s’attache facilement : d’abord Tahei et Matashichi, drôles non pas par nature mais par leurs caractères et l’ironie de leur situation ; ils sont ainsi deux paysans qui ont tout perdu pour s’engager dans un conflit qui les dépasse, et qu’ils souhaitent fuir. Mais 1/ leur cupidité les incite à toujours effectuer les mauvais choix, et 2/ leur stupidité les empêche de comprendre la plupart des choses, menant souvent à d’hilarants quiproquos.

    Ils se confronteront ainsi tous seuls à deux obstacles en apparence infranchissables : l’un physique (la frontière entre deux régions en guerre), l’autre social (accéder à la richesse). La possibilité de transcender ces deux postulats se présentera lorsqu’ils rencontreront assez fortuitement, Rokurota Makabe/Toshirô Mifune et la princesse Yuki/Misa Uehara. Le premier est un samouraï légendaire (donc par principe, ultra-classe) prêt à tout pour protéger sa maîtresse et par extension, sa richesse. Quant à la princesse, elle possède ces traits également très japonais de la jeune fille protégée du monde extérieur et engoncée jusqu’à l’abstraction dans son statut de nobilité. –> voir à ce sujet, notre critique du Conte de La Princesse Kaguya Au centre, la fameuse Forteresse Cachée, vers laquelle convergent puis divergent les personnages, mais également les enjeux du film.

    Kurosawa joue d’abord sur les oppositions entre ces 4 protagonistes, ainsi que sur l’absurdité de leurs interactions. L’humour qu’il en extrait désamorce la gravité et la noirceur de certains instants, tout comme il façonne notre empathie envers Tahei, Matashichi, Rokurota et Yuki. Une fois cette empathie bien installée, ces 4 personnages interagiront avec de nouveaux et seront confrontés à des situations plus complexes ; cela sera source de nouvelles aventures, mais également d’une certaine émotion. En filigrane, cette fuite en avant commune sera aussi l’occasion d’éprouver le déterminisme, encore une fois très culturel, qui s’imposait d’emblée à chaque protagoniste. Il y a un beau récit de confiance qui s’installe, de même qu’un discours passionnant sur l’ouverture à l’autre. Il s’agit là d’un trait récurrent chez Kurosawa, cinéaste humaniste s’il en est. Ce discours est d’ailleurs visible très tôt dans sa filmographie, dès Le Plus dignement (1944) ou Qui marche sur la queue du serpent… (1945). Il atteindra l’apogée dans des films à la portée considérable, comme Barberousse (1965). La mise en scène de Kurosawa compose de magnifiques tableaux, avec un sens du cadre et de la composition incroyable. On ressent la patience et l’acuité du réalisateur derrière chaque plan (la sortie du brouillard au début du film !), chaque ambiance (le film est pour beaucoup tourné en décors naturels), chaque morceau de bravoure (le combat à cheval, le combat des samouraïs). Sa mise en scène, si puissante soit-elle, est cependant toute entière au service du récit, des personnages, de l’humour, de l’aventure et de l’évasion. On restera ainsi bluffé par la façon dont Kurosawa réduit des concepts complexes à de simples idées « visuelles » à même de marquer l’imaginaire.

    Le scénario est en réalité, extrêmement épuré : aller d’un point A à un point B. Pourtant, Kurosawa nous invite à comprendre comment les personnages et leurs destinées individuelles sont façonnés par la persistance de l’environnement dans lequel ils évoluent. En transmettant cela par l’Image, il y a un dialogue d’une fantastique universalité qui s’établit entre nous et ce récit d’une autre époque. Cette propension à raconter une histoire par la puissance visuelle ( direction artistique, mise en scène, direction d’acteurs et richesse de l’environnement ) m’a d’ailleurs « rappelé » deux autres excellents films de fuite en avant: Les fils de L’Homme, et Fury Road.

    De notre point de vue occidental LA FORTERESSE CACHÉE, est un très grand récit d’aventures. Un film exotique ( le Japon féodal ), construit autour de personnages attachants, nous rendant extrêmement palpable une mythologie riche et complexe et mis en scène avec un sens de l’organisation et de la cohérence phénoménal. Akira Kurosawa, en cherchant l’accessibilité par l’humour notamment, parvient à rendre universelle une histoire profondément japonaise – un trait d’ailleurs commun à tous ses grands films, sauf peut-être Ran qui tend vers l’inverse.

    Puis, il y a tellement de puissance et de talent dans LA FORTERESSE CACHÉE qu’on perçoit sans mal l’influence qu’il a pu avoir sur d’autres œuvres illustres comme « au hasard », le fameux Star Wars épisode IV. Revoir ce chef d’œuvre de Kurosawa nous amène ainsi tout naturellement, à constater son importance dans l’inconscient collectif.

    LA FORTERESSE CACHÉE a été chroniqué dans le cadre d’une rétrospective consacrée à AKIRA KUROSAWA dans le cadre du festival Lumière 2015. Critique issue du Blog du Cinéma
    JeanSéééééé
    JeanSéééééé

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 283 critiques

    4,5
    Publiée le 22 octobre 2009
    La forteresse cachée et particulièrement ses deux paysans/soldats sont connu par les cinéphiles fan de Star Wars pour avoir inspiré à G. Lucas les personnages de C3PO et R2D2. Mais pas que, puisqu’ici aussi il est question de princesse en exile. Etonnant Kurosawa qui signe là un grand film d’aventure, mêlant humour via les paysans/soldats, suspense et action via le brigant/général et drame épique grâce au personnage féminin. Du grand art. Que demande le peuple ? « De l’action japonaise vielle de cinquante ans ? » Ouais, la séquence de duel à la lance vaut son pesant de sabre laser !
    Vladimir.Potsch
    Vladimir.Potsch

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 389 critiques

    4,0
    Publiée le 21 mars 2007
    Avec ce film, Kurosawa se fait plus léger en apparence, que dans certains de ses chefs d'oeuvre, par exemple L'idiot ou Vivre. Il accorde toute son importance aux péripéties. Il se passe tout le temps queque chose, pas ou peu de place pour les temps morts. Magistral film d'aventures, La Forteresse Cachées est aussi une reflexion sur la cupidité, l'honneur, et le pardon. En effet, les deux paysans, prêts à tout moment à trahir n'importe quel idéal pour quelques pièces d'or, sont vus avec une certaine humanité par le général interprété par Toshiro Mifune. Ce ne sont pas de simple faire-valoirs, mais des personnages de chair et d'os : dans ce Japon médiéval très codifié, semble nous dire le réalisateur, quand on est pauvre et faible, soit il faut opter pour la servilité à un seigneur, soit être complètement individualiste, quitte à trahir et à voler.
    Jean-luc G
    Jean-luc G

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 559 critiques

    2,0
    Publiée le 24 novembre 2020
    déception en découvrant ce qui m'apparait avec le temps comme un Kurosawa mineur. Filmé avec talent certes, l'épopée tragico-comique de cette bande hétéroclite n'arrive pas à emballer le spectateur, même si elle a inspiré parait-il de grands metteurs en scène. Reste en mémoire un duel à la lance entre chefs guerriers, inhabituel et chorégraphié avec lenteur. TV vo novembre 2020.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 2 août 2009
    Cette superproduction historique signée Kurosawa pourrait être une grande fresque épique comme l'on s'y attendrait mais est en fait un assez banal film d'aventure. Néanmoins, les deux personnages des paysans sont assez originaux pour le genre, bien qu'incarnant la part comique du film que l'on trouve habituellement dans ce genre de production, ce sont aussi des personnages totalement anti-héroïques, fourbes et lâches et pourtant très humains. On regrettera du reste la rigidité du jeu de Mifune ainsi que de celui de la princesse, mais aussi les longueurs du film.
    Extremagic
    Extremagic

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 484 critiques

    3,5
    Publiée le 18 octobre 2015
    J'aime beaucoup le cinéma de Kurosawa, il fait parti de ces réalisateurs que j'adore alors que je n'ai presque rien vu d'eux, mais le peu que j'ai pu voir m'annonce que je vais adorer. Alors ce film c'est celui qui a inspiré Star Wars et c'est marrant de voir comme il est hautement meilleur que le film de Lucas, tout ça grâce à un type qui s'appelle Kurosawa qui contrairement à son collègue américain sait mettre en scène. Du coup on a un film où on ne s'ennuie jamais (malgré les quelques longueurs sur la fin) qui multiplie habillement les péripéties, Mifune est le seul acteur qui peut avoir la classe en slip, bref j'en passe, c'est du lourd. Seulement j'ai un gros problème avec ce film c'est le jeu d'acteur, je sais que c'est normal chez Kurosawa, mais franchement ils ne font que brailler, mais pire encore ce sont les personnages des deux paysans, parce qu'ils sont véritablement insupportable, d'habitude je suis indulgent avec les personnages qui font des actions de tocards et j'ai même de l'empathie pour eux, c'est pas qu'ici ils sont vraiment détestables mais comme ils n'évoluent pas c'est juste chiant, ils sont lourds, mais même Mifune peut se montrer chiant à ne dévoilé que la moitié de ses intentions, heureusement que la nénette est muette en plus d'être magnifiquement belle. Après j'aime beaucoup ce genre de films d'aventure des années 50, cette manière qu'il y a de relancer l'action, les coïncidences, les coups de théâtre, etc. ça a un charme tout particulier et ça donne toujours plein d'idées, surtout parce que chez Kurosawa les personnages ont une classe assez phénoménale (je pense à la scène du duel qui sort de nulle part mais tellement cool). Et puis bon on voit toutes les prémisses du style de Leone du coup voilà je m'émoustille pour un rien mais bon c'est mon histoire d'amour perso avec Leone... Bref, le film c'est clairement du bon et je vais dévorer du Kurosawa je pense dans quelque temps mais franchement c'est dommage qu'on ait deux ou trois impairs de la sorte qui viennent casser sa potentielle grandeur supérieure.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 30 novembre 2011
    Surprenant! Du grand Akira Kurosawa et surtout du grand cinéma japonais qui mérite d'être plus populaire, principal source d'inspiration pour le "Star Wars" de George Lucas, "La forteresse cachée" recelle son lot de belles scènes et d'aventures; la légende Toshirô Mifune rythme le film de part son charisme à l'écran, bien que les deux paysans Matashishi et Tahei forment un duo unique en son genre et d'une rare modernité comique pour l'époque, Minoru Chiaki aisni que son comparse Kamatari Fujiwara son incorrigibles et magnifiquement drôles, malheureusement la déprimante et lasse prestation des interprètes de la gente féminine sont pénalisantes et enlève beaucoup de charme au film créant même des longueurs; en somme un film bon qui reste inégal bien que le scénario pour l'époque est très bien mené
    Akira17
    Akira17

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 45 critiques

    5,0
    Publiée le 9 janvier 2007
    Drôle, superbement maîtrisé, et à la trame chronologique dense, la Forteresse Cachée est l'un des nombreux coups de maître de Kurosawa. Le choix du noir et blanc donne un aspect plus mystique et ténébreux à l'oeuvre. Beaucoup de cinéphiles y voient une référence à Star Wars, pour ma part, je n'en ai vu qu'une : protéger la princesse. Le film s'inscrit plutôt dans le style de western sauce japonaise que dans le genre de science-fiction :-). La forteresse cachée est un film à voir absolument pour la beauté des images et des personnages (celui de la princesse et de Mifune of course :-) )... et surtout pour les répliques mordantes et ô combien modernes pour l'année 1953.
    Marc Chalard
    Marc Chalard

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 30 critiques

    4,0
    Publiée le 6 juillet 2012
    Une fois de plus, j’ai fait un petit tour dans le monde fantastique de Kurosawa, cette fois-ci pour une très belle et grande aventure avec des paysages superbes et des contrées magnifiques, dans une alternance entre forêts et déserts, en passant par des montagnes de roches et de pierres.

    Les personnages de cette histoire représentent chacun une facette de l’être humain (cupidité, lâcheté, courage, capricieux, bravoure, intelligence et j’en passe), et les incarnent totalement, ce qui ne les rend tous pas toujours attirants, mais sont à chaque moment fascinants. Le film est donc surtout beaucoup basé sur tous ses caractères qui vont, individuellement ou à plusieurs, par la force des choses des choses et des évènements, se retrouver forcés de changer leur façon d’être pour l’accomplissement de la mission principale. Les deux paysans vont d’ailleurs avoir bien du mal à se tenir et vont causer beaucoup de problèmes au personnage principal, Toshirô Mifune une fois de plus génial, à cause de leur cupidité.

    Kurosawa m’a donc une fois de plus enchanté, exprimant une mise en scène encore une fois géniale et passionnante, avec une histoire encore une fois pas exceptionnelle au départ, mais qu’il transforme en un film captivant, grâce notamment à des acteurs incarnant à merveille leurs personnages, et des scènes formidables comme celle de combat entre Mifune et son ancien camarade ou les joutes verbales entre les deux paysans, à la fois pathétiques et formidables tout du long.

    Bref, encore une belle expérience dans ma découverte de Kurosawa.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 12 octobre 2008
    Kurosawa et les films de Samouraïs, une longue histoire ! On a bien souvent du mal à le détacher de ce genre de film mais pourtant il est un excellent réalisateur de ce genre. La forteresse cachée n'y échappe pas. La réalisation est toujours aussi bonne même si je trouve qu'il y a quelques faiblesses parfois. Notons tout de même le travelling où la princesse descend de son trône qui est tout simplement magnifique, tout comme la scène de bataille qui excelle en la matière. Cependant, j'ai été un peu gêné par le côté grand public du film qui pollue un peu la narration: les deux paysans sont certes sympathiques mais leurs continuelles frasques deviennent à la longue pénible. La dernière scène enfonce le clou encore plus loin dans le moralisme bon ton et débile du film que je qualifie de populaire. Enfin, quand un producteur donne des moyens colossaux, on se plie à la ligne de conduite et on ne fignole pas ! Le début du film est aussi un peu long, l'arrivée de la princesse est une bouffée d'air frais et son jeu dynamique et la façon dont elle est filmée font oublier la pesanteur du début ! A signaler aussi la magnifique danse du feu, émouvante en un certain sens. Rien à dire sur Mifune qui est toujours aussi incroyable. En somme, un bon film à voir mais ce n'est pas mon préféré de Kurosawa.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 27 décembre 2008
    Un des rares films " comiques de Kurosawa ! 2 paysans stupides et cupides se trouvent mêlés à une lutte de clans dans le Japon du 16 eme siècle . Des scènes hilarantes et un film qui n'a que peu vieilli . Une vraie surprise !
    BigDino
    BigDino

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 473 critiques

    4,5
    Publiée le 19 juin 2015
    Une fresque épique et burlesque qui ne nous laisse pas un instant pour souffler. Un vrai délice. Tout fan de Star Wars devrait par ailleurs voir ce film, dans lequel Lucas a puisé pas mal d'idées.
    Vincent D
    Vincent D

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 123 critiques

    4,5
    Publiée le 14 août 2019
    Certes on a comparé un peu abusivement ce film à star wars dont Georges Lucas se serait inspiré ( on ne prête qu'aux riches )mais il est vrai qu'il y a dans la forteresse cachée un côté grand spectacle destiné au grand public se différenciant d'autres films de Kurosawa, plus sombres et sérieux.
    Les personnages sont particulièrement bien typés, le récit très structuré , alternant rebondissements et moments de pause permettant de s'attarder sur des caractères plus réussis les uns que les autres ( les deux paysans ayant tous les défauts possibles mais attachants, le samourai impassible incarné par l' incontournable toshirô Mufine qui reste classe même en slip, la princesse yuki et non leila au caractère bien trempé....) et le film comportent des scènes particulièrement mémorables comme la révolte des esclaves digne de Metropolis , la danse du feu digne du sacre de printemps, des scènes de poursuite à cheval digne de la chevauchée fantastique...
    J'aime quand un grand cinéaste s'abaisse à faire un film grand public avec le même niveau de réussite que ses films plus ambitieux. Comme quoi il n y a pas de genre ou sujet mineur mais seulement des grands films et les autres films.
    OldBoy
    OldBoy

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 399 critiques

    5,0
    Publiée le 25 septembre 2021
    La Forteresse Cachée est un grand film d'aventure signé Kurosawa.
    Racontant l'histoire de deux paysans peu recommandables qui en voulant fuir le champ de bataille doivent bon gré mal gré aider un général courageux et une princesse au caractère bien trempé a ramener une grosse cargaison d'or pour refonder leurs clan, le film mélange l'action, l'aventure et l'humour.
    Parmis les acteurs, Toshiro Mifune est parfait en guerrier noble et la belle Misa Uehara offre une prestation énergique en princesse qui ne se laisse pas marcher sur les pieds.
    Classique du cinéma ayant en partie inspiré Star Wars, La Forteresse Cachée est un monument de plus dans la carrière de Kurosawa.
    osmort
    osmort

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 87 critiques

    4,5
    Publiée le 7 mai 2012
    Une comédie picaresque où l'on suit les péripéties de deux vagabonds qui se retrouvent balloté dans un conflit entre deux clans. Le grand Mifune tient l'un des rôles principaux renforçant par son jeu cette comédie atypique dans l'oeuvre de Kurosawa. A voir comme un classique.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top